L’affaire St-Louis: chapitre 5

06
Le corps de Michel Prince, tel qu’il a été retrouvé par les policiers.

Le témoin suivant fut le Dr Bruno Laliberté, 50 ans, qui demeurait à St-Célestin.  Interrogé par Me Laniel, il raconta son arrivée sur les lieux, le soir même du drame, le 22 novembre 1968.  Ainsi, il avait constaté une sorte d’hématome à l’œil droit et un trou dans la région de la tempe.  Il reconnut d’ailleurs aisément la scène immortalisée sur la photo P-5.

  • À la région temporale, j’ai vu qu’il y avait un trou à peu près gros comme un souffle d’allumette. En continuant mon examen j’ai soulevé la paupière pour voir s’il y avait des réflexes aux yeux : ils étaient absents.  Avec mon stéthoscope j’ai ausculté la région cardiaque et je n’ai entendu aucun bruit.  Puis même que le pouls était absent.  En procédant à mon examen, j’ai vu que la cuisse gauche du patient, les vêtements qui recouvraient la cuisse étaient tout ensanglantés.  C’est à peu près ce que j’ai constaté.
  • Le trou que vous avez trouvé à la région temporale, selon votre expérience, est-ce que vous pouvez déterminer ce qui a causé ce trou?
  • Bien, la première chose qui nous vient à l’idée c’est une balle.
  • Selon votre expérience, est-ce que le jeune homme était décédé à ce moment-là?
  • Vers quelle heure êtes-vous allé là docteur?, questionna le juge Crête.
  • J’étais en train de souper. Il devait être aux alentours de 18h00, je pense bien.

Ce fut ensuite à Me Grégoire d’exercer son droit de contre-interroger le témoin.  Dans un premier temps, le docteur indiqua que la victime mesurait cinq pieds et six ou sept pouces, pesait entre 135 et 140 livres et avait une figure « plutôt maigre ».

  • Maintenant, vous dites que vous avez constaté deux blessures sur le corps de la victime?
  • La première à la tête, au-dessus de l’œil?
  • Et la deuxième à la cuisse?
  • Selon votre expérience docteur, est-ce que les deux balles auraient pu causer la mort ou seulement qu’une?
  • Je pense que celle qui était logée dans la tête était suffisante.
  • La cuisse, pour quelqu’un qui subit une blessure est-ce que ça peut …?
  • Oui, si ça frappait ou touchait un gros vaisseau comme une artère. Comme une artère iliaque par exemple.  Ou fémoral.
  • Mais à part de cette chose?
  • Je pense bien que s’il avait été seulement … l’hémorragie peut être qu’il aurait pu être sauvé. Si les soins avaient été donnés assez vite.
  • Est-ce que vous avez examiné la tête en entier, intervint Me Laniel. Est-ce qu’il y avait d’autres trous?
  • J’ai vu l’hématome en dessous de l’œil droit, puis le trou à la région temporale droite.
  • Est-ce qu’il n’y a pas eu moyen d’établir la distance d’où la balle était tirée?, reprit Me Grégoire.
  • Ah … en balistique, moi je ne suis pas … je ne suis pas une compétence.
  • Vous n’avez pas remarqué de brûlure alentour de …?
  • Non, non. Le trou était tout simple.

 

 

Advertisements

3 thoughts on “L’affaire St-Louis: chapitre 5

  1. ce qui est surprenant pour cette époque la c est que le corps de la victime est public ?? et pour la famille de la victime ils peuvent encore dans sa position de déces et la photo est pour tout le monde ??? il me semble que aujourd hui a part les gens qui ont acces comme policiers jurées et autres , le public n as pas acces a ces photos ? dans le cas de Bonnie and Clyde ont peut voir la femme nue ou prsque sur la table d autopsie et on voit les trous de balles , je me demande si aujourd hui ont aurait acces a ces photos la ??? je ne dis pas cela pour faire de la morale mais il me semble qu on est plus FRILEUX maintenant pour ces photos la. Merci j attend des répnses Bonne journée de Pâques

    Aimé par 1 personne

    1. Tout ce que je peux dire, c’est que les photos ayant été déposées en preuve lors d’un procès deviennent automatiquement publiques, à moins d’une précision spéciale du juge. Ainsi, dans les boîtes d’archives, elles sont tout autant publiques. Toutefois, elles n’ont pas été conservées dans tous les dossiers, malheureusement. Est-ce parce que l’Institut médico-légal se les ait approprié pour son musée personnel? Je ne sais pas.

      Ces photos, comme dans le cas de Denise Therrien, ont été utiles pour confondre les propos mythomanes de son assassin. Elles sont utiles pour la compréhension des événements, tout comme n’importe quelle autre preuve contenue dans un dossier.

      Certes, le traitement est différent ici des Américains.

      Merci de votre commentaire Daniel. Et Joyeuse Pâques à vous aussi!

      J'aime

  2. Je trouve moi aussi bien correct qu’on puisse voir la photo car le public y a droit.
    Il m’avait d’ailleurs semblé un jour, d’avoir déjà vu une photo, dans un journal à l’époque de 1982, le corps de France Alain à Ste-Foy étendue par terre (après avoir été atteinte par balle) avec son paquet de papier brun d’épicerie.Les sacs de dépanneurs étaient en papier brun à l’époque. Le plastique, cette superbe invention, arriva plus tard dans les dépanneurs je crois bien.. Ça m’avait marqué car les journaux ne l’avaient pas publié il me semble et je me suis demandé si, avec les années, je n’avais pas rêvé ça, point, d’avoir vu cette photo car où l’aurais-je vu alors si les journaux populaires ne publiaient pas ce genre de photos..?? Je me le demande encore parfois. Serait-ce dans Allo Police alors? Est-ce que ce journal publiait des photos de scènes de crime de police ou arrivaient-ils tjs assez rapidement pour prendre des photos?? Je ne sais pas.

    Je ne connaîssais pas cette histoire du meurtre de Michel Prince. Un autre cours d’histoire et moment de ce qui s’est passé au Québec et qu’il faut savoir. Je vais aller voir vos autres articles là-dessus.
    Merci!

    Aimé par 1 personne

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s