Un divorce justifié

         Selon La Revue trimestrielle canadienne de 1920, 15% des requêtes déposées en cour civil concernaient des demandes en divorce ou séparation de corps comme on le disait à l’époque. Les plus jeunes auront sans doute du mal à s’imaginer qu’à cette époque il fallait de bonnes raisons pour obtenir le divorce, si bien que seul le consentement des époux ne suffisait pas. C’était aussi l’époque où le droit des femmes était pratiquement réduit à néant. Par exemple, encore en 1937, le Code civil de la province de Québec obligeait les femmes à suivre leurs maris si celui-ci décidait de déménager dans une ville quelconque.

Ce même Code, des articles 186 à 191, prévoyait quelques justifications pour demander un divorce, par exemple l’adultère. Certes, on n’avait pas prévu l’argument que Célestine Labonté utilisa en 1915. Son mari, déjà condamné à mort pour meurtre, venait d’être libéré du pénitencier Saint-Vincent-de-Paul.

Voyons d’abord les faits.

Le 26 mai 1902, c’est à Saint-Lazare, dans le comté de Bellechasse, que Joseph Gosselin, 32 ans, étrangla à mort Vitaline Marquis, épouse d’Octave Trahan et mère de famille. La victime, disparue depuis plusieurs jours, a été retrouvée dans un bosquet à proximité de chez elle. Selon La Presse, elle aurait été « horriblement défigurée », ajoutant à cela que l’une de ses oreilles avait été tranchée. Son mari travaillait à Thetford Mines au moment du crime. En juin, au moment de l’enquête préliminaire, Célestine Labonté, la femme de Gosselin, refusa par deux fois de témoigner sous serment.

Après une courte cavale, Gosselin fut arrêté et officiellement accusé. Le 7 décembre 1902, Célestine Labonté, qui habitait chez son père depuis que son mari était en prison, rencontra le juge Cannon, à qui elle confia que le curé lui avait conseillé de dire la vérité si toutefois elle était appelée à la barre. Le lendemain, 8 décembre, Me Ernest Roy, l’avocat de Gosselin, tenta de rencontrer Célestine mais le sergent McCarthy lui fit obstruction. Le 9 décembre, le procès s’ouvrit au palais de justice de Montmagny devant le juge Pelletier. Appelée comme témoin, Célestine avouera la crainte qu’elle entretenait envers son mari. Ce point sera plus tard débattu devant la Cour Suprême puisque selon la Common Law une femme n’est pas tenue de témoigner contre son mari.

Pour sa défense, Gosselin accepta de témoigner. Pour expliquer la présence de sang dans la fourche de son caleçon, il prétendit avoir eu une relation sexuelle avec sa femme et que celle-ci ne se sentait pas bien. Il n’en dira pas davantage. En guise de réplique, la Couronne appela sa femme à témoigner et c’est alors qu’éclata le litige en lien avec la Common Law. Le 18 décembre, le jury reconnut Gosselin coupable de meurtre et le juge fixa son exécution au 12 juin 1903. La défense porta la cause en appel jusqu’en Cour Suprême, qui trancha le 20 avril 1903. Selon ce jugement, Célestine aurait avoué avoir lavé le linge taché de sang de son mari, et cela à la demande de son avocat, c’est-à-dire Me Roy.

La sentence de Gosselin fut commuée en emprisonnement à vie et on le conduisit au pénitencier Saint-Vincent-de-Paul.[1] On sait qu’en 1915 il avait retrouvé sa liberté car dans La Presse du 21 juin 1915 on peut lire : « Il est assez extraordinaire de voir une femme poursuivre en séparation de corps son mari, condamné à l’emprisonnement à perpétuité. C’est pourtant ce qui a eu lieu, ce matin, en cour de Pratique, présidée par l’hon. Juge Bruneau, lorsque le tribunal a accordé à Dame Célestine Labonté, la permission de poursuivre en séparation de corps [divorce], Joseph Gosselin, son époux. La demanderesse allègue que celui-ci a été convaincu de meurtre devant la cour du Banc du Roi pour le district de Montmagny le 29 avril 1903, mais que la sentence de mort a été commuée en un emprisonnement pour la vie. Or, elle a appris dernièrement, dit-elle, que Gosselin serait sorti du pénitencier de Saint-Vincent-de-Paul, et elle a raison de croire qu’il la recherche et désire se remettre avec elle. C’est pourquoi elle demande aux tribunaux qu’il lui soit permis d’obtenir la séparation judiciaire. Sa Seigneurie, après avoir manifesté quelque surprise de la singularité de la requête, a accordé la permission sollicité ».


[1] La Presse, 2 juin 1902.

Publicités