Le Sergent Reckless, une héroïne pas comme les autres

Le Soldat Reckless sur le champ de bataille, en Corée, 1953.

C’est en octobre 1952 que le propriétaire de la jument nommée Flame of the Morning, un sud coréen, vendit son animal afin de payer une jambe artificielle à sa sœur.  Peu de temps après, sur une piste de course de Séoul, la jument à l’œil vif attira l’attention d’un lieutenant de la Marine américaine qui recherchait alors un cheval de confiance pour manipuler les munitions d’un canon anti-char de 75mm que les militaires surnommaient reckless (téméraire).  Flame of the Morning fut donc rebaptisée Reckless par ses nouveaux camarades.  Officiellement, elle devint le Soldat Reckless.

Fonceuse et intelligente, la conduite de Reckless fut exemplaire.  Elle s’intégra si bien à l’unité d’artillerie que lors des nuits froides de Corée elle se réchauffait avec les hommes sous les tentes; près du poêle.  On disait qu’elle avait une impressionnante capacité d’adaptation.  Elle levait le nez sur un bloc de sel conventionnel mais aimait le sel sur ses œufs brouillés, dévorait des barres de chocolat et même les sandwichs au beurre d’arachide.  Occasionnellement, elle sirotait un café, un cola, de la bière et même du whiskey.  Tel fut son seul entraînement militaire; après quoi on l’a fit monter dans une remorque pour la conduire jusqu’au front.

Sellée et chargée de six obus de 24 livres chacun, c’est ainsi que le Soldat Reckless eut son baptême du feu.  Après s’être cabrée sous les premiers tirs, un jeune soldat se chargea de la calmer.  Elle ne donna apparemment plus jamais un seul signe de panique au cœur de l’action.

En février 1953, lors de la prise de la colline de Detroit, Reckless se déplaça calmement de position en position, transportant six obus à la fois.  Sous un feu intense, elle compléta 24 voyages du genre; un parcours estimé à 20 miles (32km) en une journée, transportant ainsi 3,500 livres (1,600kg) de munitions.

Lors des accalmies, Reckless transportait les rations, les équipements de nuit, les grenades et les munitions pour armes légères.  Elle servait aussi à dérouler les fils de fer utilisés dans les communications entre les différentes équipes de combat.

Elle joua un rôle très important lors de la capture de Vegas Hill en mars 1953.  Après son 21ème voyage en terrain montagneux elle eut droit à une courte pause, sans plus.  Lors de ces missions, elle n’était pas toujours accompagnée, accomplissant ainsi son travail d’instinct.  La réalité des combats lui infligea deux éclats de projectile au-dessus d’un œil et un autre dans son flanc gauche, mais en dépit des ces blessures elle poursuivit courageusement son travail.

Au cours de l’après-midi, sa charge fut réduite de 8 à 6 obus, et un soldat lui offrit du grain et de l’eau, en plus d’une barre de chocolat.

À la tombée de la nuit le Soldat Reckless avait courageusement complété 51 trajets, parcouru environ 35 miles (56km), transporté un total de 9,000 livres (4,000kg) de munitions.

Elle travailla durant deux autres jours avant que les Américains remportent la bataille de Vegas Hill.  L’exploit de Reckless lui valut le respect et l’admiration de toute la 1ère Division de la Marine.

Une fois la guerre de Corée terminée, on se questionna à savoir ce qu’on allait faire de la courageuse jument car il n’existait aucun fonds militaires pour le transport des chevaux jusqu’aux Etats-Unis.  Allait-on l’abandonner en Corée après tous ses états de service?

Bien sûr que non!

Une compagnie maritime offrit alors de la transporter gratuitement.  La belle Reckless se retrouva donc en route vers le pays qu’elle avait si durement défendu sans y avoir mis les … sabots.

C’est au matin du 10 novembre 1954 que Reckless foula le sol américain, plus précisément à San Francisco, Californie.  Les citoyens lui réservèrent un accueil chaleureux, si bien que l’héroïne attira plus de journalistes que le vice-président des États-Unis, Richard Nixon, ne l’avait fait une semaine plus tôt.

Le soir même de son arrivée, Reckless prit l’ascenseur d’un grand hôtel pour aller assister à une réception donnée en son honneur, et elle s’installa poliment au bout de la table.

C’est au Camp Pendleton, en Californie, qu’on l’installa de façon permanente.  Elle continua cependant son travail promotionnel pour l’armée durant quelques années.

Le 31 août 1959, elle reçut le titre honorifique de Sergent pour son courage et l’année suivante elle prit sa retraite avec tous les honneurs militaires.  En guise de récompense, on lui attribua la permission de conserver ses quartiers à l’écurie de la base militaire pour le reste de ses jours, en plus de mériter une foule de médailles dont la Citation de l’Unité Présidentielle et la Médaille de la Défense Nationale.

Le Sergent Reckless s’éteignit en 1968, alors qu’on estimait son âge à 19 ou 20 ans.  Elle fut euthanasiée à la suite d’une blessure sérieuse.  Malheureusement, son nom commença dès lors à sombrer dans l’oubli, mais certaines personnes continuèrent de raviver le souvenir de ses exploits.

Le 10 novembre 1989, en l’honneur du 214ème anniversaire des Marines, la première course sur la piste Aqueduct de New York fut dédiée à la mémoire de la courageuse jument bai.

Depuis, on lui a consacré un site internet[1] et un groupe facebook.  On retrouve également un intéressant petit documentaire sur Youtube : http://www.youtube.com/watch?v=YIo3ZfA9da0

Publicités

One thought on “Le Sergent Reckless, une héroïne pas comme les autres

  1. Bonjour Eric,

    Cette histoire est très intéressante dans le sens où les gens ont rendu hommage au courage et à l’intelligence de cette jument. Je pense que comme certains chevaux, celle-ci aimait avant tout travailler et le contact humain à tel point qu’elle s’est livrée entièrement à eux sans aucune réticence. Elle devait surement avoir de réelles compétences d’adaptation pour avoir été autant impliquée dans l’armée. Sans doute était-elle la réincarnation d’un soldat qui sait? En tous les cas merci pour cet article car ça fait du bien d’entendre parler de chevaux considérés au même rang que des êtres humains. Il y a des gens qui les considèrent comme inférieurs à nous et là au moins ça donne le change. Tout comme toi je pense que les chevaux sont aussi intelligents que les gens. Parfois je me demande s’ils ne le sont pas plus que nous tant ils ont l’esprit logique et tant ils sont capables de tolérance, de compréhension et d’humilité envers les hommes.

    Céline Gentot

    J'aime

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s