Se réapproprier Noël


Fresque représentant le dieu Mithra.

            Mont-Royal s’ajoute à la longue controverse des accommodements raisonnables.  Cette fois, on a pris la décision de retirer tout symbole religieux à l’approche de la fête de Noël.  Le sujet n’est pas nouveau, mais il fait bouillonner les âmes de plusieurs.  Nombreux sont ceux qui crient au scandale, se croyant menacés par les interminables accommodements raisonnables.

            Certaines personnes souhaitant conserver ces symboles soi-disant de tradition catholique, tandis que les cultures immigrantes voudraient bien les voir disparaître.  Pourquoi ne pas faire un petit bon dans l’Histoire pour tenter de comprendre!

            « Bien avant l’apparition du christianisme, le 25 décembre est déjà une fête religieuse païenne dans l’ensemble de l’Empire romain.  En ce jour, de nombreux fidèles de Mithra célèbrent la naissance de leur dieu.  […]  Dans les légendes relatives au dieu, il naît le 25 décembre dans une grotte au moment où le soleil reprend de la vigueur »[1].

            Lors du solstice d’hiver, le 21 ou 22 décembre, le soleil cesse sa progression dans le ciel et disparaît derrière l’horizon au même endroit durant trois jours avant de reprendre lentement son parcourt à partir du 25 décembre en direction de l’ouest.  Les jours s’allongent à nouveau.  C’est cette reprise de la vigueur du soleil, ou Sol Invictus (Soleil Invaincu) que les mithraïstes célébraient, en plus de planter un arbre.  Cette croyance existait déjà au 6ème siècle avant notre ère, à l’époque où la réforme de Zarathoustra créa le premier dieu unique de toute l’histoire de l’humanité.

Plus tard, incapables de se défaire de ce culte populaire, les chrétiens l’absorbèrent pour ainsi lui prêter la naissance du Christ.  D’ailleurs, une hypothèse veut que l’auréole entourant la tête de Jésus sur les représentations des premiers siècles de notre ère symbolisait justement la luminosité du soleil et non pas un casque interstellaire comme le prétendent certains de nos mystiques modernes.

            Faudrait-il donc avoir peur d’afficher nos décorations pour plaire aux immigrants de religions différentes?  Après tout, les décorations de Noël et les fêtes de famille ne sont qu’une façon de célébrer le renouveau et de mettre un peu de lumière dans le moment le plus sombre de l’année.

            Sur ce, je vous souhaite tout de même un très joyeux Noël!!!


[1] Catherine Salles, « La première messe de minuit », Historia, janvier 2011, no. 769, p. 16-22.

Publicités

One thought on “Se réapproprier Noël

  1. Si les gens dépenseraient leur énergie sur les vraies valeurs humaines de respect , d’entraide et d’amour vraie de son prochain au lieu de s’attacher à des croyances qui sont des sources de tensions, de chicanes et même de guerres , eh bien notre court séjour sur cette terre ne serait que meilleur.

    J'aime

Commentaires fermés