Me Raymond Daoust

Figure 1. Me Raymond Daoust

Le nom de ce criminaliste fut immortalisé au cours du 20ème siècle pour son éloquence en tend que plaideur mais aussi pour son association avec le crime organisé.  Quoiqu’en disent certains de ses défenseurs, Me Daoust reste connu comme l’avocat de la mafia[1].

Né à Valleyfield le 14 mai 1923, Raymond Daoust avait un frère et deux sœurs.  Son père, qui trempait dans le milieu de l’alcool illégal, aurait quitté le foyer familial alors que le jeune garçon n’était âgé que de 10 ans.  Pris au piège dans un milieu très modeste, il décida de s’investir à fond dans les études pour obtenir une chance de s’en sortir et de pouvoir aider sa famille.  Refusé dans toutes les universités francophones, il sera néanmoins accepté à l’Université McGill en raison de ses talents.  Éternellement reconnaissant envers cette université anglophone, il lui accordera plus tard son soutien par de généreuses contributions financières.

Après avoir été éboueur et plongeur, Raymond Daoust fréquenta le célèbre homme d’affaire québécois Pierre Péladeau avant d’être admis au Barreau en 1948.  Puisqu’il rêvait depuis longtemps de défendre les grands criminels, il ouvrit son bureau au côté de la prison de Bordeaux à Montréal.  Pour dénicher des clients, il erra dans les postes de police et les prisons, acceptant parfois de travailler gratuitement.  Rapidement, il se gagna ainsi la réputation d’être un avocat avec le cœur sur la main.  Il en irait toutefois autrement quelques années plus tard.

En décembre 1951, Daoust se trouvait à Trois-Rivières pour défendre les frères Gervais du meurtre d’un chauffeur de taxi.  C’est aussi pendant cette période que l’incorruptible Louis-Georges Dupont prêtait serment pour devenir policier à Trois-Rivières.  Plusieurs années plus tard, Dupont serait retrouvé mort dans sa voiture de service dans des circonstances qui sèment toujours la controverse.  Comme de raison, rien ne prouve une quelconque implication de Me Daoust dans cette affaire trifluvienne, mais les noms de ses clients Frank Cotroni et Lucien Rivard accusent certains liens avec cette affaire[2].

Lorsque les frères Gervais furent reconnus coupables, ce fut l’échec.  Daoust rentra auprès de sa famille complètement brisé.  Ce sera d’ailleurs l’un des seuls procès pour meurtre qu’il devait perdre au cours de sa carrière.  En fait, on prétend que sur les 183 causes graves qu’il a plaidées au cours de sa vie il n’en aurait perdu que trois.

À l’époque même du procès Gervais au palais de justice de Trois-Rivières, un drame marqua profondément l’existence du jeune avocat.  Sa sœur Huguette fréquentait un certain Georges Lemay, un homme que Raymond Daoust détestait pour des raisons que lui seul connaissait, apparemment.  En janvier 1952, sa sœur épousait tout de même Lemay et le couple partit en lune de miel en Floride.  Huguette Daoust ne devait cependant plus jamais revenir.  Son corps ne fut jamais retrouvé.  Par manque de preuve, aucune accusation ne fut portée contre Lemay.  Quelques années plus tard, Lemay se rendit célèbre en organisant un braquage qui le fit millionnaire.  En 1966, il s’évadera moyennant la complicité de quelques gardiens.  Son nom s’est gravé parmi les plus célèbres criminels de l’histoire du Québec[3].

On serait en droit de croire que cet épisode aurait pu susciter un cas de conscience chez Daoust, mais il continuera néanmoins à défendre les plus grands criminels de son époque, dont plusieurs meurtriers.  Vers la fin des années 1950, il était déjà devenu un personnage public.

1959 fut une année particulière pour lui, mais aussi pour l’histoire judiciaire en général.  D’abord, il faut savoir qu’à cette époque Lucien Rivard, l’un des clients de Me Daoust, était devenu un important caïd de la drogue sur le marché international, entre autres avec ses contacts dans la French Connection.  En fait, il était à la fois un important trafiquant de drogue et d’armes.  Au début de l’année 1959, Rivard se trouvait à La Havane à Cuba pour s’occuper de plusieurs boîtes de nuit mafieuses.  Sur les faramineux profits qu’il empochait, il versait une partie au dictateur Fulgencio Batista.  Toutefois, l’arrivée de Fidel Castro au pouvoir changea tout.  On laissa sous entendre que les propriétaires de cabaret furent emprisonnés, mais à la lecture de certains documents on comprend qu’il s’agissait plutôt d’un camp temporaire où les hommes jouissaient de bonnes conditions en attendant leur déportation ou leur départ de Cuba[4].

Le mystérieux mafieux Jack Ruby, dont le nom deviendrait mondialement connu quatre ans plus tard[5], se rendit à Cuba pour négocier la libération de certains mafieux, dont Lucien Rivard lui-même.  Il semble que cette tentative ait été un échec, mais c’est Raymond Daoust qui parvint à faire libérer son dangereux client grâce à ses contacts au sein du gouvernement fédéral canadien.  En fait, selon Jean-Pierre Charbonneau[6], Daoust s’est personnellement rendu jusqu’à Cuba.  Charbonneau écrit d’ailleurs à ce propos : « quels arguments fit-il valoir?  On l’ignore.  Mais, le 19 juin 1959, le décret ministériel numéro 1514 ordonnait l’expulsion de Lucien Rivard pour complicité dans le trafic de cocaïne.  Cinq jours plus tard, le trafiquant était de retour à Montréal ».

Figure 2. (de gauche à droite) Le journaliste René Lévesque, Maurice Dupras, Fidel Castro et Raymond Daoust.

Seulement deux mois auparavant, soit en avril 1959[7], Daoust s’était retrouvé à organiser la première visite officiel de Fidel Castro au Canada.  Un reportage de Radio-Canada présentait le jeune révolutionnaire comme un personnage romantique de l’actualité (voir figure 2).  Peut-on croire qu’il avait pu établir des contacts importants lui ayant permis de libérer son client peu de temps après?

Pour avoir fait un certain « ménage » des cabarets mafieux, Castro passa d’abord pour un incorruptible, mais les vieilles habitudes reprirent, à son avantage cette fois.  Il avait compris que le tourisme pouvait rapporter gros.  Pour sa part, le crime organisé italien et français avait perdu à jamais ces généreux profits à La Havane.  Cet aspect devint d’ailleurs l’un des éléments soulevé pour expliquer l’assassinat du président Kennedy en 1963, à savoir que la Mafia avait voulu se venger de cette incroyable perte financière.  Bien qu’elle ait été le fer de lance de la commission d’enquête instaurée par le Congrès au cours des années 1970 (HSCA), cette unique théorie ne tient cependant pas la route.

Il est très hasardeux de seulement penser à la question, mais je la tenterai tout de même : Raymond Daoust aurait-il croisé ou même côtoyé Jack Ruby?

Quand on sait que parmi ces mafieux détenus à La Havane se trouvait également Santo Trafficante Jr, le parrain de la mafia de Tampa, en Floride, et que Daoust fut plus tard considéré comme un conseiller très influent de la Cosa Nostra, la question devient presque légitime.

Quelques semaines seulement avant l’assassinat de Kennedy en novembre 1963, une importante quantité d’héroïne fut intercepté à la frontière de Laredo, Texas, dans la voiture d’un coursier québécois travaillant pour Lucien Rivard.  Quelques mois après l’assassinat de Kennedy, Rivard fut arrêté.  Pour lui éviter l’extradition, ses amis tentèrent de lui venir en aide.  Parmi ceux-ci on retrouvait un certain Robert Gignac.  De son côté, Me Daoust tenta habillement de mettre de la pression et même de menacer indirectement certains procureurs, en particulier Me Pierre Lamontagne.  Le tout provoqua une enquête publique présidée par le juge Caron.  Dans son rapport, le nom de Robert Gignac fut clairement mentionné et Charbonneau décrira lui-même le personnage comme un criminel sans scrupule.

Peu après, le scandale provoqué par l’évasion de Rivard conduisit à la démission du ministre de la justice Guy Favreau.  Ce dernier sera remplacé par Me Claude Wagner, dont les bureaux se situaient également au côté de la prison de Bordeaux.

Bien que Rivard ait été repris peu après et extradé vers le Texas pour y purger sa peine, son complice Robert Gignac semble avoir rôdé à Trois-Rivières.  Peu avant sa mort suspecte en novembre 1969, le sergent-détective Louis-Georges Dupont  avait procédé à l’arrestation de Gignac.  Pire encore, car l’un de ses collègues de la police, le corrompu Jean-Marie Hubert, fréquentait Gignac.

En 1968, Raymond Daoust se lança dans le domaine de l’édition en fondant son propre journal d’affaires judiciaires, Photo Police.  En fait, le célèbre Allô Police avait, à la suite d’une dispute, décidé de ne plus jamais publier le nom de Daoust dans ses pages.  Le journal de l’avocat était donc une réplique à cette boutade, lui qui rêvait de contrôler une partie de l’information et d’offrir aux criminels une tribune indépendante.

En mars 1970, le journaliste de La Presse Michel Auger écrivait que Me Raymond Daoust avait été aperçu à Acapulco avec des dirigeants de la Mafia.  La nouvelle eut l’effet d’une bombe et le jour même Daoust utilisa son pouvoir d’orateur pour se défendre à la télévision.  Il menaça de poursuivre le quotidien montréalais, qui, malheureusement, se rétractera.  Plus tard, des photos prouvèrent cependant que Daoust se trouvait bien à Acapulco en 1970 avec des hommes dangereux tels que Frank Cotroni et Claude Faber.

Figure 3. Les accusés d’origine française Jeanne Schneider et Jacques Mesrine en compagnie de leur avocat Me Raymond Daoust, à Montmagny, au Québec.

À cette époque, Daoust comptait déjà le criminel français Jacques Mesrine parmi ses nouveaux clients.  Ce dernier était accusé d’avoir assassiné l’hôtelière Evelyne LeBouthillier à Percé à la fin de juin 1969.  L’association de Daoust et de Mesrine allait laisser une profonde trace dans l’histoire criminelle de deux continents.

Le procès de Jacques Mesrine et de Jeanne Schneider débuta à Montmagny en janvier 1971.  Il semblait perdu d’avance.  Toutefois, les talents de Me Daoust renversèrent la vapeur, mais non sans l’utilisation de techniques douteuses.  Si certains osent prétendre qu’il n’avait pas l’étoffe des plus grands plaideurs, tous admettent cependant que sa force était de miner la crédibilité des témoins et de s’acharner sur les moindres détails, au point de pousser les témoins les plus intègres à perdre leur sang froid.  On soupçonne même qu’il aurait produit un faux témoin dans l’affaire des bijoux afin de démontrer honteusement que Mesrine et Schneider n’avaient pas dérobé des biens appartenant à la victime.  Bref, il semblait prêt à tout.

Contre toute attente, Mesrine et Schneider furent acquittés à la fin de ce procès de trois semaines.  Aujourd’hui, à l’étude des faits, il est cependant très difficile de se montrer d’accord avec ce verdict.  À ce titre, c’est d’ailleurs avec impatience qu’on attend la sortie du livre Mesrine le tueur de Percé de Me Clément Fortin[8].

La même année, Daoust prit également la défense de Joe Di Maulo, un mafieux accusé d’un triple meurtre commis à son cabaret de nuit de Montréal nommé Casa Loma.  Di Maulo fut d’abord condamné puis acquitté par la Cour d’appel.  Peu après, en novembre 1973, Di Maulo participait à New York à l’élection de Phil Rastelli à la tête du clan Bonanno.  Il est aussi le beau-frère et le consigliere de Raynald Desjardins, arrêté en 2011 pour meurtre et dont le procès se fait toujours attendre.

Daoust s’investissait tellement dans chacune de ses causes qu’il lui arrivait de s’effondrer littéralement à la fin d’un procès, comme ce fut le cas à Montmagny.  Il devait alors se retirer durant des semaines afin de refaire ses énergies.  Et bien souvent, cela se traduisait par des soirées bien arrosées, incluant cigares et jolies femmes.  Bien qu’il ait eu trois enfants, il brillait par son absence à la maison.  Pendant ce temps, à la marina de Repentigny, il était reçu comme un roi par les membres de la mafia.

Ce plaideur amoureux de l’argent, du luxe et des femmes, se fit aussi connaître pour être un farouche opposant à la peine de mort.  Son fils raconte dans le documentaire de Michel Beaudin que lorsqu’un de ses clients faisait face à une condamnation, il se rendait voir un cortège funèbre à l’église Notre-Dame de Montréal, ce qui lui donnait la force de poursuivre son combat.

Après que Jacques Mesrine et Jean-Paul Mercier se soient évadés du pénitencier St-Vincent-de-Paul en août 1972 et qu’ils assassinèrent deux gardes-chasse le mois suivant à St-Louis-de-Blandford, les deux évadés rendirent visite à leur avocat favori, Me Raymond Daoust, à sa résidence de l’île Bizarre.  Peu après, les deux tueurs passaient la frontière pour se réfugier au Venezuela.  Soulignons seulement que le passage clandestin de la frontière a toujours été une spécialité de la Mafia.

Lorsque Mercier fut repris et qu’on le fit comparaître en janvier 1973 au palais de justice de Victoriaville pour l’enquête du coroner concernant les deux gardes-chasse, Me Daoust était là pour le représenter et tenter encore une fois de démolir le témoignage de l’expert en balistique.  Peu après, Mercier plaida cependant coupable.

Évidemment, le grand nombre de causes remportées par Daoust lui créa une solide réputation, mais certains remettent en doute ce succès inégalé en affirmant que, justement, Daoust choisissait ses causes, laissant tomber celles qui étaient perdues d’avance.

En 1978, le nom de son client Lucien Rivard refit surface devant le HSCA, un comité du Congrès chargé d’enquêter sur les circonstances de l’assassinat du président Kennedy.  Par chance, le nom de Daoust resta dans l’ombre.

En 1979, c’est Daoust qui se chargea de la publication du second livre de Mesrine intitulé Coupable d’être innocent, alors que celui-ci était toujours en cavale depuis un an.  La même année, cependant, Mesrine fut abattu par les policiers parisiens, porte de Clignancourt.

Au début des années 1980, la réalité rattrapa Raymond Daoust après toutes ces années d’acharnement au travail et de vacances teintées de débauche.  Atteint du diabète, duquel il ne s’était jamais soucié, son état se dégrada.  Suite à un coup de pied dans une porte gelée par les caprices de l’hiver, une légère fracture s’infecta rapidement pour aboutir à la gangrène.  On lui amputera d’abord un pied, puis la jambe.  Devant cet échec cuisant, il s’isola presque complètement.

Il s’éteignit finalement d’une crise cardiaque découlant d’une crise d’hypoglycémie le 20 juillet 1983.  Il avait seulement 60 ans.

Pour obtenir cet article au format PDF: Me Raymond Daoust (PDF)

Bibliographie :

BEAUDIN, Michel.  Raymond Daoust, l’avocat de la pègre.  Documentaire, 2002, 45 min., DVD.

CHARBONNEAU, Jean-Pierre.  La Filière canadienne.  Trait d’Union, 2002, 464 p.

U.S. HOUSE OF REPRESENTATIVES.  House Select Committee of Assassination, Investigation of the assassination of President John F. Kennedy.  U.S. Government printing office, Washington, vol. 5, 1979, 724 p.


[1] Dans son documentaire de 2002 sur le personnage, Michel Beaudin intitule directement son œuvre Raymond Daoust, l’avocat de la pègre.

[2] Je reviendrai plus en détails sur le sujet dans de prochains articles.

[3] Selon une version, Georges Lemay serait décédé en 2006.  À sa demande, sa veuve aurait annoncé sa mort seulement deux ans plus tard.  Selon Charbonneau, Lucien Rivard, l’un des clients de Daoust, était un ancien ami de Lemay.

[4] Jean-Pierre Charbonne, dans son livre La Filière canadienne, édition 2002, p. 219, parle clairement de « prison », alors que dans le Volume 5 du House Select Committee of Assassination (HSCA), p. 327 à 343, on comprend dans la déposition de l’ancien capitaine de police José Verdacia qu’il s’agissait du Camp de Trescornia.

[5] Jack Ruby s’est rendu célèbre en éliminant Lee Harvey Oswald, le présumé assassin du président John F. Kennedy, abattu à Dallas le 22 novembre 1963.

[6] Jean-Pierre Charbonneau, La Filière canadienne, 2002, p. 138.

[7] Pour voir le reportage de Radio-Canada sur la visite de Fidel Castro à Montréal en avril 1959 : http://archives.radio-canada.ca/politique/international/clips/4001/

[8] On peut lire l’avant-propos du livre à l’adresse suivante : http://fortinclement.blogspot.ca/2011/08/jacques-mesrine-le-tueur-de-perce-par.html

Publicités

4 thoughts on “Me Raymond Daoust

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s