Condamnation d’Alphonse Beaudry, autre temps autres moeurs

            Aujourd’hui, l’avortement est un droit reconnu. Pour comprendre une certaine partie des archives judiciaires, il faut donc se replacer dans un autre contexte. Avant 1969, l’avortement était considéré comme un crime.[1] Si les lois ont changées, c’est que les mœurs ont aussi changées. Et par conséquent, il en va de même pour la mentalité des hommes de loi et des châtiments réservés aux « fautifs ».

C’est en travaillant sur mon projet d’indexation des dossiers judiciaires (PMAJC) qu’il m’a été donné de tomber sur le cas d’Alphonse Beaudry. La justice lui reprocha d’avoir commis un avortement au Cap-de-la-Madeleine, le 4 janvier 1927. Selon l’acte d’accusation, il aurait non seulement pratiqué un avortement sur la personne d’Alice Duval, mais il lui aurait également fait subir un mauvais traitement.

Le 15 mars 1927, la condamnation de Beaudry faisait la première page du quotidien Le Nouvelliste, qui apprenait à ses lecteurs que le très vilain personnage se méritait une sentence de 15 ans de pénitencier. À cette époque, rappelons que les peines de pénitencier étaient purgées à l’intérieur du déjà vétuste établissement de St-Vincent-de-Paul, près de Montréal.

Selon cette même source, la condamnation est tombée le 4 mars. Le journal parlait « d’un crime d’une extrême gravité ». Le juge Aimé Marchand se montra particulièrement sévère dans les propos qu’il adressa au condamné : « Vous comprenez toute l’horreur de ce crime et vous aurez l’occasion de la comprendre encore mieux. Je pourrais retrancher toute votre vie de la vie des êtres humains qui vous entourent. En effet, ce crime peut être puni par l’emprisonnement à perpétuité. Je prends en considération le milieu où vous avez vécu, la formation et le destin qu’il est probable que les enfants que vous avez empêché de naître auraient eus »[2].

Lorsque le juge Marchand lui offrit l’occasion de dire quelque chose, « l’accusé était d’une pâleur de cire. Il balbutia quelque chose que l’on ne pouvait comprendre, et Mtre Léopold Pinsonneault, représentant le procureur de Beaudry, Mtre Jean-Marie Bureau, retenu à sa chambre par la maladie, implora la clémence du président du tribunal, rappelant que dans le cas de Beaudry, c’était le premier verdict de culpabilité rendu devant Sa Seigneurie ».

Lorsque le magistrat prononça la sentence, « la figure de Beaudry se congestionna soudain, et devint toute pourpre. Puis avant que les gardes qui se trouvaient à chaque extrémité eussent le temps de deviner ce qui se passait le malheureux pivota un peu sur lui-même, et s’affaissa lourdement comme une masse. On l’aurait assomé [sic] en plein front que l’effet n’eût pas été plus foudroyant. Un garde se pencha en même temps et releva Beaudry, puis M. Willie Poisson, gouverneur de la prison, le prit dans ses bras et le transporta dans une salle au dehors de l’enceinte de la Cour »[3].

Peu de temps après, l’état du condamné fut telle qu’on appela un médecin, le Dr Hudon Normand. Selon Le Nouvelliste, Beaudry avait pris la fuite en Haute Mauricie au milieu « d’un froid sibérien ». C’est le grand connétable Joseph Doyon qui l’avait retrouvé dans un camp de bûcherons avant de le ramener à Trois-Rivières.


Archives :

Procès expéditifs, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, R. c. Alphonse Beaudry (3A 06-5103B 1925-1927)


[1] https://www.educaloi.qc.ca/capsules/la-legalite-du-droit-lavortement

[2] Le Nouvelliste, 15 mars 1927.

[3] Ibid.

Publicités

Blanche DeBlois Landry, de sage-femme à meurtrière

Le sacristain Armand Colbert. C’est lui qui a découvert le corps du bébé sans nom dans l’église des Sept-Allégresses à Trois-Rivières, en décembre 1926.

Au Cap-de-la-Madeleine, en décembre 1926, Blanche DeBlois Landry a aidé sa fille, Marie-Rose Landry, à accoucher d’un petit garçon. Ce n’était pas la première fois qu’elle procédait ainsi. Que ce soit par crainte de son conjoint, comme nous le verrons d’après les preuves contenues dans le dossier judiciaire, ou la pression sociale exercée envers les femmes qui accouchaient hors mariage, il demeure que Blanche a tué cet enfant. Selon les documents légaux conservés à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) à Trois-Rivières, elle aurait « étouffé » le poupon avant de le placer dans une valise et de le faire disparaître.

Les années passèrent sans que Blanche soit inquiétée par la justice puisque personne, apparemment, ne connaissait la courte existence qu’avait eue cet enfant. En fait, le sacristain de l’église des Sept-Allégresse, Armand Colbert, en avait eu connaissance puisque c’est lui qui avait trouvé le petit cadavre. Toutefois, comme celui-ci n’avait jamais été identifié, personne ne pouvait remonter la piste jusqu’à Blanche Landry.

Puis le 18 avril 1931, Blanche rendit visite à sa voisine Angélina Bellemare, épouse de William Côté. Cet après-midi-là, Marie-Anne Massicotte, 33 ans, prit également part à l’étonnante conversation qui allait suivre. Blanche, maintenant âgée de 42 ans, sentit soudainement le besoin de vider son sac. Elle se plaignit d’abord du fait que sa fille ne lui donnait plus aucune nouvelle. Frustrée par cette situation, elle décida de parler de cet accouchement clandestin auquel elle avait participé il y avait presque 5 ans.

Angélina mettra cependant quelques mois à réfléchir à tout cela. En septembre, elle se décida à se rendre jusqu’au palais de justice de Trois-Rivières pour révéler la teneur de cette conversation au greffier Vigneau.

Le 18 septembre 1931, Blanche DeBlois Landry était arrêtée et conduite à la prison de Trois-Rivières. D’après le dossier, on apprend qu’elle était la mère de trois enfants. Elle était d’origine française mais habitait au Cap-de-la-Madeleine depuis 12 ans. Son dossier stipule également qu’elle avait été traduite en justice à deux reprises, mais sans qu’on précise pourquoi.

Le 2 octobre 1931, elle comparaissait devant le juge François-Xavier Lacoursière. Les deux avocats les plus férus de la région étaient à leur poste. Du côté de la Couronne on retrouvait Me Philippe Bigué, et à la défense Me Jean-Marie Bureau. Ces deux-là s’étaient affrontés à plus d’une reprise. Par exemple, Bigué avait fait condamner Alexandre Lavallée à la pendaison en 1927, alors que dans un autre duel juridique survenu en mars 1930 c’était au tour de Me Bureau de remporter la partie en obtenant que son client Andrew Day, responsable d’un octuple meurtre commis à la hache, soit envoyé en institution psychiatrique plutôt que sur l’échafaud.

Marie-Anne Massicotte, épouse d’Arthur Marcotte, fut le premier témoin entendu. Elle connaissait l’accusée depuis deux ou trois ans. En lui demandant de rassembler ses souvenirs de la rencontre du 18 avril 1931, Me Philippe Bigué lui demanda de donner les détails de cette étrange conversation.

  • Qu’est-ce qui s’est passé au cours de cette entrevue?, questionna Me Bigué.
  • Elle s’est mise à nous parler de sa fille Marie-Louise. Elle a dit : « ma fille, c’est une sans cœur. Depuis qu’elle est partie, elle ne m’a pas écrit. Je l’ai toujours cachée à venir jusqu’aujourd’hui, à présent je vais la déclarer. Elle a eu un bébé avec Wellie Germain, c’est une petite fille. Rendu au soir je l’ai prise et j’ai été la porter à l’hôpital Saint-Joseph. Elle a été une secousse et elle a eu un autre enfant, ça appartenait à Henri Beaudry. Cet enfant-là lui ressemblait comme deux gouttes d’eau, à son père. C’est moi-même qui l’ai mis au monde, tous les deux ». Pour le mettre au monde, elle a dit qu’elle n’avait pas d’huile dans sa lampe pour s’éclairer et qu’elle s’éclairait avec des allumettes. Elle a dit qu’elle avait eu bien de la misère. Après ça il a voulu brailler, elle l’a pris, elle l’a mis dans la valise.

Blanche aurait également dit vouloir éviter que son « chum », Armand Piché, entende les pleurs de l’enfant. C’est ainsi qu’elle aurait mis le poupon dans une valise. Une fois le bébé mort, elle l’a enveloppé dans un linge blanc, l’a déposé dans une boîte qu’elle inséra dans une valise. Pour finir, elle avait verrouillé la valise.

Marie-Anne Massicotte ajouta que l’accusée « a attendu qu’il fasse bien sombre pour aller le porter à l’église des pères sur la rue St-Maurice ».

  • Elle a pris une voiture pour se faire conduire et elle a dit qu’après avoir été embarquée elle a pris la boîte et elle l’a mise sous sa mante en laine rouge. Rendue à l’église des pères elle a dit aux gens de la voiture d’arrêter qu’il fallait qu’elle aille payer un siège. Elle a débarqué, elle a entré dans l’église où il faisait bien sombre. Elle a dit : « quand j’ai vu ça j’ai monté en haut [sic], ça été juste pour monter, c’était bien sombre, j’ai été déposé [sic] la boîte tout près de l’orgue ».
  • Avez-vous dit, madame, si Blanche Landry, l’accusée, vous avait déclaré dans quelle année c’était?
  • Oui, dans l’année 1926.
  • Vous a-t-elle dit dans quelle saison?
  • Dans l’automne tard, en arrivant aux fêtes.
L’acte d’accusation au dossier de Blanche DeBlois Landry.

La Cour entendit ensuite le témoin Angélina Bellemare, 42 ans, épouse de William Côté. Celle-ci corrobora principalement le témoignage de Marie-Anne. Blanche leur avait avoué avoir mis au monde le bébé de sa fille pour éviter que tout le monde le sache. D’une certaine façon, cette cause met en lumière l’existence d’accouchements clandestins résultant de relations hors mariage. Quant au petit garçon, que Blanche avait tué, il était le fils d’Henri Beaudry.

Le seul détail supplémentaire qu’on apprend par cette comparution est que Blanche Landry serait restée chez elle de 14h00 à 16h00 environ lors de cette fameuse conversation du 18 avril 1931. En d’autres mots, si Blanche Landry n’avait jamais parlé ce jour-là elle n’aurait probablement jamais été accusée devant la justice.

Toutefois, Angélina fut contre-interrogée par Me Jean-Marie Bureau, qui lui fit remarquer que depuis cette conversation elle avait mis du temps à révéler ce qu’elle savait. En août ou en septembre 1931, elle était venue en parler au greffier Vigneau, au palais de justice.

  • C’est la première fois que vous avez pensé d’en parler?, questionna Me Bureau.
  • Oui, je n’avais pas d’affaires à en parler avant.
  • Pourquoi aviez-vous plus d’affaires il y a deux mois?
  • Ça m’est venu dans l’idée d’en parler, j’en ai parlé, je ne peux pas dire autrement.
  • Vous n’aviez pas plus d’affaires à ce moment-là?
  • C’est parce que je voulais le dire.
  • Vous n’aviez pas de raisons spéciales?
  • Je crois que je n’avais pas de raison d’en parler pour rien.
  • Croyez-vous avoir parlé pour rien?
  • Non, je calculais que c’était bien utile, elle en avait déjà bien fait.

Il ressortit de ce témoignage que Blanche Landry se rendait chez elle deux ou trois fois par jour, tandis qu’Angélina n’avait pas mis les pieds chez celle-ci depuis 15 ans. Ce dernier détail contredit cependant les informations contenues dans le dossier judiciaire puisqu’on y indique que Blanche DeBlois Landry habitait au Cap-de-la-Madeleine depuis 12 ans.

Angélina jura également ne jamais s’être disputé avec Blanche. Ce fut donc sans succès que l’avocat de la défense tenta de lui faire dire qu’il y avait un quelconque motif de vengeance derrière cette dénonciation.

C’est alors que la Couronne appela le témoin Armand Colbert, un sacristain de 38 ans. C’est lui qui avait trouvé le corps du poupon déposé dans l’église.

  • Le soir, entre 19h00 et 20h00, j’ai trouvé une boîte dans l’église, dans la tour tout près de l’orgue et j’ai descendu cette boîte en bas, je l’ai ouverte pensant pouvoir trouver le possesseur et j’ai trouvé un corps d’enfant dans la boîte. Je l’ai transportée au bureau de la cure pour la montrer au curé. Le Père curé a ouvert la boîte et il a regardé l’enfant et il l’a envoyée porter à la station de police.
  • Vous l’avez vu vous-même?, demanda Me Bigué.
  • Oui.
  • Était-ce un garçon ou une fille?
  • Je ne peux pas dire.
  • Vous êtes allé la porter?
  • À la station, au capitaine Cossette.
  • À qui l’avez-vous remise?
  • Au capitaine Cossette lui-même.

La Couronne appela ensuite le capitaine Wilbrod Cossette, 53 ans, de la police de Trois-Rivières. Il se souvenait parfaitement de la visite du sacristain Colbert en décembre 1926. C’est ce qui mit fin aux audiences. La Couronne en avait assez pour obtenir la condamnation de Blanche DeBlois Landry, ou alors pour négocier avec elle un plaidoyer de culpabilité pour une accusation réduite, comme ça semble avoir été le cas par la suite.

Capitaine Wilbrod Cossette de la police de Trois-Rivières.

Le 17 novembre 1931, Blanche DeBlois Landry comparut devant le juge Aimé Marchand au palais de justice de Trois-Rivières pour recevoir sa sentence. Selon ses propres aveux, elle avait été reconnue coupable de l’accusation de « suppression de part ».

Le lendemain, elle signait un document stipulant qu’elle renonçait à son droit d’aller en appel et que, par conséquent, elle acceptait le jugement rendu contre elle par le juge Marchand. Le même jour, elle était condamnée à deux ans de prison au pénitencier de Kingston. Elle irait donc rejoindre Marie-Anne Houde, la célèbre marâtre, qui purgeait sa peine d’emprisonnement à vie à Kingston depuis 1921 pour le meurtre d’Aurore Gagnon.

Le fait de plaider à cette accusation réduite lui imposait une peine moins imposante que celle prévue pour meurtre. Mais la question demeure : Blanche Landry aurait-elle accepté un marché pour éviter la peine de mort?

Selon Le Nouvelliste, le juge Marchand aurait fait la morale à deux condamnés ce jour-là, dont la meurtrière du bébé inconnu : « Ces sentences, dit-il, acceptez-les avec toute la contrition de votre cœur. Vous avez été trouvés coupables par un jury honnête, intelligent et consciencieux. Vous pouvez encore être des sujets utiles si vous vous soumettez. Si, au contraire, vous vous révoltez, c’est la guerre contre la société et c’est la société qui vous vaincra, car vous ne vaincrez pas la société ».

On ignore ce qu’est devenue Blanche DeBlois Landry après ses démêlés avec la justice. En revanche, on sait qu’Angélina Bellemare est morte à Trois-Rivières le 23 août 1962.

Le sacristain Armand Colbert, né en 1893, s’est éteint à Trois-Rivières le 14 juillet 1965. Pour souligner sa mort, Le Nouvelliste publia un article rappelant ses 50 ans de services comme sacristain à l’église des Sept Allégresses. Il aurait confié à un ami que « j’aimerais être sacristain jusqu’à mon dernier soupir ». À l’arrivée du Père Vidal, qui se préparait à célébrer la première messe de 6h45, il avait trouvé Colbert étendu par terre et sans vie.

En 1936, le capitaine Wilbrod Cossette sauva la vie à une femme lors d’un incendie. Il est décédé quatre ans plus tard, le 27 février 1940, des suites du diabète. Il comptait plus de 26 ans de services au sein du corps policier de la ville de Trois-Rivières. Entré dans la police en 1913, il devenait capitaine en 1916 et sous-chef en 1934, sous les ordres d’Alide Bellemare qui avait succédé à Jules Vachon. Cossette était originaire de Ste-Geneviève-de-Batiscan, né le 3 juin 1878.

 

L’affaire Blais, le témoignage du chef Longval

j_napoleon_longval
Le chef Napoléon Longval, de la police de Shawinigan.

Dans certaines causes criminelles, on découvre de petits incidents intéressants qui ont marqués les salles d’audience d’autrefois. C’est le cas de l’affaire Ildège Blais, ce jeune homme qui fut le dernier pendu dans l’enceinte de la vieille prison de Trois-Rivières en 1934. La justice l’avait condamné pour le meurtre de son père, survenu à Shawinigan deux ans plus tôt. Le 25 janvier 2015, je présentais d’ailleurs un résumé de l’affaire dans l’article Ildège Blais, le dernier pendu à la prison de Trois-Rivières.

 

Au moment de l’enquête préliminaire, alors que Blais était accusé de tentative de meurtre – son père n’avait pas encore succombé à ses blessures – le chef de la police de Shawinigan, Napoléon Longval, donna un point de vu intéressant à propos d’un couteau trouvé sur le suspect lors d’une « deuxième » fouille.

Né à Saint-Maurice en 1883, Longval s’était installé à Shawinigan en 1899 avant de faire son entrée dans les forces policières de sa ville d’adoption en 1917. Quatre ans plus tard, il atteignait le grade de chef. Au moment de prêter serment dans cette enquête préliminaire de 1932, il était âgé de 49 ans.

C’est sur la rue Tamarac à Shawinigan que Longval avait procédé à l’arrestation de Blais, une vingtaine de minute après le drame, dit-il. Ensuite, il avait pratiqué une première fouille corporelle. Toutefois, c’est seulement au cours d’une seconde fouille qu’il découvrit un couteau, tombé au sol au moment où Blais retira ses chaussures.

L’apparence de cette arme blanche et son niveau de dangerosité donna lieu à l’échange suivant entre Longval et l’avocat Talbot :

  • Ce couteau est un couteau de poche ordinaire, c’est un canif comme on appelle ça vulgairement?, minimisait l’avocat de la défense.
  • C’est un gros canif, répliqua Longval.
  • Oui, mais tout de même, c’est un couteau de poche ordinaire avec un tire-bouchon, un[e] espèce d’appareil pour gratter?
  • C’est un coupe-vitre ça.
  • Dans tous les cas, c’est un canif ordinaire d’ouvrier?
  • C’est un gros canif, s’entêta le chef Longval.
  • Oui, je comprends mais c’est un canif?
  • C’est un couteau.
  • Ce n’est pas un poignard?
  • Non.
  • Par elle-même, ce n’est pas une arme dangereuse?
  • Ah oui. J’ai aussi peur de ça comme du revolver.
  • Bien, vous êtes sous serment, monsieur Longval?
  • Ah oui, certainement. Je le sais. C’est aussi dangereux comme le revolver ce couteau-là.
  • Vous jurez que vous avez aussi peur de ce couteau comme d’un revolver?
  • Oui, monsieur.

Que l’objet en question ait été un couteau ou un canif multifonctions[i], Me Talbot avait réussi à démontrer la partialité du témoin quant à l’interprétation de l’arme.

Au cours du procès d’Ildège Blais, qui s’ouvrit le 7 novembre 1933 au palais de justice de Trois-Rivières devant le juge Aimé Marchand, c’est sur la description de l’arme du crime que les compétences du chef Longval furent mises à l’épreuve.

Précisons d’abord que l’arme utilisée par Ildège Blais dans le meurtre de son père était un pistolet automatique de marque Savage et de calibre .32. Pour être précis, un pistolet est une arme de poing comportant un chargeur et un mécanisme à culasse permettant le chargement automatique dans le canon d’une nouvelle cartouche après chaque pression de la détente. Le revolver, quant à lui, comporte un barillet rotatif contenant généralement six cartouches[1].

Mais avant d’en venir à ses connaissances sur les armes, Longval dut admettre avoir intercepté Blais à l’intersection de Tamarac et de la 5ème rue, entre 19h30 et 20h00. Cela nous portait à plus d’une heure après le drame. Pourtant, lors de l’enquête préliminaire, il avait parlé d’une vingtaine de minutes.

Au moment de procéder à la première fouille du suspect, Longval dira avoir trouvé sur Blais une boîte de cartouches de calibre .32. C’est seulement un peu plus tard au cours de cette même soirée, vers 21h00, que le chef se décida à procéder à une fouille plus complète. C’est à ce moment que le couteau tomba au sol lorsque Blais retira ses chaussures. Pourquoi ce délai entre ces deux fouilles? Le chef de la police de Shawinigan avait-il fait preuve d’imprudence ou d’incompétence? Et si Blais avait choisi de se servir de ce couteau après la première fouille?

Évidemment, le but du procès était de se concentrer sur un seul crime et non de mettre les policiers au banc des accusés. Tout de même, on peut se questionner.

Lorsque Longval décrivit sous serment la crise que Blais leur fit après la découverte du couteau, on serait en droit de se demander si l’individu était mentalement dérangé. Voilà qui rejoindrait d’ailleurs un commentaire que la mère de l’accusé émettra au moment de témoigner pour la défense.

  • Quand on a voulu le fouiller la deuxième fois, expliqua Longval, il était pas consentant qu’on le fouille. Il ne voulait pas. Il a fallu prendre des moyens.
  • Quels moyens avez-vous pris?
  • On l’a serré un peu. On l’a mis par terre.
  • De quelle manière se défendait-il? Qu’est-ce qu’il disait en opposition à vos fonctions?
  • Il se débattait, il ne voulait pas qu’on le fouille.
  • Parlait-il?
  • Très peu.
  • Alors, vous avez dû le serrer?
  • On l’a serré et on a pris les moyens pour le fouiller.
  • Dois-je comprendre que vous procédez de cette manière-là quand vous arrêtez quelqu’un?
  • Il faut prendre certains moyens des fois.

Au moment où Me Philippe Bigué, procureur de la Couronne, demanda au chef Longval de décrire l’arme du crime, certaines réponses peuvent aujourd’hui faire sourire.

  • Quelle espèce de revolver [sic] est-ce, d’abord?, demanda Me Bigué.
  • Automatique.
  • Qu’est-ce que ça veut dire automatique?
  • On a rien qu’à tenir le doigt sur la clanchette [sic], il marche continuellement.

Pour être précis, il décrivait là le mécanisme d’une mitraillette, dont la salve ne s’arrête que lorsqu’on relâche la détente ou que le chargeur soit vide. L’utilisation du terme « automatique » dans le cas du pistolet Savage, comme dans tous les autres pistolets modernes fabriqués depuis, pourrait porter à confusion. Si le terme désigne le fait que les cartouches s’engagent automatiquement dans la chambre après chaque mise à feu, incluant l’extraction de la douille, le terme semi-automatique serait plus approprié.

Heureusement, le juge Aimé Marchand s’était rendu compte de cette imprécision.

  • Autant de fois vous pressez la détente, autant de coups de feu qu’il y a de balles dans le magasin?, proposa-t-il au témoin.
  • Oui, justement, fit Longval.

Si Me Bigué crut bon de revenir sur l’imprécision entendu un peu plus tôt, le chef Longval démontra une fois de plus sa méconnaissance des armes.

  • Faut-il presser la détente à chaque coup pour en obtenir un coup?, lui demanda le procureur.
  • Vous voyez, à chaque fois qu’on tire une balle, le revolver fait ça.
  • À chaque fois que vous pressez la détente le revolver fait ça, le canon avance?
  • Oui, et la balle vide sort.

Le canon n’avance pas sur un pistolet; c’est la culasse qui recule.

En faisant répéter au chef Longval qu’il fallait presser la détente pour obtenir chaque tir, Me Bigué réduisait par la même occasion la vraisemblance de la théorie des tirs accidentels. Pour sa part, le juge Marchand avait fait ses devoirs car en dépit des imprécisions du chef on ne parlait pas ici d’un véritable mécanisme automatique comme sur une mitraillette.

Le contre-interrogatoire dirigé par Me Gariépy permit de faire ressortir certains détails quant à l’équipement de la police shawiniganaise. Entre autres choses, il fit dire au chef que lui et ses collègues utilisaient des armes de marque Savage mais surtout des Colt.

  • Est-ce que pour viser on se sert d’un revolver de la même façon dont on se sert d’une carabine?, questionna Me Gariépy.
  • Ah non. Ce n’est pas la même chose.
  • Quel est le principe avec une carabine? Je comprends que l’on vise, on fixe l’endroit, avec un revolver est-ce que l’on fixe l’endroit?
  • Pas aussi bien qu’avec une carabine.
  • De quelle façon procèdent les experts qui veulent viser avec un revolver?
  • Avec un revolver on n’est pas capable de viser. Quand on tire notre coup, le revolver relève.
  • Alors, avec un revolver est-ce qu’il y a une façon spéciale de viser?
  • Certainement.
  • Quelle est cette façon-là?
  • Ça, j’ai jamais pratiqué bien, bien, avec le revolver.
  • Vous êtes chef de police?
  • Oui.
  • Faites-vous pratiquer vos policiers des fois?
  • De temps à autres.
  • Quel est le principe qu’on leur enseigne pour bien viser avec un revolver?
  • Ordinairement, on tire comme ça.
  • Comme si vous montriez avec votre index?, intervint le juge.
  • Oui.

 

 

[1] C’est aussi le revolver, inventé par Samuel Colt, qui est habituellement utilisé pour les plus puissants calibres, tels le .357, .44 ou plus récemment l’impressionnant .500 S & W.

[i] Puisque Me Talbot a mentionné dans ces questions cette possibilité selon laquelle la couteau était aussi muni d’un tire-bouchon, on serait tenté de le voir comme un canif multifonctions plutôt qu’un simple couteau.

L’affaire Alfred Coulombe

IMG_20150422_101123~2~2
Alfred Coulombe, le 6ème pendu de la prison de Trois-Rivières.

Le 20 juillet 1932, Marie-Louise Paquin Valcourt, 47 ans, se dirigea en direction de la beurrerie de St-Léon-le-Grand vers 15h30. Plus tard, elle revint dans le rang St-Barthélémy, où résidait son ancien pensionnaire Alfred Coulombe. Celui-ci l’aurait interpellé pour avoir une discussion dont les termes ne furent jamais connus. Toutefois, l’altercation qui se produisit entre eux attira rapidement l’attention d’Édouard Houde, qui habitait la maison en face de Coulombe. Accompagné de son beau-frère, celui-ci tenta de les séparer mais son intervention lui valut un coup de poing de Coulombe dans l’estomac. Alors que Marie-Louise tentait de fuir en direction de la maison de Houde, Coulombe la rattrapa, sortit une barre de fer qu’il dissimulait dans son pantalon et se mit à la frapper violemment. À l’arrivée du premier médecin, la femme était morte. Peu de temps après son crime, Coulombe se mit à marcher à travers champ afin de se rendre à l’église de St-Léon pour se livrer au curé.

Le procès de Coulombe s’ouvrit le 26 octobre 1932 au palais de justice de Trois-Rivières devant le juge Aimé Marchand. La Couronne était représentée par Me Philippe Bigué alors que la défense de l’accusé était assurée par Me Rodolphe Beaulac et Me Émile Ferron de Louiseville. Puisque les transcriptions du procès ne semblent pas avoir survécu à l’épreuve du temps, il est bien difficile d’approfondir les détails de cette affaire. Toutefois, il m’a été possible de découvrir dans les archives de BANQ Trois-Rivières une enquête préliminaire qui avait opposé Marie-Louise et son futur meurtrier en 1928. Coulombe était alors accusé de s’être introduit par effraction dans le hangar des Valcourt pour y voler la voiture de marque Ford. À la lecture de ces transcriptions, on constate cependant qu’il est difficile de savoir qui était véritablement le propriétaire de cette voiture, car Coulombe réclamait apparemment en être propriétaire. De plus, une rumeur persiste encore à l’effet que Mme Valcourt aurait flirté avec Coulombe avant de le laisser tomber.

Quel était donc le mobile de ce crime odieux? Une vieille confrontation devant les tribunaux ou une histoire sentimentale qui a mal tournée?

Au terme du procès, le 28 octobre 1932, Coulombe fut reconnu coupable et le juge Marchand le condamna à la pendaison. Au matin du 20 janvier 1933, à 7h00, il devint officiellement le 6ème meurtrier à être pendu dans l’enceinte de celle qu’on appelle aujourd’hui la vieille prison de Trois-Rivières, devenue depuis un musée.

L’affaire Alexandre Lavallée

Maison d'Alexandre Lavallée située dans le 4ème rang à St-Étienne-des-Grès. (BANQ TR: dossier 2833, TP9, S3, SS1, SSS1)
Maison d’Alexandre Lavallée située dans le 4ème rang à St-Étienne-des-Grès.  C’est dans cette résidence que sa fille fut sauvagement assassinée en août 1926. (BANQ TR: dossier 2833, TP9, S3, SS1, SSS1)

En 1926, Alexandre Lavallée, un cultivateur de 72 ans, habitait une modeste maison située dans le 4ème rang de St-Étienne-des-Grès, à quelques kilomètres au nord-ouest de Trois-Rivières. Cette résidence, il la partageait avec sa fille Rose-Anna, dont le mari s’était absenté quelque temps sur un chantier ontarien.

Cinq ans plus tôt, Lavallée avait épousé Marie Garceau, veuve de Raphaël Pellerin, mais celle-ci vivait séparément de lui pour des raisons qu’on ignore.

Dans la matinée du mardi 10 août 1926, Lavallée et sa fille attelèrent leur cheval pour descendre au marché de Trois-Rivières afin d’y vendre leurs framboises. Pour l’occasion, Rose-Anna portait une robe de ville en soie rayée noire et blanche, des bottes rouges et des bas de laine. Vers 16h00, des témoins les virent revenir tout doucement à leur maison du 4ème rang.

Ce soir-là, cependant, Rose-Anna ne se présenta jamais chez le voisin Désiré Pellerin, où elle avait pourtant l’habitude d’aller veiller quotidiennement.

Vers 17h00, le vieux Alexandre fut aperçu en train de reprendre la route en direction de la ville. Cette fois, il était seul. Peu après, un jeune livreur se présenta sur la ferme mais découvrit sur la porte la présence d’un cadenas.

Vers 19h15, voyant que Rose-Anna ne venait pas leur rendre visite, les Pellerin s’étaient tranquillement mis au lit. Mais vers minuit, Désiré Pellerin fut soudainement tiré de son sommeil par un poing qui frappait à sa porte. En allant ouvrir, il se retrouva devant Alexandre Lavallée qui, quelque peu énervé, lui annonça la mort tragique de sa fille. Encore choqués par la nouvelle, les Pellerin acceptèrent de le suivre, ce qui fera d’eux les premiers témoins à entrer sur la scène de crime. Rapidement, ceux-ci constatèrent la présence du corps ensanglanté de Rose-Anna, qui reposait en travers de son lit. Le sang, projeté dans tous les sens, leur parut coagulé. On devinait la violence qui s’était abattue sur la pauvre femme âgée dans la jeune quarantaine.

Rapidement, le chef de la police de Trois-Rivières, Jules Vachon, fut contacté par téléphone vers 5h10 du matin. À 5h50, il débarquait sur les lieux en compagnie d’un constable. Vachon fut d’abord étonné de trouver le vieux Lavallée en train de ronfler tranquillement, vautré dans une chaise berçante, sa pipe tombée sur le plancher.

Le chef de police se dirigea ensuite vers la chambre de la victime pour mémoriser ses observations avant de se tourner vers les gens massés près de la maison afin de les interroger. Ainsi, il comprit qu’au moment d’être assassinée, Rose-Anna portait encore les vêtements qu’elle avait enfilés pour cette journée passé au marché de Trois-Rivières. Elle n’avait donc pas eu le temps de se changer après son retour à la maison, ce qui laissait croire que l’incident s’était produit peu de temps après 16h00, d’autant plus que les Pellerin ne l’avaient pas vu par la suite.

Maintenant convaincu par certains détails qui ne collaient tout simplement pas dans la version rapportée par Lavallée, sans compter qu’il nota du sang sur le visage et les vêtements de celui-ci, Jules Vachon le conduisit immédiatement au poste de police trifluvien.

Les journaux de l’époque ne rapportèrent pas tous les détails de l’affaire. Le Nouvelliste, qui en était à sa véritable première grande cause de meurtre depuis sa création en 1920, se garda bien de dévoiler immédiatement le nom du suspect numéro un. Mais déjà, semble-t-il, Vachon avait recueilli des aveux.

C’est à l’intérieur même de la résidence que l’enquête du coroner fut conduite par le Dr Henri Beaulac. Le Dr Pierre Millette de St-Étienne-des-Grès, qui avait examiné le corps de la pauvre femme, fut le premier témoin entendu. Il expliqua la présence de trois plaies : une au sommet du crâne, une autre sous l’oreille gauche et la troisième sous l’aile gauche du nez.

Les funérailles de Rose-Anna se déroulèrent le 13 août à l’église de St-Étienne-des-Grès. C’est sous bonne garde que son père y assista.

Au terme de l’enquête du coroner, Alexandre Lavallée fut reconnu criminellement responsable et le chef Vachon le confia alors aux soins de la prison commune de Trois-Rivières. Si le dossier judiciaire permet d’apprendre que le vieil homme était originaire de St-Aimé de Richelieu et qu’il habitait à St-Étienne-des-Grès depuis seulement 6 ans, il est assez difficile d’en apprendre davantage à son sujet.

Lavallée bénéficia rapidement des services de Me Jean-Marie Bureau, un avocat trifluvien qui allait laisser sa marque dans les annales judiciaires pour avoir été impliqué dans quelques-uns des plus retentissants procès de la première moitié du 20ème siècle à s’être tenus dans le palais de justice de la rue Laviolette.

Le procès d’Alexandre Lavallée s’ouvrit le 2 mars 1927 au palais de justice de Trois-Rivières devant le juge Aimé Marchand. Le Dr Rosario Fontaine, le jeune protégé du Dr Wilfrid Derome, fondateur de l’Institut médico-légal de Montréal, vint témoigner sur les blessures de la victime. Pour la première fois, Trois-Rivières avait droit à une démonstration des avancées de la science judiciaire car le Dr Fontaine avait procédé à des analyses réalisées sur une mèche de cheveux retrouvée dans la main de Rose-Anna et qu’il avait ensuite comparé à des cheveux prélevés sur la tête de l’accusé[1]. Ces deux enveloppes contenant ces pièces à conviction se trouvent toujours aux archives nationales (BANQ).

Lors de ma visite du cimetière de St-Étienne-des-Grès en 2011, ces vieilles épitaphes se trouvaient derrière l'église, mais aucune trace de la mémoire de Rose-Anna Lavallée ou de son assassin.
Lors de ma visite du cimetière de St-Étienne-des-Grès en 2011, ces vieilles épitaphes se trouvaient derrière l’église, mais aucune trace de la mémoire de Rose-Anna Lavallée ou de son assassin.

Finalement, Lavallée fut reconnu coupable et condamné à la peine capitale. Selon les journaux, il serait demeuré étonnement calme tout au long des procédures, au point de blaguer à l’occasion avec certaines personnes. De tous les pendus dans l’histoire de la vieille prison de Trois-Rivières, il semble avoir été le plus froid d’entre tous, demeurant pratiquement imperturbable jusqu’au moment où la trappe s’ouvrit sous ses pieds, aux petites heures du 12 août 1927. Une foule s’était massée autour de la prison, mais un mur de pierre leur empêcha de voir la scène. Les exécutions n’étaient plus tenues en public depuis déjà plusieurs décennies.

Le corps d’Alexandre Lavallée, 73 ans, fut apparemment réclamé par un ami non identifié qui avait promis de défrayer tous les frais reliés aux funérailles. On l’inhuma dans le cimetière de St-Étienne-des-Grès. Lors de ma visite des lieux en 2011, je n’ai trouvé ni l’épitaphe de Rose-Anna ni celle de son assassin.

La maison Lavallée du 4ème rang de St-Étienne-des-Grès, déjà mise en vente au moment d’être prise en photo pour les besoins du dossier judiciaire, fut ultérieurement détruite. On y retrouve maintenant une nouvelle habitation érigée sur le même terrain[2].


[1] Puisque la dernière affaire de meurtre dans la région remontait à 1911, c’est-à-dire avant la création de l’Institut médico-légal par le Dr Wilfrid Derome, il s’agissait donc d’une première pour Trois-Rivières, même si d’autres médecins agissaient également à titre de médecins légistes, comme ce fut le cas pour le Dr Georges Bourgeois dans les affaires Sclater en 1905 et Trépanier en 1911. Le Dr Bourgeois était un trifluvien et c’est d’ailleurs dans sa ville qu’il mourut en 1919.

[2] Par respect pour les propriétaires actuels, qu’on me pardonne de ne pas fournir l’adresse exacte.