Du nouveau dans l’affaire Huard

ScreenHunter_685 Jun. 28 19.20
Première photo de Florence Green à être publiée.  Florence a accepté de quitter l’Angleterre en 1945 pour venir s’installer avec son mari, Lionel Huard, au Québec.  Peu après, elle devait cependant mourir dans des circonstances qui demeurent étranges.  (photo: gracieuseté de Julie Woollaston)

            Cette semaine, c’est une lectrice de l’Angleterre qui nous permet d’en apprendre davantage sur un dossier traité l’an dernier.  Revenons d’abord sur les faits entourant l’affaire Huard.

Le 24 avril 2016, Historiquement Logique publiait un article afin de résumer ce dossier criminel qui demeure un mystère peu connu de notre patrimoine historique et judiciaire.  Pour mieux comprendre ce qui suit, je vous invite d’ailleurs à le lire ou le relire en consultant le lien suivant : https://historiquementlogique.com/2016/04/24/laffaire-huard-meurtre-non-resolu-ou-mort-accidentelle/

Un vétéran de la Seconde Guerre Mondiale qui revient au pays avec une jeune épouse d’origine anglaise, c’est déjà peu banal.  Qu’il l’emmène ensuite vivre dans un taudis d’une région aussi isolée que L’Anse-aux-Bouleaux, près de Baie-Trinité sur la Côte Nord, c’est encore moins banal.

            Le comble, c’est le jour où, le 9 mai 1948, Lionel Huard décide d’aller faire une balade en canot avec sa tendre moitié.  Le soleil brille de tous ses feux mais la journée est très venteuse.  De cette balade, Lionel devait en revenir seul.  La première enquête de coroner, qui examinera le corps de Florence Mary Green, cette épouse ramenée du Royaume Uni, déterminera qu’il s’agit d’un malheureux accident.  C’est d’ailleurs ce qu’affirmait Lionel.

Toutefois, un détective du nom de Bouchard mettra son nez dans l’affaire.  En interrogeant une voisine, Mariette Tremblay, il découvre que cette jeune femme avait une liaison avec Huard.  C’est du moins ce qu’elle prétend.  Avec un mobile en poche, la justice se mit en branle et une seconde enquête de coroner fut mise sur pied.  La conclusion s’avéra différente.  Cette fois, on parlait de meurtre.

            Un premier procès tenu à La Malbaie condamnera Lionel Huard à la pendaison, mais un second l’acquittera complètement.  Mariette Tremblay avait apparemment imaginé sa liaison.

Ces deux verdicts laissent à l’Histoire deux possibilités diamétralement opposées pour expliquer la mort de Florence Green.  Dans un premier temps, selon les coroners, on passa de l’accident au meurtre.  Puis, la justice fit le contraire, passant du meurtre pour revenir à l’accident.  Officiellement, on est tenu de respecter le dernier verdict, mais force est d’admettre qu’il subsistera toujours une grande part de mystère sur cette affaire.

            Pour mon article d’avril 2016, j’avais réussi à retracer Lionel Huard, décédé le 3 mars 1980 à Montréal.  Il s’était remarié avec une certaine Jeannine Courtemanche en 1964.

            Mais voilà que cette semaine j’eus l’agréable surprise de recevoir un courriel de Julie Woollaston, qui se dit être la petite-fille de Florence Green.  Il faut comprendre que Florence, avant de venir s’installer au Québec avec Huard, avait déjà eu un fils en Angleterre, le père de Julie.  Or, celle-ci a trouvé mon article sur le Web.  Sans pouvoir le traduire, elle me demandait gentiment de lui en faire un résumé, ce que je fis en répondant à son courriel.  Au passage, je profitai de l’occasion pour lui demander si, par hasard, elle possédait des photos de Florence.  Car, soulignons-le, le dossier judiciaire ne comporte souvent aucune photo.  Ce qui est malheureux quand on veut aussi redonner la parole aux victimes.

            Quelle ne fut pas ma surprise lorsque dans son courriel suivant elle m’envoya quelques photos, dont celle qui accompagne le présent article.  On découvre alors que Florence était une très jolie jeune femme qui a certainement éprouvé une grande passion pour accepter de suivre son Lionel dans ce taudis de la région de Baie Trinité.

            Ce que me raconte ensuite Julie Woollaston, c’est que son père, toujours vivant, ne garde aucun souvenir de sa mère car celle-ci avait quitté trop tôt.  Il n’était alors qu’un très jeune enfant.  Toutefois, on apprend que Florence serait née à Thornaby-on-Tees en 1922.  Elle avait trois frères et trois sœurs.  Tous ses frères se sont battus au cours de la Seconde Guerre Mondiale, dont deux à Dunkerque.

C’est en 1942 que Florence donna naissance à un fils, le père de Julie.  On imagine qu’elle fit la rencontre de Lionel Huard peu de temps après puisqu’elle l’aurait épousé en 1943 à l’église St Patrick de Thornaby[1].  Le couple eut ensuite deux filles : Eileen Huard en 1944 et Pauline Huard en 1945.  Peu après, la petite famille, sans doute heureuse que la guerre se termine enfin, quitta l’Angleterre à partir des quais de Liverpool pour venir s’établir sur la Côte Nord, au Québec.

            Muni de ces nouvelles informations, il m’a ensuite été possible de retracer le fait que Pauline Huard a épousé Réal Dubois en 1977.  Selon le registre de l’état civil, on y voit que Lionel y est inscrit comme témoin.  Florence Green est inscrite comme mère de la mariée, mais on y indique bien qu’elle est décédée.  Selon cet acte, toutefois, elle serait née le 9 septembre 1925 en Angleterre.

Pauline est également née en Angleterre, le 12 août 1945.  À l’Époque du mariage, Réal Dubois habitait au 3752 rue Masson à Montréal, alors que Lionel Huard résidait au 3660 rue Masson.  Peut-on imaginer que si Pauline habitait encore avec son père elle serait tombée amoureuse d’un voisin?

Les recherches se poursuivent, car le père de Julie Woollaston aimerait bien pouvoir retracer ses deux demi-sœurs.  Si vous pouvez nous aider à retracer Pauline et Eileen Huard, écrivez-moi en privé au courriel suivant : eric.veillette@hotmail.ca

Un merci tout spécial à Julie Woollaston, sans qui cet article n’aurait pas été possible.

Mariage_Pauline_Wedding
L’acte de mariage de Pauline Huard, la fille de Lionel Huard et de Florence Green.

[1] Pour voir des photos de l’église St Patrick de Thornaby, je vous invite à consulter le lien suivant : http://www.flickriver.com/photos/bolckow/sets/72157632434563656/

Publicités

One thought on “Du nouveau dans l’affaire Huard

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s