L’affaire Lambert (partie 2)

Dans l’affaire Lambert, nous sommes toujours sans information concernant le procès.  Nous avons quelques indices, sans plus.  Michel a encore une lettre de quelques pages que Marcel avait écrit à sa mère lorsqu’il était en détention.  Outre le fait que Marcel y tient des propos décousus concernant une montre brisée qu’il veut se faire remplacer en guise de cadeau, il parle d’une lettre reçue d’Ottawa qui, visiblement, ne faisait pas son affaire.  Il demandait à sa mère de remettre le tout à Me Guy Roy, son avocat.  Était-ce une réponse à une demande de libération conditionnelle?  Peut-être.  À ce propos, Michel a déjà envoyé une demande à l’intention du Service correctionnel Canada afin d’obtenir des informations sur le dossier de son père.  Nous sommes en attente d’une réponse.

 

lettre9

À la toute fin de la lettre, la mère de Marcel avait curieusement déchiré une petite partie qui semblait contenir une note.  Madame Lambert avait d’ailleurs l’étrange habitude d’écrire de petites notes un peu partout, sur ces éléments du passé que Michel retrouve malgré le procès réduit en cendre.  Cette mère qui a vu ses enfants et son mari partir avant elle, semble n’avoir jamais cru à la culpabilité de son Marcel.  Ses petits écrits servent parfois à corriger une erreur et d’autres fois à remettre son désespoir entre les mains de Dieu.  Malgré le fait qu’elle ne semble avoir jamais voulu voir la réalité telle qu’elle l’est, ces petites notes me donnent souvent l’impression d’être un discret chemin de cailloux tracé vers une boîte de pandore : les frasques, le narcissisme et la culpabilité de Marcel.  Ce qui est curieux, c’est que son admiration pour lui n’est pas simplement due au fait qu’il est la chair de sa chair.  Elle aurait déjà dit à plusieurs reprises que la mort de Nora était la faute de Jean-Guy, son autre fils.  Ce dernier était présent le fameux soir du meurtre.  Selon le journal l’Avenir, il serait même allé chez Marcel et Nora.  En panique, il aurait demandé à la gardienne si Nora était à l’hôpital, pour repartir aussitôt.  Cette information ne provient toutefois pas de l’enquête du coroner.  Elle n’est donc pas objective.

marcel
Marcel et ses parents, dans ses années de détention

Décédé depuis 1999, Jean-Guy est décrit par Michel comme un homme qui, malgré quelques déboires, avait la réputation d’être « bon vivant » et aimant des enfants.  Il me fera remarquer aussi que sur la plupart des photos, il semble proche de Nora et surtout des deux petits garçons.  Il va sans dire que l’hypothèse de jalousie envers Jean-Guy est une des premières que Michel a préconisé.  Qui était donc Jean-Guy?  Dans les archives de journaux, il y en avait même un ayant meurtre à son actif.  J’ai sorti son plumitif et bien qu’il soit né la même année, ce n’est pas le même Jean-Guy Lambert.  Celui qui nous intéresse a eu quelques infractions dont la plus importante est « commet une infraction quiconque, sans excuse légitime, utilise, porte, manipule, expédie, transporte ou entrepose une arme à feu, une arme prohibée, une arme à autorisation restreinte, un dispositif prohibé, des munitions ou des munitions prohibées d’une manière négligente ou sans prendre suffisamment de précautions pour la sécurité d’autrui. » (Code criminel – L.R.C. (1985), ch. C-46 (Article 86) )  Avec un des noms les plus communs du Québec, sans mariage et sans enfant, il nous est difficile de retracer le passé de Jean-Guy.

 

annonce détective (1)
Le Soleil, 10 août 1960

Encore dans notre tempête d’hypothèses, Michel m’a fait part de quelque chose qu’il n’avait pas osé me dire au départ en raison du côté insensé de l’affaire.  Il m’a raconté qu’un jour, son grand frère lui avait dit que Marcel soutenait avoir réussi à sortir de prison à cause d’une ancienne carrière de détective privé.  Il disait savoir des choses importantes sur des « gros bonnets » et que la menace que ces informations puissent sortir lui avait permis d’obtenir une libération plus rapidement. Bien sûr, je n’y croyais pas tellement non plus.  Toutefois, j’ai pris un petit moment pour mettre les mots-clés qui s’y rattachent sur les archives de journaux en ligne.  C’est là que l’affaire a pris une autre tournure.  Voilà que je trouvais une annonce classée de notre Marcel, fraichement diplômé de la Canadian Investigation, se cherchant du boulot comme détective.  Il restait encore à Québec et, bien qu’il disait avoir 18 ans, il était alors âgé d’à peine 17 ans.  Il devait probablement mentir car pour faire ce travail, à cette époque, on demandait des candidats d’au moins 18 ans.  Lorsque j’ai montré cette annonce à Michel, il a immédiatement replongé dans sa boîte de souvenirs et a trouvé une vieille coupure de journal de La Patrie de juillet 1963 ou figure Marcel dans un article ayant pour titre « Une annonce classée envoie un innocent à Bordeaux ».  Le texte raconte que Marcel avait répondu à une curieuse annonce d’un certain Brunet qui cherchait à employer des enquêteurs.  Une fois à Montréal, il aurait naïvement accepté d’aller déposer un chèque de 2 000$ à une banque pour rendre service à son employeur qui avait des obligations à l’extérieur.  Le chèque étant falsifié, Marcel aurait été arrêté plus tard et emprisonné.  La mère de Marcel avait encore une fois inscrit des petites notes.  Elle a d’ailleurs « corrigé » le 2 000$ pour écrire 5 000$…  Ce deuxième montant était en fait un salaire annuel en 1962.

patrie

 

brunet
Lovell, 1962-1963, BAnQ

J’ai retrouvé l’annonce du Brunet et fait plusieurs recherches à cet effet.  Toutefois, c’était une époque ou les gens opéraient sur plusieurs « prête-noms ».  Chose curieuse : Marcel affirme, dans l’article, qu’il séjournait chez un bon ami sur la rue Cartier à Pointe-Claire lorsque les événements se sont déroulés.  Cette rue étant déjà plutôt petite, elle contenait encore moins de logis en 1962.  Quand je regarde la liste des résidents sur le Lovell, il m’est difficile de ne pas passer à côté du fait qu’un Brunet y restait.  Toutefois, même en approfondissant cette adresse jusque dans les registres fonciers historiques, je ne parviens pas à corroborer le tout avec objectivité.

C’est alors que Michel a découvert un autre indice de l’époque.  Une lettre de son avocat datant de janvier 1963 adressée à la mère de Marcel.  Dans celle-ci, l’avocat dit ne pas douter une seconde de l’innocence de Marcel, que ce dernier n’a été qu’un pion pour un faussaire déjà sous les verrous et que le tout sera porté devant le tribunal le 5 mars prochain.

Et c’était signé Me Claude Danis.

claude danis3
Claude Danis, février 1956, Fonds Gabriel Desmarais, BAnQ

Claude Danis était un avocat criminaliste bien connu.  Il est d’ailleurs cité dans le livre La Filière canadienne de Jean-Pierre Charbonneau.  Il avait été l’avocat de Michel Caron, arrêté en octobre 1963 aux douanes du Texas pour trafic de drogue.  Caron était un des complices de la gang de Lucien Rivard.  Le plus singulier dans tout cela, c’est qu’en janvier 1963, Me Danis était très occupé.  Selon moi, il devait être trop occupé pour s’occuper d’un Marcel Lambert, jeune, naïf et sans argent.  Me Danis était alors affairé dans le scandale des faux-certificats.  En novembre 1962, les journaux avaient sorti cette affaire comme quoi l’organisateur de l’Union Nationale, soit André Lagarde, aurait conspiré pour faire produire des milliers de faux-certificats d’électeurs.  M. Lagarde se défendait d’être plutôt la cible d’une machination pour salir le parti de Daniel Johnson alors qu’ils étaient à l’aube des élections.

J’ai trouvé une copie usagée du livre « Le scandale des faux-certificats », écrit par André Lagarde lui-même.   Je ne ferai pas état ici de toute cette longue histoire de corruption mais je peux dire que j’ai relevé plusieurs points importants qui me laissent croire que avocat danisMarcel faisait partie de l’affaire.  Bien que je sache qu’un procès puisse être ajourné, même à plusieurs reprises, il est intéressant de voir que la date du témoignage d’un des complices dans la fabrication des certificats ayant reçu un montant de 2 500$ pour défrayer certains frais coïncide exactement avec la date qu’avait écrit Me Danis dans la lettre adressée à Madame Lambert pour le procès, soit le 5 mars 1963.  À ce sujet, à la page 117, Lagarde raconte que personne n’avait réussi à trouver la source de cet argent.  Me Danis lui aurait fait comprendre qu’il ne saura probablement jamais quelle est la provenance de ce montant.  Or, le montant du cautionnement que devait débourser chaque personne arrêtée dans cette affaire était de 5 000$.  Lagarde lui-même disait avoir eu de la difficulté à réunir cet argent pour sortir de prison.  D’ailleurs, il y a un curieux flou lorsqu’il est écrit à la page 81 qu’un dénommé André Côté qui travaillait au Café Palermo avait déposé à la banque le cautionnement d’un prévenu sous les ordres d’un complice dans l’affaire.

Est-ce que Marcel a été mêlé dans cette histoire?  Est-il vrai qu’il connaissait des informations inédites?    On y travaille encore.  Quoiqu’il en soit, il est réellement sorti rapidement de détention et c’est une réponse à cette grande irrégularité que Michel tente d’obtenir.

Dans notre suite, on parle à des gens.

Références

Brassard, Andrée, L’Avenir, 3 février 1977, vo.2 No.53, Newspapers – Google News

« Une annonce classée envoie un innocent à Bordeaux », La Patrie, 11 juillet 1963, BAnQ

http://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/1367883?docref=yez9Ux4mOa-XEle73XD1Og

Annonce classée (Brunet), La Presse, 13 septembre 1962, BAnQ

Charbonneau, Jean-Pierre, La Filière canadienne, Les Éditions de l’Homme, 1975

Lagarde, André, Le scandale des faux-certificats, la clé du casier 5T7, Le Sieur, 1964

Publicités

L’affaire Lambert (partie 1)

mariage3

C’est via notre courriel que Michel est entré en contact avec nous, il y a de cela quelques mois.  Sa mère, Nora Lavallée, a été assassinée par son mari en 1977 à Sept-Îles.  Michel nous a demandé si on aimerait l’aider à chercher des réponses puisque c’est presque tout ce qu’il savait de l’événement.  Je ne me doutais pas encore que son histoire allait être de plus en plus troublante.  Un défi de taille dans lequel on plonge pour un bon bout de temps.

photo2
Michel avec Nora 1 an avant le drame

Il avait 2 ans et son frère en avait 7.  Pratiquement orphelin, Michel sera aussi dépouillé de son grand frère car la protection de la jeunesse a placé les garçons séparément, un à Sept-Îles et l’autre à Thetford Mines.  Durant les 3 années et demi suivantes, ils ont quelques fois rendu visite à leur père en détention à Cowansville accompagnés d’intervenantes.

En 1981, Marcel Lambert était déjà libéré.  Étonnamment, il a pu immédiatement reprendre ses deux garçons et a vécu les quelques années qui lui restaient à Québec.  Durant ce temps, Michel n’a jamais su ce qui c’était réellement passé avec sa mère.  On lui a toujours dit qu’elle avait trouvé la mort dans un accident de voiture.  Son frère ainé, lui, l’a su.  On lui avait même déjà montré la troublante couverture du Allô Police de l’événement.  Mais Marcel lui avait fait promettre de ne pas le dire à son petit frère.  Alcoolique depuis déjà des années, il buvait beaucoup et depuis sa sortie de détention, il restait à la maison sans rien faire.  En 1988, quand Michel avait 13 ans, son père a eu un malaise cardiaque sous ses yeux.  C’est même lui qui avait appelé les secours.  Ce fût donc le début d’une deuxième tournée des familles d’accueil.  À 16 ans, écorché, il décide de quitter sa dernière famille d’accueil même si celle-ci était bienveillante pour lui.  Il a lâché l’école pour aller travailler.

À 22 ans, des ennuis l’ont amené à aller vivre temporairement chez sa grand-mère paternelle.  Un jour, en épluchant des souvenirs et des photos, il est tombé sur quelque chose de gros.  Un procès dont son père avait été accusé.  C’était le meurtre de sa mère.  Sa vie venait de basculer.  Il me dira même au téléphone : « Ce moment-là, vous ne pouvez pas savoir ce que ça m’a fait ».  Il a tout lu mais sur le choc, il n’a pas tout retenu.  Il se rappelle surtout des mots « négligence criminelle » et du rapport du psychiatre qui faisait état de ses troubles de la personnalité.  Quand sa grand-mère a vu qu’il avait découvert la troublante vérité, elle lui a demandé de brûler tous les papiers.  La suite n’a pas été facile non plus.  Retrouver une vie normale n’est pas de tout repos quand notre vie repose sur des mensonges.  Quand Marcel est décédé, Michel l’aimait.  Il ignorait que son propre père était la raison même d’une douloureuse enfance.

Michel avait réussi à sortir deux articles de l’époque sur les archives de BAnQ.  Le seul autre indice qu’il a eu se trouvait sur le site Coolopolis de mon ami Kristian Gravenor.  Sur un billet faisant état des meurtres survenus en 1977 (la pire année selon moi), il avait écrit que le couple revenait d’un spectacle sadomasochiste.  Je lui ai donc demandé où il avait eu cette information et il m’a dit que c’était dans le Allô Police, disponible seulement en microfilm.

C’est ainsi que mes recherches ont commencé.

Allo Police1
Allo Police, 8 février 1977

Les articles de journaux m’ont d’abord appris que Nora avait été tuée la nuit du 24 janvier 1977 à Sept-Îles dans la voiture du couple, près d’un dépotoir, après une soirée arrosée.  Marcel l’aurait ensuite emmenée à l’hôpital dans le coffre de la voiture.  Elle a ensuite succombé à ses blessures.  Les articles se contredisent, surtout quand on parle de l’enquête du coroner.  À certains endroits, on dit que l’homme a tué sa femme parce qu’elle ne voulait pas faire l’amour et ailleurs, on dit que le couple serait allé trop loin en voulant imiter un couple sadomasochiste qui se donnait en spectacle dans les bars.  C’est justement dans ce Allô Police du 8 février 1977 que les détails sont les plus scabreux et troublants.  Le reporter semble avoir été aux premières loges de l’enquête lors des témoignages.  Il y a des photos croquées sur le vif de tous les témoins, allant de la gardienne de 14 ans jusqu’à l’infirmière de l’hôpital en passant par le propriétaire du bar d’où revenait apparemment le couple.  On y montre aussi le couteau de prélart déposé en preuve.  On relate le témoignage de Marcel.  Celui-ci raconte des détails crus sur l’intimité du couple.  Il raconte même que sa femme était apparemment fragile puisqu’elle avait l’habitude d’aller à l’hôpital à la moindre gifle qu’il lui infligeait.  Une femme malade et nerveuse, disait-il…

photo police
Photo Police, 5 février 1977

D’une exubérance peu commune, on dirait qu’il se donnait totalement en spectacle.

Mais le plus dérangeant de l’affaire, c’est de lire dans le reportage cette petite phrase en plein milieu du texte que le fameux spectacle n’avait pourtant pas eu lieu ce soir-là mais que Marcel s’était certes inspiré de celui-ci puisqu’il en aurait été spectateur plus tôt dans la semaine.  Dire que le show avait été une mauvaise influence pour ce couple était vendeur.  Cependant, une telle couverture de journal est difficilement pardonnable à une époque où un tel événement se vit dans la honte, surtout que ces spectacles étaient illégaux.  C’était peut-être même assez pour faire taire les proches qui ont peut-être vécu leur souffrance à l’ombre.  Toutefois, ce serait hypocrite de ma part de parler du contenu sensationnaliste du Allô Police sans mentionner  que ces mêmes qualificatifs font de ce journal un bijou hors du commun pour des enquêtes comme celle de Nora.  Les noms, les lieux et les détails qui y sont mentionnés me permettront d’aller plus loin, voir même rejoindre des gens malgré les décennies qui se sont écoulées depuis.

J’ai commandé l’enquête du coroner de Nora aux archives de Sept-Îles et celle de Marcel Lambert à Coroner Québec.  Habitué aux grandes surprises, Michel ne s’est pas caché avoir eu peur que je lui annonce que la mort de son père était un suicide.  Mais ce n’était pas le cas.  Il a bel et bien eu un malaise cardiaque malgré son jeune âge.  Quant à Nora, on peut y lire qu’elle est décédée de nombreux coups de couteau et que la mort est attribuable à une hémorragie interne par lacérations viscérales du cœur et du poumon gauche.  Le coroner Raymond Gaudreault tenait Marcel Lambert criminellement responsable de ce décès.  Le numéro du procès était indiqué donc je l’ai demandé aux archives.  Malheureusement, il n’a pas été conservé.

coroner Nora2
Conclusion du coroner, BAnQ Sept-Îles

Sûre de mon coup, j’ai cherché au plumitif pénal pour cueillir celui de Marcel afin d’avoir les autres numéros de dossiers et les dates du procès.  Aucun plumitif.  J’ai fouillé une heure de temps.  Rien.  Était-ce parce que les infractions dataient d’avant 1980?  Possible mais curieux.  Était-ce parce qu’il ne serait pas le meurtrier et qu’il aurait été blanchi par la suite?  Et ce serait pour cette raison qu’il aurait pu récupérer ses garçons dès sa sortie de détention?  Pour le savoir, j’ai demandé aux archives de Québec s’il y avait déjà eu un procès en appel.  Si Marcel a eu une si petite sentence ou s’il y avait eu revirement dans l’histoire, il me semble qu’il aurait porté sa cause ou sa sentence en appel.  Les chances étaient bonnes puisqu’il s’agirait d’une cour d’appel et que ces dossiers sont généralement conservés.  Non seulement il n’y avait rien mais on m’a de plus confirmé que Marcel Lambert n’avait aucun plumitif.

A-t-il obtenu un pardon?  Ce serait surprenant.  Même à cette époque, cela prenait environ 7 ans au minimum pour l’obtention d’un pardon lors de crimes graves.  En 1979, les critères pour le pardon avaient été resserrés.  Si pardon il y a eu entre 1981 et 1988, ce serait plutôt scandaleux, compte-tenu de la petite peine qu’il a purgée.  J’ai demandé le rapport d’événement aux archives de la SQ.  J’ai reçu la lettre du traitement de ma requête mais je n’ai pas reçu le rapport.  Entre temps, Michel a sorti des souvenirs qu’on a pu investiguer.

Si peu de traces de cette histoire mais pourtant, certains détails nous permettront de vérifier beaucoup de choses.

Si vous êtes intrigués par la suite de notre enquête, surveillez la prochaine partie.

Sachez que nous sommes très ouverts à recevoir de l’information sur cet événement en toute confidentialité à historiquementlogique@hotmail.com.

 

Références

Allô-Police, 5 février 1977, microfilms à la grande bibliothèque, BAnQ

Photo-Police, 5 février 1977, microfilms à la grande bibliothèque, BAnQ

Brassard, Andrée, L’Avenir, 27 janvier 1977,  Newspapers – Google News

https://news.google.com/newspapers?nid=tkaPQYYpVKoC&dat=19770127&printsec=frontpage&hl=fr

Brassard, Andrée,  L’Avenir, 3 février 1977, Newspapers – Google News

https://news.google.com/newspapers?nid=tkaPQYYpVKoC&dat=19770203&printsec=frontpage&hl=fr

Enquête du coroner de Nora Lavallée, Dossier 77-3, BAnQ Sept-Îles

Enquête du coroner de Marcel Lambert, A-24546, Coroner Québec

Gravenor, Kristian, Coolopolis:

http://coolopolis.blogspot.com/2017/03/when-perversion-jealousy-and-violent.html#!/2017/03/when-perversion-jealousy-and-violent.html

Original du dossier de la Protection de la Jeunesse de Michel Lambert, conservé par lui-même

Photos de familles, conservées et partagées par Michel Lambert

 

À la mémoire de Louise Fleury

Il y a certains crimes pourtant résolus qui font parfois l’objet d’une certaine attention.  Pourquoi?  Pour plusieurs raisons.  Il arrive que ce soit pour des motifs de cheminement personnel ou pour une quête de réponses.  Après tout, ces crimes nous ont modifié collectivement et individuellement, en plus d’avoir façonné notre système judiciaire.  Plus précisément, c’est aussi en étudiant les cas résolus que l’on apprend beaucoup.  Les gens demandent souvent à quoi bon revenir sur ces tristes événements.  Les cas résolus nous permettent de lire les déclarations statutaires des accusés, de lire leur procès et donc leur témoignage, de consulter leur rapport psychiatrique, de voir parfois comment ont-ils pu demander un appel à leur sentence et avec quels motifs.  Avec notre ère numérique, on peut maintenant aller chercher un maximum d’information en quelques clics et ensuite compiler ces données pour trouver des corrélations entre différentes victimes.  Résoudre un cas non-résolu est quelque chose de rare si on pense à sa finalité.  Mais si résoudre une affaire serait d’apporter des confirmations aux familles, de trouver une information qui permet à une soeur de poursuivre son parcours ou encore à une mère de voir la chronologie des faits du meurtre de sa fille exempt d’erreur plutôt que sur une humiliante couverture de journal sur laquelle figure son corps meurtri et nu, on serait donc en mesure d’en résoudre plusieurs.  Cela dépend dans quel angle on voit les choses.

Dans le cas de Louise Fleury, c’est moi-même qui ait approché la famille.  Le meurtrier, Raymond Baird, était un conjoint violent récidiviste.  Comme il a eu plusieurs offenses du même type à son plumitif pénal, je trouvais important d’étudier son parcours.  Louise, 31 ans, a été tuée durant son sommeil le 17 février 1990.  Baird lui a tiré dessus, pratiquement à bout portant, dans le front et dans le dos.  Le fils de Louise, Claude, âgé d’à peine 12 ans, a entendu les coups de feu et s’est sauvé que partiellement vêtu pour aller trouver son grand-père qui résidait sur la même rue.  En attendant les secours, le père de Louise s’est rendu à son logement et n’a pu que constater avec effroi la gravité de ses blessures.  Elle est décédée des suites d’un traumatisme crânio-cérébral et d’une lacération au poumon gauche.  Les prélèvements toxicologiques révèlent que Louise avait ni alcool, ni drogue dans son sang.  Quant à Baird, il avait fait une tentative de suicide en se tirant dans l’abdomen mais il a survécu, sa vie étant déclarée hors de danger le soir même.

16830779_10206441937407565_3730417365903989742_n

Je me rappelle bien de cet événement car il s’était produit en face de chez nous et Claude était dans la même classe que ma grande soeur.  Je ne le connaissais pas beaucoup.  Mais j’ai toujours eu souvenir de cet habile garçon qui sautait par-dessus des clôtures Frost à une seule main et qui avait ce parfait métissage qui nous rappelle que le partage des chromosomes dans le mélange ethnique a le don d’aller chercher le plus beau de chacun des parents…

Forcément, la vie de Claude venait de prendre un autre chemin.

Dans la feuille de route de Baird, on peut constater qu’il a eu des infractions au Code criminel de 1978 jusqu’à sa dernière, en 2006.  Au niveau des archives des journaux, on peut voir dans La Presse de mai 1973 que lui et deux acolytes avaient été épinglés dans une affaire de vol de 10 000$.  Baird avait alors 18 ans.  En 1981, sa conjointe de l’époque avait porté plainte contre lui.  S’ensuit alors quelques infractions criminelles au code de la route jusqu’au meurtre de Louise en 1990.   Il a plaidé coupable et serait resté en détention jusqu’en 2002.  En 2006, à St-Hubert, il a étranglé sa conjointe mais celle-ci s’en est heureusement sortie de peu.  Au procès découlant de cette odieuse tentative de meurtre, la famille de Louise s’était présentée au Palais de Justice de Longueuil.  En 2012, à l’âge de 57 ans, il est décédé alors qu’il était en détention au pénitencier de Cowansville.  L’enquête du coroner nous indique que ce matin là, il s’est effondré sous l’oeil témoin de quelques détenus et que l’autopsie a conclu à un arrêt cardiorespiratoire en raison d’une insuffisance cardiaque.

Pour ce qui est de l’enquête du coroner de Louise et de l’information médiatique concernant son meurtre, il y a quelques pendules à mettre à l’heure.  D’abord, peu d’articles relataient les bonnes informations.  On se trompe sur l’âge de Louise, sur les circonstances qui ont emmené Baird à tuer et on parle parfois de lui comme étant le père biologique de Claude alors que ce n’était pas le cas.  Même la notice nécrologique que nous offre l’établissement de Cowansville ne contient pas la bonne année quant aux événements.  Le plus troublant est certainement l’enquête du coroner de Louise.  On expose les faits lors de l’arrivée des secours et lorsqu’il est question de Claude, on l’appelle Monsieur Claude alors qu’il allait fêter ses 12 ans deux mois plus tard.  On dit alors qu’il a été appelé par Baird chez son grand-père et qu’il lui a dit avoir tué sa mère.  Il n’est aucunement mentionné que Claude a vécu le drame à l’intérieur du logement et que Baird l’a plutôt appelé de vive voix pour lui demander de venir l’aider.  C’était un enfant qui a tout vu et tout entendu.  Dans ce cas-ci, c’est une enquête qui s’est résolue rapidement mais autrement, ce document aurait pu rester longtemps d’une grande importance puisque les informations étant habituellement exactes peuvent être lues ultérieurement par des professionnels prenant le relais.  Ces erreurs, probablement involontaires, minimisent toutefois l’impact sur l’enfant puisqu’il y a un monde entre voir, entendre ainsi que courir pour sa vie et recevoir un appel tel que mentionné.

L’histoire de Louise Fleury a causé beaucoup de dommages autours d’elle.  J’avais 8 ans et je prenais conscience de cette noirceur extrême.  Ironiquement, je me rappelle que quelques jours plus tard, il faisait un temps magnifique dehors.  Le printemps s’amenait.  J’ai pensé à Claude.  Je me disais que ça devait être insoutenable pour lui de voir les gens continuer leur train de vie, sourire parce qu’il fait beau, parler de « belle journée pour étendre » à la Maisonnée au coin de Notre-Dame.  Je ne pense pas me tromper en pensant que lui, il était encore figé à la première étape de son long deuil.  Je me disais que la vie pouvait être arrogante pas rien qu’un peu avec ses beaux atours.

Louise, repose en paix.

Spécialement, même si on ne s’est pas connu, tu es une bonne partie de la raison pourquoi j’aide d’autres familles à investiguer.

Et Claude, repose en paix toi aussi.

 

Lire la suite « À la mémoire de Louise Fleury »

L’affaire Boudreau: Coffin, Duplessis et cie (partie 5)

L’histoire du meurtre d’Edgar Audet méritait, selon moi, d’être revisitée.  Elle fait maintenant partie de moi.  Mais au-delà des sentiments qu’elle peut susciter et de toutes ses irrégularités, je ne peux passer à côté du fait qu’elle est survenue le même été et dans la même région que celle du célèbre Wilbert Coffin.  Et qui plus est, sur 15 intervenants/hommes de la loi dans l’affaire Boudreau, 9 font partie de celle de Coffin.  De près, ou de loin.  Dans certains cas, c’était tout à fait explicable étant donné qu’on parle de la même région et de la Cour du banc de la Reine, notamment pour le sténographe officiel Oscar Boisjoly et Maurice Hébert, technicien de la Sûreté Provinciale.  D’autres avaient des liens étroits avec le controversé premier ministre de l’époque, Maurice Duplessis, maintes fois accusé d’avoir utilisé Coffin pour éponger le fameux meurtre des chasseurs qui faisait ombre au tourisme gaspésien.

Lors de la Commission Brossard de 1964 faisant enquête sur la culpabilité de Wilbert Coffin, les médias avaient noté que plusieurs hommes dans l’affaire avaient bénéficié d’une quelconque promotion suite au procès de 1954.  On note entre autres Maître Maher qui avait été nommé conseiller juridique à la Régie des loyers et Noël Dorion qui fût promu Procureur de la Couronne et représentant du procureur général du Québec.

J’ai étudié la suite des carrières des intervenants dans l’affaire Boudreau.  Voici ceux sur lesquels mon attention s’est portée.

Maître Édouard Dion était procureur de la Couronne à New Carlisle de 1945 à 1959 et substitut du procureur général de Bonaventure.  Il représentait la Couronne dans le procès pour le meurtre d’Edgar Audet.  En 1959, il a été nommé un des 5 premiers commissaires lors de la création de la Commission des libérations conditionnelles du Canada.  Les commissaires devaient se mettre à l’étude et s’entendre à l’unanimité pour chaque détenu libéré.  En 1960, le taux d’octroi des libérations conditionnelles a augmenté de 62%.  Tracy Boudreau a donc fait partie de cette cohorte.  Édouard Dion le connaissait bien. (1)

soleil, 3 décembre 60
Le Soleil, 3 décembre 1960

Suite à de nombreuses critiques concernant une augmentation des récidives, ce taux d’octroi a chuté à 27% en 1961.  Selon Frank Miller, un des commissaires, la Commission avait été imprudente en accordant autant de libérations, souvent même à des individus emprisonnés à vie. Ce nouveau programme visant la réhabilitation du détenu ne devait pas changer la peine imposée par les tribunaux mais permettait toutefois de la purger hors de la prison, avec certaines conditions.  Bien que discrétionnaire aux commissaires, une décision de libération ne devait pas se faire avant le tiers de la peine imposée.  Juste avant le programme, la loi était à la moitié de la peine.  Tracy Boudreau a donc purgé un peu moins du quart de sa peine.  Et qui plus est, il a commis plusieurs délits alors que sa libération conditionnelle devait s’étendre jusqu’en 1976.

Au sujet des récidives suite aux libérations, Édouard Dion s’était exprimé à plusieurs reprises dans les journaux.  Dans la Presse du 21 septembre 1960, il défendait le programme comme suit: « Quand un détenu récidive, c’est que la société lui a hermétiquement fermé les portes. ».  C’est dans Le Soleil du 29 septembre la même année qu’il précise sa pensée: « Quand un employeur refuse un emploi à une personne en libération conditionnelle, il est directement responsable si cette personne retourne à la vie du crime ».

jolicoeur et dion
BAnQ, Gaspé

Sachez que je comprends bien que la notion de réhabilitation dans un contexte de détention est nécessaire.  Après tout, si la prison ne réhabilite pas et qu’aucun effort n’est mis en place, quel bénéfice notre société en retirera?  La démarche entreprise visant à cibler des détenus pour qui la détention n’apporte plus rien peut être selon moi une intervention délicate mais défendable.  Par contre, sur le lot de libérations accordées en 1960, quels étaient les critères justifiant la libération d’un détenu ayant tué un homme durant son sommeil et menacé un enfant alors qu’il en était à un peu moins du quart de sa sentence?

À propos de Me Dion, un autre détail m’a interpellée.  Dans le dossier d’Edgar Audet, on peut voir sur la page frontispice de la plainte officielle le nom de son cabinet de New Carlisle, soit Jolicoeur & Dion.  Selon mes recherches, il pourrait s’agir d’Henri ou d’Achille Jolicoeur.  Toutefois, j’ai trouvé un bon nombre d’articles de journaux et de photos où figurent au même endroit ou encore côte à côte Édouard Dion et Henri Jolicoeur.  J’en suis donc venue à la conclusion non-officielle qu’il s’agit probablement d’Henri.

jolicoeur
Henri Jolicoeur, 1956, BAnQ

Henri Jolicoeur était un avocat mais aussi le député conservateur de Bonaventure de 1936 à 1939 et de 1944 à 1956.  Il est devenu juge à la Cour des sessions de la paix en 1960.  Au milieu des années 50, il a été mêlé à un petit scandale peu documenté à la suite d’une assemblée législative où un membre de l’Opposition libérale avait accusé avec preuves à l’appui le ministre de la voirie, Antonio Talbot, d’avoir consenti à ce que des chèques de paie soient produits pour des enfants de 5 à 15 ans dans le comté de Bonaventure.  Ce dernier avait avoué que des parents avaient encaissé 3000$, et ce durant les élections de 1952 où Henri Jolicoeur avait été élu apparemment avec une petite majorité.  Maurice Duplessis aurait défendu maladroitement le geste.  Peu de journaux en avait fait mention, autres que L’Avenir du Nord (18 mars 1954) et Le Devoir (29 mai 1956).

M. Jolicoeur était plutôt proche du premier ministre Duplessis, et ce depuis de nombreuses années avant l’affaire Boudreau.  Dans Le Soleil du 23 juillet 1937, on apprenait qu’il avait fait le voyage de Montréal à Chandler en passant par Québec en sa compagnie lors de l’ouverture officielle des usines de Chandler.  L’appréciation de Duplessis envers le député de Bonaventure était aussi soulignée, entre autres dans Le Devoir du 20 avril 1945 alors qu’on nous annonçait qu’une gerbe de roses avait été envoyée par le Premier ministre pour son anniversaire.  Il faut dire qu’après avoir lu bon nombre de textes de l’époque, il semble que M. Duplessis avait la gerbe de roses facile.

Si on retourne précisément au soir du meurtre d’Edgar Audet, on se rappelle que le policier dépêché sur place était J. Eustache Sirois.  C’est aussi lui qui avait juré devant le juge lors de l’enquête préliminaire n’avoir jamais donné d’ordre à Tracy Boudreau de partir d’ici 48 heures quelques temps avant sa cavale.  Eustache Sirois était le frère du capitaine Raoul Sirois, coéquipier du capitaine Alphonse Matte, tous deux attitrés à l’affaire Coffin. Ces deux capitaines étaient arrivés en Gaspésie précisément le 23 juillet 1953, soit le jour même du meurtre d’Edgar et de la découverte des deux dépouilles manquantes des chasseurs.  Eustache connaissait bien l’agent Henri Doyon, ce premier enquêteur pour les meurtres des chasseurs qui aurait été mis à l’écart en raison d’un soi-disant parti pris pour Wilbert Coffin.  Dans plusieurs articles apparus lors de la Commission Brossard de 1964, on peut lire ce que les journalistes avaient rapporté de son témoignage.  Le sergent Doyon aurait cherché la complicité d’Eustache dans son adversité pour les capitaines Sirois et Matte.  Dans Le Soleil du 14 mars 1964, il explique que Doyon avait eu des paroles dures envers eux en lui disant qu’ils devraient s’allier pour laisser partir ces deux « baveux » pour qu’ils puissent ensuite « nettoyer » leur cause eux-mêmes.  Eustache Sirois aurait décliné cette combine, entre autres parce que le capitaine Sirois était son frère.  Dans La Presse, le 19 mars 1964, il explique aussi avoir quitté la Gaspésie en 1958, ayant obtenu un prestigieux poste de chef de la police à la nouvelle ville Schefferville.  Ceci aurait toutefois été de courte durée car il aurait quitté son poste suite à une mésentente après le départ du maire François Langlais.  Dans les mêmes temps, le premier ministre Maurice Duplessis décédait à Schefferville, ville pour laquelle il a grandement contribué à bâtir et rendre accessible dans l’intérêt de l’économie pour ses richesses naturelles.  Eustache se serait ensuite parti une entreprises de cantines à Sept-Îles.

Malheureusement, les témoignages à huis clos concernant cette commission ne peuvent pas être consultés avant 2064, puisqu’ils demeurent secrets pour 100 ans.  Me Clément Fortin, auteur du livre Affaire Coffin: une supercherie? a mené une longue bataille judiciaire pour obtenir ces témoignages, mais en vain.  Le rapport est toutefois disponible sur le site de la bibliothèque de l’assemblée nationale mais ce document de 700 pages est exempt de témoignage. (2)

Pour finir, je constate avoir le même questionnement que j’ai mentionné quand j’ai pris connaissance du meurtre d’Edgar Audet alors que je n’avais lu que quelques articles de journaux.  Les trois chasseurs venus de la Pennsylvanie sont fort probablement passés par la Baie des Chaleurs pour se rendre à Percé.  Donc, ils auraient traversé toutes ces petites villes dont New Richmond.  Quel était leur itinéraire?  Où se seraient-ils arrêtés pour mettre de l’essence?  Pour dormir?  Pour manger?  Pour acheter un paquet de cigarettes?  Ils ont certainement été vus par des gens, surtout que ce n’était pas leur premier voyage de chasse en Gaspésie.  Ce n’est pas juste rendu à Percé que des gens ont pu constater que ces hommes possédaient quelques richesses.  Les seules bribes d’itinéraires de cette région que j’ai pu trouver sont plutôt celles de Wilbert Coffin lors de son voyage de Gaspé vers Montréal.  Il voyageait avec la camionnette verte de son ami William Baker et s’est arrêté à des endroits qui m’intéressent.  Il aurait fait le plein d’essence chez un Campbell à Black Cape et aurait mangé chez un dénommé Audet à Maria.  Bien entendu, je sais qu’il y a beaucoup d’Audet à Maria et les environs et j’ai pu constater dans La Presse du 26 juillet 1954 qu’il s’agissait d’un fermier de 70 ans au nom de Wilfrid-Pierre Audet.  Malgré tout, je n’ai pas pu faire autrement que d’insérer cette information parmi les multiples hypothèses que mon père et moi avons discutées.

cour supreme
Jugement de la Cour Suprême, 1956-01-24

Edgar Audet a été tué dans la nuit du 23 au 24 juillet 1953, soit quelques heures avant le petit bruit sourd du journal qui tombe à plat sur les perrons québécois.  Celui dont la une annoncait la découverte des deux dépouilles manquantes sur les trois chasseurs.  Coïncidence ou pas?  Que l’affaire Coffin ait une incidence ou non, ma liste de théories est de plus en plus longue.  Je suis certaine que des gens savent des choses, ce qui me permet au moins de maîtriser dorénavant l’expression « l’esprit de clocher ».

Il y a une chose qui devient claire pour moi.  À la lumière de l’affaire Boudreau, où il m’apparait évident qu’il y a eu injustice et manipulation, je me demande comment peut-on être certain que Coffin ait eu un procès juste et équitable alors qu’on parle de la même région, le même été avec plus de la moitié des mêmes hommes impliqués ?


(1) Rapport annuel de la CNLC, 1960: https://www.securitepublique.gc.ca/lbrr/archives/npb-racnlc-1960-fra.pdf

(2) https://www.bibliotheque.assnat.qc.ca/DepotNumerique_v2/AffichageNotice.aspx?idn=70483

L’affaire Boudreau: les éléments manquants (partie 4)

Tracy Soleil 23 oct.
Le Soleil, 23 octobre 1953

J’ai constaté récemment que malgré l’épaisseur du dossier qui devait contenir le procès de la cause du meurtre d’Edgar Audet, il manquait plusieurs éléments.  Des éléments très importants.  Il manque les témoignages du procès ayant débuté le 20 octobre 1953.  Le dossier contient donc principalement l’enquête préliminaire et ses témoignages et plusieurs éléments du procès dont les subpoenas, les photos déposées en preuve et les documents officiels du verdict en date du 24 octobre 1953.  Avant 1980, il n’y avait pas de loi qui protégeait nos archives.  Il y a donc des dossiers qui ont disparu pour faire de la place.  Est-ce que c’est normal qu’une cause de cette envergure ait été jetée?  Je ne le sais pas.  J’ai donc contacté plusieurs centres d’archives.  Le dossier n’y est pas.  J’ai vérifié s’il se pouvait que des archives existent en lien avec les juges, sténographes ou autres personnes mêlées à cette cause, mais en vain.  Il me reste une demande en attente avec le Palais de Justice de New Carlisle mais je doute fort que je puisse goûter à cette chance.  En général, après 30 ans, les Palais de Justice transfèrent leurs dossiers aux archives nationales.  Pour rectifier le tir et apporter le plus d’exactitude possible à l’histoire, j’ai fait une recherche sur tous les articles de journaux ou autres publications ayant rapport avec le procès qui a eu lieu du 20 au 24 octobre 1953 à New Carlisle.  Ce sont des articles de journaux mais on va faire avec ça puisque c’est tout ce qu’il me reste pour le moment.

willett
La Presse, 4 août 1953

Avant d’embarquer dans le procès, j’aimerais revenir sur la semaine de l’arrestation de Tracy.  Un article paru dans La Presse du 4 août 1953 mérite une attention très spéciale.  On sait que l’histoire de la cavale est marquée d’irrégularités selon les informations des médias, des différents témoignages et surtout des rumeurs de la région.  Il y a une autre version.  Dans cet article, on dit que John Willett, cet ami de Tracy ayant voyagé avec lui jusqu’à Montréal après le meurtre, aurait raconté à un de ses proches parents ce que Tracy avait fait à New Richmond.  Ce « parent » étant justement un policier du Port de Montréal aurait alors immédiatement alerté le détective Arthur Normandeau.  On relate même que Willett aurait dit qu’Audet avait été attaqué afin de le terroriser pour l’empêcher de témoigner à un procès ultérieur.  Si on fait le lien avec l’arrestation à Montréal du soir du 25 juillet, on se rappelle que les policiers cherchaient un véhicule précis, de couleur verte, modèle de l’an 1953.  À qui donc appartenait cette voiture?  Ces jours-là, les journaux ne cessaient de clamer que l’affaire de New Richmond était en train de se résoudre, avec des détails au compte-goutte.  Certains articles du mois d’août ont même été jusqu’à affirmer que Tracy Boudreau avait été suivi à partir de Montréal.  Pourquoi donc l’arrêter à New Richmond?  Il voyageait apparemment sur le pouce, ce qui le rend donc facile à arrêter, d’autant plus qu’il était forcément considéré dangereux.  Il y a donc une zone très floue sur ce qui s’est passé à Montréal.  Dans son témoignage, John Willett a dit qu’il a quitté Boudreau à Montréal car il s’en allait à Petawawa en Ontario, où il aurait été ensuite appelé à se rendre à la police pour livrer sa version des faits.  Il aurait donc rapporté Boudreau à la police et celle-ci l’aurait gentiment laissé aller en Ontario?  En interrogatoire, on lui demande quand a-t-il vu Boudreau pour la dernière fois.  Il répond alors « À Québec, ensuite je ne l’ai plus revu ».  On passe ensuite à une autre question sans broncher.  Pourquoi Québec?  C’est quand même là qu’avait été détenu la première personne arrêtée sur Sainte-Catherine et aussi là qu’avait été emmené Tracy lors de son arrestation à New Richmond.  Willett était-il là aussi?  Et qui serait ce parent policier?  Les bottins Lovell des années 50 ne contenaient pas de numéros de téléphones, mais plutôt le nom, l’adresse et l’emploi qu’occupait le résident.  Drôle d’époque.  J’ai donc trouvé un Willett résidant sur la rue Chambord qui était à l’emploi de la Police.  Avec les mots-clés, je l’ai retracé dans les archives de journaux.  C’était un sergent-détective à Montréal qui fut d’abord dans les années 40 dans l’escouade Radio-Police.  C’était à l’époque le nouveau système moderne de transfert d’informations via les émissions radio entre le poste de police et les patrouilleurs.  Je l’ai trouvé aussi capitaine de la patrouille nocturne au début des années 60.  Toutefois, je ne m’étendrai pas plus longtemps sur cette piste puisque je n’ai pas réussi à établir de lien généalogique entre les deux, ce qui fait que cette information est très subjective.

32752121_10157405349588662_6429874326274572288_n
Extrait du témoignange de John Willett, BanQ Gaspé

Revenons maintenant au procès.  J’ai trouvé 19 article de journaux sur le sujet.  Dans le Soleil du 13 octobre 1953, on nous informe que Tracy a quitté la prison de Québec en compagnie de l’agent Martin Healey (le même qui a questionné à l’enquête coroner).  Dans le même petit encart, on dit que durant ce temps, Wilbert Coffin est également détenu dans la même institution.

Dans La Presse du 22 octobre, on apprend que le médecin légiste Dr Roussel ainsi que le Dr Gauvreau avaient été du même avis quant aux résultats de leurs observations.  Il est aussi écrit que Me Lucien Grenier s’était opposé aux photos de la dépouille de M. Audet mais que le juge Edge les auraient toutefois acceptées.  La Couronne aurait aussi laissé entendre vouloir questionner une trentaine de témoins.  C’est aussi dans cet article qu’on apprend que François, lorsqu’il a longuement été interrogé sur sa déclaration de départ concernant les deux hommes ayant commis le crime, aurait longuement hésité pour ensuite dire qu’il ne se rappelait pas avoir affirmé avoir vu deux personnes.

Toujours dans La Presse, cette fois le 24 octobre, on dit que Lionel Landry, le voisin chez qui François avait été demandé de l’aide, avait témoigné pour raconter que le petit s’était rendu chez lui en criant et en l’implorant de venir aider son père qui venait de se faire assommer par deux hommes à coups de barre.  Il aurait aussi rappelé la menace qu’ils auraient fait à l’endroit de François concernant les meurtres des chasseurs dans l’affaire Coffin.  On parle aussi des témoignages de Gertrude, la femme d’Edgar Audet et d’Ernest Cormier, celui qui avait donné des chèques pour des achats à la Coopérative.  Les deux auraient admis reconnaître les signatures des papiers mis en preuve.  Jacques Pardiac aurait dit n’avoir eu aucune visite qui « pensionnait » chez lui, en plus d’avoir été absent de la maison le soir du meurtre (Boudreau avait dit vouloir récupérer de l’argent d’un Fournier chez Pardiac).  Quant à Romuald Fournier et ses frères, il n’aurait jamais été question d’argent en rapport avec Tracy Boudreau.  Ils n’auraient jamais séjourné chez Jacques Pardiac non plus.

Dans le journal Le Soleil de Québec, on dit que la défense (Me Lucien Grenier) cherchait à contredire la version de François sur ses propos le soir du meurtre.

Dans le journal La Patrie du 24 octobre, on dit que Pearl MacKenzie avait affirmé avoir attendu une vingtaine de minutes sur la route nationale avant que Tracy lui demande de déguerpir au plus vite.  L’agent Eustache Sirois aurait aussi expliqué au début de l’audience que François avait identifié Boudreau parmi plusieurs individus.

Tracy photo préliminaire
Quebec Telegraph Chronicle, 18 août 1953

Le quotidien ayant le plus commenté l’affaire était le Quebec Chronicle Telegraph.  Le 22 octobre, ils rapportaient que François avait maintenu avoir vu un véhicule quitter la Coopérative.  Lorsqu’interrogé sur le soir du 23 juillet, il aurait balayé nerveusement la salle du regard avant de répondre ne pas se rappeler avoir dit à la Police Provinciale que deux hommes s’étaient présentés au magasin.  Le 24 octobre, un autre article relate qu’un témoin répondant au nom de Paul Cyr aurait dit avoir vendu une caisse de bière à Willett le soir du crime et Raymond Mercier avait dit avoir vu l’accusé en compagnie de Pearl MacKenzie entre 19h00 et 19h30 à l’hôtel New Richmond.  Le 26 octobre, on nous informe alors que selon l’agent Eustache Sirois, François aurait été nerveux lorsqu’il aurait témoigné la première fois.  Il aurait dit que François aurait mentionné soudainement y avoir vu qu’un seul assaillant la fois où il avait identifié Boudreau parmi d’autres hommes.

Finalement, on apprend dans le Allo Police du 1er novembre 1953 que les 12 jurés ont déclaré Tracy non-coupable de meurtre mais bien de « manslaughter » (meurtre sans intention de tuer).  Cet article informe aussi que Tracy aurait été appréhendé à Montréal et ensuite conduit à New Carlisle.  Erreur par manque d’informations?  Difficile de le savoir mais je note toutes les hypothèses.

Je vous reviens dans très peu de temps avec mes corrélations avec l’affaire Coffin, sur lesquelles je travaille déjà depuis un bon moment.