1608, juillet – Jean Duval

1608, juillet – Jean Duval

Homicide cautionné par un groupe – par pendaison

Québec – ? SC

Samuel de Champlain et al., aucune conséquence judiciaire connue.

Peu après l’arrivée de Samuel de Champlain, le 3 juillet 1608, à l’endroit qui deviendra la Ville de Québec, certains de ses hommes ont élaboré un complot dans le but de l’assassiner. Antoine Natel a révélé ce qu’il savait et le principal comploteur, Jean Duval, a été démasqué. Duval souhaitait tuer Champlain afin de livrer Québec aux Basques ou aux Espagnols, ce qui lui aurait permis de faire fortune. L’historien Jacques Lacoursière a écrit que Duval a subi un procès. Sans la présence d’un véritable système judiciaire le DHQ considère que Duval a été victime d’un homicide et non d’une sentence approuvée par un tribunal. Malgré tout, la pendaison de Jean Duval est considérée comme la première exécution réalisée sur le sol de la Nouvelle-France.

Selon l’historien Marcel Trudel : « Champlain réunit en conseil François Gravé Du Pont, Testu, le chirurgien Bonnerme, qu’on avait un moment soupçonné et les préposés à la navigation. On fit le procès des complices, qui furent condamnés à la pendaison. Duval fut exécuté immédiatement pour faire un exemple, et sa tête fut mise au bout d’une pique à l’endroit le plus éminent du fort ; les trois autres furent renvoyés à Du Gua de Monts en France « pour leur être fait plus ample justice ». » Natel est mort de la dysenterie en novembre et Bonnerme au printemps de 1609, probablement du scorbut.[1]


[1] www.biographi.ca/fr/bio/duval_jean_1F.html