Caïn et Abel: le premier meurtre de l’Histoire?


Caïn fuyant avec sa famille, Musée d’Orsay, Paris, 1880, par Fernand Cormon.

Est-il possible de jeter un œil historique sur un récit que la croyance prétend être un fait?

On aura compris que le tout premier meurtre de l’humanité ne peut qu’être imaginé, tout comme l’ont fait des peuplades longtemps avant nous.  L’incident aura sans doute été transmis oralement durant un certain temps, mais sans plus.  Car sans écriture l’homme était encore mal situé pour bien façonner son passé.

Mais revenons à ce meurtre qui a tant fait jaser et que les trois grandes religions monothéistes prétendent être à l’origine de la cruauté humaine.

« Abel faisait paître les moutons, Caïn cultivait le sol.  À la fin de la saison, Caïn apporta au Seigneur une offrande de fruits de la terre; Abel apporta lui aussi des prémices de ses bêtes et leur graisse.  Le Seigneur tourna son regard vers Abel et son offrande, mais il détourna son regard de Caïn et de son offrande » (GN, 4 : 1-5).

Des moutons?

La chèvre a été l’un des premiers animaux d’élevage à être domestiqués, vers 9,500 ans avant notre ère.  Logique qu’on parle ici de moutons, car la Genèse date environ du 5ème siècle avant notre ère.

Abel apporte de la graisse en offrande à Dieu?  Peut-on se permettre d’ironiser en y voyant un régime alimentaire peu équilibré pour le Créateur?

Trèves de plaisanterie, on remarque également que Dieu « détourna son regard de Caïn ».  Pourquoi?

La Bible ne l’explique pas.  Dieu aurait-il eu une préférence pour Abel?  Si oui, pourquoi?  Du favoritisme?

Répondre par l’affirmative à cette dernière question serait d’admettre que Dieu était injuste!?

La suite nous explique que « Caïn en fut très irrité et son visage fut abattu.  Le Seigneur dit à Caïn : « Pourquoi t’irrites-tu?  Et pourquoi ton visage est-il abattu?  Si tu agis bien, ne le relèveras-tu pas?  Si tu n’agis pas bien, le péché, tapi à ta porte, te désire.  Mais toi, domine-le.  Caïn parla à son frère Abel et, lorsqu’ils furent aux champs, Caïn attaqua son frère Abel et le tua ».

Encore une fois, aucune explication.  Caïn tua son frère, bêtement et froidement.  D’un point de vu logique, et même judiciaire, le seul motif qu’on peut déceler dans cette trop brève description est la jalousie.  Mais une jalousie résultant d’une injustice implantée par Dieu lui-même.

La suite paraît encore plus étrange : « Caïn dit au Seigneur : « Ma faute est trop lourde à porter.  Si tu me chasses aujourd’hui de l’étendue de ce sol, je serai caché à ta face, je serai errant et vagabond sur la terre, et quiconque me trouvera me tuera. »  Le Seigneur lui dit : « Eh bien!  Si l’on tue Caïn, il sera vengé sept fois. » » (GN 4 : 13-15).

Encore le mystérieux chiffre sept qui semble si cher aux auteurs de l’époque[1].  Mais pourquoi Dieu accepterait-il de venger la mort du premier assassin?  Serait-ce une leçon pour le système judiciaire?  Ou plutôt, et encore une fois, une incohérence biblique?

En sous-entendu, on comprend aussi que Caïn devient fugitif et fondera sa propre « lignée », de manière tout à fait inexpliquée d’ailleurs.  La question qu’on se pose depuis longtemps est de savoir avec quelle femme il fonda sa descendance.  L’une de ses sœurs?

On en revient encore à l’inceste, phénomène si présent dans la Bible.

Ouvrons une parenthèse.  À la lecture d’un livre comme celui de Colin Spencer, Histoire de l’homosexualité, de l’antiquité à nos jours, on remet en perspective une époque où la liberté sexuelle a inévitablement influencée les écrits de toutes les grandes religions.  En fait, l’Église chrétienne a mis quelques siècles avant de condamner par exemple l’homosexualité et la pédérastie, des pratiques courantes et socialement acceptés dans nombre de civilisations.

Revenons aux descendants de Caïn, toujours selon la Bible bien sûr.  Ce peuple fondé par un assassin, donc impur, pourrait expliquer la haine que les croyants eurent envers les autres peuples païens.  Une excuse permettant de les accuser d’être les descendants de Caïn, voire de justifier plus tard le Déluge.  Bref, toute religion finit par trouver des arguments afin de justifier sa haine d’autrui.

Dans le Coran on peut lire à ce sujet : « Raconte-leur l’histoire des deux fils d’Adam.  En vérité, quand ils ont présenté une offrande à Allah, Il l’a reçu de l’un, et refusé de l’autre.  Celui-ci dit : « Je te tuerai. »  Il dit : « Allah n’accepte d’offrande que des frémissants. »  Si tu élèves ta main contre moi pour me tuer, je ne l’élèverai pas contre toi, je ne te tuerai pas.  Je crains Allah, Rabb des univers.  Je veux que tu portes ma faute avec ta faute, parmi les Compagnons de Feu, lots des fraudeurs.  Il lui est suggéré de tuer son frère, et il le tue.  Il comparaît parmi les perdants.  Allah suscite un corbeau qui gratte la terre pour lui apprendre comment recouvrir la dépouille de son frère.  Il dit : « Aïe!  Je suis incapable de faire comme ce corbeau et de recouvrir la dépouille de mon frère? »  Et il comparaît parmi les repentis » (5. 27-31).

On parle ici clairement de Caïn (en arabe Kabil) et d’Abel (en arabe Habil).  Les homélies étaient multiples chez les Hébreux comme chez les Arabes pour expliquer le premier meurtre de l’Histoire.  André Chouraqui, traducteur émérite du Coran, nous dit d’ailleurs que « Al-Baïdawi explique la dispute par une rivalité des deux frères amoureux d’une même femme. »

Qui aurait été cette femme?  Une de leurs sœurs?  Leur mère?

Laissons de côté ces spéculations mythologiques et restons-en avec les écrits, donc la base.

Certains suggèrent que le conflit entre les deux frères s’expliquerait, semble-t-il, par le fait que Caïn aurait présenté son blé le plus mauvais, tandis qu’Abel donna son agneau le plus gras.  Pourtant, rien de cela n’est précisé dans la Bible ni le Coran.

On remarque cependant que le Coran reprend l’idée de la jalousie créée par Dieu, ignorant Caïn sans la moindre raison.

« Il lui est suggéré de tuer son frère » devient un élément troublant.  Qui aurait suggéré à Caïn de commettre ce meurtre?  Allah?

Ce mot enlève au meurtrier une part de responsabilité car il implique un complice, celui ou ceux qui lui ont suggéré de le faire.

Quant au corbeau, il vient symboliquement nous dire qu’on a montré à Caïn comment se débarrasser du corps de son frère.  Donc, on y retrouve encore l’élément de complicité.  Si l’Islam a l’intention d’imputer à Caïn toute la criminalité humaine, c’est un échec.  Il avait au moins un complice qui laisse d’ailleurs sous-entendre une divinité.

Dieu complice de meurtre?

Et au verset 32 de la même sourate, il semble clair que Mahomet s’adressait directement aux juifs, comme pour leur faire la leçon : « Alors, pour les Fils d’Isrâ’îl, nous avons écrit ceci : « Voici, qui tue quelqu’un qui n’a tué personne ni semé de violence sur terre est comme s’il avait tué tous les hommes.  Et qui en sauve un est comme s’il avait sauvé tous les hommes. »  Nos envoyés sont venus à eux avec des preuves.  Mais voici, après cela, il est sur terre, un grand nombre de transgresseurs ».

Et parmi ces transgresseurs on retrouve aussi des musulmans.  Bien sûr, évitons de généraliser, ce qui équivaudrait à verser dans le préjugé, mais plusieurs soi-disant illuminés d’Allah auraient intérêt à relire quelques fois ce verset avant d’attacher à leur taille une ceinture d’explosifs.

L’étude logique et réfléchie de ces premiers chapitres de la Genèse suffirait à comprendre que les religions juives, chrétiennes et islamiques ne reposent sur rien de concret.  Donc, comme plusieurs s’en doutent déjà, l’étude des autres livres pourrait s’avérer futile.

Ni le Talmud, ni la Bible et ni Coran ne sont des livres historiques.  Rationnellement, on peut envisager ces récits uniquement comme de la mythologie, une forme intéressante de se cultiver à propos des influences et courants de pensée qui nous ont précédés; et qui, bien souvent, circulent encore largement parmi nos sociétés multiculturelles.

Publicités

7 thoughts on “Caïn et Abel: le premier meurtre de l’Histoire?

  1. ça rend fou tous cela. Bravo pour l’analyse et espérons un jour trouver des réponses à toutes nos questions…

    J'aime

  2. Allah le Tout-puissant dit dans le Coran:
    { Et raconte-leur en toute vérité l’histoire des deux fils d’Adam. Les deux offrirent des sacrifices; celui de l’un fut accepté et celui de l’autre ne le fut pas. Celui-ci dit: « Je te tuerai sûrement ». « Allah n’accepte, dit l’autre, que de la part des pieux »}.
    [ Sourate 5 : Verset 27 ]

    { Si tu étends vers moi ta main pour me tuer, moi, je n’étendrai pas vers toi ma main pour te tuer, car je crains Allah, le Seigneur de l’Univers. Je veux que tu partes avec le péché de m’avoir tué et avec ton propre péché: alors tu seras du nombre des gens du Feu. Telle est la récompense des injustes }
    [ Sourate 5 : Versets 28-29 ]

    { Son âme l’incita à tuer son frère. Il le tua donc et devint ainsi du nombre des perdants. Puis Allah envoya un corbeau qui se mit à gratter la terre pour lui montrer comment ensevelir le cadavre de son frère. Il dit: « Malheur à moi! Suis-je incapable d’être, comme ce corbeau, à même d’ensevelir le cadavre de mon frère? » Il devint alors du nombre de ceux que ronge le remords }.
    [ Sourate 5 : Versets 30-31 ]

    donc Habil été pieu et savait très bien que Dieu accepte les sacrifices des pieux et c’est ce qu’il a dit à son frère Kabil mais il ne voulait pas écouter il faisait qu’a sa tête puis il a décidé de tuer son frère encore une fois Habil explique à son frère Si tu étends vers moi ta main pour me tuer, moi, je n’étendrai pas vers toi ma main pour te tuer, car je crains Allah,Je veux que tu partes avec le péché de m’avoir tué et avec ton propre péché: alors tu seras du nombre des gens du Feu. Telle est la récompense des injustes , Kabil a tué son frère par sa propre volonté je ne vois pas la complicité de Dieu au contraire Dieu accepte les pieux comme Habil qui ne tue pas qui craint Dieu pourquoi l’autre tue et ne craint pas Dieu c’est parceque il a choisit une autre voie la vie d’içi bas.

    J'aime

  3. l’islam n’impute rien à personne chacun est responsable de ses actes, kabil a choisit une voie et Habil une autre, chacun paie ses comptes personne ne paie à la place d’un autre Dieu est juste.

    J'aime

Commentaires fermés