Projet PMAJC


Portrait de la Mauricie par les Archives Judiciaires Criminelles

Le projet Portrait de la Mauricie par les Archives Judiciaires Criminelles (PMAJC) a pour but la création d’un répertoire indexant les causes criminelles qui ont marquées l’histoire de la Mauricie et qui sera disponible gratuitement pour les usagers.

Le tableau apparaissant ci-dessous donne seulement un aperçu du projet Portrait de la Mauricie par les Archives Judiciaires Criminelles (PMAJC), entamé le 3 janvier 2018 par l’auteur et chercheur Eric Veillette. Il faut donc s’attendre au cours des prochains mois à plusieurs autres mises à jour qui seront faites au fur et à mesure du déroulement des recherches.

Le 30 janvier 2018, Sophie Chouinard et Pamela F. Boucher, toutes deux étudiantes en Techniques de la documentation au Cégep de Trois-Rivières, ont intégré le projet. Éventuellement, nous espérons pouvoir indexer tous les dossiers judiciaires de la Mauricie pour le 20e siècle et aussi une partie du 19e.

Exemple de la forme qu’aura le fichier Excel PMAJC.

Le fichier original au format Excel sera disponible aux usagers à partir des postes informatiques dans les locaux de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) à Trois-Rivières, au 225 rue Des Forges, (819) 371-6015. Ce fichier sera plus complet que celui apparaissant sur cette page. Par exemple, il contiendra les numéros originaux des dossiers criminels, les noms des juges, des avocats et des témoins impliqués.

Bonnes recherches!


Quelques photos prises lors de l’indexation des dossiers judiciaires à BAnQ, le 30 janvier 2018.

 


 

Dernière mise à jour : 30 janvier 2018

Boîte (BAnQ-TR) : 3A_05-3603A_171-3A

Procès expéditifs 1929-1930

Accusé(s) Accusation(s) Résumé
Josephat Thibodeau et

Arthur Thibodeau

Vol Dans la nuit du 14 au 15 mai 1929 les Thibodeau ont volé 14 poules, une paire de courroies en cuir, une paire de cordeaux, 600 livres d’avoine et 50 livres de sarrasin à la ferme d’Onésime Desclos à Saint-Alexis des Monts, le tout pour une valeur de 80.00$
Andrew Day Meurtre Dans la nuit du 15 au 16 décembre 1929, dans sa résidence de la rue Laurier à Trois-Rivières, Andrew Day, un employé de la St-Lawrence Paper Co. (Kruger) utilise une hache pour tuer sa femme enceinte et ses sept fils avant de se trancher la gorge avec un rasoir. Il sera cependant soigné pour répondre de cette accusation. Il s’agit du pire familicide à avoir été commis à l’arme blanche dans toute l’histoire du Canada. Au terme de son procès, en mars 1930, il sera reconnu inapte et on l’enverra en institution psychiatrique. Selon le registre d’État civil un Andrew Day est mort à Trois-Rivières en 1974 mais aucune autre information ne nous permet de faire un recoupement et de confirmer s’il s’agit du même homme.
Paul Lesage Lésions corporelles C’est en conduisant une automobile que Lesage a causé des lésions corporelles à Jeanne Simard et Albert Auger.
Prime Cloutier Vol L’accusé travallait comme contremaître pour Théophile Thiffault de St-Tite dans les chantiers pour la Canadian International Paper Co (CIP, près de la rivière Wessonneau.  Cloutier a effacé et enlevé les étampes ou marques sur des milliers de billots appartenant à la CIP.   Cette condamnation lui a valu une sentence d’un mois de prison.
François Xavier Masson Attentat à la pudeur Attentat à la pudeur commis sur des jeunes filles âgées d’environ 10 ans.
Philémon Roy Actes indécents L’accusé se serait livré à des actes de grossières indécences sur un individu de même sexe sur le terrain de l’Exposition à Trois-Rivières.  En fait, il a fait une fellation à Roméo Desfossés, 19 ans. Sentence: 6 mois de prison.
James Davis Effraction et vol Davis s’est introduit dans la Cathédrale de Trois-Rivières pour y voler une somme de 50$ se trouvant dans « des réceptacles fermés à clefs, la propriété de la Corporation Épiscopale du diocèse des Trois-Rivières ».
Flora Turner et

Rémi Hérard

Faux document Production d’un faux document consistant à « l’addition d’un prétendu endossement par Joseph Hérard, à un billet au montant de 1500.00$ »
Cour du Banc du Roi, terme

De mars 1930

Contient des documents divers concernant le terme des sessions de mars 1930.
Dionis Bettez

(Crèmerie Royale)

S servir d’une bouteille de lait portant marque de commerce Dionis Bettez, faisant affaires comme embouteilleur sous la raison sociale de Crèmerie Royale est accusé d’avoir embouteillé sans la permission du propriétaire des bouteilles de lait portant la marque « Crèmerie des Trois-Rivières. […] ».
Joseph Cossette Viol Reconnu coupable d’avoir, dans la nuit du 1er au 2 juillet 1930, dans la paroisse de St-Louis-de-France,  commis un viol sur la personne de Blanche Corbin, épouse d’Ernest Brochu. Le crime s’est déroulé à la résidence de Brochu.
Joseph Cossette Vol Reconnu coupable d’effraction dans la résidence de Mme Corinne Pothier de St-Louis-de-France. Au cours de l’enquête préliminaire, l’accusé se défend seul; il contre-interroge les témoins.
Harry Wilson Homicide involontaire Le dossier contient deux photos judiciaires.

Cet Américain a, le 22 juin 1930, entre les villages de Batiscan et Champlain, alors qu’il circulait sur la route nationale au volant d’une voiture, causé une collision avec une autre voiture qui arrivait en sens inverse. Il fut traduit en justice pour avoir causé la mort l’autre conducteur. Dans Le Nouvelliste du 21 mars 1931, on apprend que Wilson était de race noire: « Harry Wilson, le chauffeur nègre qui avait été accusé de manslaughter à la suite d’un accident survenu l’été dernier entre Batiscan et Champlain, accident qui causa la mort d’un autre chauffeur, laquelle accusation a été réduite à celle d’avoir causé des lésions corporelles graves, au début du présent terme a recouvré sa liberté dès hier, le juge le condamnant à neuf mois à partir de son arrestation, le 19 juin 1930 ».

Alcide Bournival Lésions corporelles Sur la route reliant les villages de Saint-Paulin et Saint-Élie de Caxton, avoir causé des lésions corporelles en frappant une voiture trainée par un cheval et à bord de laquelle se trouvaient Hector Frappier, sa femme et un enfant, leur infligeant des lésions par suite de l’incurie et de la négligence volontaire. Il aurait également renversé une autre voiture tractée par un cheval et à bord de laquelle se trouvaient Monsieur et Madame Lambert.
Deus Blais Vol Cette cause n’est pas classée dans une chemise et

comporte quelques pièces à conviction, dont un carnet de compte de banque.

Delphis Nazaire Tessier Attentat à la pudeur Attentats à la pudeur commis à l’endroit de Madeleine Leduc et Régine Leduc, toutes deux âgées de 11 ans.
Pierre Pronovost Attentat à la pudeur Plusieurs fois par semaine, et cela depuis janvier 1929, Pronovost a commis des attentats à la pudeur sur deux fillettes: Pauline Berthiaume, 10 ans, et Camille Grenier, 11 ans.  Les deux victimes étaient de Grand-Mère. L’accusé avait 48 ans.
Hercule Thiffeault Tentative de commerce charnel Commerce charnel illicite en induisant ou tentant d’induire, ou sollicitant, par des moyens illégaux, une fille de 14 ans, Eugénie Lemieux, du Cap-de-la-Madeleine, fille d’Adjutor Lemieux. Le crime s’est produit au cours des mois de mai, juin et juillet 1929. L’accusé était âgé de 62 ans.
Albert Pépin Vol L’accusé était âgé de 20 ans. Il s’est rendu coupable de

détenir et de recueillir frauduleusement des billots ou bois en grume ou autres descriptions de bois à ouvrer qui flottaient à la dérive sur la rivière Saint-Maurice, entre les villes de Cap-de-la-Madeleine et Trois-Rivières, sans le consentement du propriétaire, la Wayagamack Pulp & Paper Company. Le bois en question portait la marque « Swastika » dument enregistré par la compagnie. Pépin a reçu une sentence d’un mois de prison.

E. W. Nollet Omission de rendre compte Ce dossier contient des pièces à conviction. A reçu

comme agent de l’Alliance Nationale, corps doué de la personnalité politique et civile, une somme de 399.09$, dans les comtés de Saint-Maurice et de Champlain, à condition de remettre la dite somme et de rendre compte de la dite somme à la société sus-décrite, encore qu’il n’était pas, le dit E. W. Nollet, tenu de remettre la dite somme ainsi reçue en mêmes espèces à la dite société, converti frauduleusement à son propre usage et omis frauduleusement de rendre compte et de remettre la dite somme de 399.09$ dont il devait rendre compte et qu’il devait remettre à la dite Alliance Nationale.

Raoul Badeaux et

Henri Duchemin

Violence et vol Vers le 16 avril 1929, ces deux hommes ont volé

Geo. Lee Leung, de Trois-Rivières, avant de le blesser en le frappant. Le révérend père Arcanta Radion a été assermenté afin de servir d’interprète lors du procès.

Eléodore Fiset (et Hermet Marcotte) Incendiât S’est rendu coupable d’incendie qualifié en novembre

1927, en mettant le feu volontairement à sa propre maison située dans la paroisse de Saint-Prosper, district de Trois-Rivières.

Alfred Coulombe Vol Accusé de s’être introduit par effraction dans un hangar

appartenant à Marie-Louise Valcourt et d’avoir volé une automobile de marque Ford. Le 20 juillet 1932, Coulombe assassinera Mme Valcourt à Saint-Léon pour un mobile mystérieux. Serait-ce que cette histoire de vol serait au coeur du mobile? Coulombe sera pendu le 20 janvier 1933 dans l’enceinte de la vieille prison de Trois-Rivières.

Armand et Pierre Régnière Vol Les accusés se sont rendus coupables d’avoir volé 22

cèdres à Alexandre Gignac, un cultivateur de Yamachiche, d’une valeur de 60$. Le vol a été commis dans la semaine du 2 octobre 1927.

J. Charles Auger Vol Le dossier contient plusieurs lettres manuscrites. Le

crime s’est produit entre le 1er juillet 1923 et le 4 octobre 1927. L’accusé était secrétaire-trésorier de la corporation de la paroisse de Sainte-Cécile de Lévrard. Il s’est approprié et a converti à son usage, frauduleusement et sans apparence de droit, une somme de 492.25$ appartenant à la corporation de Sainte-Cécile de Lévrard. Il sera condamné à 2 mois.

Jules Marchand Parjure A déclaré faussement au cours de son témoignage donné sous serment dans une cause entre Sa Majesté Le Roi et Joseph Alfred Dessureault, de la Ville de Saint-Tite, la dite cause étant une tentative de subornation de parjure, les faits suivants, savoir: Que le dit Jules Marchand avait accompagné le dit Joseph Alfred Dessureault dans un voyage que ce dernier fit le 12 janvier 1928, à la ville de Shawinigan Falls pour comparaître dans une cause mue entre lui et La Commission des Liqueurs de Québec; qu’en cette circonstance, le dit Jules Marchand avait continuellement suivi et accompagné Dessureault, qu’il ne l’avait pas perdu de vue, qu’il ne l’avait pas laissé une minute, qu’aucun des faits et gestes ou paroles de Dessureault pu lui échapper et que jamais Dessureault n’aurait tenté d’attirer Lizotte, inspecteur de La Commission des Liqueurs, ni le témoin Tancrède Rivard pour tenter de les influencer.

 

Boîte : ? (à suivre)
Publicités