Freddy Pellerin, non coupable (3/3)

Le témoignage de Marie Bournival, épouse d’Omer Lacerte, a apporté un élément mystérieux au procès de Freddy Pellerin.

Depuis le premier article de cette série de trois, nous savons que Freddy Pellerin a été le principal et probablement le seul suspect ciblé par les enquêteurs. Au fait, qui était Freddy Pellerin?

Il est difficile de dresser un portrait détaillé, mais nous savons que Jules Freddy Pellerin est né à St-Étienne-des-Grès le 28 juillet 1907. Ses parents étaient Désiré Pellerin et Annie Milette. Son parrain se nommait Jules Milot et sa marraine Aldéa Pellerin. Le dossier retrouvé dans le fonds d’archives des procès expéditifs permet de décrire Freddy, au moment des événements de 1935, comme un jeune homme de 27 ans, célibataire, et catholique. Il habitait à Yamachiche depuis cinq mois. Il savait lire et écrire, et traînait des antécédents criminels pour « boisson ».

Récemment, il m’a été possible de faire un recoupement très intéressant. Pour cela, permettez-moi d’ouvrir une petite parenthèse. En août 1926, après avoir sauvagement assassiné sa fille dans sa maison du 4e rang à St-Étienne-des-Grès, le septuagénaire Alexandre Lavallée est allé frapper à la porte de ses voisins vers minuit, faisant mine d’avoir retrouvé le corps ensanglanté de sa fille. Et devinez qui étaient ces voisins? La famille de Désiré Pellerin.

Au moment de ce crime, Freddy venait d’avoir 19 ans. Habitait-il encore avec ses parents? Si oui, il s’est probablement retrouvé aux premières loges de ce crime odieux puisque selon les journaux et ce qui a survécu du dossier judiciaire relatif à Lavallée, on comprend que Désiré Pellerin et sa femme se sont immédiatement déplacé chez leur voisin pour voir de leurs yeux la scène de crime. En fait, hormis Lavallée, ils ont été les premiers à découvrir l’horreur de cette scène. Si leur fils habitait encore avec eux, faudrait-il en déduire que Freddy a été marqué par cette scène horrible? Le côté scabreux du crime aurait-il pu le hanter jusqu’à l’inspirer pour commettre son propre crime 9 ans plus tard?

Rappelons-nous que dans les deux cas les victimes – Rose-Anna Lavallée et Arthur Boulanger – ont toutes deux été tuées par des coups portées à la tête par un objet contondant qui n’a jamais été retrouvé. Dans l’affaire Lavallée, on a brièvement parlé d’une barre de fer et pour Boulanger un quartier de bois. Mais là s’arrête la comparaison, car le meurtre de Rose-Anna était à caractère sexuel tandis que celui de Boulanger aurait eu le vol pour mobile. De plus, du sang retrouvé sur les vêtements de Lavallée, jumelé à son comportement étrange, aurait tendance à confirmer le verdict qui lui a ensuite coûté la vie sur l’échafaud. N’empêche que cette coïncidence, rendue publique pour la première fois, est plutôt étonnante.

Une recherche dans les journaux permet aussi de trouver quelques-unes des traces de Pellerin. Par exemple, dans Le Nouvelliste du 15 décembre 1931, on le retrouve à une « réunion d’amis » organisée à l’occasion de la visite de Mlles Auréa Bouchard et Délia Bouchard chez leur sœur Mme Wilfrid Lamy. Parmi la longue liste des invités que l’on dit être de St-Étienne, on remarque un Freddy Pellerin. L’article se termine ainsi : « tous se séparèrent à une heure assez avancée ».

Dans Le Nouvelliste du 7 novembre 1931, c’est un texte consacré aux funérailles d’Oliva Gélinas, veuve de Frédéric Boisvert, qui retient notre attention. Lors des funérailles de cette femme, qui eurent lieu le 26 octobre à St-Thomas de Caxton, on peut lire qu’elle laissait dans le deuil plusieurs descendants, dont un « Freddy Pellerin des Trois-Rivières, […] ».

Malheureusement, le dossier retrouvé dans les archives nationales de BAnQ-TR ne contient pas les transcriptions du procès, ce qui signifie que nous sommes incapables de réviser la cause dans ses moindres détails. Néanmoins, nous tenterons un léger survol à l’aide des journaux, une source envers laquelle j’essaie constamment d’être prudent.

Le procès de Pellerin s’est ouvert le 29 octobre 1935 au palais de justice de Trois-Rivières devant le juge H. A. Fortier. La Couronne était représentée par Me Philippe Bigué et Me Jean-Marie Bureau, deux anciens adversaires à l’époque de l’affaire Alexandre Lavallée et Andrew Day. Pour sa part, Pellerin était défendu par Me Gustave Poisson, assisté par le sénateur Charles Bourgeois et par Me Heaton.

L’échantillon de mousse de bois prélevé dans la mare de sang a été préservé dans le dossier judiciaire de BAnQ-TR.

Malgré le fait que cette affaire soit aujourd’hui méconnue, il semble qu’à cette époque elle ait attirée les foules. En effet, Le Nouvelliste soulignait que « cette cause soulève un intérêt considérable dans notre ville et la salle d’audience est trop petite pour contenir tous les curieux qui voudraient suivre cette cause. Un grand nombre de personnes ont guetté, hier, son arrivée au Palais de Justice ou son départ au commencement des séances »[1].

Avant même que ne débute la sélection des jurés, Me Poisson fit une requête afin de demander à ce que la défense puisse examiner les objets saisis dans la garde-robe de l’accusé le 20 septembre. Me Bigué s’y objecta et le juge lui donna raison. Ce dernier expliqua à la défense qu’elle pourrait jouir de cette permission une fois que les objets auront été déposés en preuve.

Il ne fallut qu’une heure pour choisir les douze jurés[2], après quoi on entendit sept premiers témoignages. Parmi les pièces à conviction déposées, on comptait les pantalons « maculés de sang qui furent identifiés par Mlle Cécile Castonguay comme ceux que portait Pellerin dans la veillée qui précéda le meurtre lorsqu’il vint chez Mme C. E. Girardin où elle travaille ».

Le Dr Langis est venu témoigner sur les détails entourant la découverte du corps le 18 septembre. Le chef de police Rosario Lemire et le détective provincial J. E. Gauthier racontèrent quant à eux l’arrestation de Pellerin. Puisqu’on n’a pas entendu ces deux hommes à l’enquête du coroner il aurait été intéressant d’avoir à notre disposition les transcriptions du procès pour connaître tous ces détails supplémentaires qui, finalement, resteront inconnus.

Il semble y avoir eu un intéressant duel entre Me Bigué et Me Poisson. Le premier, qui représentait la Couronne, aurait reproché au criminaliste de multiplier les motions et d’utiliser des tactiques dans le seul but d’étirer le procès. On apprit que le relevé topographique de la scène de crime n’a été réalisé que le 24 septembre sous les indications d’un certain Alphonse Lamy, qui désignait la position des meubles dans la cuisine. Celui-ci se fiait évidemment à sa mémoire des lieux enregistrée lors de la dernière visite qu’il avait faite à Boulanger, quelques heures avant le crime.

Le Dr Langis serait retourné chez lui après la découverte du corps pour téléphoner au coroner Tétreault à Trois-Rivières, et c’est ce dernier qui lui avait demandé de retourner rapidement sur la scène pour verrouiller les portes. Autre raison pour laquelle il aurait été pertinent d’avoir les transcriptions du procès, car certains éléments nouveaux apparurent uniquement devant le juge Fortier. Par exemple, « le Dr Langis expliqua que Boulanger tenait un petit restaurant mais que c’était un fait notoire qu’il vivait surtout du produit de la vente de liqueurs alcooliques. Ces paroles devaient d’ailleurs être confirmées par le chef Rosario Lemire et le détective Gauthier qui déclarèrent avoir trouvé des spiritueux cachés dans le hangar en dessous d’une corde de bois, sous le plancher de l’écurie et sur le sommet des fenêtres dans la cuisine »[3].

Autre cliché du corps d’Arthur Boulanger, 51 ans, tel qu’il a été retrouvé en 1935.

C’est Albert Plouffe, chef de l’information au quotidien Le Nouvelliste, qui a pris les photos du cadavre qui nous sont parvenus aujourd’hui via les archives. « Il se trouvait là lorsque le Dr Fontaine vint faire l’autopsie et c’est alors qu’il prit les deux photographies du cadavre qui ont servi à faire des agrandissements qui ont été produits devant la cour ». Est-ce à dire que ni la police ni le laboratoire de l’Institut médico-légal ne possédait toujours aucun protocole en ce qui concernait le fait d’immortaliser les scènes de crime sur pellicule?  Pourtant, on sait aujourd’hui à quel point les photos de scène de crime peuvent devenir des outils essentiels pour reconstituer les faits entourant un crime.

On apprit aussi que c’est le détective Gauthier qui avait été chargé de l’enquête dès la découverte du corps. Gauthier s’était rendu à Yamachiche en compagnie des détectives Duchesnay et Galibois, ainsi que du capitaine Roussin. C’est le Dr Langis qui lui avait ensuite remis les clés de la maison de Boulanger. C’est alors qu’on arrive à comprendre ce que contient l’échantillon qui a été conservé dans le dossier archivé à BAnQ-TR. « Le détective Gauthier identifia la mousse du bois produite devant la cour comme celle qui était sur la mare de sang pour un des fragments. L’autre fut pris par lui-même sur un morceau de bois dans le hangar ».

Bref, par cette technique on tentait de relier le crime avec une éventuelle arme du crime, en l’occurrence un quartier de bois trouvé dans le hangar. Est-ce que cela correspondait? L’article du Le Nouvelliste ne nous permet pas de le savoir.

Le chef Rosario Lemire a raconté comment, le 20 septembre, il s’était rendu à la mine de C. E. Girardin à Almaville, où travaillait Pellerin, afin de procéder à son arrestation. Pellerin avait alors dans ses poches 2.05$. Le détective s’était ensuite rendu chez Mme Arthur Milette pour se rendre dans la chambre de Pellerin et y saisir ses vêtements : un habit bleu marin rayé de blanc, une chemise et un chapeau gris. Quand il demanda à Pellerin si c’était bien les habits qu’il portait le lundi soir, Freddy aurait répondu : « oui, mais ce n’est pas la chemise que je portais ».

Le détective Gauthier aurait ensuite été le premier à constater la présence d’une tache de sang sur le bas du pantalon. Lemire s’était aussitôt rendu au bureau du Dr Fontaine à Québec pour lui remettre les vêtements.

Le jeune André Gendron dira avoir vu Pellerin chez son oncle environ un mois plus tôt alors que Boulanger avait refusé de lui vendre de la boisson en disant : « sacre ton camp, je la paie cette boisson-là ».

Mme C. E. Girardin avait vu Pellerin à deux reprises au soir du 16 septembre. La première fois, il était venu avec Roland Milette, Josaphat Milette, Ludovic Milot et un nommé Samson vers 20h00. Une trentaine de minutes plus tard, il revenait mais encore une fois on avait refusé de lui prêter de l’argent. Parmi les autres détails importants, Mme Girardin aurait été éveillé à trois reprises en une trentaine de minutes par les aboiements de son chien. « Elle se rendit à sa fenêtre et vit chaque fois un homme qui lui sembla le même, un homme de taille plutôt petite, habillé d’un habit foncé et d’un chapeau pâle, qui s’en allait sur la rue dans la direction de la maison de Boulanger ».

Cette description physique correspondait-elle à celle de Pellerin? On l’ignore.

Cécile Castonguay, la jeune servante des Girardin, se rappelait surtout que lors de sa première visite Pellerin portait justement un habit bleu marin rayé de blanc et un chapeau gris pâle.

Heureusement, le plan du village nous permet de jeter un œil à cette distance qu’il y avait entre les résidences de Girardin et de Boulanger.

Selon La Presse du 2 novembre 1935, la Couronne s’est investi à démontrer les dépenses faites par Pellerin au lendemain du meurtre, afin de prouver indirectement qu’il avait bien pris l’argent dans les poches de la victime. Alors qu’il était sans le sou la veille, il avait prêté une piastre à Henri Bourassa, payé 2.25$ à Josaphat Milette et Charles Milot, et dépensé 3$ pour des bouteilles de whiskey.

La défense fit entendre sept témoins, dont Yvonne Milette, qui avait pressé les pantalons de Pellerin au matin du 17 septembre avant son départ pour l’exposition de Saint-Barnabé. Étonnamment, elle dira n’y avoir vu aucune trace de sang. Quant à elle, Mme Arthur Milette a déclaré que Pellerin était rentré se coucher vers 23h00 au soir du 16 septembre.

Josaphat Milette dira qu’au matin du 17 septembre Pellerin avait l’air de quelqu’un qui avait plutôt bien dormi. Toutefois, rappelons ici que Milette s’était levé et avait quitté avant lui. Pour faire une telle affirmation, il devait certainement se baser sur l’allure que Pellerin avait eue plus tard dans la journée, à Saint-Barnabé.

L’élément le plus intéressant présenté par la défense vint probablement par la bouche de Mme Adonias Lacerte et de Mme Omer Milette, des voisines de Boulanger. « Environ trois semaines avant son assassinat, elles ont eu connaissance que Boulanger reçut la visite d’un étranger avec qui il se querella. L’étranger qui portait un habit pâle et était venu en automobile demanda à Boulanger de lui payer de l’argent qu’il lui devait et partit en lui disant « qu’il lui casserait la gueule » »[4].

Cette carte nous permet de situer la résidence de Girardin par rapport à celle de la victime, Arthur Boulanger.

Boulanger a-t-il été assassiné par un tueur qui n’a jamais été identifié? Ce doute a-t-il suffit à influencer les jurés?

Ce n’était pas tout, car La Presse ajouta ceci : « dans la soirée du 16, vers 9h p.m., Mme Lacerte eut affaire à sortir sur sa galerie et elle vit un homme dans le chemin près d’un bosquet de broussailles. Croyant avoir reconnu un de ses voisins, elle cria son nom mais ne reçut pas de réponse. C’était un homme de taille moyenne qui lui sembla porter un chapeau pâle ».

Il semble que les jurés ne se sont jamais laissé convaincre de la culpabilité de Freddy Pellerin. Au bout du compte, ils délibérèrent durant 35 minutes avant de rendre un verdict d’acquittement qui a été reçu par des applaudissements. Le 4 novembre, Le Nouvelliste souligna qu’il s’agissait d’une « brillante victoire pour ses deux jeunes procureurs, Mes Gustave Poisson et Hamilton Heaton ». Me Poisson était avocat depuis seulement 3 ans, tandis que Me Heaton était installé à Trois-Rivières depuis un mois seulement. Ayant obtenu une bourse pour se perfectionner à Oxford, il commençait à peine à pratiquer le droit. Les deux avocats avaient accepté de défendre Pellerin environ cinq jours avant le début des assises criminelles, ce qui les avait obligé à mettre les bouchées double, aussi bien de jour et de nuit.

Le Nouvelliste souligna que Pellerin était resté froid tout au long du procès, « sans montrer la moindre appréhension a reçu son verdict d’acquittement de la même façon. Lorsque Me Gustave Poisson eut demandé sa mise en liberté, Pellerin quitta le banc des accusés au milieu des applaudissements de la foule et il se rendit immédiatement serrer la main de ses avocats pour les remercier et les féliciter ».

D’après les heures estimées par la Couronne, il existait un vide d’une dizaine de minutes au cours desquelles Pellerin aurait dû franchir à pied les deux milles entre la résidence de la victime et celle d’Arthur Milette à Grande Rivière pour être physiquement capable de commettre le meurtre.

Évidemment, plusieurs questions restent sans réponse. Ces heures sont-elles fidèles à la réalité? Pourquoi la présence de sang sur les pantalons prouvée par les analyses du Dr Fontaine n’ont pas su convaincre les jurés?

Le 6 décembre 1951, c’est dans la paroisse de Saint-Dominique à Québec que Freddy Pellerin épousait Anne-Marie Myrand, fille de Mederic Myrand et de Marie Ida Bédard. S’installait-il dans la Vieille Capitale pour tenter de se faire oublier?

En dépit des nombreuses questions qui continueront de hanter ce dossier, il nous faut respecter le verdict rendu par le jury. Pellerin a été déclaré innocent et il avait droit à son retour à une vie normale.

Anne-Marie, son épouse, s’est éteinte le 16 mai 1979 à Ste-Foy. Pellerin lui survivra durant une dizaine d’années. Il est mort à Ste-Foy le 26 septembre 1989.


[1] Le Nouvelliste, 30 octobre 1935.

[2] Les douze jurés au procès de Freddy Pellerin étaient : Arthur Lacombe, de Shawinigan; Gédéon Carignan, de Bécancour; Jacques Blais, de Pointe-du-Lac; Donat Baillargeon, de Saint-Célestin; Sandy Lefebvre, de Saint-Théophile du Lac; Alcide Minville, de Pointe-du-Lac; Jean-Baptiste Tessier, de Saint-Narcisse; François Charrette, de Trois-Rivières; Pierre Desruisseaux, de Nicolet; Napoléon Boulanger, d’Almaville; Édouard Doucet, de Saint-Wenceslas; et Louis Laurent du Cap-de-la-Madeleine. Deux jurés furent exemptés seulement. Le premier, Edmond Bourassa, tombé subitement malade. Le second était Médéric Béliveau de Shawinigan.

[3] Le Nouvelliste, 30 octobre 1935.

[4] La Presse, 2 novembre 1935.

Publicités

3 commentaires sur “Freddy Pellerin, non coupable (3/3)

  1. Bonjour,

    comme je ramasse tout ce qui concerne les Pellerin, j’avais déjà les 2 premiers articles sur ce sujet.

    Quelle ne fut pas ma surprise, à la lecture du 3e, de constater que le Freddy Pellerin en question est mon oncle.

    Il s’agit du frère cadet de mon père.

    Jamais je n’avais entendu parler de cette histoire dans ma famille. Tout ce que je savais ou déduisais, c’est qu’il était alcoolique et violent. On laissait entendre qu’il était parti en Abitibi et qu’il y était décédé au début des années 60.

    Toutes mes recherches sont restées vaines jusqu’à tout récemment. En effet, je crois avoir trouver sa sépulture en Abitibi mais sans mention de parents ou d’épouse.

    Il me reste du travail à faire pour confirmer ou infirmer la chose.

    Jean-Pierre Pellerin

    Aimé par 1 personne

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.