Denise Therrien, une affaire classée


Denise Therrien vers l'âge de 16 ans.
Denise Therrien vers l’âge de 16 ans.

Le 8 août 1961, à Shawinigan-Sud, Denise Therrien, une adolescente de 16 ans, disparaissait soudainement après sa descente d’un autobus de la compagnie Carier & Frère, à quelques pas seulement du cimetière St-Michel.

Henri Therrien, le père de la disparue, entamera dès lors sa propre enquête puisque la police mettra une semaine avant de s’intéresser à l’affaire. Lorsqu’il rencontre le fossoyeur du cimetière St-Michel, Henri développe des doutes à son sujet. L’homme en question, qui s’appelle Marcel Bernier, traduit un comportement étrange et un discours contradictoire.

Mais l’enquête policière piétine en dépit des efforts incalculables investis par la famille Therrien.

En 1964, à l’annonce de la nomination de Claude Wagner au poste de Procureur Général de la province de Québec, Henri Therrien tente sa chance en lui écrivant une lettre. Touché par le propos, Wagner, qui est originaire de Shawinigan, confiera à l’inspecteur Richard Masson le mandat de reprendre l’enquête à zéro, avec un œil neuf. Dès lors, les choses bougent rapidement.

Marcel Bernier est arrêté avant de passer aux aveux en début d’avril 1965. Grâce à ses indications, on retrouve le corps de sa maîtresse Laurette Beaudoin enterré dans un lot du cimetière, puis celui de Denise Therrien en forêt.

Marcel Bernier subit son procès en février 1966 pour le meurtre de Denise Therrien, au terme duquel il sera reconnu coupable de meurtre avec préméditation, ce qui lui vaudra la peine capitale. Deux ans plus tard, la Cour d’appel confirme le verdict. Mais Bernier évite la pendaison à une époque où les mœurs sont en pleine transformations et il plaidera coupable en 1970 dans l’affaire du meurtre de Laurette Beaudoin.

En 1977, Bernier meurt en prison mais laisse derrière lui ses mémoires qui seront publiées aux éditions Stanké sous le titre Le fossoyeur, les confessions de Marcel Bernier. À titre posthume, Bernier se prétend innocent du meurtre de Denise en présentant une version pourtant douteuse selon laquelle elle serait morte de manière accidentelle en chutant dans un escalier.

En 2007, le film La lâcheté sort sur les écrans. Le cinéaste Marc Bisaillon y reprend assez fidèlement les prétentions de Bernier, ce qui choquera la famille. Ce film représentera d’ailleurs la soupape nécessaire qui poussera Isabelle Therrien, la nièce de Denise, à écrire un livre honnête et basé sur le dossier judiciaire déposé aux archives. C’est donc en consultant les transcriptions du procès qu’Isabelle se permit de défaire un à un les arguments de Bernier. Le livre d’Isabelle verra le jour sous le titre de L’inoubliable affaire Denise Therrien en 2009.

En juin 2014, alors qu’on croyait l’affaire close, un ancien policier du nom de Jean-Guy Lefebvre lance un petit livre de 157 pages intitulé La clef de l’énigme absolue. Celui-ci reprend les propos de Bernier sans les mettre en perspective. Lefebvre, qui avoue avoir mené son enquête uniquement « par téléphone », prétend avoir vu Denise à bord d’une voiture dans le parc des Laurentides le 17 septembre 1961, c’est-à-dire plus d’un mois après la date officielle du meurtre. Il donne donc l’impression de construire le reste de son bouquin autour de cette vision qui, pourtant, sort seulement 53 ans plus tard. Le public ne peut alors que se demander pourquoi, dans le cas où ce fait ait été authentique, il ne s’est pas manifesté plus tôt. Rappelons seulement qu’il n’est mentionné nulle part que Lefebvre ait déjà occupé un poste d’enquêteur et il n’a jamais été appelé à témoigner lors du procès.

Qui dit vrai? Est-il encore possible de départager le vrai du faux? Le procès fut-il une grande injustice, comme le prétendent Bernier et Lefebvre? Ou alors s’agit-il seulement d’une affaire classée comme le veut la version officielle établie depuis 1966?

C’est la question à laquelle je tenterai de répondre dans mon projet nommé Denise Therrien, une affaire classé.

Publicités

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s