Rapport du détective Clément Massicotte

Rapport du sergent-détective Clément Massicotte

 

Clément Massicotte en 1996.

Clément Massicotte en 1996.

17 novembre 1969

Offense : mort suspecte (S)

Lundi 10 novembre 1969

Vers 10.30 A.M. le capt G. Gagnon me demandait pour aller avec lui sur le Blvd St Jean; il venait de recevoir un message du constable Georges Marquis d’aller le rejoindre avec le Directeur-adjoint. Rendu au nord du Blvd St Jean, le constable Marquis nous dit avoir trouvé l’auto du sergent détective Louis-Georges Dupont et que celui-ci était à l’intérieur. Le constable Marquis nous conduisit pas un petit chemin jusqu’à la voiture du Sgt-det. L. G. Dupont. L’automobile, une chevrolet 1965 licence 7 C 6018, ce trouvait à environ 500 pieds du Blvd St Jean.

À notre arrivée, le Sgt.det L.G. Dupont était aussi assis au volant, mais tombé sur sa droite. Il avait du sang sur sa chemise vis-à-vis l’estomac, son revolver était sur le plancher de son auto, tel qu’indiqué par les photos.

Nous avons fait venir le photographe de la sûreté et plusieurs photos furent prises avant que le corps soit déplacé. Ensuite le corps fut transporté à la morgue par la maison Julien Philibert.

Le capt G. Gagnon ma remis le revolver du sgt-det L.G. Dupont. Je l’ai déposé dans la valise de mon auto, en prenant soin de ne pas effacer les empreintes.

Vers 1.30 P.M., le capt G.Gagnon m’a dit de me rendre à l’institut de Médecine Légale de Montréal, avec le corps de L.G. Dupont pour fin d’autopsie. Je suis allé à Montréal avec M. Pierre Philibert. À l’institut, j’ai rencontré le Dr Jean Houle qui a fait l’autopsie. Pendant ce temps, je me suis rendu à la section des empreintes digitales avec le revolver. La j’ai rencontré M. Gérald Caron. Il tenta de prélevé des empreintes, mais il m’a dit qu’il n’y en avait pas pour fin d’identification.

Par la suite, à la section des expertises balistique, j’ai remis le revolver, un colt 38 spec. Serie 61192 M.L.W. à M. Yvon Thériault ainsi que 5 cartouches et une douille.

À 5.00 hres P.M., le Dr Jean Houle, qui a fait l’autopsie, m’a dit ne [p]as avoir trouvé la balle, parce qu’elle avait traversé le corps; celle-ci a pénétre par la poitrine traversé le cœur pour ressortir dans le dos. Le Dr Jean Houle m’a également remis un rapport pour le coroner et m’a dit qu’un rapport complet nous serait envoyé plus tard. Après quoi il nous a remis le corps.

À mon arrivée au bureau, vers 8.15 P.M., j’ai demandé au capitaine G.Gagnon de venir avec moi au garage ou se trouvait l’auto du sgt-det L.G. Dupont pour chercher le projectile. Nous l’avons trouvé dans le dossier avant, vis-à-vis le volant.

Mercredi le 12 novembre 1969, je suis allé à l’institut de médecine Légale pour remettre le projectile à M. Yvon Thériault.

Le rapport d’autopsie, des empreintes digitales, les expertises balistique ainsi que les photographies seront inclus au rapport.

Sgt-det Clément Massicotte

Advertisements

Postez votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :