La photo de Billy the Kid vendue à 2,3$ millions

Cette seule photo officiellement reconnue par l’ensemble des historiens aurait été prise à Fort Sumner, Nouveau-Mexique, en 1880.

Le célèbre hors-la-loi du Far West connu sous le nom de Billy the Kid fait une fois de plus la manchette.  Le 25 juin dernier, l’unique photo le représentant et qui soit officiellement reconnue par l’ensemble des historiens[1] fut vendue lors des enchères du Brian Lebel’s Old West Show and Auction à Denver, Colorado, pour la modique somme de 2,3$ millions.  Le nouveau propriétaire en est donc le milliardaire William I. Koch.  C’est dire à quel point la renommée d’un personnage historique peut encore connaître des retombées économiques importantes.  La compagnie assure qu’en 22 ans d’activités c’est la première fois qu’un item atteint un prix aussi élevé.

Il faut aussi comprendre que cette photo a une histoire particulière.  Billy the Kid la portait sur lui au moment de son arrestation par le Shérif Pat Garrett en décembre 1880.  Lors d’un arrêt au village de Fort Sumner, au Nouveau-Mexique, il échangea cette photo à Deluvina Maxwell, la servante amérindienne de la riche famille Maxwell, qui lui remit alors une écharpe afin de le tenir au chaud durant le reste du trajet le conduisant vers la justice.  cet échange se déroula à l’intérieur même de la grande maison des Maxwell.

Par la suite, le Kid eut droit à un procès, qui n’a d’ailleurs laissé que peu de trace dans les archives.  Le juge le condamna à être pendu le 13 mai 1881, mais le volubile jeune homme s’évada deux semaines avant en tuant ses deux gardiens.  Moins de trois mois plus tard, Garrett annonçait publiquement avoir tué le jeune hors-la-loi.

En 1926 se publiait The Saga of Billy the Kid de Walter N. Burns, qui connut un immense succès.  L’image romancée et trafiquée que Burns donna au personnage influença longtemps les auteurs et le cinéma.  Mark Dworkin mentionne que les historiens académiques ont commencé à s’intéresser sérieusement au folklore western seulement à partir des années 1960[2], bien que Sonnichsen et Morrison aient fait un travail honnête dès 1955[3], ce qui nous montre bien que la vérité historique avait été jusque-là diffusée avec peu de rigueur.

En dépit de son style littéraire parfois sensationnaliste, Burns avait, pour son époque, réalisé un effort respectable en se rendant au Nouveau-Mexique afin de collectionner les témoignages de quelques survivants.  Parmi eux, Paulita Maxwell, devenue alors Mme Jaramillo.  Bien qu’elle le niait à l’époque, elle avait été l’une des petites amies du Kid.  À propos de cette fameuse photo, elle raconta à Burns que celle-ci avait été prise par « un photographe itinérant qui est passé par Fort Sumner en 1880 »[4].  Elle ajouta que « Billy a posé debout dans la rue près du Old Beaver Smith’s Saloon »[5].  Ce dernier détail semble difficile à croire.  En observant la photo, elle ne donne pas l’impression d’avoir été prise en extérieur.

Comme on aurait pu s’en douter, Paulita précisa son mécontentement à l’égard de cette photographie, affirmant qu’elle ne rendait pas justice à Billy.  La vieille dame expliqua ensuite que l’échange de la photo contre l’écharpe avec Deluvina se serait effectué loin de chez elle dans une petite cabane de détention.  Pourtant, les historiens, qui se basent sur d’autres témoignages sérieux, s’accordent pour dire que la scène se déroula à l’intérieur même de la maison des Maxwell puisque le Kid avait demandé à voir Paulita avant que l’équipe de Garrett ne le conduise jusqu’à Las Vegas, Nouveau-Mexique.  Selon toute vraisemblance, il semble que Paulita ait trafiqué la vérité lors de la visite de Burns.  Pourquoi?

À moins que l’auteur ait été confus dans sa prise de notes!?

Finalement, Paulita raconta clairement à Burns que « ma mère a conservé la photo dans un coffre de cèdre durant des années, et finalement ma sœur, Odila, la donna à John Legg, un tenancier de saloon de Fort Sumner et ami de la famille.  Legg fut tué et Charlie Foor, son exécuteur testamentaire, s’est retrouvé en possession de la photo.  Quand la maison de Foor fut incendiée, l’originale fut détruite mais heureusement plusieurs copies en avait été faites »[6].

Doit-on comprendre par ce témoignage que ce n’est pas la photo originale qui fut vendue en juin dernier?  Koch se serait-il fait arnaquer de 2,3$ millions?  Paulita aurait-elle menti aussi sur ce détail?

Le Wild West Magazine ne nous permet pas pour l’instant de mieux éclaircir ces questions, mais assure qu’une étude photographique préparée par Richard Weddle sera bientôt publiée[7].


[1] Si on croit en la version de William H. « Brushy Bill » Roberts, qui prétendait être le véritable Billy the Kid en 1950, il existerait évidemment plusieurs autres photos du hors-la-loi; mais comme l’ensemble des historiens n’osent toujours pas accorder l’importance qui s’impose pourtant à cette version on s’en tiendra à la ligne dite « officielle ».

[2] Mark Dworkin, « The Wild West’s Premier Mythmaker », Wild West Magazine, octobre 2011, p. 50-57.

[3] C. L. Sonnichsen et William V. Morrison, Alias Billy the Kid, 1955.  Morrison, l’avocat de W. H. « Brushy Bill » Roberts, s’allia à l’historien de renom Sonnichsen pour immortaliser les propos fascinants de son client, dépeignant une image allant souvent à l’encontre du personnage amplifié par les écrits de Burns.

[4] Walter N. Burns, The Saga of Billy the Kid, 1926, p. 194.

[5] Ibid.

[6] Ibid., p. 195.

[7] Wild West Magazine, octobre 2011, p. 10.

Publicités

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s