Tuxedo Kid, la beauté du diable

OUIMET, Raymond. ― Tuxedo Kid, la beauté du diable. ― Québec : Septentrion, 2018. ― 161 pages.

Cette affaire criminelle a été partiellement traitée dans les années 1990 par la série Les grands procès. Je dis bien « partiellement », parce que les concepteurs de l’émission s’étaient intéressés uniquement au procès au terme duquel Rhéal-Léo Bertrand a été acquitté au cours des années 1930 pour le meurtre de sa femme. Or, pour l’avoir cherché en vain, je peux affirmer que le dossier judiciaire de ce procès est aujourd’hui introuvable. C’est d’ailleurs ce qui a obligé les scénaristes de l’époque à se fier sur les comptes rendus des journaux, une source bien secondaire lorsqu’il est question d’un sujet aussi sérieux qu’une affaire de meurtre. C’est un fait, tout comme Raymond Ouimet, qu’ils ont malencontreusement oublié de souligner.

Certes, Raymond Ouimet a fait ses devoirs en matière de recherche. Il nous amène plusieurs faits nouveaux autour du personnage de Rhéal Léo Bertrand, aussi connu sous le pseudonyme de Tuxedo Kid parce qu’il s’était présenté au tribunal dans un chic costume de soirée. Entre autres, Ouimet explique comment le jeune séducteur et manipulateur séduisait les femmes à répétition, en plus d’avoir débuté sa carrière criminelle comme voleur de moutons.

Après avoir été acquitté du meurtre de sa première femme, il dépense rapidement l’argent de l’assurance. Fauché, il développe l’excellente idée – je suis sarcastique, évidemment – de braquer une banque. Cette attaque improvisée, au cours de laquelle il manque de tuer le gérant, lui vaudra 15 ans de prison.

Peu après sa libération, en 1948, il s’improvise médecin. On l’accusera même d’avoir pratiqué un avortement illégal. Puis il épouse une femme beaucoup plus vieille que lui. Moins de deux mois après, Dolorosa Trépanier, 55 ans, succombe dans l’incendie d’un chalet où Bertrand prétendait vouloir l’amener pour chasser. Le procès qu’on intente ensuite à Bertrand – Historiquement Logique en a fait mention en septembre 2017[1] – existe bel et bien dans les archives de Bibliothèque et Archives du Canada (BAC) à Ottawa. Je peux le confirmer puisqu’en 2016 je me trouvais dans les locaux de BAC afin de numériser la totalité du procès. Malheureusement, si Ouimet a bel et bien consulté le dossier (on le voit dans sa bibliographie) il ne réserve à ce procès qu’une vingtaine de pages.

Évidemment, il ne faut pas s’attendre à une étude très exhaustive d’un procès au sein d’un livre qui fait à peine plus de 160 pages. Cette approche minimaliste nous prive du privilège de bien nous imprégner des témoignages livrés sous serment, ce qui nous permettrait de nous faire notre propre opinion.

Non seulement on retrouve un certain ton religieux sorti tout droit d’une autre époque, mais l’auteur se permet certaines longueurs. Eh oui, c’est possible dans les petits livres. De plus, on se passerait bien de le voir donner son opinion sur l’état psychologique de Bertrand alors qu’il nous présente une étude trop brève de cette affaire.

Un livre dont la lecture fluide plaira aux lecteurs qui dévorent tout pour le plaisir de lire, mais le bouquin exhaustif qui saura exploiter le dossier judiciaire, qui compte environ 1 600 pages, reste à faire!


 

[1] https://historiquementlogique.com/2017/09/03/rheal-leo-bertrand-lamant-meurtrier/

Publicités