Geronimo, le dernier renégat

Officiellement, Geronimo fut le dernier Amérindien à rendre les armes devant l’armée américaine.

Si le nom de ce leader Apache Chiricahua que l’on croit être né en juin 1829 est aussi légendaire c’est parce qu’il fut le dernier Amérindien à rendre formellement les armes devant la puissante armée américaine.

Appelé Goyakla, ou « One Who Yawns » par les Apaches, Geronimo (équivalent de Jérôme en espagnol) est le nom par lequel les Blancs apprirent à le connaître.

Ayant grandi dans la région de la Gila River, sa jeunesse fut marquée par les hostilités entre son peuple et les Blancs, autant les Mexicains que les Anglos, et des deux côtés de la frontière séparant les États-Unis et le Mexique.

En 1858, les soldats mexicains attaquèrent le camp Apache près de Janos, dans la province de Chihuahua, où ils tuèrent la mère de Geronimo, sa femme et ses enfants.  En raison de ce drame impardonnable, la haine de Geronimo envers les Mexicains ne s’estompa jamais.  Bien qu’il se remaria par la suite et eut d’autres enfants, la perte de sa première famille le stigmatisa pour le reste de sa vie.

Au cours des années suivantes, la célébrité de Geronimo en tant que guerrier s’amplifia graduellement, tout spécialement au Mexique.  En avril 1877, à Ojo Caliente, au Nouveau-Mexique, il fut arrêté par l’agent aux affaires indiennes John Clum et conduit à la réserve de San Carlos, Arizona, avec 110 membres de sa bande.  À partir de cet instant jusqu’à sa capture définitive en 1886, Geronimo connut une carrière incroyable, alternant entre le rôle de renégat coriace et prisonnier de guerre.

Sur la réserve, il passa inaperçu jusqu’en 1881, quand, en compagnie de quelques dizaines d’autres Apaches, il s’échappa afin d’entamer une série d’attaques dans le sud-ouest.  Par son intelligence, sa résistance et sa connaissance du terrain, Geronimo prit le contrôle en presque totalité de la vaste région englobant la Sierra Madre au Mexique, le sud-est de l’Arizona, ainsi que le sud-ouest du Nouveau-Mexique.

En 1883, le Général George Crook persuada Geronimo de se rendre, mais la promesse tarda à venir.  C’est seulement en février 1884 que ce dernier accepta de se livrer enfin, mais selon ses propres conditions.

En mai 1885, il s’enfuit à nouveau de la réserve et en mars 1886 le Général Crook se chargea une fois de plus de négocier avec lui une reddition pacifique.  En route pour le Fort Bowie, en Arizona, Geronimo s’évada dans les montagnes avec une poignée de renégats.

Le 3 septembre 1886, le Général Nelson Miles présida la reddition finale et sans condition de Geronimo.  Cette fois, les derniers renégats furent exilés dans une prison de Floride.  C’est seulement 5 ans plus tard qu’ils furent libérés, mais pour être envoyés dans l’enceinte du Fort Sill, en Oklahoma.  Loin de sa terre natale et de ses habitudes de vie, Geronimo gagna un peu d’argent en vendant des photos de lui, de même que de petits arcs et des flèches portant son nom.  Les gens commencèrent alors à le voir comme une attraction touristique.  L’ancien guerrier qui avait tend fait transpirer les officiers militaires se permit également plusieurs apparitions dans les foires, dont l’une des plus célèbres se produisit à la St. Louis World’s Fair de 1904.

Geronimo s’éteignit le 17 février 1909 à Fort Sill sans avoir revu sa terre ancestrale du sud-ouest.

On le considère toujours comme un guerrier fort intelligent puisque l’armée américaine avait dû envoyer 42 compagnies de cavalerie et d’infanterie à ses trousses.  Les Mexicains avaient aussi contribué avec la participation de 4,000 soldats, alors que, dans ses bons jours, la bande de Geronimo ne comptait pas plus de 50 guerriers.  Sa toute dernière résistance avait durée cinq mois; ce qui est un exploit en considérant tous les effectifs déployés pour le traquer.



Catégories :1800-1899 (19ème siècle), Amérindiens, Far West (Conquête de l'Ouest), Indiens

Tags:, , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. Geronimo, le dernier renégat | GenealoNet | Scoop.it

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 50 autres abonnés

%d bloggers like this: