L’affaire Dupont: la vidéo de Canal D

En août 2013, dans le cadre de l’émission Dossiers Mystères sur Canal D, un documentaire tentait de relancer l’affaire Dupont, mais cette fois avec un impact beaucoup plus modeste qu’en 2011 à la suite du reportage de Pierre Marceau dans le cadre de l’émission Enquête sur Radio-Canada.

Le documentaire d’août dernier, de Christian Page, se concentrait essentiellement sur la reconstitution de la découverte du corps au matin du 10 novembre 1969.  Le comédien incarnant le rôle du constable Georges Marquis[1] nous montre qu’il immobilise d’abord sa voiture patrouille pour se rendre à pied inspecter des traces de pneus.  C’est encore à pieds qu’il se dirige ensuite vers la Chevrolet Biscayne 1965 à l’intérieur de laquelle se trouvait le corps de Louis-Georges Dupont, 45 ans.  On remarquera d’ailleurs que le documentaire n’a vraisemblablement pas réussi à retrouver un modèle de voiture identique pour authentifier cette reconstitution car ce n’est pas une Biscayne 1965 que l’on voit à l’écran.

Pourtant, lors de son témoignage de 1996, George Marquis avait expliqué s’être approché de la Biscayne à bord de sa voiture de patrouille, si bien que les deux portières du côté conducteur s’étaient retrouvées l’une vis-à-vis l’autre.  C’est seulement ensuite qu’il serait descendu pour faire le tour de la Biscayne.

On dit également dans le documentaire que Marquis a été avisé par ses supérieurs de prêter une attention particulière sur la disparition de Dupont, qui remontait au 5 novembre.  Or, toujours dans son témoignage de 1996, Marquis dira que son supérieur l’avait envoyé dans ce secteur pour effectuer une opération radar.  Dans son rapport signé le 10 novembre 1969, il n’a jamais été question d’une opération radar.

Autre détail à préciser : au moment de reconstituer les événements au matin de la disparition, c’est-à-dire lorsque Dupont reconduit sa fille Johanne à l’école, le comédien qui incarne son rôle porte un chapeau.  Or, Dupont ne portait aucun chapeau ce matin-là.

Ensuite, quand on nous démontre les détectives sur la scène de la découverte, le documentaire prend pour acquis que le lieutenant-détective Jean-Marie Hubert se trouvait sur les lieux.  Hubert était l’un des principaux policiers corrompus visé par l’enquête de la Commission de Police du Québec (CPQ).  Si les témoignages entendus des années plus tard permettent effectivement de déterminer qu’Hubert s’est occupée de cette enquête, rien ne prouve cependant qu’il ait été présent sur les lieux de la découverte au matin du 10 novembre 1969.

Il faut aussi se montrer prudent lorsque le narrateur mentionne qu’Hubert a été dénoncé par Dupont lors des audiences de la CPQ, qui ont eu lieues entre le 12 août et le 19 septembre 1969.  On peut fortement le soupçonner, entre autres en raison des brèves confidences que Dupont a faites à sa femme avant de mourir, mais d’un autre côté on n’a jamais pu mettre la main sur les transcriptions sténographiques de ces audiences.  Cela nous prive donc de tous les détails concernant les témoignages entendus devant la CPQ.

Le documentaire explique aussi qu’un rapport d’autopsie a été fait le jour même de la découverte par le Dr Jean Hould de l’Institut médico-légal (IML) de Montréal.  Il faut préciser que le Dr Hould n’a jamais rempli de rapport officiel ce jour-là, se contentant plutôt de quelques notes manuscrites dans un cahier personnel.  En fait, le premier rapport protocolaire écrit de sa main apparaîtra seulement en 1987.

Est-ce que le célèbre chroniqueur Claude Poirier voit juste dans son mot de la fin lorsqu’il prétend qu’il existe encore des gens qui savent des choses?  Y a-t-il encore des personnes qui craignent de parler?

Peut-être me reprochera-t-on d’être trop pointilleux sur les détails, mais dans une telle affaire l’importance de chacun d’entre eux s’amplifie, parfois jusqu’à atteindre la démesure.  Chaque détail compte!  Et c’est particulièrement vrai dans ce cas-ci, où il y a eu débats et controverses sur des points insoupçonnés.


[1] George Marquis est décédé le 5 mars 2014.  Pour en savoir plus : https://historiquementlogique.com/2014/03/07/lex-policier-georges-marquis-seteint-a-76-ans/

Publicités