Waanatan, un amoureux de la paix


Waanatan, alias Martin Charger

En août 1862, la terreur frappait dans le sud du Minnesota.  Des bandes de Santee Sioux tuèrent des centaines de colons et incendièrent plusieurs propriétés.  Ils violèrent aussi des femmes avant de les assassiner, tandis qu’ils choisirent d’en prendre d’autres comme prisonnières.

En novembre, un acte héroïque sauva la vie de ces femmes et enfants capturés à Lake Shetek.  Curieusement, les sauveurs n’étaient pas de courageux soldats ni des héros à la peau blanche, mais de jeunes Sioux qui désapprouvaient eux-mêmes les méthodes des radicaux.  On les surnomma les Fool Soldiers (Soldats Fous).  Le plus célèbre d’entre eux fut Waanatan, également surnommé Charger.

Waanatan serait né en 1833 dans les Black Hills du Dakota du Sud.  Son père se nommait Turkey Head et sa mère Her Good Road.  Alors que Waanatan n’avait que 10 ans, un Indien de la tribu voulut se venger du meurtre de son frère.  Turkey Head expliqua à son fils que les coutumes et les pratiques de la tribu n’étaient pas nécessairement toutes bonnes.  Il disait que la générosité était meilleure que le combat et la violence.  Ainsi, le jeune indien grandit avec ce code d’honneur que son père lui avait si gentiment inculqué.

À 18 ans, Waanatan et son frère, Little Hawk, se joignirent à un groupe de guerriers afin de combattre les Indiens Crow.  Sa démonstration de courage lui a valu une invitation à se joindre au groupe d’élite appelé Grass Society.  Il semblait détenir toutes les qualités requises pour devenir un excellent guerrier, mais il était sur le point de choisir une autre voie.

L’année suivante, il épousa une gentille Sioux nommée Walking Hail.  Respectant les conseils de son père à propos de la générosité, il planifia un festin en y invitant les Crows, les ennemis de sa propre tribu.  Son épouse l’aida à préparer le festin.  Les Crows acceptèrent l’invitation et les deux tribus se réconcilièrent.

Même si les batailles se poursuivaient avec l’armée américaine, Charger prit la décision de ne plus faire la guerre mais plutôt de se concentrer sur le maintien de la paix.  Campé près du Fort Pierre en 1856, il força des bandes hostiles et d’autres tribus à s’asseoir ensemble afin de négocier.

En 1860, il rencontra d’autres Indiens pacifistes tels que Kills Game, Comes Back, Swift Bird, Four Bears et Charging Dog dans le but de former une nouvelle société.  Les cinq Indiens mirent alors sur pied la bande originale des Fool Soldiers.  Ainsi, le but principal de ce groupe respectait à la lettre le travail que Waanatan avait déjà commencé concernant la paix mutuelle et la générosité envers autrui.

Lorsqu’une société hostile de Hunkpapa connue comme les Artichoke Eaters démontra son intention de tuer le Chef Bear Ribs, les Fool Soldiers tentèrent de le protéger.  Malheureusement, ils ne purent empêcher l’assassinat du chef.

Le village de Waanatan se déplaça dans les Black Hills au cours de l’hiver 1861-62.  L’été suivant, alors que l’est du pays se trouvait en pleine Guerre de Sécession, ils apprirent dès leur arrivée au Fort Pierre la nouvelle de l’attaque des guerriers Santee.  Waanatan s’efforça alors de convaincre les siens de ne pas s’allier ni aux guerriers ni aux Blancs.  Selon lui, les pacifistes devaient rester neutres.

Le 17 novembre 1862, Waanatan et ses acolytes furent informés par des mineurs blancs que des femmes et des enfants étaient toujours prisonniers des guerriers Santee.  Les Fool Soldiers décidèrent de réagir immédiatement puisque les renforts se trouvaient beaucoup trop loin.  Dès le 18 novembre, ils préparèrent leurs chevaux et leurs bagages.  Le lendemain, ils repéraient déjà le camp du Chef White Lodge et de ses 200 guerriers.  Waanatan leur offrit d’abord d’échanger des chevaux et des armes contre les prisonniers, mais White Lodge refusa.  Celui-ci se vit même irrité du fait que les Fool Soldiers osaient se mêler de cette affaire.

Waanatan se tourna alors vers Black Hawk, le fils de White Lodge, qui détenait un enfant blanc.  Ce dernier se montra prêt à le libérer et se montra d’accord pour tenter de convaincre les autres Indiens de faire la même chose.  Les Fool Soldiers furent donc invités à l’intérieur du camp, où ils constatèrent de leurs propres yeux que les prisonniers blancs étaient devenus des esclaves.

Waanatan dut négocier individuellement avec chaque « propriétaire » de ces prisonniers et il parvint à en libérer sept : Mme Duly et ses deux filles; un garçon de 5 ans nommé Wright; la jeune Lillie Everett; et deux autres fillettes.  Les négociations étaient risquées car l’atmosphère était intense.  Waanatan était impatient de repartir mais pas sans la dernière prisonnière : Mme Wright.  Black Hawk tenta de proposer aux siens d’échanger la femme contre le dernier cheval des Fool Soldiers, une proposition qui fut finalement acceptée après de longs pourparlers.

C’est donc à pied que les Fool Soldiers quittèrent le campement.  Ayant utilisé tous les chevaux comme monnaie d’échange, le risque qu’ils encouraient alors fut celui de parcourir une longue et éreintante route accidentée.  Une tempête s’abattit sur eux au cours de la nuit alors qu’il ne leur restait plus que quatre fusils pour assurer leur dégfense.  Néanmoins, la satisfaction de la réussite les encourageait à continuer.  En plus de monter la garde toute la nuit, les Fool Soldiers donnèrent leurs couvertures aux rescapés afin de les réchauffer.

Les courageux pacifistes construisirent un traîneau pour mieux transporter les enfants, tandis que Pretty Bear en fit grimper un sur ses épaules.  Mme Duly avait été blessée d’un projectile d’arme à feu à un pied, résultat de la jalousie d’une indienne.  Pour atténuer un peu la douleur, Waanatan lui donna ses mocassins.  Bien que l’échange ait été un succès, ce n’était pas le moment de traîner en chemin.  On risquait de voir les radicaux changer d’avis ou alors de tomber sur une autre bande de guerriers assoiffés de sang.

Le 26 novembre, les Fool Soldiers rencontrèrent des troupes armées qui acceptèrent de les aider.  Les femmes et les enfants furent escortés jusqu’au Fort Randall, où ils restèrent durant 29 jours afin de reprendre des forces.

L’acte de bravoure des Fool Soldiers n’empêcha cependant pas le peuple Sioux de rester sur le pied de guerre durant de longues années encore, mais Waanatan eut au moins la satisfaction d’avoir consacré sa vie au maintien de la paix.

En 1867, Kills Game et Comes Back, deux des fondateurs des Fool Soldiers et amis proches de Waanatan, furent assassinés par un guerrier Santee qui avait continué d’accumuler de la rancœur face au sauvetage de 1862.  Plutôt que de prendre les armes au nom de la vengeance, les autres Fool Soldiers répétèrent leur exploit en libérant plus tard un groupe d’Indiens captifs.

En 1872, les amis de Waanatan commencèrent à bâtir la première communauté indienne de l’Ouest et se lancèrent dans l’agriculture afin d’abandonner progressivement leurs traditions guerrières.  Contre l’invasion infranchissable de la culture blanche, ils avaient compris que le seul moyen de s’en sortir était de s’adapter.

Devenu chrétien et promoteur de la paix entre les Blancs et les Indiens, Waanatan adopta lui-même le nom de Martin Charger.  Il s’éteignit le 16 août 1900 à la suite d’une courte maladie.

En 1929, le gouvernement érigea une plaque honorifique en son honneur.

Waanatan, un amoureux de la paix (PDF)

Publicités

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s