L’affaire Denise Therrien: un résumé des faits


Cette photo de Denise Therrien, créée par son père et un ami de ce dernier, fut largement utilisée à l'époque dans le cadre des recherches.
Cette photo de Denise Therrien, créée par son père et un ami de ce dernier, fut largement utilisée à l’époque dans le cadre des recherches.

Dans mon livre L’affaire Denise Therrien, une affaire classée, qui sortira en librairie dès la mi-juillet 2015, je raconte l’histoire vraie de la disparition de Denise Therrien, une adolescente de 16 ans qui, au matin du 8 août 1961, se rendait à son premier emploi. Après sa descente de l’autobus, en face du cimetière St-Michel de Shawinigan-Sud, on ne devait plus jamais la revoir vivante.

Cette touchante histoire nous dépeint la frustration d’une famille devant l’inconnu. Car la disparition de Denise ne laissa d’abord que très peu d’indices. Considérée comme une affaire non résolue durant quelques années, cela nous rappelle quelques cas plus actuels qui hantent toujours le Québec par leur interminable mystère.

Dans le cas qui nous intéresse, Henri Therrien, le père de Denise, ne laissa jamais tomber les bras. Après avoir convaincu le gouvernement de rouvrir l’enquête après plus de 3 ans, l’inspecteur Richard Masson de la Sûreté Provinciale (aussi appelé Police Provinciale, ancêtre de la Sûreté du Québec) débarquait à Shawinigan. En fait, il avait reçu pour mission de s’y installer aussi longtemps que l’enquête ne serait pas résolue.

En quelques mois seulement, Masson arrêta un suspect et livra une dépouille à la famille Therrien. C’est alors qu’on comprit que ce suspect était celui qu’Henri Therrien soupçonnait depuis pratiquement les tous débuts.

Mon ouvrage, qui se base sur les transcriptions sténographiques, plonge ensuite le lecteur au cœur du procès, qui se déroula au palais de justice de Shawinigan en février 1966 devant l’honorable juge Paul Lesage. Le lecteur (ou lectrice) pourra s’imprégner à la fois de la nature de tous les témoignages en plus des moindres détails de la cause. En fait, ce sera pour lui (ou elle) l’occasion de pouvoir prendre la place d’un juré et ainsi développer sa propre opinion.

Après le procès, il m’importait également de présenter une conclusion qui s’étend sur plusieurs dizaine de pages et au cours desquels je me devais de revenir sur les différentes publications et œuvres réalisées à partir de cette histoire. Suite à la publication des mémoires de l’assassin en 1977, on constate en effet une prolifération de ragots, de mythes et de mensonges qui ont induits le public en erreur. Bref, peu de gens se sont soucié de respecter la vérité dans cette affaire, et encore moins de se donner la peine de consulter le dossier judiciaire. La seule à l’avoir fait est Isabelle Therrien, la nièce de Denise, qui a démontré une réelle volonté d’aller jusqu’au fond des choses en publiant en 2009 L’inoubliable affaire Denise Therrien. Mais encore là, certains affabulateurs lui ont manqué de respect au profit d’une diffusion douteuse de l’information.L'affaire Denise Thérrien test 4

Bref, L’affaire Denise Therrien est à l’image de plusieurs causes célèbres qui ont suscité des publications et même des films. Me Clément Fortin a démontré que le phénomène avait touché l’affaire Coffin, mais aussi celle de Cordélia Viau et de Jacques Mesrine.

Cette conclusion me permettra donc d’apporter de nombreuses précisions en faisant parler le dossier judiciaire, de même que quelques nouvelles informations en plus d’émettre l’hypothèse selon laquelle le tueur de Denise avait tout le potentiel pour être reconnue comme un tueur en série, un terme encore inconnu à l’époque des faits.

Publicités

One thought on “L’affaire Denise Therrien: un résumé des faits

Commentaires fermés