L’affaire Trussardi

           Jilly Truitt est une avocate criminaliste douée qui arrive à remporter des procès qui semblent perdus d’avance, jusqu’à ce qu’elle hérite de la cause d’un richissime homme d’affaire. Ce procès, qui s’annonce palpitant, l’oppose à son mentor, un procureur de la Couronne prêt à tout pour gagner.

L’intrigue est réaliste et s’installe graduellement. La progression est constante et s’intensifie sans arrêt, jusqu’à atteindre une fin imprévisible. Heureusement, l’auteure a évité le piège de laisser son personnage s’enfoncer dans des situations irréalistes à saveur hollywoodienne.  Plutôt, l’intrigue s’installe en douceur mais sans jamais nous quitter.

L’ouvrage a ceci de particulier : les procédures judiciaires et le procès qu’on y raconte comportent des éléments authentiques et subtilement instructifs à propos du fonctionnement des procédures qui englobent un procès criminel. Ceci s’explique par le fait que son auteure, qui en est à son premier roman, est nulle autre de l’ancienne juge de la Cour Suprême, Berverly McLachlin.

Elle a grandi en Alberta avant de devenir juge à Vancouver en 1981. En septembre de la même année, elle devenait juge à la Cour suprême de la Colombie-Britannique. C’est en avril 1989 qu’elle accédait à la Cour Suprême du Canada. En 2000, elle devenait la première femme à atteindre le poste de juge en chef du Canada. Elle a pris sa retraite le 15 décembre 2017. Espérons seulement qu’elle nous offrira une suite ou un autre roman similaire car elle excelle maintenant dans le drame juridique.

Publicités