France Alain, une affaire non résolue


France Alain était âgée de 23 ans lorsqu'elle a été assassinée en 1982.
France Alain était âgée de 23 ans lorsqu’elle a été assassinée en 1982.

En 1982, France Alain et son frère Bertrand partageaient l’appartement 405 de l’immeuble situé au 2185 rue Chapdelaine, sur le campus de l’université Laval, à Sainte-Foy. Deux autres jeunes étudiantes, des sœurs, vivaient dans le même logis, mais celles-ci étaient absentes au moment des faits relatés ici.

Le début de la dernière semaine d’octobre 1982, consacrée aux études sur tout le campus, France et Bertrand avaient passé la fin de semaine chez leurs parents, à Montmagny.

Le lundi 25 octobre, vers 13h15, Bertrand Alain quitta le logement pour se rendre au Conservatoire d’arts dramatiques, où il devait passer son premier véritable examen. Au moment de partir, sa sœur se trouvait toujours à l’appartement, plongée dans ses livres. La jeune femme de 23 ans étudiait en génie électrique.

Vers 19h30, France Alain sortit de chez elle. Seule dans le noir, elle s’éloigna de l’immeuble en sortant par la porte arrière avant de remonter la rue Belmont jusqu’au chemin Ste-Foy. Peu après, dans le milieu du stationnement, elle croisa un ami étudiant, Alain Hamelin, qui la salua, le temps de quelques secondes. Plus tard, Hamelin se souviendra l’avoir vu avec son sac à main.

Cette nuit était noire et particulièrement calme en raison de cette semaine de lecture qui permettait aux étudiants de rattraper certains travaux ou d’approfondir leur matière.

Un peu plus loin, France croisa son frère Bertrand, qui revenait à pied. Après son examen au Conservatoire, il s’était rendu avec des amis dans un bar du Vieux-Québec, question de laisser retomber le stress. En raison de la grève du transport en commun, c’est en compagnie d’une amie qu’il avait dû solliciter la générosité d’un automobiliste afin de rentrer chez lui.

Bertrand échangea quelques mots avec sa sœur, le temps de lui dire que son examen s’était bien déroulé et qu’il rentrait maintenant à l’appartement. France lui confia qu’ils allaient en reparler plus longuement, car dans le moment elle devait se rendre au dépanneur pour y acheter quelques victuailles. Ainsi donc, France reprit sa route.

Le temps de rentrer à l’appartement, de retirer son manteau et d’allumer la télévision, Bertrand Alain constatera que c’était la fin des émissions. Il était donc 19h30.

Sur le chemin Ste-Foy, France entra dans un dépanneur qui faisait office se superette. Depuis son appartement, il lui avait fallu moins de cinq minutes de marche. Elle se dirigea immédiatement vers la section réfrigérée afin de se procurer une pinte de lait.

Intersection de Belmont et Chapdelaine, à Sainte-Foy.  C'est à ce coin de rue, sur le trottoir apparaissant à gauche, que France Alain a été sauvagement abattue.
Intersection de Belmont et Chapdelaine, à Sainte-Foy. C’est à ce coin de rue, sur le trottoir apparaissant à gauche, que France Alain a été sauvagement abattue. (photo: E. Veillette, 2014)

Au coin de l’intersection du chemin Ste-Foy et de Myrand se trouvait alors la station de radio CHRC, où travaillait Benoît Proulx, un animateur avec lequel elle était sorti à quelques reprises. Toutes les demi-heures, Proulx intervenait en direct sur les ondes. Cette station ne se trouvait qu’à quelques centaines de pieds du dépanneur. Récemment, se sentant trop âgé pour elle et pas tout à fait prêt à s’engager à long terme dans une relation sérieuse, Proulx avait rompu avec l’étudiante.

À sa sortie du commerce, un sac de provisions dans les bras, France Alain redescendit la rue Belmont en direction de Chapdelaine. Mais plutôt que de prendre le chemin le plus court, c’est-à-dire de revenir par la porte arrière de l’immeuble, elle poursuivit son chemin jusqu’à l’intersection Belmont et Chapdelaine. Il était alors 19h40.

Au même instant, Monique Boulanger et Christiane Perron se trouvaient à l’intersection des rues Chapdelaine et Myrand. Les deux copines revenaient alors d’une marche de 45 à 60 minutes. Alors qu’elles avançaient en direction de l’intersection de la rue Belmont, leur conversation fut soudainement interrompue par un bruit puissant. En levant les yeux, Monique aperçut une voiture à l’intersection de Chapdelaine et Belmont qui s’éloignait à vitesse normale dans la direction opposée, c’est-à-dire vers McKay. Elle ne pourra malheureusement l’identifier en raison de la noirceur et de la distance. Toutefois, cette vision lui fit croire que le bruit entendu n’avait été qu’un simple back fire. Rassurées, les deux marcheuses continuèrent d’avancer.

Dans l’immeuble du 2185, dans l’appartement 410, un autre étudiant du nom de Ghyslain Leclerc entendit lui aussi le terrible vacarme. Croyant également à un back fire, il mettra donc du temps avant de sortir sur son balcon du 4ème étage. Mais la noirceur l’empêcha de distinguer quoi que ce soit d’anormal.

Quelques pas plus tard, Monique Boulanger et Christiane Perron franchirent la rue Belmont pour se retrouver sur le trottoir, toujours sur la rue Chapdelaine. Cette fois, leur attention fut attirée par une pinte de lait gisant par terre, ainsi que certains autres articles d’épicerie. Peu après, leurs yeux trébuchèrent sur un corps étendu dans l’herbe en bordure du trottoir.

Christiane, qui dira plus tard avoir cru qu’il s’agissait d’un enfant, fut incapable de tenir en place. Sans tarder, elle courut jusqu’à l’immeuble du 2185 pour chercher de l’aide. Pendant ce temps, Monique Boulanger demeura auprès de la victime pour tenter de lui parler. Mais sur ce sol froid et sans émotion, France Alain ne pouvait alors que gémir sa douleur.

Parce qu’une voiture avait été aperçu en train de s’éloigner, on crut d’abord qu’elle avait été heurté, victime d’un délit de fuite.

Le hurlement strident de la sirène de l’ambulance éveilla enfin l’attention de Ghyslain Leclerc. Cette fois, il comprit que le bruit entendu un peu plus tôt n’avait pas été le fruit de son imagination. Mais ce spectacle de gyrophares ne lui apporta que peu d’explications à ce qui venait de se produire au coin de la rue.

Les ambulanciers se chargèrent rapidement de France Alain. À première vue, la jeune femme semblait être blessée au côté droit, au-dessus du niveau des hanches. Sur la civière, on l’enfonça dans le véhicule d’urgence avant de rouler, pied au plancher, droit vers l’hôpital.

Pendant ce temps, Bertrand Alain regardait toujours la télévision. À une heure qu’il estimera plus tard entre 20h10 et 20h15, alors qu’il commençait à s’inquiéter de l’absence prolongée de sa sœur, un poing cogna à la porte. En allant ouvrir, Bertrand s’étonna de se retrouver devant des policiers. Sans qu’on lui explique précisément les circonstances, ceux-ci lui demandèrent de les suivre. Bertrand s’exécuta sans rouspéter mais non sans inquiétude. Une fois dans la rue, on le fit asseoir à l’arrière d’une voiture de patrouille, où il attendit de trop longues minutes avant que les policiers ne reviennent pour le conduire vers l’hôpital tout en lui annonçant que sa sœur venait d’être gravement blessée.

France Alain ne put jamais prononcer le moindre mot. Elle devait s’éteindre avant son admission à l’hôpital. Le plus étonnant fut de découvrir assez rapidement que sa blessure n’était pas dû à un accrochage quelconque avec un véhicule moteur mais plutôt à une décharge de fusil de chasse de calibre .12. D’ailleurs, pendant que l’ambulance tentait de se frayer un chemin dans la ville, les premiers policiers arrivés sur les lieux découvrirent deux bourres au milieu même de l’intersection des rues Belmont et Chapdelaine. Plus tard, un spécialiste en balistique expliqua lors de l’enquête du coroner que pour certaines marques de cartouches de ce type on retrouvait deux bourres, ce qui expliquait pourquoi les témoins n’avaient entendus qu’une seule détonation.

Étrangement, l’enquête du coroner se déroulera seulement 4 ans plus tard, soit en 1986. On comprit alors que si des enquêteurs chevronnés avaient minutieusement inspectés la scène de crime sans retrouver quoi que ce soit, quelques jours après cette enquête de terrain des cartouches furent mystérieusement retrouvées, ainsi qu’un sac poubelle qui, selon une théorie, aurait servi à dissimuler l’arme du crime pendant un transport quelconque. Pourquoi alors ces éléments n’avaient pu être retrouvés la première fois?

Si le frère de France avait lui-même été soupçonné durant une certaine époque, c’est Benoît Proulx qui fut visiblement ciblé lors de cette enquête de coroner. Pourtant, il n’y avait alors aucun mobile, d’autant plus que c’était lui qui avait mis fin à sa relation avec France Alain. D’ailleurs, le verdict du coroner n’arriva à aucune conclusion précise, ne pouvant blâmer qui que ce soit pour la mort tragique de France Alain.

Finalement, on dut attendre encore quelques années avant de connaître des suites dans cette affaire. En dépit de preuves très légères, le procès de Benoît Proulx s’ouvrit en 1991. Il sera défendu par Me Susan Corriveau, la fille de Me Lawrence Corriveau, qui avait représenté Proulx lors de l’enquête du coroner. L’accusation reposait alors sur le scénario chancelant selon lequel Proulx aurait eu le temps de s’absenter de la station de radio CHRC pour courir abattre son ex-copine avant de revenir pour le bulletin suivant, calme et parfaitement détendu.

Un témoin surprise, qui semblait sortir de nulle part, arrivera cependant à convaincre le jury en déclarant avoir reconnu Proulx seulement des années plus tard. Ainsi donc, le verdict tomba : Proulx était reconnu coupable.

Mais rapidement, Me Corriveau obtint la libération de son client. Le 20 août 1992, la Cour d’appel acquitta Benoît Proulx, jugeant que les preuves présentées au procès étaient insuffisantes pour en venir à un verdict de culpabilité. Après avoir traversé ce calvaire, Proulx intenta un recours en dommages et intérêts. En 2001, la Cour Suprême du Canada ordonnera au gouvernement du Québec de lui verser une compensation de 2,3$ millions.

Aucune autre enquête ne fut jamais rouverte pour tenter de retrouver le ou les véritables coupables de ce meurtre odieux. Il est d’ailleurs excessivement rare dans les annales québécoises qu’une enquête soit rouverte suite à un acquittement dans une affaire de meurtre. À ma connaissance, cela ne s’est produit qu’une seule fois.

Qui a donc assassiné lâchement France Alain en cette soirée du 25 octobre 1982? Le saura-t-on un jour?

Publicités

98 thoughts on “France Alain, une affaire non résolue

  1. Depuis toutes ces années, est-ce qu’on a pu relever de l’ADN sur ces cartouches ou sac de plastic retrouvés. Avait-on cherché dans sa région un possible ex petit ami qui n’aurait pas supporté de la voir avec ce Laurent Proulx. Cette affaire nous est toujours restée en mémoire car on demeurait à Sainte-Foy à cette époque et pour ma part, j’ai eu l’impression qu’on ne suivait qu’une seule piste. Merci de me répondre si vous le pouvez.

    J'aime

    1. bonjour, je suis aussi d accord avec vous, une autre personne était `était impliquée mais surprise personne ne sais rien, pour Benoit Proulx 2,3 millions pour 1 an de prison c est bien payé!!!!!

      sur

      J'aime

    2. Ç’est Benoît Proulx,pas Laurent Mme Dion.Mais moi, je crois que ç’est relié à Proulx ce meurtre.Genre ..commandité par lui du moins.

      J'aime

    3. Moi aussi je crois qu’il y avait plus qu’une personne d’impliquée et je vous dis pourquoi..
      Ç’est parce que deux jeunes étudiantes qui s’en venaient sur le trottoir rue Chapdelaine en direction Ouest, ce de la rue Myrand vers la rue Belmont (et ce du même côté sud que celui de France d’ailleurs), ont <> vu une voiture..ralentir.. près de France Alain (est-ce ça qui aurait attiré France vers cette intersection,elle qui devait rentrer par derrière et la cour de l’édifice où elle demeurait plutôt…qui sait??).

      Mais ces deux jeunes femmes avaient les deux témoigner avoir vu la voiture ..ralentir, puis entendre trois coups de feu sourds provenant de cette voiture…; puis France Alain de tomber vers le gazon côté gauche,donc côté sud, vers le bloc d’appartements. Comme les coups de feu provenaient du milieu du chemin, et donc de cette voiture, et NON d’un monticule derrière elle à l’Est de la rue Belmont comme certains en faisaient fictivement allusion, France est tombée vers le côté sud sur le gazon, et non le trottoir. Hé bien…!! La force d’impact d’une décharge pousse toujours la victime dans le même sens.

      Et comme M Proulx aurait été vu retournant vers CHRC (selon un témoin), ça ne veut pas dire qu’il l’a fait lui-même mais peut être allée voir si le travail commandité (tireur professionnel ou à gage) fut bien dirigé et fait comme pour en être sûr qui sait. Mais personne chez les inspecteurs n’est allé assez loin et ç’est bien dommage. Ce n’est pas la première fois que je vois les policiers ne pas pousser leurs investigations assez loin…,croyez-moi et ç’est bien dommage.

      Si tel était le cas, il y aurait plus de cas résolus et plus ..rapidement au Québec force est d’admettre bien malheureusement.

      Je me suis d’ailleurs toujours demandé .. <>, elle qui passait ..TOUJOURS par la ..cour (côté sud de son propre édifice d’appartements) en arrivant par la rue Belmont qu’elle descendait (d’où elle arrivait du dépanneur Provi-Soir de l’époque d’ailleurs), est PLUTÔT passée par la rallongement de devant son édifice côté entrée principale rue Chapdelaine, rallongement qu’elle ne prenait <> aux dires de ses proches.., car ç’était toujours beaucoup PLUS COURT de passer par derrière côté belmont que Chapdelaine (grand détour).

      Elle qui de plus avait un sac un peu pesant pour une jeune femme menue comme elle de plus. Aurait-elle vu ou soupçonné une menace..connue dans le stationnement arrière où elle passait toujours,de là continuer Belmont vers Chapdelaine et rentrer par l’avant de l’édifice,porte principale????? Ça m’a toujours chicoté et que les enquêteurs ne soient pas allées plus loin vers cette possibilité très possible m’a toujours déçu et laissé pantois. VOILÀ OÙ L’ENQUÊTEUR A MAL TRAVAILLÉ!!!!!!!!! Ç’est triste.

      J'aime

    4. Se peut-il que Proulx ait mis enceinte France et qu’elle décida de garder l’enfant et lui be pu accepter d’avoir un enfant d’elle?? Et qu’il aurait engagé un tueur tireur professionnel pour la descendre?? Car la voiture qui passait au coin de Belmont et Chapdelaine d’où s’échappa les pétards de fusil, on ne l’a jamais retrouvée… et à peine parlé d’ailleurs,sauf ces deux jeunes femmes qui ont vu le tout de rue Chapdelaine s’en venant sur Chapdelaine depuis la rue Myrand. Si ç’est le cas, Proulx a bien réussi le tout.. Je me suis tjs demandé ce qu’en pensait son frère,celui qui vivait avec elle… Ne lui avait-elle pas confié des choses,lui…???

      J'aime

    5. Ti-Guy tu oublies une chose, c’est qu’il y avait eu une autopsie et le pathologiste aurait certainement vu que France était enceinte, n’est-ce pas ?

      Aimé par 1 personne

    6. Réponse à Claude Gagné: Oui. Ç’est la raison pourquoi j’écris: Se pourrait-il qu’elle aie été enceinte?!..etc..On se pose des questions ici. Mais les autopsies ne disent peut-être pas tout si ce n’est pas pertinent à l’enquête qui sait.. Je ne suis pas assez connaîssant ici.. Je ne sais même pas si il y avait eu autopsie…J’espère que oui en tous cas.Mais il n’y a rien d’impossible vous voyez..dans des enquêtes comme celles-ci.

      J'aime

  2. Bonjour Lise. Je ne pense pas que des prélèvements d’ADN soient possible étant donné la manipulation des cartouches et du sac de plastique survenu lors de l’enquête du coroner. En effet, l’enquête semble avoir prit une seule orientation et Benoît Proulx a d’ailleurs été dédommagé pour ce qu’il a subi. Il est rare qu’une enquête soit reprise après un acquittement en Cour criminelle. À ma connaissance, ce n’est arrivé qu’une seule fois dans l’histoire de la justice québécoise. Il faudrait sans doute un élément nouveau très important et probant pour rouvrir l’affaire.

    J'aime

  3. Que pensez-vous de certains éléments incriminants à l’encontre de benoît proulx malgré son acquittement par la cour d’appel? En voici: 1- Son premier avocat, andré gaulin, aurait conclu un accord avec le procureur de la couronne afin que proulx plaide coupable à un homicide involontaire. C’est andré bélisle de la station CHRC, au courant de cet accord, qui lui a alors présenté laurence corriveau, qui a tout fait tomber. 2- Gilles Laberge, un confrère journaliste de CHRC, a été appelé à la maison par proulx. Celui-ci a demandé à Laberge de se rendre au poste de police de ste-foy afin de demander aux policiers si la victime avait pu parler avant de mourir. Les policiers ont trouvé suspecte cette question et ont ainsi su que c’était proulx qui en était l’instigateur par procuration. 3 – L’animateur dans la station CHRC ce soir-là, un certain m. aubé, prétend que proulx lui a annoncé le meurtre commis à deux pas de la station, mais une fois en ondes pour son bulletin, proulx n’en a pas parlé car la police n’avait encore rien annoncé, disait-il. Voilà, si ces questions vous semblent pertinentes, votre opinion serait la bienvenue. Merci.

    J'aime

    1. M. Balmin : « vous écrivez 1- Son premier avocat, andré gaulin, aurait conclu un accord avec le procureur de la couronne afin que proulx plaide coupable à un homicide involontaire. C’est andré bélisle de la station CHRC, au courant de cet accord, qui lui a alors présenté laurence corriveau, qui a tout fait tomber. » C’est la première fois que je lis qu’André Gaulin avait été l’avocat de Benoît Proulx. J’ai toujours pensé que c’était Lawrence Corriveau qui l’avait défendu. Du moins c’est lui qui l’avait défendu lors de l’enquête du coroner. 2) Qu’est-ce qu’André Bélisle vient faire dans ce dossier ?

      Aimé par 1 personne

    2. Moi, je crois que Proulx a tjs semblé être étrange comme personne.France l’avait appelé la veille et que lui aurait-elle dit..? L’aurait-elle menacé de quelque chose..?? Aurait-elle pu être enceinte de lui??..etc.. Son, frère, le comédien Bertrand Alain de Québec, n’en sait peut-être pas plus..Mais ses autres colocataires,elles, elle n’ont jamais beaucoup parlé.. Ce soir-là, personne n’a vu Proulx sortir..de CHRC. Mais au départ, on disait que le coup de feu venait du monticule qui surplombe la rue Belmont où est un stationnement aujourd’hui et que Proulx aurait eu le temps de quitter à pied et revenir.Mais maintenant, on dit que les cartouches furent trouvées au milieu de l’intersection des rues Belmont\Chapdelaine et que le coup de feu provenait d’une ..voiture qui quitta les lieux doucement vers la rue McKay. Qui dit vrai alors? Mais moi, je crois que selon le comportement de ce taré de Proulx, il est derrière ça, et cela juste de la manière <> dont il a traité les parents en deuil de cette dernière et la méfiance de ces derniers face à Proulx. Il n’a JAMAIS été convainquant ce con.Même à CHRC, il n’était pas très aimé pour son caractère terrible. Il se terre depuis tout honteux sûrement, ou non, 33 ans plus tard. La petite Alain a sûrement dû être ..attirée vers l’intersection Belmont\Chapdelaine car elle passait TOUJOURS par l’arrière de son bloc-appartement en allant ou revenant du Chemin Ste-Foy et de la rue Belmont. Jamais par l’avant, ça la rallongeait. Une voiture l’attendait-elle alors…et la surveillait-elle, commandité par Proulx, on ne saura jamais avec tous ces questionnements…malheureusement.

      J'aime

  4. Moi, je crois que la police a mal fait son travail comme ça arrive parfois. À l’époque, on disait que l’homme aurait tiré France Alain depuis le monticule élevé de l’intersection de Belmont\ Chapdelaine. Ici on parle d’une voiture maintenant. Qui dit vrai alors.. Moi je crois qu’elle était suivie et que quelque chose a dû l’attirer vers le coin et l’intersection de Belmont\Chapdelaine car normalement, elle aurait dû retourner par ..’arrière de son bloc-appartement comme elle le faisait toujours si elle revenait de la rue Belmont, endroit d’où ellle était sorti d’ailleurs pour se rendre au dépanneur Provi-Soir (nommé ainsi à l’époque). Mais peut-être que france voulait révéler des choses secrètes sur Proulx..et ce dernier a paniqué. Sinon, un autre homme lui en voulait..

    J'aime

  5. Moi, je crois que Proulx a tjs semblé être étrange comme personne.France l’avait appelé la veille et que lui aurait-elle dit..? L’aurait-elle menacé de quelque chose..?? Aurait-elle pu être enceinte de lui??..etc.. Son, frère, le comédien Bertrand Alain de Québec, n’en sait peut-être pas plus..Mais ses autres colocataires,elles, elle n’ont jamais beaucoup parlé.. Ce soir-là, personne n’a vu Proulx sortir..de CHRC.
    Mais au départ, on disait que le coup de feu venait du monticule qui surplombe la rue Belmont où est un stationnement aujourd’hui et que Proulx aurait eu le temps de quitter à pied et revenir.

    Mais maintenant, on dit que les cartouches furent trouvées au milieu de l’intersection des rues Belmont\Chapdelaine et que le coup de feu provenait d’une ..voiture qui quitta les lieux doucement vers la rue MacKay.
    Qui dit vrai alors?

    Mais moi, je crois que selon le comportement de ce taré de Proulx, il est derrière ça, et cela juste de la manière <> dont il a traité les parents en deuil de cette dernière et la méfiance de ces derniers face à Proulx. Il n’a JAMAIS été convainquant ce con.Même à CHRC, il n’était pas très aimé pour son caractère terrible. Il se terre depuis tout honteux sûrement, ou non, 33 ans plus tard.
    La petite Alain a sûrement dû être ..attirée vers l’intersection Belmont\Chapdelaine car elle passait ..TOUJOURS par l’arrière de son bloc-appartement en allant ou revenant du Chemin Ste-Foy et de la rue Belmont. Jamais par l’avant, ça la rallongeait. Une voiture l’attendait-elle alors…et la surveillait-elle, commandité par Proulx.
    On ne saura jamais avec tous ces questionnements…malheureusement.

    J'aime

    1. Il me semble qu’aucune cartouche ne fût trouvée sur les lieux, mais seulement une bourre (une bourre est un genre de contenant en plastique à l’intérieur d’une cartouche de fusil dans laquelle sont les plombs). Comme vous écrivez, il est en curieux de constater que la victime se soit rendue jusqu’au coin de la rue.

      Aimé par 1 personne

    2. Ha ok, merci pour l’explication des bourres.Je croyais que ç’était plus comme des cartouches.

      Moi, je me suis toujours demandé: est-ce que le tireur était dans l’auto (qui parti tranquillement par la suite)ou comme ils l’ont tjs dit, sur le monticule en amont. Maintenant, ils semblent plus prioriser et être plus évident que ç’était tiré de la voiture.

      Puis cet homme qui dit avoir vu les yeux de Proulx, où l’a-t’il vu alors?? Sur Myrand, Belmont, Chapdelaine, etc… Ç’est très flou et peu convainquant en somme.

      On dirait que comme aux U.S., ça part et a parti dans toutes les directions cette histoire et que plein de gens se sont mis à raconter plein de choses fausses, inventées ou fictives… On ne peut plus se fier à l’honnêteté des gens dorénavant…Regardons juste tout ce qui entoure les cas Marilyn Monroe, Kennedy, etc..et tout ce qui a été dit de <> archi-faux purement inventés de la part d’Américains qui voulaient juste en tirer profit et attirer l’attention…(Ça s’peut-tu.. ouff..).Ç’est dommage…ça nuit aux enquêtes en plus ces sornettes.

      Cette histoire de France Alain, je n’avais que 17 ans quand ça s’est produit mais je m’en souviens comme si ç’était hier.

      J’allais au Cégep Ste-Foy à l’époque et le lendemain, j’étais allé chercher un billet de spectacle (d’un concert de Diane Dufresne qui jouait au Colisée de Québec le 5 novembre suivant) chez ma tante qui demeurait aux tours Chapdelaine. Il y avait des rubans jaunes et ma tante m’avait conté l’histoire. Elle était saisie par ça comme ç’était tout près de chez elle.

      Puis sur le Soleil, cette même journée, ils montraient une photo de France Alain couchée à terre sur le gazon je crois avec le sac d’épicerie,des provisions et la pinte de lait à terre.

      Un photographe du journal avait dû avoir eu le temps d’aller prendre une photo des lieux.., à moins que ce ne soit une photo prise par les policiers de Ste-Foy, je ne sais plus…
      Ç’est flou tout ça dans ma mémoire.

      Il y avait aussi eu une émission de Radio-Canada Québec qui s’appelait <> à l’époque avec une jeune nouvelle animatrice qui s’appelait…. Anne-Marie Dussault. Ha!
      Elle quitta par la suite pour Montréal pour poursuivre sa carrière comme on le sait tous. Mais cette histoire m’avait marquée. À l’époque, Ste-foy était une ville tranquille..et ç’était près de chez ma tante.

      Et de plus, je croyais qu’e France avait été atteinte à la tête et était morte sur le coup. Mais en lisant, je réalise qu’elle fut atteinte au bas du corps plutôt si je ne m’abuse. Alors elle serait morte par hémorragie externe alors.. je ne sais trop…
      Car elle fut secourue assez vite somme toute par ces deux filles qui passaient. Dommage qu’elle n’ait pas survécue cette petite.On aurait su plus…Mais ce bizarre de Proulx… Si elle lui avait parlé la veille,l’aurait-elle menacé de quoi ou de révéler de quoi ou était-elle enceinte etc…et cela aurait été une raison suffisante pour l’abattre comme il était connu et avait une réputation. Même à CHRC, il n’était pas aimé car il avait un caractère diffcile et agressif que j’avais entendu.Et la façon terrible dont il traita les parents de France ce salaud..

      Il savait aussi, ce soir-là, des choses que la police n’avait pourtant ..rien divulgués…à date et avait mis ça sur le compte qu’il avait un ami qui vivait à côté…et l’avait appelé pour divulguer les détails tout de suite..avant la police. Allo!!! trouve une meilleure raison, Proulx !!!Puis il capotait et voulait absolument savoir si elle avait parlé…avant de mourir et ça le stressait. Ça pressait don ça…! Si elle est passée par le coin Chapdelaine\Belmont, ç’est qu’elle a dû recevoir un signe de cet automobiliste ou quelqu’un qu’elle connaîssait qui l’a attirée là car elle serait entrée par la porte d’en arrière du bloc appartement comme toujours à son habitude.

      Tu ne commences pas prendre le long chemin et à aller prendre une marche avec un sac d’épicerie brun (sans poignée: les sacs de plastique à poignée n’éxistaient pas à l’époque) plein les bras..quand t’es déjà rendu à deux pas de chez vous en plus. Tu vas porter le sac puis après tu ressors…logiquement.Peut-être qu’en reconnaissant Proulx dans la voiture ou un de ses accolites, elle l’a ignoré pour une ultime explication et il lui a tiré dessus par derrière qui sait..

      Ce qu’il y a du monde fou sur cette terre pour tuer comme ça..j’vous dis.

      Aimé par 1 personne

  6. Ha ok, merci pour l’explication des bourres.Je croyais que ç’était plus comme des cartouches.

    Moi, je me suis toujours demandé: est-ce que le tireur était dans l’auto (qui parti tranquillement par la suite)ou comme ils l’ont tjs dit, sur le monticule en amont. Maintenant, ils semblent plus prioriser et être plus évident que ç’était tiré de la voiture.

    Puis cet homme qui dit avoir vu les yeux de Proulx, où l’a-t’il vu alors?? Sur Myrand, Belmont, Chapdelaine, etc… Ç’est très flou et peu convainquant en somme.

    On dirait que comme aux U.S., ça part et a parti dans toutes les directions cette histoire et que plein de gens se sont mis à raconter plein de choses fausses, inventées ou fictives… On ne peut plus se fier à l’honnêteté des gens dorénavant…Regardons juste tout ce qui entoure les cas Marilyn Monroe, Kennedy, etc..et tout ce qui a été dit de archi-faux purement inventés de la part d’Américains qui voulaient juste en tirer profit et attirer l’attention…(Ça s’peut-tu.. ouff..).Ç’est dommage…ça nuit aux enquêtes en plus ces sornettes.

    Cette histoire de France Alain, je n’avais que 17 ans quand ça s’est produit mais je m’en souviens comme si ç’était hier.

    J’allais au Cégep Ste-Foy à l’époque et le lendemain, j’étais allé chercher un billet de spectacle (d’un concert de Diane Dufresne qui jouait au Colisée de Québec le 5 novembre suivant) chez ma tante qui demeurait aux tours Chapdelaine. Il y avait des rubans jaunes et ma tante m’avait conté l’histoire. Elle était saisie par ça comme ç’était tout près de chez elle.

    Puis sur le Soleil, cette même journée, ils montraient une photo de France Alain couchée à terre sur le gazon je crois avec le sac d’épicerie,des provisions et la pinte de lait à terre.

    Un photographe du journal avait dû avoir eu le temps d’aller prendre une photo des lieux.., à moins que ce ne soit une photo prise par les policiers de Ste-Foy, je ne sais plus…
    Ç’est flou tout ça dans ma mémoire.

    Il y avait aussi eu une émission de Radio-Canada Québec qui s’appelait à l’époque avec une jeune nouvelle animatrice qui s’appelait…. Anne-Marie Dussault. Ha!
    Elle quitta par la suite pour Montréal pour poursuivre sa carrière comme on le sait tous. Mais cette histoire m’avait marquée. À l’époque, Ste-foy était une ville tranquille..et ç’était près de chez ma tante.

    Et de plus, je croyais qu’e France avait été atteinte à la tête et était morte sur le coup. Mais en lisant, je réalise qu’elle fut atteinte au bas du corps plutôt si je ne m’abuse. Alors elle serait morte par hémorragie externe alors.. je ne sais trop…
    Car elle fut secourue assez vite somme toute par ces deux filles qui passaient. Dommage qu’elle n’ait pas survécue cette petite.On aurait su plus…Mais ce bizarre de Proulx… Si elle lui avait parlé la veille,l’aurait-elle menacé de quoi ou de révéler de quoi ou était-elle enceinte etc…et cela aurait été une raison suffisante pour l’abattre comme il était connu et avait une réputation. Même à CHRC, il n’était pas aimé car il avait un caractère diffcile et agressif que j’avais entendu.Et la façon terrible dont il traita les parents de France ce salaud..

    Il savait aussi, ce soir-là, des choses que la police n’avait pourtant ..rien divulgués…à date et avait mis ça sur le compte qu’il avait un ami qui vivait à côté…et l’avait appelé pour divulguer les détails tout de suite..avant la police. Allo!!! trouve une meilleure raison, Proulx !!!Puis il capotait et voulait absolument savoir si elle avait parlé…avant de mourir et ça le stressait. Ça pressait don ça…! Si elle est passée par le coin Chapdelaine\Belmont, ç’est qu’elle a dû recevoir un signe de cet automobiliste ou quelqu’un qu’elle connaîssait qui l’a attirée là car elle serait entrée par la porte d’en arrière du bloc appartement comme toujours à son habitude.

    Tu ne commences pas prendre le long chemin et à aller prendre une marche avec un sac d’épicerie brun (sans poignée: les sacs de plastique à poignée n’éxistaient pas à l’époque) plein les bras..quand t’es déjà rendu à deux pas de chez vous en plus. Tu vas porter le sac puis après tu ressors…logiquement.Peut-être qu’en reconnaissant Proulx dans la voiture ou un de ses accolites, elle l’a ignoré pour une ultime explication et il lui a tiré dessus par derrière qui sait..

    Ce qu’il y a du monde fou sur cette terre pour tuer comme ça..j’vous dis.

    J'aime

    1. Ouin, je crois qu’elle était plutôt morte d’une hémorragie interne. La thèse de l’auto provient du témoignage des deux dames. Elles prenaient une marche et venaient de tourner sur Chapdelaine lorsqu’elles entendirent le coup de feu (qu’elles prirent pour un « back fire ») cela avait de l’allure pour elles car elles ont vu une auto circulant vers l’ouest. Ce sont ces deux femmes qui 1 minute peut-être un peu plus trouvèrent France Alain gisant sur le côté de la rue. Voilà c’est à peu près tout de ce que je me souviens.

      J'aime

    2. On ne saura jamais si le coup venait du monticule ou de l’auto mais moi je crois plus à l’auto maintenant.. Je me demande bien si son frère en reparle des fois..Mais il est comédien et doit vouloir mettre ça derrière lui et avec raison. Et Proulx va emporter son secret avec lui tout simplement..,ç’est pathétique.

      J'aime

  7. Bonjour M Veillette.
    Ce serait bien que vous alliez questionner André Arthur pour savoir ce qu’est devenu Benoît Proulx,le présumé tueur de France Alain.Moi, je crois vraiment qu’il est derrière ça. ET son frère le comédien Bertrand Alain.cette histoire fut tassée trop vite tant qu’à moi..

    J'aime

  8. Bonjour Eric, as-tu des explications au fait que le meurtre de France Alain ne soit nullement classé comme tel, ni dans la section cold cases. Benoît Proulx a pourtant été exonéré de ce meurtre.

    Aimé par 1 personne

    1. Non, je n’ai aucune explication. Pourtant, il le devrait. C’est un peu pourquoi j’ai créé ma propre liste des affaires non résolues au Québec (https://historiquementlogique.com/affaires-non-resolues-du-quebec/) parce que, justement, j’étais contre l’idée de laisser de côté des crimes qui se sont soldés par des verdicts d’acquittement ou qui datent de trop longtemps. Tous les crimes non résolus, anciens ou récents, méritent d’être classés sous cette bannière. Et surtout qu’on doit respecter le verdict à l’endroit de Benoît Proulx, d’autant plus que je le considère réellement innocent.
      Merci Claude. Vous êtes toujours très pertinent.

      J'aime

    2. Je me suis tjs demandé si les soeurs qui vivaient vivaient avec la victime France Alain avaient été interviewées et rencontrées par les policiers. J’espère que oui. N’oublions pas que la police de Ste-Foy,à cette époque, ç’était le règne du pourri chef Ste-Marie et son ami Lefebvre.Ç’est avant le règne de Mme Boucher et le ménage qu’elle fit par la suite..Donc est-ce que les policiers ont bien travaillé??On ne le saura jamais..malheureusement..

      J'aime

  9. Moi aussi je crois qu’il y avait plus qu’une personne d’impliquée et je vous dis pourquoi..
    Ç’est parce que deux jeunes étudiantes qui s’en venaient sur le trottoir rue Chapdelaine en direction Ouest, ce de la rue Myrand vers la rue Belmont (et ce du même côté sud que celui de France d’ailleurs), ont <> vu une voiture..ralentir.. près de France Alain (est-ce ça qui aurait attiré France vers cette intersection,elle qui devait rentrer par derrière et la cour de l’édifice où elle demeurait plutôt…qui sait??).

    Mais ces deux jeunes femmes avaient les deux témoigner avoir vu la voiture ..ralentir, puis entendre trois coups de feu sourds provenant de cette voiture…; puis France Alain de tomber vers le gazon côté gauche,donc côté sud, vers le bloc d’appartements. Comme les coups de feu provenaient du milieu du chemin, et donc de cette voiture, et NON d’un monticule derrière elle à l’Est de la rue Belmont comme certains en faisaient fictivement allusion, France est tombée vers le côté sud sur le gazon, et non le trottoir. Hé bien…!! La force d’impact d’une décharge pousse toujours la victime dans le même sens.

    Et comme M Proulx aurait été vu retournant vers CHRC (selon un témoin), ça ne veut pas dire qu’il l’a fait lui-même mais peut être allée voir si le travail commandité (tireur professionnel ou à gage) fut bien dirigé et fait comme pour en être sûr qui sait. Mais personne chez les inspecteurs n’est allé assez loin et ç’est bien dommage. Ce n’est pas la première fois que je vois les policiers ne pas pousser leurs investigations assez loin…,croyez-moi et ç’est bien dommage.

    Si tel était le cas, il y aurait plus de cas résolus et plus ..rapidement au Québec force est d’admettre bien malheureusement.

    Je me suis d’ailleurs toujours demandé .. <>, elle qui passait ..TOUJOURS par la ..cour (côté sud de son propre édifice d’appartements) en arrivant par la rue Belmont qu’elle descendait (d’où elle arrivait du dépanneur Provi-Soir de l’époque d’ailleurs), est PLUTÔT passée par la rallongement de devant son édifice côté entrée principale rue Chapdelaine, rallongement qu’elle ne prenait <> aux dires de ses proches.., car ç’était toujours beaucoup PLUS COURT de passer par derrière côté belmont que Chapdelaine (grand détour).

    Elle qui de plus avait un sac un peu pesant pour une jeune femme menue comme elle de plus. Aurait-elle vu ou soupçonné une menace..connue dans le stationnement arrière où elle passait toujours,de là continuer Belmont vers Chapdelaine et rentrer par l’avant de l’édifice,porte principale????? Ça m’a toujours chicoté et que les enquêteurs ne soient pas allées plus loin vers cette possibilité très possible m’a toujours déçu et laissé pantois. VOILÀ OÙ L’ENQUÊTEUR A MAL TRAVAILLÉ!!!!!!!!! Ç’est triste.

    J'aime

    1. M. Noreau, vous écrivez Mais ces deux jeunes femmes avaient les deux témoigner avoir vu la voiture ..ralentir, puis entendre trois coups de feu sourds provenant de cette voiture…; à quel endroit avez-vous lu ou entendu cette théorie des 3 coups de feu ? Et lu ou entendu qu’une voiture avait ralenti ?

      Aimé par 1 personne

    2. Réponse à M Claude Gagné.
      Ç’est dans le texte <> au haut de cette page aussi.Et de plus, ces documenté dans des articles de journaux de l’époque. Les recherches sur le net sont limités mais dans les archives des journaux et articles de presse officiels dans les universités ou bibliothèque comme Gabrielle-Roy où vous pourrez les trouver. Sinon les stations télé (archives). Il y avait eu aussi une émission qui fut faite je crois aussi sur ce cas en novembre 1982, une hebdomadaire qui s’appelait <> à l’époque (hebdomadaire qui dura genre de 1978 à1983) à la SRC Québec (local) avec une certaine jeune journaliste de Québec du nom de …Anne-Marie Dussault (aujourd’hui, à Montréal depuis bien longtemps comme on le sait tous) Je ne crois pas que ces deux jeunes femmes aient été assez entendus à l’époque… Cette enquête fut bien limitée..

      J'aime

    3. J’ai suivi le dossier dans le temps, mais je puis vous assurer que les deux dames les seules témoins ont témoigné. Un seul « back fire » ou coup de feu avait été entendu. En passant ces deux témoins n’étaient pas de jeunes étudiantes. Elles avaient vu une voiture s’éloigner à ce moment-là qui dépassait la rue Belmont. Jamais elles ne dirent dans leur témoignage que cette auto avait ralenti à la hauteur de Belmont.

      Aimé par 2 people

    4. Moi aussi, ça m’avait marqué cette histoire et le fait que cette enquête n’aie pas abouti m’a tjs dérangé.J’avais 17 ans à l’époque et allais au cégep Ste-Foy première année. Et j’avais eu à aller chercher un billet de spectacle (Diane Dufresne, qui jouait au Colisée le 5 novembre) la veille aux tours Chapdelaine d’ailleurs.Moi ma théorie, est que quelqu’un l’a peut-être attiré à ce coin de rue car elle ne passait jamais là en rentrant de la rue de Belmont. De plus, elle avait un sac rempli..Qui l’a alors attiré au coin…?? Et ma théorie est que peut-être Proulx peut avoir engagé un tireur professionnel car ce dernier a tjs été ..bizarre et ce avec la famille de France. Avait-elle quelque chose à cacher de Proulx ou était-elle enceinte de lui etc… ON ne saura jamais..

      J'aime

    5. DE PLUS…j’ai cru lire plus haut que ce genre de fusil de chasse ne faisait qu’…UN backfire ..même si TROIS coups aient pu avoir été tirés.. Je crois que ç’est dans le texte original plus haut…il me semble..

      J'aime

  10. Bonjour j aimerais savori dans quel proces on a réouvert une enquête de meurtre apres l acquittement d un accusé mais comment un verdict de culpabilité as t il pu arriver suite a un témoignage venant de nulle part

    J'aime

  11. Un coup de feu ne fait bang qu’une fois. Si comme cous dites trois balles auraient été tirées en même temps, il y aurait eu une énorme bang et trois bourres auraient été trouvées sur le sol. Une seule bourre fut trouvée par terre. Conclusion un seul coup de feu entendu.

    J'aime

    1. Notons qu’il possible que deux balles peuvent être tirées en même temps d’un fusil à 2 canons. Sauf que deux bourres seraient retrouvées par la suite. Une bourre, c’est un contenant en plastique à l’intérieur d’une cartouche de fusil contenant les plombs. Les plombs sont expulsés dans cette bourre, la bourre voyage une certaine distance après le coup de feu, mais sur une courte distance et souvent rebondit sur la cible et se retrouve à quelques pieds de la victime par la suite revenu dans la direction d’où le coup est parti. Comme une balle de tennis frappée contre un mur rebondit vers celui qui la frappe.

      Aimé par 1 personne

  12. Bonjour. Je viens de découvrir votre site et il est très intéressant. Le cas de France Alain m’a toujours fasciné même si je n’avais que 2 ans à l’époque des événements. Au cours des derniers jours, j’ai lu le jugement qui a permis d’acquitter Benoit Proulx en cour d’appel en 1992 et ça a ravivé cette fascination. J’ai ainsi développé une hypothèse que je vous présente. Ça n’a rien de scientifique et c’est uniquement basé sur un mélange de mon intuition et des faits réels.

    Alors mon hypothèse est à l’effet que le meurtre de France Alain soit le résultat d’un geste gratuit, voir même inconscient. Je ne pense pas que ce soit attribuable à Benoit Proulx, qu’il ait agi lui-même ou par l’entremise d’un tueur qu’il aurait embauché. Le meurtre ne ressemble en rien à une exécution planifiée. C’est le choix de l’arme utilisée qui me pousse à cette conclusion. S’il s’agissait d’une exécution, le tueur aurait utilisé une carabine et se serait embusqué sur une des buttes à l’est ou à l’ouest de la rue Belmont ou encore mieux dans le cimetière juste en face. La partie du corps où elle a été atteinte par le projectile de calibre .12 en dit également long. Dans le cadre d’une exécution planifiée, elle aurait été atteinte à la tête ou bien à l’abdomen. Or, elle a reçu le projectile par derrière au niveau de la hanche droite. Une personne voulant en abattre une autre aurait en toute logique utilisé un calibre différent et aurait visé le haut du corps, et non la hanche. Un fusil de calibre .12 n’offre pas une très grande portée et à quelques mètres de distance, les plombs commencent à se disperser et la possibilité de réaliser un tir fatal en son grandement diminuée. Il m’apparaît donc impossible que quelqu’un ayant planifié d’assassiner France Alain aurait pu procéder de cette façon en pensant que son opération soit couronnée de succès. Il aurait choisi un calibre différent, se serait embusqué et aurait visé le haut du corps. Mais il aurait fallu qu’il sache qu’elle allait passer à ce coin de rue à cette heure précise et ça, c’est presque impossible comme nous allons le voir plus bas.

    Jamais un homme censé comme Benoit Proulx, connu du public, aurait pris le risque de quitter la station de radio entre deux bulletins de nouvelles pour aller abattre son ex-petite-amie en plein cœur de Ste-Foy et de la cité universitaire à 19h40 alors que n’importe qui aurait pu le voir et le reconnaître. Il aurait fallu, pour ce faire, qu’il soit au courant de son horaire et qu’il sache avec précision qu’elle allait se trouver à ce coin de rue à cette heure. Ça m’apparaît impossible d’autant plus qu’elle a probablement décidé d’aller au dépanneur quelques minutes seulement avant son départ. Elle s’est rendue compte qu’elle n’avait plus de lait et elle est sortie en acheter. C’est Benoit Proulx qui avait mis fin à leur relation et jamais aucun mobile n’a pu être déterminé pour qu’il en vienne à commettre ce geste. Et même s’il avait eu l’intention de la tuer, il n’aurait certainement pas échafaudé un plan qui consistait à l’abattre en pleine rue à une heure et un endroit achalandés entre deux bulletins de nouvelles alors que n’importe qui aurait pu le voir et de plus, alors qu’il ne pouvait pas être au courant de ses allées et venues.

    Pourquoi a-t-elle décidé de passer par l’avant de l’immeuble (rue Chapdelaine) alors qu’elle avait l’habitude de passer par derrière via la rue Belmont en traversant le stationnement? La raison est toute simple. Le stationnement est un endroit sombre qu’elle doit traverser en zigzagant à travers les voitures. Même un homme pourrait avoir peur de passer par un tel endroit une fois la nuit tombée. Il est vrai qu’elle est passée par là pour se rendre au dépanneur mais lors de son retour, elle s’est probablement sentie plus vulnérable avec un sac d’épicerie dans les bras. Avec ce sac, elle ne pouvait pas s’enfuir et se défendre facilement et elle était en conséquence plus craintive. Peut-être qu’une fois arrivée à la hauteur du stationnement, elle ne s’est pas sentie à l’aise de le traverser pour une raison quelconque (bruit, mouvement, présence d’un individu, etc.) et a plutôt opté pour la sécurité du trottoir. Son sac d’épicerie dans les bras, elle n’avait qu’à suivre le trottoir éclairé et pénétrer en toute sécurité par l’avant de l’immeuble. Cette décision parfaitement logique dans les circonstances lui aura malheureusement été fatale.

    Comme je l’ai mentionné au début, je pense que le meurtre de France Alain est un geste gratuit et inconscient, perpétré uniquement pour le « thrill » ou encore pour voir ce que ça faisait de tirer sur quelqu’un. N’importe qui aurait pu commettre ce meurtre et c’est pourquoi il n’a jamais été et ne sera jamais résolu. On pourrait facilement le comparer à un événement survevu dans un autobus de la STCUM en novembre 2000. Un jeune homme de 21 ans avait alors été transpercé par un coup de machette. Le crime était totalement gratuit et était l’œuvre de deux jeunes individus qui n’ont jamais été retrouvés. Dans le cas de France Alain, il y a cette même nonchalance et cette lâcheté qu’on pourrait attribuer à des jeunes commettant un crime totalement gratuit contre une autre personne sans défense. Je pense que le projectile a été tiré de la voiture que Monique Boulanger et Christiane Perron ont vue s’engager sur Chapdelaine vers l’ouest en provenance de Belmont. Étant donné la difficulté de faire feu avec un fusil de calibre .12 tout en étant au volant d’une voiture, je pense que c’est l’œuvre de deux individus. L’un conduisait alors que l’autre était assis à l’arrière et c’est ce dernier qui a ouvert le feu. Un seul tir qui pouvait être fatal ou ne pas l’être. Le résultat n’était pas important sinon il n’aurait pas visé cette partie du corps et aurait utilisé un autre calibre. Possiblement que la voiture roulait à basse vitesse ou encore était immobilisée à l’arrêt de l’intersection Belmont-Chapdelaine. L’individu assis derrière a alors aperçu France Alain de dos avec son sac d’épicerie dans les bras se dirigeant sur Chapdelaine vers le 2185. Exactement le genre de cible que lui et son copain recherchaient dans les rues de Ste-Foy en cette soirée d’octobre 1982. Il a seulement visé au centre du corps pour être certain de l’atteindre et la voiture a ensuite poursuivi tout bonnement sa route à vitesse normale, comme l’ont relaté Mmes Boulanger et Perron. C’est cette nonchalance et le caractère tout-à-fait gratuit du crime qui me poussent à penser que c’est probablement l’oeuvre de jeunes adultes à la recherche de sensations fortes. L’histoire est classique et nous l’avons déjà entendue à plusieurs reprises en essayant de comprendre les agissements de certains meurtriers. On peut facilement imaginer deux amis d’enfance ayant grandi dans des familles dysfonctionnelles où la violence était chose courante. Étant jeunes, ils s’amusaient à infliger des sévices à de petits animaux tels des oiseaux et des chats. Ils ont par la suite commencé à s’attaquer à leurs semblables dans les cours d’écoles et les parcs. Ils ont vite développé une fascination pour les armes et la violence. En cette soirée d’octobre 1982, les parents sont absents comme d’habitude et le poussiéreux fusil de calibre .12 mal entreposé au sous-sol ne demande qu’à être utilisé. L’auto est garée dans l’entrée et les clés reposent sur la table d’appoint. Ils y ont souvent pensé à ce que ça devait être de tirer sur quelqu’un. Après avoir sillonné les rues du quartier pendant quelques minutes, c’est à l’angle des rues Belmont et Chapdelaine que s’offre à eux la cible parfaite.

    J'aime

    1. Très intéressant comme texte et conclusion. Tu as beaucoup d’introspection et d’acuité intellectuelle aussi.J’adore.
      Y’a juste une chose par contre que je me demandais… mais je ne sais pas si ç’est vraiment validé mais il semble que oui. Ils ont toujours dit que Proulx avait ..annoncé la nouvelle à CHRC ce soir-là ..avant que ..quiconque sache la nouvelle ce qui aurait été incriminant pour lui et a ..dérangé les policiers et enquêteurs.

      Et deux, que Proulx était méprisant face à France et même sa famille. Et les enquêteurs ne semblaient pas lui faire confiance. Même André Arthur son employeur.Mais bon..
      Mais aussi, personne n’a retrouvé l’arme du crime à nulle part… Si des jeunes amateurs étaient derrière cela,ne pourrait-il pas y avoir une découverte de l’arme à quelque part ou une confession ou allouette..?? Ou une piste de..soupçon de quelqu’un qui les connaîtrait.. Ou bien d’autres crimes répétés si ils pouvaient être de nature psychopathe genre à l’américaine?

      Et ce coin de Ste-Foy n’était pas nécessairement un coin infestés de délinquants criminels.
      Mais encore, les policiers et enquêteurs ne sont pas toujours bons ou compétents et on l’apprend ça.. Et alors même cela n’a peut-être sinon sûrement pas aidé…
      Il est faux de prétendre que les enquêteurs sont tous bons et compétents.Ç’est comme partout et il y a même de la corruption dans et de la négligence dans ce milieu bien tristement à réaliser..
      Mais j’aime beaucoup ta conclusion et ton analyse..

      Il n’y que ces quelques points ci-haut qui demeurent nébuleux… mais ton analyse a aussi beaucoup de pertinence et sens. Ne saurons nous jamais…
      Même M Proulx, il aurait pu accepter les invitations à des émissions mais les a tjs refusées..Même de parler de France Alain. Pourquoi.. ?? Ç’est une autre question que je me pose. Mais qu’une question..
      Je n’avais que 17 ans à l’époque mais je m’en souviens très bien. Je me souviens aussi de l’émission Contrechamps de Radio-Canada Québec à l’époque, une émission hebdomadaire avec Anne-Marie Dussault qui était jeune animatrice à Québec dans le temps et ils avaient fait l’émission là-dessus un mois plus tard.

      J'aime

    2. Bonjour Sébastien, je viens de lire tes commentaires sur cette affaire. Je vois que tu sembles bien connaître le secteur. Tu écris : « Alors mon hypothèse est à l’effet que le meurtre de France Alain soit le résultat d’un geste gratuit, voir même inconscient. Je ne pense pas que ce soit attribuable à Benoit Proulx, qu’il ait agi lui-même ou par l’entremise d’un tueur qu’il aurait embauché. Le meurtre ne ressemble en rien à une exécution planifiée. C’est le choix de l’arme utilisée qui me pousse à cette conclusion. S’il s’agissait d’une exécution, le tueur aurait utilisé une carabine et se serait embusqué sur une des buttes à l’est ou à l’ouest de la rue Belmont ou encore mieux dans le cimetière juste en face. La partie du corps où elle a été atteinte par le projectile de calibre .12 en dit également long. Dans le cadre d’une exécution planifiée, elle aurait été atteinte à la tête ou bien à l’abdomen. Or, elle a reçu le projectile par derrière au niveau de la hanche droite. Une personne voulant en abattre une autre aurait en toute logique utilisé un calibre différent et aurait visé le haut du corps, et non la hanche. Un fusil de calibre .12 n’offre pas une très grande portée et à quelques mètres de distance, les plombs commencent à se disperser et la possibilité de réaliser un tir fatal en son grandement diminuée. Il m’apparaît donc impossible que quelqu’un ayant planifié d’assassiner France Alain aurait pu procéder de cette façon en pensant que son opération soit couronnée de succès. Il aurait choisi un calibre différent, se serait embusqué et aurait visé le haut du corps. Mais il aurait fallu qu’il sache qu’elle allait passer à ce coin de rue à cette heure précise et ça, c’est presque impossible comme nous allons le voir plus bas. »

      Moi c’est la dernière phrase de ce paragraphe qui m’allume. Il fallait que la personne qui a abattu France Alain sache qu’elle que France se présente sur le coin de la rue. Qui pouvait savoir cela ? Dans le contexte, il n’y a qu’une seule personne qui pouvait savoir que France se présenterait à un moment donné dans ce secteur. Le fait qu’elle marche jusqu’au coin de la rue m’a toujours intrigué également. Possible que quelqu’un l’avait appelé par son nom et que sans méfiance, car reconnaissant la voix elle s’était approchée.

      J'aime

    3. Je suis allé à la Grande bibliothèque aujourd’hui et avais affaire à aller voir des journaux sur microfilms. J’en ai profité par la suite, comme il me restait du temps, d’aller et retourner lire sur le meurtre de France Alain dans le Soleil et le Journal de Qc de l’époque, les jours où cette affaire est arrivée.

      En lisant,ça confirme ce que je pense.

      Les articles disaient que personne ne comprenait .. pourquoi France, le soir de son assassinat,
      N’était pas repassée par le stationnement qu’elle prenait tout le temps, jour, comme soir, pour revenir avec
      ses emplettes du dépanneur, stationnement qu’elle prenait je le redis..tout le temps, jour comme ..soir. Car ce stationnement était TRÈS bien éclairé par des lumières fortes (genre cour d’école), attachées sur les murs de tous les édifices d’appartements qui partageaient (et partagent encore toujours aujourd’hui) le même stationnement. Il faisait d’ailleurs déjà noir quand elle est partie et des gens l’ont vu sortir du stationnement dont un bon ami de l’université.

      Ce soir-là ne faisait donc pas exception.
      Et fait encore plus étrange, le chemin qui lui la menait vers l’intersection Chapdelaine\ de Belmont était beaucoup plus sombre que le stationnement, tout comme l’intersection d’ailleurs. Même que les voisins ne pouvaient à peine la voir étendue sur le gazon et trottoir ce soir d’automne sombre tellement ce coin\intersection était sombre. Et France le ..savait, ça.
      Ç’est la raison pourquoi elle prenait.. TOUJOURS le raccourci par le stationnement qui était plus rapide et beaucoup mieux et plus éclairé. Pour quitter comme pour revenir. Car cette intersection avait bien des coins isolés et sombres, et n’était pas très visible du voisinage.

      Alors il a bien fallu qu’elle aperçoive quelque chose de louche dans le stationnement je crois bien.., quelqu’un (ou plus d’un) qu’elle peut avoir craint, sinon reconnu mais qu’elle voulait peut-être plutôt éviter.. pour ne pas prendre le stationnement éclairé qu’elle prenait tout le temps mais plutôt descendre vers l’intersection sombre par la rue.

      Maintenant, qui était-ce…?? Ça on ne le saura jamais..
      Le commis du dépanneur affirme rien avoir remarqué d’anormal dans le dépanneur du tout.

      Est-ce relié à Benoît Proulx?
      Est-ce relié à un gars qui avait voulu sortir avec elle mais qu’elle aurait rejeté?
      Est-ce erreur sur la personne?
      Est-ce un malade..?
      Car il semble, toujours d’après les journaux, qu’un certain maniaque sexuel agressait des femmes dans ce secteur.. Mais ces femmes ne furent jamais tuées par contre.. Alors pourquoi tuer France Alain, d’autant plus qu’elle ne fut même pas agressée,elle?
      Parce qu’elle l’aurait éviter.. et il en aurait été frustré?

      Elle fut tirée par plus d’une balle et ces dernières la massacra énormément selon les articles de cette semaine du 25 octobre 1982. On parle du foie, des reins, le bras etc.. tout était atteint d’après les médecins et elle n’avait aucune chance.

      Quand on lui porta secours, elle pleurait à voix basse.. mais n’était pas encore morte.
      Mais elle ne pouvait parler car elle était en train de mourir..

      Quelle triste histoire..
      Quelle brute peut avoir fait une chose pareille?

      On ne saura jamais.. malheureusement. Peut-être quand on sera à notre tour de l’autre côté ..des choses nous aussi un jour, on saura, mais pas avant en tous cas..

      J'aime

    1. Merci pour votre commentaire.
      Concernant la connaissance par Proulx de certaines informations que seul le meurtrier aurait pu connaître, cette preuve est facilement réfutable. C’est à 22h00 que Proulx a présenté un bulletin de nouvelles qui parlait de l’affaire. Ce qui a dérangé les policiers c’est qu’il a mentionné l’âge de la victime ainsi que l’endroit où le corps avait été découvert (sur un talus). Proulx a affirmé avoir reçu un appel et qu’une personne lui avait fourni ces informations. De plus, la proximité de la station avec le lieu du crime a très bien pu permettre à Proulx d’obtenir ces informations plus précises. Le bulletin de nouvelles en question ayant été diffusé à 22h00, plus de deux heures trente s’étaient écoulées depuis le meurtre, ce qui laisse amplement le temps de recueillir certaines informations. C’est peut-être même un employé de l’hôpital où France Alain a été conduite qui a fourni ces informations.
      Concernant l’attitude méprisante de Proulx, c’est peut-être uniquement sa personnalité. Également, il savait qu’il était le principal suspect et ça l’a probablement rendu amer et méfiant envers tout le monde.
      Concernant l’arme, l’auteur l’a probablement rangée à l’endroit où il l’avait prise, comme si rien n’était. Ils ne sont par la suite pas devenus des psychopathes mais cet événement a peut-être été le prélude d’une longue carrière criminelle, dans les gangs de motards criminalisés par exemple.
      Benoit Proulx refusait systématiquement toutes les demandes d’entrevues probablement sur conseil de son avocat et en raison du fait qu’il poursuivait le ministère public pour accusation injustifiée.

      J'aime

  13. En réponse à M. Claude Gagné.
    Vous avez raison d’affirmer qu’il y a une personne qui pouvait savoir qu’elle passerait par là à cette heure. Cette personne, France l’avait rencontrée sur le chemin Ste-Foy en allant au dépanneur….

    J'aime

    1. Sébastien, si nous prenons pour acquis que Benoît Proulx n’a pas commis ce crime. Il demeure que quelqu’un l’a fait. Une autre chose m’intrigue il est écrit dans l’enquête du coroner qu’un sac avec des balles de 12 avait été retrouvé sur la barre de transport de la roulotte. Roulotte qui était située presque en face de la rue Belmont, mais trouvée 4 jours après le crime, après que les policiers eurent fouillés intensivement le secteur ce soir-là sans rien trouver. Quelle est votre théorie concernant cette trouvaille, inattendue; une idée ?

      J'aime

    2. Je ne suis aussi demandé pour quoi Proulx n’a <> essayé d’aider (..que ce ne soit…juste qu’un petit moment..) la famille à élucider ou donner des indices ou quelqu’intérêt que ce soit..
      IL avait bien dû aimer cette jeune femme si il est sortie avec elle quelques fois.., que ce ne soit que l’ombre d’un moment ..du moins.
      Pourquoi ne rien faire pour aider, surtout qu’il connaîssait la famille assez pour faire de quoi…?
      Si ce dernier n’a rien fait pour au..moins contribuer un peu…, serait-ce parce qu’il la méprisait..?? Et\ou
      sinon qu’il ne voulait rien savoir d’elle…?? Ou simplement une homme d’une indifférence totale et au coeur froid et de glace.. alors??
      Puis le frère de France, comme ses colocs, ils n’en n’ont jamais reparlé publiquement ou sur les réseaux sociaux ou autres.. Qu’en pensent-ils?? Ont-ils peur…?? Que de questions sans réponses..

      J'aime

  14. Je viens de tomber sur quelque chose. Je n’en avais jamais entendu parler avant. Surement que certains d’entre vous êtes au courant. Vous connaissez probablement Serge Quesnel, l’ex-tueur à gages des Hells Angels devenu par la suite délateur en 1995. L’une de ses premières victimes est un dénommé Richard Jobin de Ste-Foy. Il était garagiste et était bien connu des policiers car il était lié aux motards Mercenaires. Jobin a été assassiné chez lui le 9 septembre 1993 par Quesnel et un complice Éric Fournier. Quesnel a déjà affirmé que Richard Jobin lui avait avoué être le meurtrier de France Alain. Lorsque les policiers ont perquisitionné chez Jobin à la suite de son meurtre, je sais qu’ils ont trouvé une carabine. Je serais curieux de lire le rapport suite à cette perquisition. Peut-être les policiers y ont-ils trouvé un fusil de calibre .12…
    Dans un jugement en cour d’appel impliquant le complice Fournier, j’ai lu que des éléments de preuve recueillis chez Richard Jobin avait été détruits par la police mais que certains objets n’étant pas en lien avec la scène de crime ont été remis à sa famille, dont la fameuse carabine. Peut-être qu’un fusil de calibre .12 est toujours en possession d’un membre de la famille…
    Serge Quesnel est toujours vivant. Je serais curieux de connaître dans quelles circonstances Richard Jobin lui aurait avoué être le meurtrier de France Alain et quels détails il lui a fournis. Je me demande si les policiers ont creusé plus loin cette piste. Peut-être que Quesnel représente le seul espoir de résoudre cette affaire.

    Aimé par 1 personne

  15. C’est quand même bizarre. J’ai écris plus haut en réponse à Ti-Guy :  » Ils ne sont par la suite pas devenus des psychopathes mais cet événement a peut-être été le prélude d’une longue carrière criminelle, dans les gangs de motards criminalisés par exemple. »
    Je n’avais pas encore lu l’histoire à propos de Quesnel et Jobin lorsque j’ai écrit ça ce matin.

    J'aime

  16. Très intéressant vos analyses Sébastien et Claude.
    Mais Sébastien, quand France a quitté pour aller au dépanneur vers 19h00 et kek… elle est passée par le stationnement de derrière, endroit où elle passait tjs.. et il faisait déjà noir. Fin octobre.
    Mais aurait-elle soupçonnée quelque chose de louche dans le..stationnement en revenant avec son paquet?? Aurait-elle reconnu une voiture ou un visage..??
    Et ce Jobin, aurait-il pu être engagé par quelqu’un?
    Car ces membres de gagne travaillent tjs avec ..paie et par contrat (sur demande) contrat et visent..quelqu’un. Pas au hasard.., mais sont engagés par quelqu’un ou quelqu’organisation.
    Et peuvent travailler à deux ou trois pour un seul contrat.
    Souvent seulement une personne style psychopathe le ferait par pure…plaisir. Mais au Québec, Ç’est plutôt rare ce genre de fous mais ils attaquent souvent poussés par des pulsions distordues de nature sexuelle ou plutôt.
    Y aurait-il eu erreur sur la personne alors??
    Ou si la balle a atteint le bas, était-ce alors juste une maladresse…alors qu’ ils visaient plutôt le haut peut-être??
    Ou était-ce pour lui faire peur..seulement??
    Le soir, et dans une voiture,on ne voit pas tjs bien..à tirer d’une voiture.
    Et cet homme qui semblait..sérieux et a vu les yeux de Proulx sur la rue vers cette heure et que même Arthur aurait eu vent de?
    Est-ce que Proulx et France se seraient parlés au téléphone…et querellé un peu juste avant qu’elle quitte pour le dépanneur??
    Et ces sacs retrouvés..??
    Que de questions… sans réponse..
    Pourquoi Proulx n’est-il pas juste allé dire aux médias en entrevue….<>??
    J’adore vos points de vue messieurs et aimeraient les avoir ici encore pour ce commentaire car vous apportez des points intéressants mais j’ai encore ces questions…
    J’aurais aimé que son frère et ses colocs élaborent plus aussi.
    Mais je crois que les policiers de Ste-Foy n’ont pas fait..tout..ce qu’ils auraient pu faire…justement.
    Merci.

    J'aime

    1. Je persiste à croire que France Alain n’a pas été attirée vers le coin de la rue et a plutôt choisi délibérément d’éviter le stationnement pour une raison que j’ai déjà mentionnée dans mon premier commentaire. Si on se place dans la peau du tueur, il aurait été préférable pour lui de l’abattre dans le stationnement à l’abri des regards plutôt qu’en plein coin de rue. N’importe quel tueur, même le moins expérimenté, ne l’aurait pas attiré vers Chapdelaine mais l’aurait plutôt laissé emprunter le stationnement pour ainsi l’abattre sous le couvert de la nuit et ensuite prendre la fuite derrière les immeubles sans être repéré.
      En admettant que ce soit Richard Jobin, je ne pense pas que ce soit une erreur sur la personne. Dans le milieu des motards criminalisés, cette bavure aurait fait l’objet de sévères représailles et il y a fort à parier que Jobin aurait été retrouvé mort peu de temps après. Il subsiste donc deux hypothèses à savoir qu’il s’agissait d’un contrat ou bien d’un geste gratuit. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un contrat pour les raisons que j’ai déjà mentionnées (type d’arme, atteinte au bas du dos). De plus, jamais aucun motif sérieux n’a pu être déterminé pour que quelqu’un puisse en vouloir à ce point à France Alain. Reste donc comme hypothèse le geste gratuit. Mais peut-être pas si gratuit que ça. Je n’ai pas réussi à trouver quelle âge avait Jobin lorsqu’il a été assassiné par Quesnel et son complice en 1993 mais on peut supposer qu’en 1982, il était dans le début vingtaine. Peut-être que ce geste était une sorte de rite d’initiation. Peut-être que Jobin a commis ce geste pour ensuite s’en vanter et ainsi être admis dans le gang des Mercenaires. Il voulait juste prouver qu’il pouvait tuer sans se faire prendre. Ça expliquerait pourquoi il s’en est vanté à Quesnel. Jobin voulait que ça se sache dans le milieu et utilisait ce meurtre pour gagner le respect. Je parie que plusieurs personnes autres que Quesnel sont au courant.
      Une autre hypothèse pourrait être le crime passionnel. Peut-être que France Alain et Jobin s’étaient déjà rencontrés. Peut-être que France a repoussé les avances de Jobin à quelques reprises et qu’il s’agissait d’un fait anodin pour elle et n’en aurait parlé à personne. Mais pour Jobin, c’était très frustrant et humiliant au point de vouloir l’abattre. Peut-être qu’en passant devant le stationnement, elle l’a reconnu et a poursuivi sa route vers Chapdelaine. Avançant d’un pas pressé avec Jobin à ses trousses, c’est au coin de la rue que ce dernier la rejoindra et mettra un terme à ses frustrations.

      J'aime

    2. Quand France a quitté vers 19h15, il faisait déjà noir dans le stationnement.. et elle est passée là quand même.Mais pour revenir, a-t’elle remarqué quelque chose dans le stationnement…qui l’aurait effrayé? Était-ce le stationnement la première place choisie du tireur alors…?! Et elle a parlé avec Proulx le soirée avant (autre article) et peut-être juste avant de partir qui sait.. et ce même si ils ne sortaient plus ensemble.

      J'aime

    3. Peut-être que c’est Jobin l’homme barbu que le témoin Paul-Henri Paquet a croisé sur Chapdelaine le soir du meurtre. Paquet a été marqué par les yeux de ce barbu alors qu’il faisait noir. En observant une photo de Richard Jobin, on voit qu’il avait les yeux bleus. Un bleu très vif qu’on ne voit pas souvent. Je ne sais pas si Jobin portait la barbe en 1982 mais si c’était le cas, je serais curieux de voir la réaction de Paquet si on lui présentait une photo de Jobin. Je me demande si les policiers ont déjà réalisé cet exercice.

      J'aime

    4. Je ne vois pas pourquoi Jobin aurait voulu tué France Alain si il ne la connaîssait pas… Et si il est devenu membre d’un groupe ou gang criminel, ces derniers ciblent toujours des gens qui les dérangent ou de groupes opposés, pas des gens juste par…hasard comme ça.

      J'aime

    5. Mais qui a dit qu’ils ne se connaissaient pas. C’est ce que j’écris plus haut, peut-être qu’ils se connaissaient. Ou peut-être que Jobin avait développé une fixation sur France Alain alors qu’elle ne le savait même pas. Cette situation s’est déjà vue. Rappelez-vous il y quelques années, deux jeunes mineurs avaient fait irruption dans une résidence de Trois-Rivières et avaient abattu tous les occupants, à savoir deux soeurs ainsi que le petit ami de l’une. Il s’agissait d’un crime passionnel. Un des deux meurtriers avait développé une fixation sur une des soeurs sans même qu’elle s’en aperçoive.

      J'aime

    6. Les ou le tireur(s) ne pouvaient être postés dans le cimetière ou autre car personne ne pouvait prévoir et avoir le temps de prendre le temps de s’installer pour la tirer..sur une sortie rapide au dépanneur.. Mais si elle avait parlé au téléphone avec Proulx la veille au soir (tel que raconté par elle-même à ses colocs), elle peut lui avoir parlé le soir ..même encore ..avant..d’aller au dépanneur. Elle était seule dans l’appartement. Elle peut en avoir profité pour régler ses comptes avec Proulx qui sait?? Et si elle avait été enceinte de lui??? Et qu’elle aurait voulu garder le bébé et l’impliquer mais que lui ne voulait pas.. et qu’il ait paniqué?Et si Proulx avait engagé cet homme dont tu parles…alors. Un membre de groupe criminalisé. A-t’elle vu une voiture louche ou connue dans ce stationnement…la forçant alors à prendre le chemin le plus long qu’elle et son frère ne prenaient jamais en arrivant du Chemin Ste-Foy??: descendre jusqu’à Chapdelaine au lieu du plus court par l’arrière de l’édifice et le stationnement? Tant de suppositions.. Mais pour un homme d’aller à tirer sur une fille juste parqu’elle lui plait, je n’ai pas souvent vu cela au Québec.. honnêtement. Mais si cet homme du crime organisé avait été engagé par Proulx..alors?? Ç’est environ le temps que ça prend à une voiture de sortir du stationnement arrière et de se rendre au coin Chapdelaine et Belmont pour la tirer au coin de la rue où elle était rendue…mais avec le plan changé car là, on parle d’une voiture en mouvement…et il peut avoir eu de la misère à viser…contrairement à stationné dans un stationnement. En tous cas, on suppose..évidemment.

      J'aime

    7. Je vous ramène à la cause portée en appel par Proulx en 1992. La preuve #4 présentée par la couronne si lit comme suit :  » Le téléphone fait par la victime la veille du meurtre, à savoir le 24 octobre 1982, à l’appelant. Elle n’a pu le rejoindre et ce, depuis leur séparation du 2 octobre 1982. » Il est clairement admis par la couronne que France Alain a tenté de contacter Proulx la veille du meurtre mais qu’elle n’a pas pu le rejoindre. Ils n’ont eu aucun contact en plus de trois semaines, soit depuis leur rupture le 2 octobre. Vous avancez l’hypothèse d’une conversation qui aurait pu avoir lieu le soir même et que cette conversation aurait déclenché la colère meurtrière de Proulx. Si tel était le cas, ça n’aurait laissé que quelques minutes à Proulx pour échafauder son plan et le mettre à exécution, ce qui tiendrait du miracle. Qu’en pensez-vous?

      J'aime

    8. Je vais réécrire le commentaire perdu mais en plus rapide car le temps me manque..Je me souviens d’avoir lu que France aurait réussi à le contacter la veille mais est-ce fondé alors, je ne sais pas. Et que des cartouches vides avaient été retrouvés au milieu de l’intersection Chapdelaine\ Belmont.
      Et aussi le fait que France Alain pouvait avoir tout un caractère quand elle s’y mettait…
      Mais si elle lui a parlé ce soir-là, il est vrai qu’il aurait eu a eu à faire ça vite lui ou quelqu’un d’engagé à accomplir le contrat…
      Mais y aurait-il eu alors erreur sur la personne??
      Mais moi, ce qui me dérange, ç’est à savoir ce qui l’a poussée à ne pas passer par le stationnement avec son paquet.. et prendre le chemin plus long.
      A-t’elle senti un certain danger dans ce stationnement??? Et cette voiture qui l’aurait rattrapée, sortait-elle de ce stationnement alors??
      Le stationnement aurait-il été l’endroit sombre et..discret pour accomplir la tâche de lui tirer dessus.. mais comme elle a décidé de continuer vers le bas de la rue Belmont… le plan initial fut déjoué de là à alors faire la <> sur la rue directement.. faute de mieux.
      Ou autre théorie, serait-ce quelqu’un d’autre qui la détestait…dû à son caractère parfois difficile?? Ou comme tu le dis, était-ce juste pour un <> de tirer sur quelqu’un..
      Mais ça, on en entend moins parlé au Québec. Ce serait plus aux U.S. disons.

      Que de questions.. n’est-ce pas Sébastien.
      Que de questions sur une enquête ..bâclée en plus et vouée à l’échec dès le départ.

      J'aime

  17. En réponse à Claude Gagné concernant les balles retrouvées. Je n’ai jamais entendu parler de ces balles. Je n’ai cependant pas lu le rapport du coroner. Par contre, dans la cause portée en appel par Proulx, il n’est fait aucune mention de ces balles. La couronne présente 15 preuves circonstancielles contre Proulx et aucune ne mentionne ces balles. La preuve #1 se lit comme suit :  » Meurtre commis avec un calibre 12, vers 19h40, le 25 octobre 1982, coin Chapdelaine et Belmont. » La preuve #9 commence par :  » On ne retrouve pas l’arme du crime… ». Je suis d’avis que si un sac de balles avait été retrouvé, ça aurait été un point majeur dans l’enquête, probablement la seule pièce permettant de remonter jusqu’au tueur. Il aurait été facile part la suite de retracer l’endroit où elles avaient été achetées ainsi que de relever des empreintes sur le sac et les balles. Peut-être que ce n’est qu’une rumeur cette histoire. Est-ce que vous l’avez lu dans le rapport du coroner?
    En admettant qu’un sac de balles ait effectivement été retrouvé sur l’attelage d’une roulotte, cette piste a rapidement été écartée car on n’a plus entendu parler de ce sac par la suite et la couronne ne l’a pas utilisée dans sa poursuite contre Proulx. Toujours en admettant que ce soit vrai, une hypothèse pourrait être que la roulotte appartenait à un chasseur. C’est la chasse aux oiseaux migrateurs en octobre (oies, bernaches) et on utilise un fusil de calibre .12 pour cette chasse. Peut-être que la chasseur revenait de la chasse ou se préparait à y aller. En ramassant son matériel, il a oublié ses balles sur l’attelage de sa roulotte.

    J'aime

    1. Je crois qu’il y a un problème avec ce site car je viens de te répondre mais ça n’a pas collé.Et si je veux répondre à ton dernier commentaire, il n’y a pas de flèche à cet effet mais qu’une étoile, point.je ne sais pas..Faudrait en parler à M Veillette.

      J'aime

    2. Réponse à Sébastien, non ce n’est pas un oubli d’un chasseur. La roulotte appartenait à la Ville de Ste-Foy. C’était une roulotte de travail d’environ 20 à 25 pieds. Cette roulotte était très proche de la limite du cimetière Belmont et le centre Myrand appartenant à la ville de Ste-Foy.

      Elle était utilisée par les employés du secteur des parcs ou de la voirie pour entreposer des outils. L’une des premières hypothèses, c’est que le meurtrier ce serait embusqué derrière cette roulotte pour surveiller France revenant du dépanneur. De sa position il pouvait voir la rue Belmont au grand complet sans se.faire voir.

      Trois balles avaient été retrouvé dans un sac de plastique par un employé de la ville et étaient du même calibre et même marque que celle ayant servi contre France Alain : cal 12 de marque c.i.l. Retrouver 4 jours après le crime par un employé de la Ville de Ste-Foy. Et selon son témoignage ce sac était visible  » à un mille ». Impossible pour les policiers de l’avoir manqué lors de la fouille du secteur. De plus un sac de plastique enrubanné par du « tape » médical aurait été trouvé le lendemain de la découverte des balles lors d’une fouille subséquente à la découverte des balles de 12 donc 5 jours après le meurtre.

      J'aime

    3. Si cela est vrai.., ça ressemble à une personne visée..et non un acte de hasard.
      Mais alors, pourquoi disent-ils que les balles provenaient-elles de la voiture qui quitta vers l’ouest et que les cartouches vides furent retrouvées ..au milieu de l’intersection Belmont\Chapdelaine alors..??

      J'aime

    4. Très intéressant cette histoire de balles. Si on se fie à la description de Claude, ça me semble être l’endroit idéal pour se cacher. Le tueur n’a laissé aucun indice et a commis le crime parfait. Je trouve étonnant qu’il ait oublié un sac de balles. Mais peut-être que dans l’énervement, lorsqu’il a vu France surgir au coin de la rue, il s’est empressé et a oublié les balles. Si le sac était si visible, alors pourquoi les policiers ne l’auraient pas trouvé avant. Se pourrait-il que quelqu’un soit allé le déposer à cet endroit ultérieurement, dans le but de brouiller les pistes ou faire incriminer quelqu’un? Il est pourtant difficile de relier à quelqu’un un sac de balles ne comportant aucune empreinte. Alors je ne vois pas pourquoi quelqu’un serait allé déposer ce sac par après.

      Si le tueur s’est embusqué derrière cette roulotte, j’en reviens toujours à me demander comment il aurait pu savoir avec précision qu’elle sortirait ce soir là à cette heure. Se pourrait-il que son plan était de l’abattre chez elle dans l’appartement? Il savait que son frère ainsi que les deux autres colocataires étaient absents. Il se présente à la porte de l’appartement et n’ayant pas de réponse, il décide d’aller se cacher derrière la roulotte en espérant qu’elle revienne. Voilà donc l’hypothèse la plus plausible. Ça expliquerait également pourquoi il aurait choisit un fusil à faible portée.

      J'aime

    5. Mais pour un tueur d’aller attendre au coin d’une rue sans savoir où elle est allée….et sans savoir quand elle reviendra et si elle passera par ce coin de la rue…mmm pas sûr moi.

      J'aime

    6. Je suis allé à la Grande bibliothèque aujourd’hui et avais affaire à aller voir des journaux sur microfilms. J’en ai profité par la suite, comme il me restait du temps, d’aller et retourner lire sur le meurtre de France Alain dans le Soleil et le Journal de Qc de l’époque, les jours où cette affaire est arrivée.

      En lisant,ça confirme ce que je pense.

      Les articles disaient que personne ne comprenait .. <> France, le soir de son assassinat,
      N’était pas repassée par le stationnement qu’elle prenait tout le temps, jour, comme soir, pour revenir avec
      ses emplettes du dépanneur, stationnement qu’elle prenait je le redis..tout le temps, jour comme ..soir. Car ce stationnement était <> bien éclairé par des lumières fortes (genre cour d’école), attachées sur les murs de tous les édifices d’appartements qui partageaient (et partagent encore toujours aujourd’hui) le même stationnement. Il faisait d’ailleurs déjà noir quand elle est partie et des gens l’ont vu sortir du stationnement dont un bon ami de l’université.

      Ce soir-là ne faisait donc pas exception.
      Et fait encore plus étrange, le chemin qui lui la menait vers l’intersection Chapdelaine\ de Belmont était <> plus sombre que le stationnement, tout comme l’intersection d’ailleurs. Même que les voisins ne pouvaient à peine la voir étendue sur le gazon et trottoir ce soir d’automne sombre tellement ce coin\intersection était sombre. Et France le ..savait, ça.
      Ç’est la raison pourquoi elle prenait.. TOUJOURS le raccourci par le stationnement qui était plus rapide et beaucoup mieux et plus éclairé. Pour quitter comme pour revenir. Car cette intersection avait bien des coins isolés et sombres, et n’était pas très visible du voisinage.

      Alors il a bien fallu qu’elle aperçoive quelque chose de louche dans le stationnement je crois bien.., quelqu’un (ou plus d’un) qu’elle peut avoir craint, sinon reconnu mais qu’elle voulait peut-être plutôt éviter.. pour ne pas prendre le stationnement éclairé qu’elle prenait tout le temps mais plutôt descendre vers l’intersection sombre par la rue.

      Maintenant, qui était-ce…?? Ça on ne le saura jamais..
      Le commis du dépanneur affirme rien avoir remarqué d’anormal dans le dépanneur du tout.

      Est-ce relié à Benoît Proulx?
      Est-ce relié à un gars qui avait voulu sortir avec elle mais qu’elle aurait rejeté?
      Est-ce erreur sur la personne?
      Est-ce un malade..?
      Car il semble, toujours d’après les journaux, qu’un certain maniaque sexuel agressait des femmes dans ce secteur.. Mais ces femmes ne furent jamais tuées par contre.. Alors pourquoi tuer France Alain, d’autant plus qu’elle ne fut même pas agressée,elle?
      Parce qu’elle l’aurait éviter.. et il en aurait été frustré?

      Elle fut tirée par plus d’une balle et ces dernières la massacra énormément selon les articles de cette semaine du 25 octobre 1982. On parle du foie, des reins, le bras etc.. tout était atteint d’après les médecins et elle n’avait aucune chance.

      Quand on lui porta secours, elle pleurait à voix basse.. mais n’était pas encore morte.
      Mais elle ne pouvait parler car elle était en train de mourir..

      Quelle triste histoire..
      Quelle brute peut avoir fait une chose pareille?

      On ne saura jamais.. malheureusement. Peut-être quand on sera à notre tour de l’autre côté ..des choses nous aussi un jour, on saura, mais pas avant en tous cas..

      J'aime

  18. Faut surtout pas oublier que le sac de balles avait été retrouvé 4 jours après le meurtre. Ressemble à de la manipulation d’éléments de preuves en bon français « frame up ».

    J'aime

    1. Je n’ai pas écrit que c’était ce qui s’était produit, mais une hypothèse, l’une des premières hypothèses apportées au début de l’enquête.

      J'aime

  19. Je suis allé à la Grande bibliothèque aujourd’hui et avais affaire à aller voir des journaux sur microfilms. J’en ai profité par la suite, comme il me restait du temps, d’aller et retourner lire sur le meurtre de France Alain dans le Soleil et le Journal de Qc de l’époque, les jours où cette affaire est arrivée.

    En lisant,ça confirme ce que je pense.

    Les articles disaient que personne ne comprenait .. <> France, le soir de son assassinat,
    N’était pas repassée par le stationnement qu’elle prenait tout le temps, jour, comme soir, pour revenir avec
    ses emplettes du dépanneur, stationnement qu’elle prenait je le redis..tout le temps, jour comme ..soir. Car ce stationnement était <> bien éclairé par des lumières fortes (genre cour d’école), attachées sur les murs de tous les édifices d’appartements qui partageaient (et partagent encore toujours aujourd’hui) le même stationnement. Il faisait d’ailleurs déjà noir quand elle est partie et des gens l’ont vu sortir du stationnement dont un bon ami de l’université.

    Ce soir-là ne faisait donc pas exception.
    Et fait encore plus étrange, le chemin qui lui la menait vers l’intersection Chapdelaine\ de Belmont était <> plus sombre que le stationnement, tout comme l’intersection d’ailleurs. Même que les voisins ne pouvaient à peine la voir étendue sur le gazon et trottoir ce soir d’automne sombre tellement ce coin\intersection était sombre. Et France le ..savait, ça.
    Ç’est la raison pourquoi elle prenait.. TOUJOURS le raccourci par le stationnement qui était plus rapide et beaucoup mieux et plus éclairé. Pour quitter comme pour revenir. Car cette intersection avait bien des coins isolés et sombres, et n’était pas très visible du voisinage.

    Alors il a bien fallu qu’elle aperçoive quelque chose de louche dans le stationnement je crois bien.., quelqu’un (ou plus d’un) qu’elle peut avoir craint, sinon reconnu mais qu’elle voulait peut-être plutôt éviter.. pour ne pas prendre le stationnement éclairé qu’elle prenait tout le temps mais plutôt descendre vers l’intersection sombre par la rue.

    Maintenant, qui était-ce…?? Ça on ne le saura jamais..
    Le commis du dépanneur affirme rien avoir remarqué d’anormal dans le dépanneur du tout.

    Est-ce relié à Benoît Proulx?
    Est-ce relié à un gars qui avait voulu sortir avec elle mais qu’elle aurait rejeté?
    Est-ce erreur sur la personne?
    Est-ce un malade..?
    Car il semble, toujours d’après les journaux, qu’un certain maniaque sexuel agressait des femmes dans ce secteur.. Mais ces femmes ne furent jamais tuées par contre.. Alors pourquoi tuer France Alain, d’autant plus qu’elle ne fut même pas agressée,elle?
    Parce qu’elle l’aurait éviter.. et il en aurait été frustré?

    Elle fut tirée par plus d’une balle et ces dernières la massacra énormément selon les articles de cette semaine du 25 octobre 1982. On parle du foie, des reins, le bras etc.. tout était atteint d’après les médecins et elle n’avait aucune chance.

    Quand on lui porta secours, elle pleurait à voix basse.. mais n’était pas encore morte.
    Mais elle ne pouvait parler car elle était en train de mourir..

    Quelle triste histoire..
    Quelle brute peut avoir fait une chose pareille?

    On ne saura jamais.. malheureusement. Peut-être quand on sera à notre tour de l’autre côté ..des choses nous aussi un jour, on saura, mais pas avant en tous cas..

    J'aime

  20. Ti-Guy, tu écris que France avait reçu plusieurs projectiles…en fait elle avait reçu les plombs d’une seule balle de 12 soit environ 64 plombs de grosseur bb. C’est la raison pour laquelle tous ses organes internes avaient été détruit. C’est également la preuve que le coup avait été tiré d’assez proche et fort possiblement d’un fusil « full choke ».

    Aimé par 1 personne

    1. Merci.Je ne m’y connais pas en balistique du tout et me fiais à la lecture dans ces journaux.
      De la voiture, le coup a dû être tiré ou de quelqu’un qui la suivait de très proche.. puis serait embarqué dans la voiture qui sait..).
      Comme ce coin était noir, les deux femmes qui s’en venaient à pied de la rue Myrand n’ont peut-être pas vu la personne embarquer dans la voiture.
      Sinon, ç’est parti de la voiture directement et la voiture s’en alla vers l’ouest comme le dit l’article.
      Mais chose très possible, France en remarquant quelque chose de bizarre ou un visage reconnu (ou..non) non ..désirable pour elle a décidé de poursuivre vers la rue et l’intersection plutôt.
      Chose qu’elle ne faisait jamais, encore moins avec un sac pesant contenant du lait et autres articles d’épicerie pour une si petite femme menue, et de soir en plus.

      Cette voiture l’a peut-être poursuivie alors et est sortie du stationnement pour la suivre jusqu’à l’intersection (temps approximatif respecté pour suivre la victime du stationnement) et faire ce que ce(s) sale(s) désirait-ent faire.. avec le triste résultat que l’on connaît..

      Était-ce un ex qu’elle aurait repoussé..et ne le prenait pas?
      Était-ce un trip de jeune(s) dérangé(s)??
      Était-ce quelqu’un de connu de qui elle aurait pu être enceinte ou autre?
      On n’a pas à se le demander car ce cas ne sera jamais élucidé donc.

      Et le frère ou les colocs ou amies-s de cette dernière n’ont jamais vraiment parlé ou su quoique ce soit j’imagine donc.. ç’est à oublier.
      Mais moi non plus, je n’ai jamais oublié cette histoire.
      J’avais 17 ans et étudiais au Cégep Ste-Foy (et demeurais à Ste-Foy) et ça m’avait marqué cette histoire.

      J'aime

  21. France Alain a été sauvagement assassinée en pleine rue avec une arme qui fait beaucoup de bruit et de dégâts. Ce sont là des caractéristiques qu’on retrouve dans un règlement de compte. Je pense donc que la piste du motard Richard Jobin est très plausible et je me demande bien si les enquêteurs lui ont porté beaucoup d’attention. Quel intérêt aurait eu Jobin à confesser son crime à Serge Quesnel si ce n’était pas lui le meurtrier. Je me demande si Jobin a pu fournir d’autres détails à Quesnel (mobile, arme, déroulement du meurtre). Ce crime ne sera probablement jamais résolu car outre la parole de Quesnel, aucune preuve ne permet de conclure à la responsabilité de Jobin. Ce dernier est décédé, emportant avec lui son secret et privant ainsi la société (et principalement les familles des victimes) de le voir un jour inculpé pour que justice soit rendue. Nous pouvons faire le même constat avec Jean-Baptiste Duchesneau (novembre 84) et Richard Bouillon (Julie Surprenant). C’est la triste réalité à laquelle nous devons faire face dans le cas de meurtres commis il y a plusieurs années par de présumés auteurs aujourd’hui décédés.

    J'aime

    1. Il y a ..plusieurs criminels aux U.S., si tu prends les émissions américaines policières basées sur les faits vécus, qui affirment être celui qui a tué un tel.. juste pour attirer l’attention.
      Ç’est même très courant.
      Puis, on n’a pas la <> que Jobin a réellement dit cela à Quesnel.. non plus.
      Comme tu le sais bien, les rumeurs partent si vite.. chez les êtres humains.
      Et puis, il semble qu’elle ne prenait pas de drogue du tout, était une jeune fille très sage.. en plus.
      Et encore moins mêlée à un gang criminel.

      Elle étudiait et était première de classe en dernière année sur le point de devenir ingénieure électrique.
      Si tu vas voir les microfilms d’archives des journaux dans les bibliothèques (qui les ont) pour le Journal de Québec ou Le Soleil, tu verras, ils décrivent tout cela. Mais était-ce quelqu’un de qui elle aurait refusé les avances..??
      Ça…,ç’est bien possible par contre. On voit ..souvent cela aussi dans ces mêmes émissions américaines.
      Le gars qui ne peut l’avoir est si enragé ou jaloux qu’il se dit: Si je ne peux l’avoir, personne ne l’aura la tabar..!!

      Et comme elle était première de classe, est-ce quelqu’un de l’université..??
      Ou comme tu l’as déjà dit je crois et comme ils disaient dans les journaux de l’époque, erreur sur la personne??
      Mais jamais a-t’elle été reliée aux gangs, et ils n’ont jamais dit qu’elle prenait de la drogue non plus.
      Et jamais a-t’elle dit qu’elle se sentait en danger.. et menacée..
      Car quand ils ont une dette de drogue,ils reçoivent toujours des menaces avant.. le meurtre.Et en parlent aux autres souvent de leurs appréhensions.
      Mais rien ne révèle quoique ce soit à cet égard.

      Mais chose qui me semble sûre par contre, ç’est bel et bien que quelque chose ou ..quelqu’un dans le stationnement (qui était même plus éclairée que la rue selon les journaux de l’époque et ce que disait les proches) qu’elle aurait aperçu ou vu qui l’a fait continuer vers le bas de la rue Belmont…et ne pas prendre la route habituelle de ce stationnement.
      Car elle n’aurait jamais passé par là, car même le soir, elle prenait toujours le stationnement qui lui était mieux éclairé et de beaucoup plus court d’ailleurs que cette intersection très sombre du coin Belmont\Chapdelaine à l’époque.
      Surtout qu’elle transportait du lait et des articles d’épicerie ce soir-là. Surtout une petite femme frêle comme elle.
      Même étendue sur le gazon, il faisait trop noir pour la voir de l’intérieur d’un logement.
      Maintenant, la voiture d’où le bruit du fusil détonna et qui par la suite continua sa route vers la rue McKay, provenait-elle de ce stationnement arrière.., voiture qui l’aurait suivi alors jusqu’à l’intersection en sortant du stationnement pour être sûr de ne pas la rater.. quand il ou ils ont vu qu’elle ne passait pas par ce stationnement..?? Bien possible. Mais on ne saura jamais.

      J'aime

  22. Je viens de voir ce site en cherchant ce qu’était devenue Benoît Proulx. Les éléments que vous connaissez proviennent des médias (journaux, radio et télévision) qui ne sont pas toujours crédible. Il est très rare qu’un homicide ne soit pas résolue avec l’évolution des techniques médico-légale et ou balistique, même après plusieurs années. La piste Benoît Proulx était fausse et ce, sans aucun doute, vu le résultat final.

    Pourquoi l’enquête ne s’est pas poursuivie , manque d’effectif, de moyen financier, on veut protéger quelqu’un ou autre chose ?

    La ville de Québec, c’est un village. Un jour, ce dossier sera de nouveau ouvert, si un enquêteur décide de s’y pencher et que sa hiérarchie décide aussi d’y mettre les moyens.

    C’est dommage, mais si la victime avait été fille de juge ou autre, le meurtre aurait eu plus de chance d’être résolue.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Réal. Quand vous parlez de l’utilisation des médias comme source d’information, vous faites certainement référence à certains textes apparaissant dans la zone documentaire, car mon article originale, au sommet de cette page, est uniquement basé sur les témoignages légalement entendus lors de l’enquête du coroner en 1986. J’essaie d’ailleurs de travailler à une série d’articles basées sur cette enquête et que je publierais prochainement, mais je manque cruellement de temps en ce moment.

      Quand vous dites qu’il « est très rare » qu’un homicide ne soit pas résolu, je vous réfère amicalement à ma liste des affaires non résolues au Québec. Je pense que l’expression « très rare » n’est pas très appropriée selon les circonstances. En dépit de certaines technologies, le taux de résolution ne s’est pas amélioré depuis les années 1960. Selon Statistiques Canada, ce serait même le contraire.

      Quant à vos hypothèses, je n’entrerai pas dans ces détails. Merci de votre commentaire et au plaisir.

      Eric Veillette

      J'aime

    2. Réal, M. Veillette a raison. Il n’est pas du tout très rare que des cas ne soient pas élucidés. Il y en a partout et constamment. Et ce même quand ils ont une piste comme dans les cas des tueurs de Cédrika, Jenique Dalcour, la <> de la piste cyclable de Pierrefonds, les jeunes enfants assassinés de Montréal dans les années 80s et j’en passe …tellement la liste est longue, les causes ne se résolvent pas nécessairement. Et ç’est bien dommage.
      Et j’irai même dire que même les négligences humaines, les laisser-aller de la part de policiers, d’ enquêteurs, de juges etc… aussi nouent de défaveur des cas parfois et bien ..malheureusement. Je me demanderai tjs, moi, ce que France Alain a dû voir dans le stationnement arrière de son édifice pour décider de ..poursuivre son chemin vers une route inhabituelle, qui la rallongeait et qu’elle ne prenait ..jamais de toutes manières car plus longue et moins éclairée et plus sombre que le stationnement. Je parle ici de l’intersection de Belmont et Chapdelaine.
      Son frère est comédien à Québec. Son père, Fernand Alain, vivrait encore mais à St-Raymond-de-Portneuf je crois. La mère de France serait décédée.Et je crois que l’ancien journaliste Proulx a un compte Facebook selon deux anciens employés de la station CHRC de Québec (à l’époque). Mais comme vous le dites, 35 ans plus tard, tout le monde est passé à autre chose. ET ce M Proulx venait aussi de Montmagny comme la victime elle-même et devait être un ami d’enfance ou autre et ne doit plus vouloir entendre parler de cette histoire lui non plus.Si il a une idée de ce qui pourrait s’être passé ce soir-là, il a dû dire tout ce qu’il savait, point.Alors je ne crois pas qu’il vous répondrait alors.
      Et n’oubliez pas que ç’est la regrettée mairesse de Ste-Foy, feue Andrée P Boucher, qui fit du <>aussi dans la police de Ste-Foy dans les années 80 et qu’avant elle, la police de Ste-Foy connaissait beaucoup de déboires, désordres et de corruption. Donc l’enquête aurait peut-être pu être mieux menée, qui sait, si le meurtre avait eu lieu après ou pendant le règne de la regrettée mairesse de Ste-Foy.
      ce serait bien si on demandait en groupe à CLAUDE POIRIER d’en faire une émission.Car il est vrai que M Poirier ne s’est jamais tellement penché sur ce cas, peut-être dû à la distance de Montréal ou manque d’intérêt ou etmps.Je ne sais trop. Moi, je lui ai écrit.D’autres aussi devraient le faire aussi. Ils iraient interroger ceux qui étaient proches d’elles comme sa famille et ses amies-s.

      Aimé par 1 personne

    3. Merci Ti-Guy de votre commentaire. Je tiens cependant à rectifier un détail quand vous semblez prendre pour acquis que France Alain a changé d’itinéraire en voyant quelque chose d’inhabituel à l’arrière de l’immeuble, son parcours habituel. Dans la preuve recueilli légalement pour l’enquête du coroner, il n’y a aucune mention de cela. Et si vous avez déjà lu mes livres, vous saurez quelle importance j’accorde d’abord aux documents légaux pour reconstituer le plus fidèlement une histoire. Mais peut-être que cet élément est apparu dans les journaux ou lors du procès. Je ne sais pas.

      À mon avis, il semblerait plus probable qu’elle ait été attirée par quelqu’un ou quelque chose vers l’intersection que vous mentionnez, ou alors quelqu’un qui n’a jamais été identifié l’a raccompagnée pour un bout de chemin afin de l’attirer dans un piège. Mais bon, ce ne sont encore là que des hypothèses.

      Pour ma part, j’exclus totalement Benoît Proulx de cette affaire, et pour des raisons que je ne livrerai pas ici. Il a amplement payé pour les idioties qu’on lui a fait subir, au point d’avoir eu droit à un dédommagement mérité. Il a finalement été blanchi, et ce n’est pas pour rien.

      À vrai dire, si vous cherchez une piste intéressante, je dirais que vous auriez plus de chance d’arriver à quelque chose en partant des informations contenues dans votre dernier paragraphe.

      Et de grâce, ne mettez pas Claude Poirier dans ça. Il n’a jamais réglé grand-chose (mis à part ses fameuses prises d’otages d’une certaine époque). Au contraire, il s’est permis de traiter certains dossiers que je connais dans les moindres détails – entre autre l’affaire Denise Therrien – et tout ce qu’il a fait c’est de multiplier les erreurs et d’induire encore une fois le public en erreur.

      Eric V.

      J'aime

    4. Intéressant. Mais moi remarquez, j’aime bien l’émission de M Poirier à Canal Vie. Je parlais de cette émission surtout et je vous dis pourquoi: car il va toujours retourner voir les témoins et proches des victimes de l’époque. Ceux encore vivants évidemment.Puis il ressort articles, photos, bouts de films etc.. Et les faits reportés et les reportages de l’époque aussi. Je voulais aussi vous dire que mes informations proviennent surtout des articles de journaux sur microfilms (JdeQ et Le Soleil de ces années-là lors des événements à la bibliothèque Nationale). Et que dans ces articles, ils ont parlé du stationnement, des habitudes de France et les autres de ..tjs passer par le stationnement au lieu du coin de la rue. Et le soir de même car mieux éclairé que la rue ,beaucoup plus court et pratique. Et il n’était pas si tard non plus. Alors qu’est-ce qui a bien plus la mener là, à l’intersection?? Elle avait un sac de lait,des provisions,etc.. en plus. Pour une jeune femme toute menue de plus,ça pèse quand même. Et est-ce que les coups de feu provenaient de la voiture ou du sol? on ne sait presque plus dorénavant. Moi non plus je ne vois pas trop pourquoi une connaissance qui venait de son coin de Montmagny,M Proulx, aurait à voir dans ça finalement maintenant que j’y pense car cette France ne l’avait pas menacé de rien ou autre. So what’s the point!? Voilà.

      J'aime

    5. En effet, avec des caméras, le jeu serait probablement différent aujourd’hui.

      Quant à M. Poirier, je comprends votre intérêt, mais justement, c’est du travail de journalisme, de surface donc. C’est bien beau les photos et les articles de journaux, mais où sont les dossiers judiciaires? Les enquêtes de coroner? Et en une demi-heure d’émission, je regrette, il est impossible d’approfondir un dossier convenablement. Pour mieux comprendre, je vous invite à lire mes livres ou ceux de Me Clément Fortin. Peu de gens tiennent compte des dossiers judiciaires, malheureusement, et pourtant c’est ça « la preuve ». Exemple, à la suite d’un procès qui se retrouve en Appel, qu’est-ce que les juges de la Cour d’appel réétudieront? Et bien, justement, le dossier judiciaire (transcriptions sténographiques). Évidemment, celles-ci n’existent généralement pas dans les affaires non résolues car il n’y a pas eu de procès. C’est différent avec l’affaire-Alain, bien sûr.

      Bref, chaque dossier que j’ai étudié en profondeur n’avait plus rien à voir avec ce qu’on en avait dit dans les médias, ce qui aide à comprendre pourquoi, parfois, le public remet en question les décisions de la justice. Pour cela, il faudrait d’abord prendre la peine d’étudier la preuve comme l’ont fait douze jurés.

      Je vous invite à lire l’article suivant en guise de petit clin d’oeil: https://historiquementlogique.com/2016/09/08/claude-poirier-relegue-les-aveux-de-marcel-bernier-aux-oubliettes/

      Quant à l’affaire Alain, je pense que certaines traces sont brouillées. Revenons-en surtout à l’essentiel. Demandez-vous pourquoi certains éléments de « preuve » ont été miraculeusement trouvés après que des enquêteurs chevronnés aient passé le secteur au peigne fin. Cette question n’a jamais trouvé de réponse jusqu’à maintenant.

      Bonne fin de soirée.
      Eric V.

      J'aime

  23. En ce qui me concerne tout tourne autour des balles de fusil retrouvées dans un sac de plastique quatre jours après ce crime et aussi au sac de poubelle enrubanné avec du tape médical retrouvé 5 jours après le meurtre. Surtout que selon les témoignages entendues à l’enquête du coroner, il faisait beau et c’était une journée sans vent. Remarque il faisait beau et normalement ces objets auraient dû être trouvés le soir même. Ma question est : d’où proviennent ces deux sacs et qui avait intérêt à venir les déposer dans le secteur 4 jours après le meurtre ? Et pour quelle raison ? Quel était le motif derrière ce geste ?

    Aimé par 1 personne

  24. Autre chose qui me chicote, c’est la raison pour laquelle France avait décidé de se rendre sur le coin de la rue. Quelle était la raison pour laquelle elle s’était rendue sur le coin de la rue ?

    Aimé par 1 personne

    1. Si France s’est rendue au coin de la rue, ç’est que quelqu’un l’y attendait ou lui a fait signe, peut-être quelqu’un qu’elle aurait pu connaître d’ailleurs,qui sait?
      Ou sinon, quelqu’un qu’elle aurait remarqué dans le stationnement et peut-être reconnu et lui aurait suffisamment fait peur ou du moins se questionner.. pour la faire plutôt décider de passer par le chemin inhabituel,qui est plus long et loin.
      Pour ce qui est des balles retrouvées quelque jours plus tard, je ne sais rien à ce sujet. M Brouillette est mieux renseigné à ce sujet sûrement car Il a eu accès aux dossiers de justice plus crédibles je crois il semble.
      On a longtemps parlé que ces sacs poubelles pouvaient provenir de CHRC etc … Mais même si Benoît Proulx ne parle pas de ces événements, je ne vois pas comment il aurait eu la maladresse de prendre les mêmes sacs que le lieu où il travaille? À moins qu’il les aurait oubliés..?? Moi aussi, je me suis tjs demandé pourquoi ce dernier est toujours resté si peu bavard voir muet sur ce drame. Il a de plus connu la victime de près pourtant.
      Et comment pouvait-il savoir des choses avant que les policiers en aient parlé publiquement?? Mais ce si tel est le cas.Justement, qu’est-ce qui est vrai et quels sont les vrais faits dans tout ça en fait plutôt???? Ceci est la question à poser..

      Bon certes,moi, je serais plus bavard si ça me concernait de près comme ça a concerné Benoit Proulx. Je veux dire que si des doutes planaient toujours sur moi,je serais le premier à aller sur un site pour parler plus en profondeur etc… et prouver mon innocence.
      Mais moi, ç’est moi, pas lui. Il réagit peut-être juste selon sa nature, point.
      Et vous savez, au début, on parlait de tirs provenant du ..monticule de l’intersection! Et maintenant, on parle que les tirs provenaient d’une voiture.
      D’autres ont dit qu’ils provenaient peut-être de derrière une roulotte des services de voirie de la ville de Ste-Foy..
      Mais j’opte pour l’histoire que les tirs provenaient de la voiture ou du moins, du cimetière,car son corps est tombé vers le gazon du bloc, donc vers la gauche.Du monticule, je crois que son corps serait tombé vers la droite ou droit devant. Et en voiture, ç’est plus facile de fuir avec l’arme. Comme le tireur a tiré sur elle lorsqu’ aucun témoin ou passant ne semblait être proche, il en a profité.
      Morale de cette histoire: on en sait rien et tout est toujours souvent inventé et ce dans tout.
      Ils ont fait ça dans le cas des décès de JFK, de Marilyn Monroe etc.. aux U.S. Tout devient une vraie farce, point!

      Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai malheureusement pas publié de livre sur l’affaire France Alain jusqu’à maintenant, principalement parce que je n’ai pu avoir accès à tous les documents que je souhaiterais obtenir. Et tant que le dossier reste incomplet, je m’abstiens généralement de consacrer un livre à un seul dossier.

      Toutefois, si vous voulez connaître mon approche à l’aide des dossiers judiciaires, je vous suggère L’affaire Denise Therrien ou alors L’affaire Aurore Gagnon, deux causes qui vous permettront de plonger au coeur d’une affaire criminelle tout en rectifiant des faits face à certains ragots colportés par la population, le domaine culturel, les journaux, etc.

      Dès demain, ne manquez pas non plus mon article donnant suite à l’affaire France Alain. Je reprends l’affaire!

      Bonne lecture.

      J'aime

    2. En effet, je comprends très bien. Un double meurtre est survenu dans mon coin l’année même de ma naissance. Je sais, vous allez me dire que je ne pouvais alors avoir mémoriser rien de concret à l’époque contemporaine des événements, mais cette proximité géographique a hanté une partie de mon enfance parce que des gens y ont fait allusion, d’autant plus que mon père avait connu le père d’une des deux victimes. C’est vrai qu’il est difficile d’oublier ces cas-là!

      J'aime

    3. Ça fait ..35 ans et ç’est comme si ç’était hier. Le temps passe si vite. Je crois moi aussi que quelqu’un qu’elle reconnaissait l’a attirée vers ce coin de la rue en fait, la raison pourquoi elle n’est pas passée par le stationnement pour le retour du dépanneur. Quelqu’un dans une voiture qu’elle a peut-être reconnue,qui sait, a dû lui tirer de cette voiture puis est partie lentement après cela. Mais je me suis toujours demandé pourquoi M Proulx n’a pas plus parlé de cette affaire.
      Moi avoir été soupçonné, j’aurais parlé plus et comme il l’a connue en plus et plutôt très bien, moi aussi j’aurais voulu en savoir plus et me serais investi même.Plus que M. Proulx en tous cas. Mais bon, il est peut-être d’une nature plus discrète tout simplement. Mais de toutes manières, même son frère n’a jamais été très bavard non plus. Pas plus que ses colocs et amis-es. Quelle histoire tout de même.

      J'aime

    4. Ti-Guy, je viens de lire votre opinion disant que possiblement le tir provenait d’une auto ou bien du cimetière. Vu que le meurtre avait été commis avec un fusil 12, la thèse du coup de feu provenant du cimetière ne tient pas la route. Je vous explique : un fusil est une arme qui tire des plombs contenus dans une cartouche. Contrairement à une carabine qui tire un seul plomb, mais à très haute vitesse et qui peut provenir d’une distance plus éloignée, comme par exemple 100-200 verges.
      Dans le cas du meurtre de France, elle avait reçu une multitude de plombs de grosseur bb. Il est dit qu’une balle de 12 de 1 oz et quart en contient 64. Si le coup aurait été tiré du cimetière le patronage des plombs aurait été très large. Mais dans ce cas ci, le patronage était de 21/2  » donc France avait été tiré de très proche, la raison que je me répète c’est à cause du patronage des plombs. Avec internet vous pouvez facilement vous informer sur la différence entre un fusil et une carabine.

      J'aime

  25. Merci Claude Gagné pour l’information. Moi aussi je crois que le tir venait d’une voiture et que quelqu’un de cette voiture, lui étant familier ou non, l’a attirée vers ce coin en lui faisant signe de cette voiture. Sinon, elle serait passée par le stationnement.De toutes façons, selon les infos, deux jeunes femmes ont vu une voiture quitter le lieu d’où provenait les tirs au même moment que la fusillade et s’en retourner tranquillement vers l’ouest sur Chapdelaine.

    J'aime

    1. Bonjour Guy, vous dites : De toutes façons, selon les infos, deux jeunes femmes ont vu une voiture quitter le lieu d’où provenait les tirs au même moment que la fusillade et s’en retourner tranquillement vers l’ouest sur Chapdelaine. Les deux témoins ont vu une auto circulant vers l’ouest, mais ne peuvent dire si l’auto provenait de la rue Belmont. D’ailleurs seule l’une des deux avaient entendu le coup de feu, l’autre non, pour la raison qu’elle était en train de jaser.

      Aimé par 1 personne

    2. En relisant le témoignage des deux premiers témoins. J’aurais aimé lire que Maître Corriveau avait demandé des précisions aux deux témoins. Car en lisant et relisant les témoignages il n’est pas clair si les deux dames avaient tourné le coin de rue à ce moment-là ou bien étaient encore sur Myrand, mais s’apprêtaient à prendre Chapdelaine. Maître Corriveau, aurait pu se montrer un peu plus vigoureux dans ses contre-interrogatoires.

      Aimé par 1 personne

  26. Il suffit d’aller voir un article sur le délateur Serge Quesnel ….
    Il a assassiné un homme qui s’appelait Richard Jobin le 9 septembre 1993 à Ste-foy , qui lui avait déjà confessé le meurtre de France Alain …donc selon moi , je ne verrais pas pourquoi richard Jobin aurait dit cela pour le fun ….
    le motif par contre , reste nébuleux et l’a t’il fait pour quelqu’un ?????

    J'aime

    1. Bonjour Karo.
      C’est une information très intéressante. Le livre de Pierre Martineau fait d’ailleurs partie de mes prochaines lectures.
      Ce que cette hypothèse n’explique cependant pas, c’est cette soudaine découverte d’éléments de preuve sur la scène de crime, et cela après que des policiers chevronnés l’aient d’abord fouillée au peigne fin. Vous verrez dans mes prochains articles comment ce fait a été présenté à l’enquête du coroner.
      L’hypothèse de Richard Jobin n’explique pas non plus l’atmosphère de collusion qui régnait autour de cette affaire, comme l’a dénoncé le journaliste Yves Boisvert il y a plusieurs années. Il suffit de penser, aussi, à la campagne de salissage entretenue par Anbré Arthur à la radio.
      Voilà d’ailleurs le problème de plusieurs affaires non résolues: elles comportent souvent plusieurs hypothèses déroutantes qui ne cessent de soulever des questions.
      Merci de votre intervention et au plaisir de vous relire.
      Eric Veillette

      J'aime

    2. Moi aussi me demande moi-même pourquoi ce M Jobin aurait tiré France Alain..
      Ou est-ce que le tireur serait un ex de France qui la poursuivait..?? On voit souvent des ex compagnons amoureux de femmes qui tuent leurs conjointes ou ex amoureuses par jalousie.Ici comme aux U.S. d’ailleurs. On ne saura jamais finalement.

      Aimé par 1 personne

    3. Voici l’extrait l’intégral des deux paragraphes où il est question de l’affaire France Alain dans le livre de Pierre Martineau, « Testament d’un tueur des Hells », (2002), pages 193-194:

      « [Me Jacques] Larochelle m’a demandé si Richard Jobin s’était vanté d’avoir tué France Alain et j’ai répondu par l’affirmative. Mais je n’ai pas pris le temps de m’expliquer convenablement, ce qui a eu pour effet d’exciter bien du monde. Jobin m’avait effectivement affirmé avoir tué une femme au début des années 1980. Par contre – et c’est ce que j’avais voulu dire – ,je pense que Jobin disait cela uniquement pour se vanter, mais ce n’est pas comme ça que ç’a été perçu! ». [les paroles de ce premier paragraphe sont celles du délateur Serge Quesnel]

      Il faut savoir que le meurtre de la jeune femme est un sujet majeur de discussion, à Québec, même en 1997. C’est qu’un journaliste et ancien petit ami de la jeune femme, Benoit Proulx, a été reconnu coupable de ce crime avant d’être acquitté par la Cour d’appel, au début des années 1990. La saga France Alain-Benoit Proulx durera des années puisque l’ex-journaliste aura recours à la Cour suprême pour obtenir un dédommagement de plus de 2 000 000$ pour avoir été accusé faussement. La décision sera rendu en 2001. On comprend donc que l’affirmation de Quesnel provoque un boucan médiatique rarement vu à Québec. »

      C’est donc tout à fait possible que Jobin ait dit cela simplement pour se rendre intéressant. D’autre part, n’oublions pas que Quesnel, Jobin et les autres criminels de cette espèce n’ont pas l’habitude de surfer sur la vérité. Ils peuvent mentir pour toutes sortes de raisons. Cette affirmation ne vaut donc rien. Encore une fois, il faut chercher ailleurs. Et puisque Proulx a été acquitté, peut-être devrions-nous nous poser la question suivante: qui pouvait-il lui en vouloir à ce point pour tenter de lui faire porter le chapeau?

      J'aime

    4. J’ai toujours pensé que ce Jobin n’avait dit ceci que pour attirer l’attention. Il n’est pas le premier de ce style à se vanter pour de l’attention et n’a jamais tué personne au..hasard. De plus, les Hell’s, tuaient pour des règlements de compte seulement.
      Moi, je me suis toujours demandé si ce n’est pas plus sois une erreur sur la personne, ou sois un ex petit copain jaloux et frustré, voulant la blesser sans la..tuer nécessairement par exemple peut-être (de là l’arme aurait visé vers le bas du corps je crois selon l’histoire) mais aussi que Benoît Proulx n’ait jamais voulu collaborer ou s’impliquer que ce ne soit un ..tantinet, m’a toujours chicoté. La détestait-elle alors?
      Aurait-il pu demander un service <>? Est-ce qu’elle aurait tenté de le menacer ou étaient-ils en bons termes?? On ne sait rien. Était-elle enceinte de lui ou lui aurait-elle fait croire..?..etc..etc..
      Tant de questions.. Mais si ç’est le cas et qu’ils étaient en <>, pourquoi Proulx n’a-t’il jamais vraiment collaboré et voulu aider la cause en essayant lui aussi de trouver qui voulait la blesser comme ça?? Ils auraient été proches selon les dires donc.. pourquoi ce silence de toujours..? Quel mystère… tout ça.

      J'aime

Commentaires fermés