Bodacious


Richard « Tuff » Hedemen sur le dos de Bodacious.

Lors d’un rodéo, les cow-boys peuvent sembler être les vedettes incontestées, mais il subsiste un autre côté à cette médaille : celui des bêtes.  La monte des taureaux sauvages est une épreuve spectaculaire qui déplace des foules de gens curieux d’assister à ces duels opposant les hommes à la force animale.  Quelques fois, il arrive que le taureau devienne aussi célèbre que les intrépides cavaliers qui osent grimper sur leur dos.

C’est précisément le cas de Bodacious, un taureau connu pour son extrême rudesse et son haut niveau de dangerosité.  On décrit encore son style comme traître, sans pardon et potentiellement mortel.  C’est en 1991, à l’International Professionnal Rodeo Association à Ponca City, Oklahoma, que Terry Don West monta Bodacious pour la toute première fois.  Le jeune taureau n’avait alors que 2 ans environ et il était simplement connu sous l’appellation de J31.  Il pesait alors 1,100 livres (500 kg) et appartenait à Phil Sumner.  Selon son propre témoignage, West avait entendu dire que l’animal était coriace et qu’il était difficile de rester sur son dos.  Lors de la chevauchée, le taureau essaya de frapper West à chaque bond en relevant la tête.  Le cow-boy eut la chance de s’en sortir sans blessure, mais il resta convaincu que ce taureau était déjà un champion de la Professional Bull Riding (PBR) et de la Professional Rodeo Cowboy Association (PRCA).  Ce violent mouvement de la tête devint la marque de commerce de Bodacious.

West avait vu juste, car l’année suivante le robuste taureau au pelage jaunâtre était vendu à Sammy Andrews et se retrouva dans l’arène pour se mesurer aux cow-boys professionnels.  West le monta à quatre reprises au cours de sa carrière.  Le second duel se déroula à Denver, Colorado, en 1993.  Cette fois, le puissant Bodacious gagna la partie en se débarrassant de son cavalier en un temps record.  Le taureau avait grandi, grossi et accumulé plus d’expérience dans les stades.  À chaque rodéo, la réputation de Bodacious ne cessait de prendre de l’ampleur.

En 1994, c’est à Houston, Texas, que Terry Don West dut encore une fois se mesurer à lui.  Une fois de plus, West fut projeté dans les airs avant l’écoulement des 8 secondes réglementaires et le taureau lui perfora un poumon en plus de lui égrainer un os du coude.  Comme tout bon cow-boy qui se respecte, West surmonta ses craintes et c’est sur le dos de Bodacious qu’il remporta un rodéo en 1995.

En 1996, West remporta le titre mondial de la PRCA.  Le cow-boy n’entretenait pas de rancune envers l’animal, bien au contraire.  West osa même déclarer qu’il considérait Bodacious comme un ami puisqu’ils avaient littéralement grandi ensemble.  Une comparaison exagérée, diront certains.

Grâce à son style particulier et son mouvement de la tête, Bodacious se débarrassa également de Clint Branger en le propulsant par-dessus son épaule.  Branger prit néanmoins sa revanche en tenant le coup deux fois sur le « Maître du Désastre », autre surnom donné au taureau.

S’il y a un nom qui est indissociable de celui de Bodacious, c’est celui de Richard « Tuff » Hedeman.  À l’âge de 3 ans, une portière de camionnette se referma sur sa main mais il ne versa aucune larme.  C’est à ce moment qu’il se mérita le surnom de Tuff (un dérivé de though, qui signifie coriace en anglais).  Hedeman est aujourd’hui une légende vivante du rodéo, bien qu’il ait failli devenir une légende morte à cause de Bodacious.

« J’ai monté Bodacious cinq fois dans sa carrière », expliqua Hedeman, « et il fut responsable de la meilleure chevauchée et aussi de l’une des pires de ma carrière. »

C’est à Memphis que Tuff Hedeman affronta Bodacious pour la première fois, ce qui lui permit de constater que la tête de son rival s’élevait étonnement haute dans les airs en comparaison avec les autres taureaux.  Sa poitrine entra même en contact avec les cornes de Bodacious lors de cette montée sauvage.

Un mois plus tard, Hedeman et Bodacious s’affrontèrent à nouveau à Tampa, Floride.  Encore une fois, le taureau gagna la partie.  La main de Hedeman n’avait put tenir la corde de soutien et il fut désarçonné au bout de 6 secondes.

En novembre de la même année, le hasard fit en sorte que les deux adversaires se retrouvèrent à nouveau nez à nez à la finale de Long Beach, Californie.  Bodacious jouissait alors une réputation de dure à cuire, mais ce n’était pas suffisant pour impressionner Hedeman.  Il était déjà reconnu comme le plus mauvais et le plus dangereux de tous.  Toutefois, le style de Hedeman se mariait à perfection avec celui de la terreur des bêtes à cornes.  Il qualifia lui-même sa chevauchée à Long Beach comme la meilleure de sa carrière.  Tuff tint le coup durant les 8 secondes réglementaires pour se mériter un pointage de 95.

Lors de la finale PBR le 15 octobre 1995 à Las Vegas, Nevada, Hedemen et Bodacious s’affrontèrent à nouveau.  Déjà triple champion du monde, Hedeman connaissait une année remarquable et se dirigeait vers son quatrième titre mondial.  Lorsqu’il pigea le nom de Bodacious, il s’attendit à une chevauchée si spectaculaire que cela allait lui assurer le titre.  Mais le cow-boy se trompait.  Ce duel allait le propulser en enfer.

Depuis leur dernière rencontre, Hedeman constata que le style de Bodacious avait changé.  Le taureau avait blessé plusieurs cow-boys déjà, au point de semer une certaine crainte.

Hedeman expliqua par la suite que le premier bond se passa bien après que la chute (barrière) s’ouvrit.  La première chose dont il se rappela c’est de s’être retrouvé au sol.  Il avait durement été ébranlé.  Bodacious avait tout simplement relevé sa lourde tête pour heurter Hedeman en pleine figure alors que le poids du cow-boy était en train de redescendre, ce qui multiplia la force de l’impact.

« Comme je marchais pour sortir de l’arène, j’ai senti que mes dents ne s’emboîtaient plus ensemble, alors j’ai su que ma mâchoire était fracturée.  Je ne réalisais pas que j’étais défiguré.  Mais quand je regardais les gens qui me dévisageaient, on aurait dit qu’ils avaient vu le démon. »

Puisque personne n’arrivait à trouver le conducteur de l’ambulance, Tuff prit le temps de s’asseoir derrière les chutes et regarda la reprise à la télévision.  Il demanda alors à quelqu’un d’aller avertir sa femme Tracy qu’il allait bien et qu’elle ne devait pas s’inquiéter.

Il fallut deux opérations et 13 heures de chirurgie pour refaire son visage, en plus de lui implanter cinq ou six plaques de titanium.  Tous les os du visage avaient été fracturés.  Malgré les efforts des médecins, Hedeman resterait défiguré à jamais sur la moitié du visage, mais cela ne semble pas l’avoir affecté outre mesure.  « Cela ne m’énerve pas beaucoup », dit-il.  « Je ne me suis jamais énervé à propos des choses que je ne pouvais pas changer.  Si j’étais Clark Gable cela aurait été différent.  Les bonnes nouvelles c’est que j’étais devenu laid, ce qui ne représentait pas une grosse perte. »

Après avoir vu la reprise vidéo, Hedeman se considéra chanceux d’être encore en vie.  Il promit alors à son fils Lane de 4 ans, baptisé en l’honneur de son défunt copain Lane Frost, de ne plus jamais se mesurer au redoutable Bodacious.

Lors de la finale suivante de la PBR, Tuff eut une crainte en voyant que Bodacious se trouvait dans l’enclos, et il blagua sur le sujet.  Il y avait peu de chance que le hasard le désigne encore comme son adversaire, mais c’est pourtant ce qui se produisit.  Respectant la promesse faite à son fils, Tuff Hedeman refusa de monter sur le taureau jaunâtre et lorsque Bodacious fut libéré de la chute sans personne sur son dos, Tuff le salua de son chapeau.

Lorsque Bodacious blessa gravement au visage Scott Breding dans des conditions similaires, Sammy Andrews, le propriétaire de l’animal, décida de retirer son protégé de la compétition.  En fait, il semblait de plus en plus inévitable que Bodacious finirait par tuer quelqu’un et Andrews ne voulait pas avoir un tel drame sur la conscience.

Pour Bodacious, il s’agissait donc d’une retraite prématurée puisque qu’il n’était âgé que de 8 ans.

Le célèbre taureau était fut le seul animal de rodéo à avoir son agent et sa propre ligne d’objets souvenirs.  C’était un taureau Charbray de 1,800 livres (816 kg).  Il reste connu pour sa couleur jaune et sa façon unique de bouger.  Sur les 135 cow-boys à s’être mesuré à lui au cours de sa carrière, seulement 6 ont réussi à le vaincre.

Bodacious s’éteignit le 16 mai 2000 suite à une infection à l’une de ses pattes.  Il avait 12 ans.

(Obtenez cet article au format PDF: Bodacious – 12 septembre 2012)

Publicités