Double meurtre de Côté et St-Pierre: 40 ans déjà!


Type d’uniforme que portaient les gardes-chasse québécois en 1972. (photo: E. Veillette 2011)

Il y a 40 ans en ce 10 septembre, les agents de conservation de la faune Ernest Saint-Pierre, 54 ans, et Médéric Côté, 62 ans, étaient froidement assassinés par deux évadés de la célèbre prison St-Vincent-de-Paul : Jacques Mesrine et Jean-Paul Mercier.  Leurs corps criblés de balles furent retrouvés dans un rang boisé au matin du 11 septembre 1972.  L’enquête révéla cependant que le double meurtre s’était produit la veille, en fin d’après-midi.

Les deux gardes-chasse, pourtant armés, effectuaient leur tournée de routine dans la petite municipalité de St-Louis-de-Blandford lorsqu’ils tombèrent sur les deux évadés.  Ces derniers étaient accompagnés d’une prostituée du nom de Suzanne Francoeur.  La suite des choses se déroula rapidement et laissa place à de nombreuses interprétations.

Ce qui est certain, c’est que les deux agents n’ont eu aucune chance et que le double meurtre fut de nature sauvage.  Les conclusions de l’autopsie, effectuée à l’époque par le Dr Jean Hould, sont là pour en témoigner.  Par ailleurs, il ne faudrait certainement pas oublier que ce même Dr Hould avait été impliqué dans au moins deux controverses.  En effet, c’est lui qui avait pratiqué l’autopsie sur le corps du sergent-détective Louis-Georges Dupont en novembre 1969 et du ministre Pierre Laporte l’année suivante.

On le sait, le souvenir des agents Côté et Saint-Pierre s’est rapidement estompé avec la célébrité montante de leurs assassins.  Les plus jeunes ne se rappellent sans doute pas mais Jacques Mesrine, un brigand français, n’a pas cessé par la suite de faire la manchette jusqu’à ce qu’il soit éliminé par la police parisienne le 2 novembre 1979.  Quant à Mercier, son complice québécois, il mourut en 1974 sous les tirs des policiers montréalais lors d’une inoubliable fusillade résultant d’un braquage de banque.

L’opinion publique sacrifie-t-elle la mémoire de ses honnêtes citoyens pour redorer celle des criminels sans scrupule?

Quoiqu’il en soit, 40 ans plus tard, il ne faudrait pas oublier que Côté et Saint-Pierre, deux pères de famille sans histoire, ont été les seuls gardes-chasse à être assassinés en devoir dans toute l’histoire de la province du Québec.  Si ce triste anniversaire suffit au moins à rappeler quelque peu leur sacrifice, ce sera déjà un pas de franchi.

Publicités

One thought on “Double meurtre de Côté et St-Pierre: 40 ans déjà!

Commentaires fermés