Prenez l’autre route!

John King Fisher
John King Fisher

Si on pouvait remonter le temps et se balader à cheval dans une certaine région du Texas, vous croiseriez probablement une pancarte sur laquelle on pouvait lire : « this is King Fisher’s road.  Take the other one » (Ceci est la route de King Fisher.  Prenez l’autre route).  Et, croyez-moi, il vaudrait mieux suivre le conseil.

John King Fisher a vu le jour en 1854 à Fannin, dans le Collin County, au Texas.  Au cours de son enfance, son père, qui travaillait comme camionneur, l’a souvent amené avec lui pour lui faire découvrir pratiquement tous les recoins du Texas.  En 1869, pour des raisons qu’on ignore, son père l’envoya vivre avec des amis qui habitaient près de Florence, Texas.  John était apparemment un garçon calme et apprécié de tous, mais il a cependant fini par violer la loi en prenant le cheval d’un homme, soi-disant pour le « libérer », peut-être parce que l’animal était maltraité.  Arrêté, il s’évada peu de temps après pour fuir la région.  Il n’y a jamais remis les pieds.

À l’automne de 1870, c’est en compagnie d’un complice que King Fisher s’introduisit dans une maison pour y commettre un vol.  En dépit de ses 16 ans, il fut condamné à deux ans de détention à la Rusk Prison de Huntsville.  Heureusement pour lui, il se mérita un pardon après seulement quatre mois d’incarcération.

Peu temps après, il semble que son audace et sa dextérité avec les armes à feu lui ait mérité un emploi.  Engagé par des ranchers, il devait maintenant traquer les voleurs de bétail.  À cette époque, il s’agissait d’un emploi presque suicidaire puisque la région était infestée de dangereux voleurs prêts à tout pour ne pas se faire prendre et les Mexicains étaient nombreux à franchir la frontière pour venir prendre leur part du gâteau.

Quoi qu’il en soit, il fallut peu de temps à Fisher pour se faire respecter et son nom devint rapidement synonyme de terreur pour les voleurs de bétail.  Graduellement, le taux de criminalité diminua et c’est à cette époque qu’on racontait qu’il lui suffisait d’installer une pancarte portant son nom pour éloigner les durs à cuire à tout acabit.

Physiquement, Fisher mesurait environ 6 pieds et pesait 185 livres.  On disait de lui qu’il avait l’habitude de porter de belles chemises, ainsi qu’une veste brodée de fil doré.  Une rumeur plus farfelue le décrivait aussi avec des chaps (chapajeros ou jambières de cuir) en peau de tigre.

Bien qu’aujourd’hui il reste connu comme ayant été un homme terrain, on disait de lui qu’il avait de bonnes manières et se faisait facilement des amis.  Évidemment, ceux qui le connaissaient bien savaient pertinemment qu’il pouvait aussi se transformer en homme impitoyable.  Par exemple, le jour de Noël 1876 il aurait tué un dénommé William Donovan, et peu après aurait refroidi trois hommes lors d’un seul incident.  Ceux-ci avaient eu le malheur de sous-estimer ses talents au revolver.

Mais Fisher n’était pas un incorruptible et les Texas Rangers commencèrent à enquêter sur lui, le soupçonnant de s’adonner lui-même au vol de bétail.  En peu de temps, ils accumulèrent 21 chefs d’accusation.  Malgré tout, King Fisher passa seulement cinq mois derrière les barreaux à San Antonio.  Après sa libération, il démontra une réelle volonté de rester dans le droit chemin.  Il se maria et devint père de trois enfants.  De plus, il décrocha un poste de shérif adjoint dans l’Uvalde County, Texas.  Une fois de plus, il se remit à pourchasse les voleurs de bétail, à seule différence que cette fois il portait l’insigne de représentant de l’ordre.

En 1883, les hors-la-loi Tom et Jim Hannehan attaquèrent une diligence entre San Antonio et El Paso.  Après s’être lancé à leurs trousses, King Fisher les localisa finalement sur un ranch et ne tarda pas à les confronter.  Décidé à résister à son arrestation, Tom tenta de sortir son arme mais Fisher le refroidit en l’espace d’un seul clin d’œil.  Devant la mort de son frère, Jim rendit alors les armes.

Les citoyens de la région furent impressionnés par les talents de King Fisher, si bien que les rumeurs se multiplièrent concernant ses chances d’être élu shérif aux prochaines élections de 1884.  L’ancien voyou semblait donc être sur la route de la réhabilitation.

L’apparition des nouvelles lois concernant l’arrivée du fil barbelé, qui prévoyait déjà la fin des grandes expéditions de bétail et les immenses troupeaux gardés en liberté, força Fisher à réaliser la complexité du problème.  Tourné vers l’avenir, il décida alors de se rendre jusqu’à la capitale d’Austin afin d’y étudier les lois en lien avec sa profession de représentant de l’ordre.  Sur place, il retrouva son vieil ami Ben Thompson, qui lui aussi s’était rendu célèbre par ses prouesses avec les armes.

Pour célébrer leurs retrouvailles, Fisher et Thompson firent la tournée des saloons.  Au soir du 11 mars 1884, les deux amis entrèrent au Turner Opera House de San Antonio pour y prendre quelques consommations.  Quelques minutes plus tard, Joe Foster, Billy Simms et Jake Coy, tous trois armés, s’approchèrent.  Ces trois voyous avaient l’intention de venger un de leurs amis qui avait été tué par Thompson.

Une violente fusillade éclata.  Lorsque la fumée se dissipa enfin à l’intérieur de l’établissement, John King Fisher et Ben Thompson gisaient sur le plancher, morts.  Foster succomba à ses blessures peu de temps après.  Fisher avait été atteint de 13 projectiles et n’avait apparemment pas eu le temps de se servir de son revolver.  Étrangement, il perdait la vie dans une affaire qui ne le concernait pas.

 

Publicités

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s