Claude Poirier relègue les aveux de Marcel Bernier aux oubliettes!

La seconde saison de la série Secrets Judiciaires, diffusée au canal Investigation, commence bien mal sa nouvelle saison d’automne. Dans l’épisode de cette semaine, qui ne dure qu’une trentaine de minutes ­– ce qui est nettement insuffisant pour aborder en profondeur un dossier judiciaire – on a vu le célèbre chroniqueur Claude Poirier relater quelques faits entourant l’affaire Denise Therrien. Cette adolescente de 16 ans a été enlevée et assassinée en 1961 par le fossoyeur Marcel Bernier, que je qualifiais de tueur en série dans mon livre L’affaire Denise Therrien, sorti en librairie en juillet 2015.

La bourde émerge lorsque Poirier et le narrateur affirment que Marcel Bernier n’a jamais avoué le meurtre de Denise. Et comme si ce n’était pas suffisant, Poirier laisse clairement entendre que Bernier l’aurait d’abord enterré dans le cimetière St-Michel avant de disposer de son corps en forêt, à une date indéterminée, bien sûr. En fait, il reprenait les affabulations de Bernier, qui avait publié sa version des faits en 1977[1].

Or, le 4 avril 1965, Marcel Bernier fit des aveux complets. Au matin du 8 août 1961, dit-il, Denise avait accepté de monter dans son camion, après quoi il l’avait conduit dans un boisé du rang St-Mathieu. C’est là que les restes de la victime furent retrouvés au printemps 1965. Dans les faits, rien ne laisse croire que le corps de Denise aurait pu être enterré ailleurs qu’à cet endroit. Pour lancer une telle ineptie, alors qu’Isabelle Therrien et moi avons rétablis ces faits dans nos livres respectifs, il faut nécessairement qu’il se soit laissé influencer par le torchon (livre) de Bernier.

Si je reviens au chapitre 11 de mon ouvrage L’affaire Denise Therrien, les aveux de Bernier étaient pourtant très explicites. Voici ce qu’il déclara devant l’inspecteur Richard Masson (notes sténographiques) :

  • Arrivé à destination [dans le bois du rang St-Mathieu], j’ai retourné mon camion prêt à repartir, laissant toujours le véhicule en marche. Là, je lui ai fait des propositions. Elle n’a pas voulu accepter, je lui ai dit que si elle voulait m’écouter il lui arriverait rien de fâcheux. Et là, elle a crié : « Maman » et moi, pris de panique dans la crainte que quelqu’un pourrait entendre ses cris, je lui ai mis la main sur la bouche et elle s’évanouissait, je crois, de peur. À ce moment-là, je jure solennellement que je ne lui ai pas touché, c’est-à-dire au point de vue sexuel. Alors, j’étais tellement énervé que je ne savais plus quoi faire, je me suis dit : « que vais-je faire avec? ». Pour un moment, je ne puis décrire exactement les faits, j’ai dit en moi-même après quelques minutes d’hésitation, « My! Qu’elle revienne à elle ». Je me suis dit : « je ne peux pas la ramener car aussitôt elle irait me rapporter à la police ». Ma peur était tellement grande, dans un moment presque indescriptible, je lui ai donné un coup sur la tête ou dans la figure avec un bout de tuyau, sans vouloir naturellement la tuer, et là, mon intention était de la débarquer du camion et de la laisser sur les lieux et moi, fuir je ne sais où. Je l’ai débarquée là, et j’ai parti avec mon camion, et à quelques arpents de là cette pensée m’est revenue toujours à l’esprit qu’elle me rapporterait à la police. En jetant un regard derrière mon camion, j’ai constaté que j’avais une pelle, alors j’ai retourné vers elle et j’ai pu constater en arrivant à ses côtés qu’elle ne bougeait pas, alors je me suis dit : « elle est morte ». Après, tout était noir dans ma tête, alors je me suis dit : « je vais l’enterrer ». J’ai creusé un trou à peu près un pied de profondeur et je l’ai traînée dedans. Là, je l’ai enterrée jusqu’au cou en lui laissant la figure sortie de terre, j’attendis quelques minutes pour voir si elle pouvait ouvrir les yeux ou souffler mais rien n’est arrivé, alors j’ai fini de l’enterrer.

Il n’y a aucun doute à l’effet que Bernier a avoué le meurtre, même s’il le nia par la suite lors de son procès. D’ailleurs, il n’est pas rare de voir des meurtriers revenir sur leurs aveux. N’empêche qu’ici, Marcel Bernier a réellement fait des aveux complets.

La recherchiste de Claude Poirier m’a contacté il y a plusieurs mois et j’en ai d’ailleurs profité pour lui glisser, bien humblement, le fait que je suis l’auteur du plus récent livre sur le sujet. Ma proposition n’a pas semblé l’intéresser. Tant pis! Car si Poirier ou un membre de son équipe s’était donné la peine de le lire, c’est-à-dire de faire une recherche exhaustive, cette erreur élémentaire n’aurait jamais été commise.

D’autres imprécisions pourraient être relevées, mais disons que je m’arrêterai ici.

[1] Je vous invite à lire le compte rendu critique que j’ai fait du livre de Bernier en cliquant sur l’URL suivant : https://historiquementlogique.com/2014/01/10/le-fossoyeur-les-confessions-de-marcel-bernier/

Publicités

2 thoughts on “Claude Poirier relègue les aveux de Marcel Bernier aux oubliettes!

  1. Monsieur poirier à tendance à vouloir prouver à tout un chacun que les criminels lui faisaient tellement confiance que ces personnes lui donnaient tous les détails de leurs crimes…je crois qu il a certainement eu certaines confidences…qu il a été témoins de scènes choquantes….et que LE personnage publique s est grossit comme une boule de neige….mais je suis d avis qu un criminel ne raconte pas tous ses  » secrets » à un personnage publique…mais que monsieur poirier ayant « construit » lui même son identité publique sur « les confidences » et ses « liens » avec les criminels…n avait d autre choix que de poursuivre sa carrière en prétendant être LE gars de confiance…alors il raconte….vrai ou faux…?…un capitaine bonhomme criminalistique !

    Aimé par 1 personne

    1. Eee…excusez mes… à….autocorrect sur !…je déteste lorse que mes fautes d orthographe sont imposées par ma tablette !…en fait…je sais pas comment enlever cet autocorrecteur !… voilà !

      J'aime

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s