Le meurtre gratuit de Cynthia Crichlow


(Photo: La Presse)

Le 15 avril 1997, Cynthia Crichlow, 24 ans, était passagère dans un véhicule qui roulait à Montréal sur l’autoroute Ville-Marie, dans le secteur du Palais des Congrès, lorsqu’une pierre de 4 kilos traversa le pare-brise pour venir l’atteindre à l’abdomen.  Selon La Presse, il s’agirait plutôt de deux roches de 4 kilos lancées depuis le viaduc surplombant l’autoroute Ville-Marie.  Toutefois, l’enquête du coroner ne parle que d’une seule pierre.

Le drame s’est produit vers 22h30.  Cynthia venait de terminer son travail et rentrait chez elle, à Côte-Saint-Paul.  Elle travaillait au Centre de traitements des documents de la Banque Nationale.  « La roche n’a même pas touché au tableau de bord et a frappé directement Mme Crichlow en plein ventre ».  Sa collègue, qui se trouvait au volant, ne prit même la peine de s’arrêter et roula jusqu’à l’urgence du centre hospitalier Angrignon.  À 23h40, elle entrait en salle d’opération mais à 3h00 son décès était constaté.  L’impact avait causé l’éclatement du foie et de graves dommages internes.

Dans La Presse du 19 avril 1997, son père, Denis Crichlow, parlait ainsi de la ou des personnes responsables de la mort de sa fille : « s’ils ne sont pas punis par la loi, qu’ils le soient au moins par la culpabilité.  […] M. Crichlow, chauffeur d’autobus à la STCUM, a indiqué que tous tentaient toujours tant bien que mal de se remettre de la soudaine disparition de la jeune femme, qui devait se marier le 19 juillet avec Réjean Lecours, 27 ans, avec qui elle vivait depuis plusieurs années ».

Bien sûr, M. Crichlow profita de l’occasion pour lancer un cri du cœur afin de demander aux autorités de tout faire en leur possible pour retrouver le ou les coupables.  Résiliant et sage, il ajoutait : « il existe certains passages piétonniers au-dessus des autoroutes qui sont munis de clôtures pour éviter justement ces attaques.  Je ne vois pas de raison valable pour que cette mesure préventive ne soit pas généralisée, notamment au niveau du passage où Cynthia a été tuée ».

Si La Presse commettait l’erreur de placer Cynthia au volant, on y rapporta cependant les impressions du ministre des Transports, Jacques Brassard : « On a envisagé un certain nombre de mesures qui pourraient empêcher ce genre d’acte criminel ».  Brassard souhaitait discuter avec la Ville de Montréal avant d’entamer quoi que ce soit.  S’il admit que des actions pouvaient être prises « assez rapidement », il souligna aussi « la difficulté de rendre parfaitement sécuritaires les quelques 6 000 structures semblables au Québec ».

On s’en doute, l’enquête menée par le sergent-détective Raymond Poirier manquait dangereusement d’indices.  En fait, on manquait tellement d’éléments pour explorer une première piste qu’on demanda à la Sûreté du Québec (SQ) une liste des événements similaires commis sur le territoire provincial.

Le 10 mai 1997, toujours dans La Presse, on apprenant que la police était sur « une piste intéressante », ce qui poussa le journaliste Marc Thibodeau à écrire : « le policier, avare de commentaires, s’est contenté de préciser que les enquêteurs avaient obtenu des informations prometteuses la semaine dernière au sujet de ce drame, qui a suscité bien des réactions au cours du dernier mois ».  Pour sa part, le porte-parole du Service des travaux publics pour la Ville de Montréal, Philippe Briand, soulignait le fait qu’aucune mesure n’était envisagée pour corriger la situation, ajoutant au passage que « nous n’avons reçu aucune demande politique à ce sujet », comme s’il fallait absolument un ordre gouvernemental pour agir.  Pour expliquer cette inaction, il ajouta : « c’est la première fois qu’un tel incident se produit à cet endroit, malgré toutes ces années.  Une telle mesure ne risquerait-elle pas d’être excessive? ».

Le 3 juin 1997, trois autres victimes vinrent s’ajouter à la liste.  Selon le compte rendu de Georges Lamon dans La Presse, il semble que ces trois personnes ait été victimes de la même pierre, qui pesait apparemment 5 kilos.  Elle aurait d’abord fendu le réservoir d’un premier véhicule, dont le conducteur s’est aperçu seulement plus tard de l’incident.  Puis une Toyota Tercel 1996 conduite par Denis Lefebvre fut atteinte à une roue.  « Quand je me suis engagé dans le tunnel, une dizaine d’autos y circulaient et je n’en ai vu aucune éviter la pierre […].  Je n’ai vu non plus de camions en avant.  Je n’ai pu l’éviter et je l’ai frappé avec ma roue.  J’ai été obligé de m’arrêter et de changer de roue.  Ça me coûte 295$.  J’ai été vraiment chanceux car si la pierre est tombé d’en haut … c’était une question de secondes ».

Denis Lefebvre, avec la pierre qui a endommagé son véhicule quelques semaines après le meurtre de Cynthia Crichlow (photo: La Presse).

La troisième victime fut Eric Sardano, qui roulait à environ 75 mètres derrière le véhicule de Lefebvre.  Dans son cas, sa Pontiac Sunfire 96 a subi des dommages évalués à 1 500$.

L’enquête du coroner nous apprend quelques détails supplémentaires.  D’abord, Cynthia est née le 4 décembre 1972.  Les causes de sa mort sont décrites en trois étapes : « traumatisme abdominal, lacération du foie, choc hémorragique ».  Si on ne précise pas l’identité de la conductrice, on mentionne toutefois que Cynthia était bien assise du côté passager et que le véhicule circulait « sur l’autoroute Ville-Marie direction Ouest, lorsqu’elle fut atteinte à la partie inférieure droite du thorax, par une pierre qui venait de traverser le pare-brise. La conductrice du véhicule se dirigea alors instantanément vers le Centre Hospitalier Angrignon, où madame Crichlow arriva en état de choc. On diagnostica [sic] une hémorragie abdominale pour laquelle madame Crichlow fut opérée d’urgence, mais sans succès ».  Comme on l’a vu par les journaux, son décès fut constaté à 3h00 dans la nuit du 16 avril 1997.

Quant à l’arme du crime, le coroner José-Luis Labarias décrit la pierre comme ayant une dimension de 20X4 cm et pesant 4 kilos.  Il souligna : « L’accident s’est produit au moment où le véhicule circulait sous la Palais des Congrès de Montréal, au niveau des panneaux de signalisation indiquant la sortie rue Université. Ces panneaux de signalisation sont attachés au muret de contention d’une des passerelles qui surplombent l’autoroute Ville-Marie. À cet endroit, au niveau de la troisième voie et à droite, il y a une séparation de 30 cm entre deux panneaux de signalisation et c’est à travers cet espace que la pierre a été jetée.  Cet endroit a été identifié formellement par la conductrice du véhicule. Une autre pierre, de taille semblable à celle trouvée non loin du lieu de l’accident, fut également trouvée. Ces pierres proviennent de l’espace vert du métro Place d’Armes, lequel donne sur le Palais des Congrès. Une distance de dix mètres sépare la porte de ce métro de l’endroit où la pierre a été lancée. Une quarantaine d’incidents ont été rapportés dernièrement sur les passerelles surplombant les autoroutes du territoire de l’île de Montréal. Dans la majorité des cas, des enquêtes n’ont pas été menées du fait que ces incidents n’ont pas porté de conséquence, si ce n’est dans un unique cas où l’on a enregistré des lésions corporelles graves. Dans les autres cas, on rapporte surtout des dommages causés aux véhicules circulant sur l’autoroute Ville-Marie, dans le secteur du centre-ville ».

Parmi ses recommandations, le coroner Labarias soulignait : « je recommende [sic] à la Ville de Montréal et au Ministère des Transports, de conclure un accord très rapidement dans le but d’installer une protection efficace des passerelles qui enjambent l’autoroute au niveau du métro Place d’Armes, afin d’éviter que tout projectile puisse être jeté du haut de celles-ci et porte atteinte à la sécurité des automobilistes. Je recommende [sic] à la Ville de Montréal, de retirer la pierre concassée de l’espace vert se trouvant devant la porte de Métro Place d’Armes, et de la remplacer par un revêtement fixe. Ces fragments de pierre peuvent servir de projectiles et provoquer des réflexes dangereux pour les automobilistes circulant sur l’autoroute, nuire à leur visibilité ou même endommager leur pare-brise ».

Si le coroner parlait d’une quarantaine d’incidents, les journaux n’en mentionnèrent que trois ou quatre.  Est-ce là la preuve d’un jeu morbide auquel s’adonnaient quelques joyeux lutins?

Le 4 avril 1998, La Presse apprenait à ses lecteurs l’annonce selon laquelle le ministère des Transports, la Ville de Montréal et la police de la CUM (maintenant SPVM) procéderaient bientôt à l’installation de clôtures sur le site.  On estimait les coûts à 150 000$.  Les travaux furent amorcés seulement en novembre 1998.

Malheureusement, il semble que l’enquête policière n’ait donné aucun résultat par la suite.  Vingt ans plus tard, est-il encore possible de recueillir des témoignages ou des indices suffisamment importants pour permettre de faire avancer le dossier?


Médiagraphie :

Marc Thibodeau, « Ça prend un drame pour faire bouger le gouvernement », La Presse, 19 avril 1997.

Marc Thibodeau, « Mort de Cynthia Crichlow : la police suit une piste intéressante », La Presse, 10 mai 1997.

Georges Lamon, « Trois autres automobilistes victimes d’une pierre sur la chaussée du tunnel Ville-Marie », La Presse, 3 juin 1997.

Martin Pelchat, « Des travaux pour éviter un autre drame sur l’autoroute Ville-Marie », La Presse, 4 avril 1998.

Sophie Brouillet, « Autoroute derrière les barreaux », La Presse, 21 novembre 1998.

Enquête du coroner José Luis Labarias, 1997.

 

Publicités

L’affaire Boulanger: une partie du dossier judiciaire retrouvé


Dans le dossier retrouvé, on note cette photo judiciaire qui montre l’intérieur du logement de la victime, Arthur Boulanger. Sur le plancher, on constate la présence d’une mare de sang.

Le projet Portrait de la Mauricie par les Archives Judiciaires Criminelles (PMAJC), entamé le 3 janvier 2018, porte déjà ses fruits. Alors qu’un article d’Historiquement Logique publié en juin 2015[1] expliquait que le dossier judiciaire de l’affaire Boulanger n’avait pas été conservé dans les archives nationales, les recherches que j’effectue actuellement pour indexer les dossiers qui sont conservés dans la voûte de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) à Trois-Rivières m’a permis d’avoir l’agréable surprise la semaine dernière de tomber sur celui de Freddy Pellerin. Cet individu, qui avait 27 ans à l’époque, a été le principal suspect dans cette affaire. Au terme d’un procès, il a cependant été acquitté.

Le dossier retrouvé, quoique plutôt mince pour une cause de meurtre, se trouvait dans les boîtes non classées des archives nationales et dans lesquels on retrouve normalement les procès expéditifs.

Il y a toutefois un bémol à cette trouvaille : ce dossier ne contient pas les transcriptions sténographiques du procès, au terme duquel Pellerin a été acquitté. Nous savons que les détails présentés lors d’un procès criminel pour meurtre sont les plus détaillés, ce qui en fait l’outil idéal pour reconstituer les événements entourant un crime.

À défaut de cela, cependant, le dossier retrouvé comporte les transcriptions prises lors de l’enquête du coroner et des pièces très intéressantes qui nous aiderons à mieux comprendre ce qui a pu se produire à Yamachiche en 1935. Parmi ces documents, on retrouve des photos judiciaires, un plan des lieux, et même un échantillon qui, pour le moment, reste non identifié.

Rappelons qu’Arthur Boulanger, 51 ans, a été assassiné dans le logement qu’il habitait à Yamachiche en face de la gare en septembre 1935. On l’avait apparemment battu avec une barre de fer.

Je ne pense pas qu’il faille fonder beaucoup d’espoir quant à l’idée de retrouver un jour le dossier du procès. Selon les explications d’Evelyn Kolish dans le Guide des archives judiciaires (2017)[2] le dossier a probablement été élagué. À partir de 1920, les archives nationales ont fait face à une arrivée gigantesque d’archives, ce qui a poussé les responsables de l’époque à prendre des décisions, entre autre l’élagage.

De plus, je soupçonne que les dossiers judiciaires qui se sont terminés par un acquittement ont été parmi les premiers à être détruits, d’autant plus que les accusés qui ont été blanchis ont droit à leur retour à la vie privée. La justice les considère comme blanchis.

En attendant de mieux étudier le dossier et de vous présenter le fruit de cette découverte, je vous invite à lire ou relire l’article publié en 2015 : Meurtre non résolu à Yamachiche : L’affaire Boulanger.


[1] https://historiquementlogique.com/2015/06/27/meurtre-non-resolu-a-yamachiche-laffaire-boulanger/

[2] Disponible en ligne : http://www.banq.qc.ca/documents/ressources_en_ligne/instr_rech_archivistique/garchjud_fr.pdf

Cédrika, 10 ans plus tard


ScreenHunter_706 Jul. 29 22.08         Dix ans plus tard, le nom de Cédrika Provencher n’a toujours pas été oublié.  Au cours de ces années, le public a eu droit à de multiples explications, rumeurs, reportages en tout genre, sans compter le ouï-dire échangé dans les chaumières et sur les réseaux sociaux.

         Le reportage Cédrika, du journaliste Pierre Marceau et réalisé par Guylain Côté pour le compte de Radio-Canada, se présente sans aucune prétention et pourtant fait le point honnêtement sur l’affaire de disparition d’enfant la mieux connue au Québec.  Subtilement, et dans un rythme qui fait désormais la marque de Marceau, on découvre – ou redécouvre – les circonstances de l’enlèvement survenu le 31 juillet 2007.  Cédrika sera vu pour la toute dernière fois à 20h27 alors qu’elle cherchait un petit chien.

         Les parents passèrent une nuit blanche, tandis que plusieurs bénévoles se présentaient sur les lieux.  Comme Martin Provencher le dit si bien dans le documentaire, on comprend facilement l’angoisse rencontrée par un parent qui perd son enfant durant 30 secondes dans un centre commercial.  Alors, imaginez un peu après toute une journée!  Et ce calvaire, les proches de Cédrika l’ont vécu durant plus de 8 ans.

         C’est aussi par la subtilité et avec une objectivité sans reproche – j’oserais même dire une objectivité qui devrait faire école – que le documentaire, qui sera rediffusé lundi à 20h00 dans le cadre des Grands Reportages de Radio-Canada, tente de répondre à certaines questions qui font parfois la controverse dans le public.  Pour ce faire, on a eu l’intelligence de donner la parole à toutes les autorités impliquées, entre autres avec l’ancien policier de la Sûreté du Québec François Doré, l’ex-ministre Jacques Dupuis et l’analyste en affaires policières Stéphane Berthomet.  C’est d’ailleurs ce dernier qui nous explique que les méthodes d’enquêtes ont changé au cours des dix dernières années et que maintenant parmi les hypothèses on accorderait une plus grande importance à celle de l’enlèvement plutôt que celle de la fugue ou de l’accident.

         Berthomet développe aussi sur l’importance des preuves acceptables devant un tribunal, ce qui, espérons-le, permettra à bien des gens de mieux comprendre le fonctionnement du système judiciaire.

         On repasse en revue les principaux faits saillants, la récompense offerte, le dévoilement de l’indice de l’Acura rouge, la découverte des ossements en décembre 2015, et ainsi de suite.  Les détails de l’Acura, d’ailleurs, le documentaire réalisé par Guylain Côté nous permet d’apprendre qu’ils ont été obtenus suite à de l’hypnose judiciaire.  Reste à savoir, comme le dit si bien Berthomet, si cela serait accepté en preuve lors d’un éventuel procès car ce genre d’élément laisse normalement les juges assez froids.

         Sans être spectaculaire – ce que je considère ici comme un point très positif – le documentaire Cédrika ose même présenter la différence entre l’enquête policière, qui se veut technique, et celle de la famille, plus émotive.  Peu de professionnel du milieu osent se rendre aussi loin.  Car là aussi la population gagne à mieux comprendre le processus de ces enquêtes et, en parallèle, de ces drames familiaux.  Autrement dit, ce n’est pas parce qu’un dossier reste non résolu que les policiers ne font pas leur travail.

         Autre point positive, on a obtenu les propos de l’ancien ministre Jacques Dupuis, qui prend le temps d’expliquer ses positions de l’époque.

         Après que Marceau ait réussi à me tirer une larme, je comprends un peu mieux le drame vécu par la famille et surtout ce cirque rocambolesque qui dure depuis 2007.  Un document professionnel, impartial et surtout émouvant.

         Je lève mon chapeau à Pierre Marceau et à tous ses collègues qui ont participé à la réalisation de ce document pour la confiance qu’ils ont su obtenir auprès de l’entourage de Cédrika.  Il en résultera, je l’espère, une meilleure compréhension sociale.  Il s’agit là, parfaitement, du type de document qui fait avancer la société.

         Cependant, l’émotion n’est pas sans soulever une certaine forme de frustration devant la non résolution de ce crime odieux et tout à fait impardonnable.  Personnellement, je préférerais ne jamais avoir à écrire sur ce cas, qui s’inscrit de plus en plus dans l’historique judiciaire de notre patrimoine plutôt que dans l’actualité policière.  Espérons seulement que la justice pourra un jour clore définitivement ce dossier.

L’affaire Blanche Garneau: l’avant-propos


ScreenHunter_614 Apr. 19 16.42Il est possible de se procurer le livre à la Librairie l’Exèdre au 819-373-0202 ou sur Amazon en cliquant sur le lien suivant: L’affaire Blanche Garneau

Le texte suivant est une reproduction intégrale de l’avant-propos qui apparaît au début du livre:

 

Avant-propos

Dans son livre Unsolved, true canadian cold cases, publié en 2010, Robert J. Hoshowsky rappelle que chaque révision de dossier de meurtre non résolu ramène les familles des victimes au point de départ.  Ces histoires ne connaissent jamais de véritable fin et c’est probablement là que se situe la torture.

         Pourquoi ne pas écrire des volumes sur ces dossiers criminels qui soulèvent les passions?  La raison est simple : parce qu’elles sont justement non résolues, ces affaires restent encore entre les mains des enquêteurs de la police.  Et puisque ces documents ne sont pas rendus publics, comme c’est le cas lors de la tenue d’un procès, il ne reste plus que les comptes rendus médiatiques pour reconstituer ces drames.  Le résultat tiendrait alors en quelques pages.

         Or, l’affaire Blanche Garneau se démarque par une riche documentation.  Dans le dossier judiciaire on retrouve les documents relatifs à l’enquête du coroner, à une enquête dite on discovery ouverte quelques mois plus tard, au procès que la justice fit à deux suspects, et à une Commission royale d’enquête à laquelle dut témoigner le premier ministre de la province.  Cette simple énumération démontre l’impact que cette cause a eu sur notre patrimoine judiciaire, en plus d’ébranler les colonnes du temple qu’on appelle gouvernement provincial.  Ce n’est pas rien.  Du jour au lendemain, le nom d’une vendeuse de thé plutôt timide et routinière s’était retrouvé dans les journaux, de même que sur les langues de toutes les commères.

         On pourrait discuter longuement des comparaisons à faire pour évaluer l’importance qu’on a réservé à certaines affaires criminelles de notre passé, mais je suis d’avis, depuis que j’ai mis le nez dans ce dossier, qu’il faudrait considérer le nom de Blanche Garneau comme le symbole des affaires non élucidées au Québec, ne serait-ce que pour apporter un nouvel élan aux quelques centaines de meurtres qui cherchent toujours des réponses.  Il y a aussi toutes les leçons à tirer de ce drame, dont plusieurs aspects nous aiderons à mieux comprendre certains points, comme l’amélioration des techniques d’enquête par exemple, ou l’attitude que nous devrions adopter face à des mystères d’ordre judiciaires.

         En 1920, les enquêteurs n’étaient visiblement pas préparés à un meurtre comme celui-là et ils ne voulaient probablement pas admettre que leurs bonnes vieilles techniques devenaient soudainement archaïques.  Un autre meurtre violent survenu six ans plus tôt demeurait lui aussi sur les tablettes, et cela en dépit d’un procès.  Que se passait-il donc dans la Vieille Capitale?  Les détectives étaient-ils si incompétents ou se sentaient-ils dépassés par les événements?

Qui a merdé?  Pourquoi n’a-t-on pu résoudre ce meurtre odieux à caractère sexuel?  Doit-on blâmer l’incompétence policière?  Le sensationnalisme journalistique?  L’attitude gouvernementale?  Les ambitions politiques?  Ou simplement les techniques d’enquête?

Avant de répondre à ces questions, nous aurons un énorme devoir de conscience à faire.  Si les familles des victimes blâment souvent les policiers, l’incompétence ne pourrait à elle seule expliquer la raison d’être de centaines de cas non résolus.  Malheureusement, il existe des dossiers tout à fait insolubles que les meilleurs détectives du monde n’arriveraient pas à percer.

Depuis la création de la section des Cold Cases à la Sûreté du Québec, au début des années 2000, on parlerait d’au moins 1 000 affaires non résolues, et ce depuis les années 1970 seulement.

Les ragots sont tenaces.  Dans la région de Québec, l’histoire de Blanche Garneau est encore bien vivante.  En 1920, en dépit de la tenue du procès de Marie-Anne Houde, l’affaire Blanche Garneau faisait couler beaucoup plus d’encre que celle d’Aurore Gagnon, cette fillette que l’on surnommera rapidement Aurore l’enfant martyre.  Celle-ci a eu droit à sa pièce de théâtre, des romans et deux films.  Pas étonnant que sa popularité fasse en sorte que son nom nous soit aujourd’hui familier.

Et que réserva-t-on à Blanche?  Pas grand-chose, si ce n’est quelques écrits que nous étudierons de manière plus exhaustive au cours des derniers chapitres.  Pourquoi fut-elle si vite oubliée alors que son histoire est l’une des plus enrichissantes?

Et puisqu’il reste, malgré tout, des résidus de cette quasi-légende, j’invite mes lecteurs à un exercice d’objectivité.  En fait, comme nous le verrons au fil des chapitres, mes recherches m’ont aidé à comprendre que cette affaire fut sans doute l’une des plus malhabilement racontée de tout notre patrimoine judiciaire.  À titre d’exemple, je crois avoir largement démontré dans mes publications précédentes que d’innombrables détails font souvent la différence entre le mythe et la réalité, telle qu’on la retrouve dans le dossier judiciaire.  Cette fois, la marge sera énorme.  Et c’est pourquoi je propose à ceux et celles qui pensent déjà connaître cette histoire de bien vouloir mettre de côté leurs idées préconçues et de se laisser conduire par les témoignages et reconstitutions de scène établies à partir des documents légaux.  Après tout, qu’avons-nous à gagner ou à perdre si la balance penche d’un côté ou de l’autre?  Au mieux, nous en sortirons avec les yeux ouverts sur tout un pan de notre folklore.

Il me faut glisser un mot à propos de Réal Bertrand, un auteur qui a présenté en 1983 son livre Qui a tué Blanche Garneau?.  Le travail de Bertrand fut honnête mais incomplet.  Il faudra donc revisiter chaque étape, chaque indice de cette incroyable enquête.  Encore une fois, le public n’a pas eu droit à tous les détails.

On m’a questionné sur la pertinence d’écrire au sujet d’un meurtre non résolu qui remonte à un siècle, interrogation qui laissait entendre qu’il me serait impossible de résoudre l’énigme.  Si je dois avouer qu’une partie de ma motivation se laissait guider par ce désir de trouver « la » réponse, je ne suis pas naïf au point de croire en mes capacités de pouvoir élucider un mystère aussi ancien en ne dépendant que des documents disponibles, sachant que toute interview avec les protagonistes était devenue impossible.  Toutefois, je répondrai à cette question que le but d’un volume n’est pas toujours de vouloir trouver une réponse à une vieille question, mais aussi de faire revivre une époque.  Si on s’acharne à publier des ouvrages sur des sujets redondants, alors pourquoi ne pas faire revivre un visage méconnu comme celui de Blanche et de toutes les personnes impliquées dans cette affaire?

Il arrive que des auteurs – qu’il s’agisse d’écrivains ou de documentaristes – moussent leurs ventes en prétendant pouvoir résoudre des énigmes criminelles.  Mes ouvrages précédents sont là pour en témoigner.  Plus récemment, sur la jaquette de son livre Qui a tué le Dahlia Noir?, l’auteur français Stéphane Bourgoin, pour qui j’ai beaucoup de respect, est peut-être allé un peu loin en prétendant résoudre ce meurtre mythique qui a fasciné non seulement les Américains mais le monde entier depuis la fin des années 1940.  En dépit de cette promesse, le contenu du livre n’apporte aucune preuve concluante pour nous convaincre que son suspect favori était le véritable assassin.  Patricia Cornwell a fait la même chose en prétendant avoir identifié le célèbre Jack l’Éventreur, et pourtant nous en sommes toujours au même point.

Il faut être extrêmement prudent avant de condamner quelqu’un, qu’il soit vivant ou décédé.  La présomption d’innocence est un droit réservé à tous.  Et pourtant, nous l’oublions trop souvent.  On pourra dire ce que l’on veut mais on ne pourra jamais faire de procès à un suspect qui mange les pissenlits par la racine.  Partant de cette idée, je savais donc qu’il me serait impossible d’arriver à une conclusion claire et précise.  Ceci dit, mes recherches m’ont quand même permis de dénicher deux suspects jusqu’ici oubliés ou négligés, que je vous présenterai en temps voulu.

À vous tous, bonne enquête!

Eric Veillette

Eric.veillette@hotmail.ca

www.historiquementlogique.com

Twitter : @histologique

 

L’affaire Joseph Poiré: meurtre ou suicide?


screenhunter_381-nov-15-19-57            Le 28 mars 1801, c’est dans le district de Québec, devant les juges Williams et De Bonne, que s’ouvrit le procès de Joseph Poiré, un homme dont on estima l’âge à 44 ans.  Celui-ci était accusé d’avoir tué son ami Alexis Lamarre en le poussant dans les eaux du fleuve depuis le quai de la Reine, à Québec.  Ce dernier se situait au bout de la rue St-Pierre, entre les quais St-André et Cul-de-Sac.  L’incident serait survenu le 28 janvier.

Selon la théorie de la Couronne, une dispute serait survenue entre les deux hommes au cours de l’automne 1800.  Lamarre aurait remis à Poiré une certaine quantité de morue pour vendre sur le marché mais une fois sa cargaison vendue, Poiré aurait utilisé l’argent pour s’acheter du tabac.  La première querelle aurait éclatée le 12 décembre.  Des coups furent échangés avant que Poiré lance cette menace : « mon sacré gueux, tu ne mourras jamais d’autre main que de la mienne ».

Le 14 janvier 1801, c’est au cours d’une autre dispute que Lamarre s’empara d’un bâton pour frapper Poiré, qui se fit ensuite très docile.  Les choses semblaient être rentrées dans l’ordre.

Le 28 janvier, c’est en canot que les deux hommes se rendirent à Québec.  Lamarre et Poiré auraient été vus ensemble tout au long de la matinée.  Un peu avant midi, sur la rue St-Pierre, Poiré aurait lancé à l’autre : « Lamarre, viens ici, je veux te parler ».  Ainsi, Lamarre l’aurait suivi jusqu’à la maison d’un certain McKenzie, plantée tout près du quai de la Reine.  La fois d’ensuite, on les vit au bord du quai, près de l’eau.

Le premier témoin de la Couronne fut Pierre Baron qui avait vu Poiré et Lamarre quitter ensemble vers le quai.

Nicholas Lemage dira que Poiré « est arrivé le premier sur le bord du quai et a regardé en bas du quai, Lamarre le suivait ».  À peine venait-il de déposer une brassée de bois de chauffage que Lemage entendit crier Michel Campagnard : « voilà un homme qui en a jeté un autre à l’eau ».  Lemage se précipita sur les lieux mais seulement pour voir Lamarre disparaître sous les eaux froides du fleuve.  Un canot fut mis à l’eau pour tenter de le sauver, mais sans résultat.  Finalement, le corps avait été repêché par un grappin appartenant au pilote Rôlet.  Selon le témoin, la victime était restée sous l’eau entre 30 et 45 minutes.  Quant à Poiré, il le décrivit vêtu d’une redingote bleue et d’une toile cirée jaunâtre recouvrant son chapeau.

Contre-interrogé par la défense, Lemage admit que Lamarre était solide sur ses jambes et qu’il n’était pas un ivrogne.  Il admettra aussi ne pas l’avoir vu tomber « mais j’ai vu la trace du pied » dans la neige.  Selon lui, des gens venaient parfois sur le quai « voir s’il y a beau pour traverser ».  La défense parvint également à lui faire dire qu’il n’avait jamais vu la moindre animosité entre Lamarre et Poirée.

Michel Campagnard s’avéra être un témoin important.  Il arrivait chez son patron aux commandes d’une carriole lorsqu’il avait aperçu deux silhouettes sur le quai qui regardaient en direction de la pointe Lévis. « J’ai arrêté mon cheval et comme j’ai regardé ces deux hommes, l’un a poussé l’autre par les épaules à l’eau dans le fleuve Saint-Laurent, j’ai couru immédiatement à l’office de Mr Mure ».  Pendant que Poiré se sauvait vers le Cul-de-Sac, Campagnard courut jusqu’au quai.  Malheureusement, le corps de Lamarre avait déjà disparu sous la surface.

Apparemment, on doit apporter une nuance à ce témoignage.  Après avoir décrit le suspect avec une redingote bleue, Campagnard admettra ceci : « je ne peux pas jurer positivement que le prisonnier [l’accusé] est l’homme, parce que je ne le connaissais pas auparavant et je n’ai pas vu parfaitement son visage, mais je reconnais son habillement ».  Certes, ce fut là une belle ouverture pour la défense.

En contre-interrogeant Campagnard, la défense mit en lumière le fait que ce témoin se trouvait à un demi-arpent (29 m) de la soi-disant scène de crime.  Était-ce suffisant pour amoindrir l’importance de ce qu’il affirmait avoir vu?

D’autres témoins comme Martin Cheniquy, Olivier Lyonais et Louis Riopel racontèrent avoir vu Poiré s’éloigner « d’un bon pas ».  Pour Lyonais, il avait l’air fatigué.  Il avait abouti chez un certain Étienne Couture, à qui il avait refusé une soupe en se disant trop peiné pour avaler quoi que ce soit.  Et c’est là que Poiré aurait dit : « il y a arrivé un malheur à la basse ville, Lamarre s’est noyé.  Nous avons été boire un coup, il m’a demandé d’aller sur le quai de la Reine, là il m’a donné la main en me disant je te dis adieu et pour la dernière fois, et s’est jeté à l’eau.  J’ai peur qu’on dise que c’est moi ».

Voilà qui jetait un tout autre éclairage à l’affaire.  La justice britannique faisait-elle fausse route en conduisant le procès d’un homme dont l’ami s’était seulement suicidé?

Cependant, il y avait d’autres éléments incriminants.  Poiré aurait demandé à Couture un endroit pour se cacher, requête refusée par ce dernier.  Ce fut alors que Poiré lui aurait confié avoir tenté de repêcher son ami, mais on se demande pourquoi il n’est pas resté sur le quai.

La veuve de Lamarre, Catherine Carrier, fut entendue comme témoin.  Elle dira que Poiré demeurait dans leur maison au cours de l’automne 1800 en plus de confirmer l’histoire de la vente de morue.  Lorsque son mari l’avait menacé de propager la nouvelle selon laquelle il avait des dettes, Poiré serait devenu furieux.  La bagarre avait alors éclaté, au point où d’autres amis et voisins avaient dû intervenir pour séparer les deux belligérants.  « Tu ne mourras jamais d’autre main que de la mienne », aurait menacé Poiré.

Vers le 14 janvier, toujours selon Catherine, une nouvelle bagarre s’était produite.  Cette fois, Lamarre avait eu le dessus avec l’aide d’un bâton.  Les deux hommes auraient fini par faire la paix sans toutefois se serrer la main.

Selon Charles de St-Félix, la menace lancée par l’accusé devait s’entendre ainsi : « mon sacré gueux, tu ne mourras jamais que de ma main ».  Puis un dernier témoin de la Couronne se souvint de l’intention que Lamarre avait eu de foutre Poiré hors de chez lui sans toutefois savoir comment s’y prendre.

Les premiers témoins de la défense firent bonne réputation à l’accusé, en plus d’ajouter qu’il n’était pas rare que les hommes se rendent au quai de la Reine pour observer « la mer ».  Selon eux, il n’y avait donc rien d’incriminant dans le fait que les deux protagonistes se soient retrouvé à cet endroit.

Un autre, Louis Foy, avait passé de longues périodes en forêt avec Poiré et n’avait absolument rien à reprocher à son comportement.  Louis La Caffe dira même l’avoir hébergé durant 6 ou 7 ans.

Selon ce qui a survécu des directives du juge au jury, le magistrat se serait montré partial en disant « je crois beaucoup à l’évidence de Campagnard ».  En fait, il alla jusqu’à dire que ce témoignage donnait la preuve d’un homicide.  Et s’il y avait eu homicide, il devait y avoir un coupable; et s’il y avait un coupable ce devait être Poiré.  Évidemment!

Le juge – on ignore lequel de Williams ou De Bonne livra ces directives – ajouta que « le prisonnier était l’homme par qui le défunt a été poussé au bas du quai ».  Comme exemple d’impartialité, on a vu mieux!

Le seul document qui nous est parvenu se termine bien abruptement.  À la toute fin, on apprend que le jury délibéra durant deux heures avant de rendre un verdict d’acquittement.  Poiré était libre comme l’air.

Voilà qui nous laisse, encore une fois, avec un meurtre non résolu; à moins que la mort de Lamarre n’ait été qu’un bête accident?

Le système judiciaire canadien, qui repose essentiellement sur le système britannique, est construit de façon à ce qu’il soit préférable d’acquitter un coupable plutôt que de condamner un innocent.  La leçon que semble nous laisser l’affaire Poiré c’est qu’il y a deux siècles – contrairement à la croyance populaire – la justice ne condamnait pas aveuglément le premier venu.  En dépit de l’opinion du juge, il arrivait que les jurés soient capables de réflexion et surtout d’objectivité.