Des deux côtés du miroir

Bloch, Jean-Marc; et Champseix, Rémi. Des deux côtés du miroir, itinéraire d’un flic pas comme les autres. Paris : Cherche midi, 2015, collection Documents, 223 p.

J’ai découvert l’existence de Jean-Marc Bloch il y a quelques années à travers la série Non Élucidé, disponible ici via YouTube. Ses interventions m’ont tout de suite impressionnées, à la fois par sa logique, sa justesse et son objectivité. Cela a d’ailleurs contribué à ce que Non Élucidé devienne ma série documentaire favorite en matière de faits divers, même si elle traite de dossiers exclusifs à la France. Elle est d’une justesse irréprochable, sobre et axée sur les victimes.

C’est d’ailleurs Arnaud Poivre d’Arvor, producteur et animateur de l’émission, qui préface cette autobiographie enrichissante, honnête et drôle. Dans un langage populaire qui pourrait agacer certains lecteurs québécois, mais que, personnellement, j’ai adoré, Bloch nous raconte son parcourt peu commun à travers les échelons de la police française, lui qui ne se destinait pourtant pas vers une carrière de flic. Une fois le doigt dans l’engrenage, il n’a cependant pu résister : « Au fil des mois, ce métier m’attirait de plus en plus. Il était varié, nourri quotidiennement de situations inattendues. J’appréciais beaucoup le poste d’observation extraordinaire que m’offrait le guichet d’accueil. Je compris que beaucoup de gens n’avaient aucun autre endroit, hormis le commissariat et l’hôpital, où se réfugier pour raconter leur(s) misère(s). Et que le seul fait d’être écoutés et de voir leurs malheurs consignés en dix lignes dans le grand cahier de la main courante leur faisait du bien. »[1]

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, sa vision de la société reste positive : « Ces quarante années passées dans la police ne m’ont pas rendu méfiant à l’égard de mes congénères, au contraire. Je sais qu’on est tous comme des icebergs, avec une part cachée plus ou moins importante et plus ou moins malsaine selon les individus. Je sais aussi que les pires monstres sont apparemment des types charmants. Mais globalement, les gens sont honnêtes, j’en suis certain. Quand on est spectateur, qu’on regarde la télé ou qu’on lit les journaux, on est terrorisé par le sentiment d’être entouré de malfrats. Mais quand on a pour mission de les arrêter, ces malfrats, on constate qu’on a bien du mal à les trouver : c’est bien la preuve qu’ils ne sont pas si nombreux! Et puis, entre un receleur de cartons de chaussettes volées dans un camion et un violeur de petites filles, il y a un monde »[2].

Jean-Marc Bloch a aussi travaillé à la BRI et pour l’antigang, en plus d’avoir connu le célèbre commissaire Broussard. Il garde malgré tout un regard objectif sur les choses, n’hésite pas à souligner ses bons coups comme les moins bons, au point d’admettre ses propres erreurs, ce qui en fait, selon moi, un homme encore plus grand.

Il est aussi un des rares qui ose aborder un sujet encore tabou, que ce soit ici ou en France : le suicide chez les policiers : « On déplore en France presque un suicide de policier par semaine, et ces drames sont souvent dus à l’accumulation de trois facteurs : des problèmes professionnels (dans un des métiers les plus stressants qui soient) auxquels s’ajoutent des galères personnelles (comme dans tous les couples) mais aussi, exclusivité policière, la présence permanente d’une arme à feu. Là où beaucoup de gens déprimés tentent de se suicider, les flics ont les moyens de réussir à coup sûr, en passant à l’acte sans se laisser le temps d’hésiter »[3].

Pour les amateurs de documentaires de faits divers, je vous invite à visionner les épisodes de Non Élucidé sur YouTube et je vous laisse sur ce teaser de deux minutes à propos du lancement du livre de Jean-Marc Bloch :

https://www.youtube.com/watch?v=OrMpXpYLlNA


[1] Bloch, p. 19.

[2] P. 23.

[3] P. 157.

Publicités

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.