1930, 1-17 mai – Louis-Philippe Lafontaine, 18 ans

1930, 1er-17 mai – Louis-Philippe Lafontaine, 18 ans

Homicide à motif indéterminé – arme à feu – mutilation (dépeçage) – Mise en scène

Montréal, Île en face de Boucherville et de Pointe-aux-Trembles – 2 SC

Allan Forbes, son colocataire, déclaré inapte, interné.

            Le 17 mai 1930, c’est sur une petite île en face de Boucherville qu’on a retrouvé ce qui restait du corps de Louis-Philippe Lafontaine, 18 ans. En fait, ses membres dépecés se trouvaient dans une malle. La victime avait disparu depuis plus de deux semaines. Devant le coroner, le Dr Wilfrid Derome a témoigné à l’effet qu’on lui avait amené à son laboratoire de médecine légale de Montréal 17 morceaux de corps humain. En reconstituant le cadavre, il a été en mesure de dire que la victime mesurait environ 5 pieds et 1 pouce, et pesait de 120 à 125 livres. Il a aussi estimé la date du décès au 6 mai. Le corps aurait été découpé à l’aide d’une égoïne de menuisier. D’autre part, il a souligné qu’il manquait toujours la tête, le bras gauche, les deux cuisses et les viscères. Le pied droit a été retrouvé à Gentilly, et une partie de la jambe à Repentigny.

            Le coroner a ensuite demandé à entendre Allan Forbes, le principal suspect dans cette affaire. D’emblée, Forbes a expliqué que Lafontaine partageait avec lui depuis 18 mois l’appartement du 185 rue Sherbrooke Est, au 4e étage, à Montréal. Selon lui, c’est Lafontaine, qui avait parfois l’habitude de se mettre en colère, qui l’avait attaqué. En fait, il aurait même fait feu en direction de Forbes. Ce dernier ne rappelait toutefois plus si la balle s’était logée dans l’oreiller ou le matelas. Quand on lui a demandé s’il avait bien dépecé le corps de Lafontaine, Forbes a répondu qu’il ne gardait aucun souvenir de cette partie de l’histoire. Toutefois, on apprend que ce serait plutôt le 1er ou le 2 mai que le drame est survenu. Il a laissé reposer le corps sur le lit pendant un certain temps avant de le mettre dans la malle et de dissimuler celle-ci dans un placard.

            Forbes a également avoué avoir emprunter le nom de Bélanger au cours des jours qui ont suivi le crime. Étrangement, il considérait Lafontaine comme un frère, au point de payer ses dépenses, incluant ses vêtements. Pour se débarrasser du corps, il a loué un camion pour transporter la malle. Il avait accompagné le chauffeur pour descendre la malle à Pointe-aux-Trembles. Ensuite, il s’était arrangé pour emporter la malle dans une chaloupe.

            Quant à savoir comment le meurtre est survenu, Forbes ne pouvait se rappeler si Lafontaine s’était lui-même tiré par accident, mais il se souvenait que la balle était entrée par le côté gauche de sa tête. Quoi qu’il en soit, le jury du coroner l’a déclaré responsable de la mort du jeune Lafontaine.

            En juin, lors de son enquête préliminaire, on s’attendait déjà à ce que Forbes plaide la folie. En mars 1931, il a finalement été déclaré inapte à subir son procès. On l’aurait envoyé dans la section des aliénés de la prison de Bordeaux pour le restant de ses jours.