Sylvie Trudel, victime d’un tueur en série

            Le 27 avril 1982, c’est dans l’appartement 6 du 105 rue Milton à Montréal que Sylvie Trudel, une jeune femme de 25 ans originaire de Trois-Rivières[1], était sauvagement assassinée.  Selon le rapport d’autopsie « la tête et le tronc avaient été sectionnés. Ces segments de corps humain avait [sic] été placé dans trois (3) sacs différents ».  Des photos judiciaires ont été prises sur place par le photographe Laurent Laflamme de la Sûreté du Québec (SQ) mais elles n’ont pas été versées au dossier du coroner.

Selon l’examen externe, la tête de la victime a été sectionnée au niveau de la 6e vertèbre cervicale et le tronc au niveau de la 5e lombaire.  « La surface de coupe des corps vertébraux est unie et suggère que la section a été faite à l’aide d’une scie », écrit le Dr Jean Hould, le médecin pathologiste qui a pratiqué l’autopsie.  « Au niveau de la peau et des tissus mous sous-jacents, la section a été faite à l’aide d’un instrument tranchant dont la qualité d’affûtage ne semble pas très marquée.  Au niveau du cou, la ligne de section est assez irrégulière et semble avoir été laborieuse.  Au niveau du tronc, on peut deviner par l’aspect de la ligne de section que l’instrument tranchant a été manœuvré un peu à la manière d’une scie telle une égoïne avec des mouvements alternatifs de va et viens ».

La reconstitution des trois parties du corps a ensuite permis de déterminer que Sylvie Trudel mesurait environ 5 pieds et 4 pouces et qu’elle pesait 112 livres.  Selon le Dr Hould, la cause de la mort aurait été la « strangulation au lien ».  En effet, le corps présentait des traces de lien au cou et « la présence de très nombreuses pétéchies au visage, en arrière des oreilles, la présence d’hémorragie conjonctivale et du conduit auditif, toutes ces lésions ayant été faites du vivant du sujet.  Les blessures par instrument tranchant ont été causées après le décès du sujet ou en fin de période agonique, les tissus ne présentent peu ou pas d’infiltration sanguine ».

Finalement, il estimait que le couteau utilisé par l’assassin avait une lame d’une longueur minimum de 9 cm et avec un seul tranchant.  Selon lui, le décès « ne devrait pas remonter à beaucoup plus que deux (2) ou trois (3) jours ».

Officiellement, le meurtre de Sylvie Trudel est une affaire non résolue.  Mais pour d’autres, elle aurait été victime d’un tueur en série qui a sévi des deux côtés de la frontière.

Dans son livre Cold North Killers canadian serial murder (2012), Lee Mellor rappelle que le même jour où les enquêteurs se penchaient sur le corps décapité de Sylvie Trudel, le corps d’une autre jeune femme était retrouvé aux Milles-Îles.  Cette autre victime fut identifiée comme étant Murielle Guay, une jeune femme de 26 ans de Laval.  Elle avait été démembrée et enterrée dans un champ.  Après quelques jours d’enquête, les policiers auraient finalement lié les deux affaires.  D’ailleurs, le rapport du coroner dans l’affaire Trudel montre qu’une accusation de meurtre a été déposée contre un certain Richard Owen.

Lee Mellor nous apprend que ce nom était faux.  L’homme qui se cachait derrière cette identité était plutôt William Dean Christensen.  Peu de temps avant ces deux meurtres, c’est sous le nom de Owen qu’il était sorti de prison, ayant apparemment réussi à berner les autorités carcérales à propos de sa réelle identité.

Toujours selon Mellor, il traversa la frontière américaine, où il erra quelques mois dans les États de la côte est.  Puis, le 23 septembre 1982, c’est en Pennsylvanie qu’il assassine la danseuse nue Michelle Angiers, 23 ans, dans le stationnement du Moonlight Inn.  Il lui aurait asséné 30 coups de couteau.  Son corps a été retrouvé au matin, vers 6h30.

Plusieurs mois plus tard, Christensen décharge une arme à feu sur un afro-américain au New Jersey.  Le 4 décembre 1983, c’est à Philadelphie qu’il utilise à nouveau une arme à feu pour tuer Joseph Connelly.  Cette fois, il fut arrêté.  Aux policiers, il donna le nom de Jeffrey Schrader.  Au moment de fouiller son appartement, la police découvrit un matelas ensanglanté.  Son colocataire ne fut jamais retrouvé.

Des accusations de meurtre furent déposées contre lui.  Mellor écrit que c’est dans l’attente de sa sentence dans la cause du meurtre de Connelly que des détectives firent un lien important.  Ceux-ci enquêtaient sur un tueur à caractère sexuel nommé William Dean Christensen.  Finalement, leurs recherches permirent d’établir que Schrader et Christensen étaient une seule et même personne.

Natif du Maryland, Christensen avait débuté sa carrière criminelle en 1969.  En 1980, il avait été libéré de prison après avoir purgé une peine de 9 ans pour le viol d’une danseuse nue.  C’est ensuite qu’il serait parti au Québec, où il a réussi à mystifier les autorités carcérales sur sa réelle identité.

Selon Mellor, le fait que Christensen aurait démembré Trudel et Guay au Québec s’expliquerait par le fait qu’il a pu passer beaucoup de temps avec elles, contrairement au contexte entourant ses autres victimes.  En 1987, il a été condamné pour le meurtre de Michelle Angiers.  Selon Mellor, il demeurerait toujours le principal suspect dans une trentaine d’autres meurtres ou disparitions d’auto-stoppeuses ou de danseuses nues dans l’est des États-Unis.

Devant la condamnation à vie qu’il s’est mérité pour le meurtre de Connelly, les autorités montréalaises auraient définitivement fermé le dossier des meurtres de Sylvie Trudel et de Murielle Guay en août 1984.  Officiellement, si la police s’est dite satisfaite par les preuves contenues dans un dossier qui ne sera jamais révélé au public, les meurtres de ces deux jeunes femmes restent non résolus.


[1] Selon l’enquête du coroner, son adresse trifluvienne était le 452 des Volontaires.

Publicités

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.