Les Assassins de l’innocence

Introduction:

La présente série documentaire, qui paraîtra au cours des prochaines semaines, sera le résultat d’un travail de recherche combiné par les efforts de Eric Veillette, Annie Richard et Sophie Chouinard.

Étant donné la nature même du sujet, à savoir qu’il peut être évolutif dans le temps en raison de l’arrivée inattendue de nouvelles informations ou de tout autre évolution dans les dossiers, il sera difficile voire impossible de présenter une publication régulière de façon hebdomadaire. Pour ce faire, cette série sera qualifiée d’ouverte. Au cours des prochaines semaines, nous présenterons quelques cas afin de bien lancer le sujet. Par la suite, les dates de publication dépendront essentiellement des fruits de nos recherches ou alors de l’information que pourrait apporter le public. Ainsi, soyez assuré que les articles seront tout de même nombreux. Tout ce que nous ne pouvons prévoir, c’est leur nombre total.

En plus d’être le fondateur du blogue Historiquement Logique!, Eric Veillette est l’auteur de quelques livres qui se consacrent à l’étude exhaustive de dossiers judiciaires ayant marqués l’histoire du Québec. Quoiqu’il participe à cette série, il tient à rassurer son lectorat sur le fait que sa mission demeure la même, à savoir celle de se consacrer aux archives historiques. La présente série n’est donc pas une nouvelle orientation en matière d’écriture, et pour ce faire, il réfère le public – dans l’éventualité de nouvelles informations – à sa collègue Annie Richard. Cette chercheuse déterminée, est venue se greffer à Historiquement Logique! il y a maintenant plus d’un an. Elle a démontré son efficacité et sa sensibilité en publiant la série documentaire L’affaire Boudreau. Elle offre aussi son aide à plusieurs personnes qui souhaitent obtenir de l’information ou des documents sensibles. Sophie Chouinard, diplômée en archéologie, en est à ses premières armes dans le domaine de la recherche documentaire et de l’étude de dossiers judiciaires. Sa présence permettra d’apporter un regard neuf.

Tous trois, nous assumons le contenu des textes qui font partie intégrante de la série Les Assassins de l’innocence. Toutefois, les articles seront publiés en alternance sous nos trois noms, c’est-à-dire que certains articles seront publiés avec le compte d’Eric, d’Annie ou de Sophie, mais tous feront partie intégrante de la série.

Comme nous croyons que la chronologie est la méthode la plus facilement assimilable pour le lecteur qui cherche à mieux comprendre la nature de ces crimes, nous présenterons d’abord les différents cas de jeunes femmes et d’enfants assassinés au cours des années 1970 et 1980. Les faits rapportés sont directement tirés des documents légaux disponibles, c’est-à-dire les rapports d’autopsie, les casiers judiciaires, les enquêtes de coroner et dans certains cas les rapports d’enquête et dossiers de Cour. Nous ne nous basons sur aucun document produits par d’autres auteurs, éditeurs de contenu, etc. Nous ferons cependant exception dans quelques cas où nous avons eu recours, par exemple, à la revue de presse ou à des ouvrages de référence. Ceux-ci seront mentionnés en temps voulu.

Évidemment, nous n’avons pas l’intention de faire ou refaire le travail des policiers. Il faut admettre que nous ne possédons pas tous les outils mis à la disposition des enquêteurs des corps policiers municipaux ou provinciaux. Pour cette raison, nous resterons prudents dans nos propos puisque nos idées pourraient être faussées par des informations qui, pour le moment, ne sont pas à notre disposition. Notre seule intention est de rendre aux lecteurs les informations publiquement accessibles et de reconstituer ces faits qui, dans certains cas, sont en train de devenir historiques. Ainsi, il faudra voir nos articles comme le résultat d’une synthèse documentaire sur des faits historiques.

Après avoir présenté tous les cas que nous jugeons importants, nous étudierons quelques suspects potentiels. Pour certains d’entre eux, en particulier ceux qui sont toujours vivants et qui n’ont jamais été accusé de crime grave, nous utiliserons des pseudonymes. Aussi longtemps qu’une personne n’est pas officiellement accusée d’un crime elle a droit à sa vie privée.

Finalement, un mot sur le choix de notre titre. Le mot « innocence » évoque le sentiment de pureté qui devrait, selon nous, prédominer dans notre société. Un monde dans lequel l’innocence dominerait serait synonyme d’une société où il fait bon vivre, sans malice, et sans méchanceté. Mais ces hommes, ces assassins, qui, pour des raisons obscures, décident de s’attaquer à la pureté de nos femmes et de nos enfants, c’est aussi à notre innocence qu’ils s’attaquent. À cause d’eux, notre monde n’est pas ce qu’il devrait être. Vivre avec nos portes sans serrure, avec la confiance mutuelle de l’autre et nos enfants qui s’amusent dans le parc sans le moindre risque, devient une image utopique en présence de ces monstres.

Sans eux, notre société serait nettement différente et c’est pourquoi il faut éviter de banaliser ces crimes. Nous n’avons pas l’intention de proposer des solutions, ni même de dresser un portrait scientifique de la situation. Nous faisons seulement de notre mieux avec les outils mis à notre disposition afin de vous présenter les faits le plus méthodiquement possible.

Nous profitons de l’occasion pour remercier très sincèrement le personnel de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), que ce soit celui du bureau du Vieux-Montréal, de Trois-Rivières, de Québec ou de toute autre région concernée par nos enquêtes historiques. Merci également au Bureau du coroner du Québec pour sa transparence. Nous saluons également Pierre De Champlain, auteur spécialisé dans le domaine de l’histoire du crime organisé, dont les ouvrages seront cités en temps et lieu. Nous le remercions pour sa disponibilité à répondre à nos questions, en particulier dans un dossier qui nous tient à cœur et que nous présenterons la semaine prochaine.

Nous les remercions tous de leur dévouement et de leur travail qui nous est si précieux dans notre volonté de remettre au public ce dont il a droit.

Si vous croyez détenir de l’information pertinente relative à l’un ou l’autre des crimes cités ultérieurement, nous vous suggérons de communiquer sans délai avec la Sûreté du Québec ou le corps de police de votre municipalité. Si vous avez des cas particuliers à nous suggérer, il est possible de nous écrire par courriel à l’adresse suivante : historiquementlogique@hotmail.com (à l’attention d’Annie Richard).

Merci de votre présence!

Eric Veillette

Annie Richard

Sophie Chouinard

Publicités

L’ambiguïté des enquêtes de coroner

         Quand on a l’habitude de fouiller dans les enquêtes de coroner préservées aux archives de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), il nous arrive de croiser certains documents dont le contenu nous laisse plutôt perplexes.

Récemment, je me suis rivé le nez à l’une de ces enquêtes qui est, ma foi, plutôt brève. C’est d’ailleurs sa ridicule brièveté qui m’a convaincu de la numériser (voir photo).

La conclusion du coroner Cyrille Delage se lit seulement comme suit : « Il s’agit d’un incendie d’origine suspecte ». Une seule phrase qui ne dit, finalement, pas grand-chose. Il n’y a aucune précision quant à savoir si cet incendie a fait des victimes. Car, ne l’oublions pas, le rôle du coroner est d’intervenir dans des cas de morts suspectes.

Dans ce cas-ci, le fait de mentionner « origine suspecte » ne prouve rien. D’un point de vue historique, cela ne nous aide pas beaucoup à reconstituer les événements.

Les quelques rares informations contenues dans la partie supérieure du document nous indiquent cependant que l’incident s’est produit à Sainte-Marthe, dans le comté de Champlain, le 10 novembre 1976. On ajoute aussi que le bâtiment concerné appartenait à André Verret et Paul Sciacca.

Voilà! C’est tout.

Pour en apprendre davantage, il faut donc se tourner vers les journaux, et cela en se croisant les doigts.

Or, la page frontispice du Le Nouvelliste, paru le 10 novembre 1976, contient la photo d’un incendie survenu à Trois-Rivières sur la rue Sainte-Geneviève et qui projeté quatre familles à la rue. Évidemment, le lieu ne correspond pas.

Quelques pages plus loin, dans la même parution, on retrouve quelques phrases au sujet d’un incendie qui a coûté 4 000$ de dommages au chalet appartenant à un certain Gilles Landry mais qui était occupé par Gilles Ouellet. Ce bâtiment se situait au 225 Désilets à Sainte-Marthe-du-Cap. La nouvelle se terminait ainsi : « Mentionnons que personne n’a été blessé ».

Donc, à première vue, rien ne justifie une enquête de coroner. De plus, le nom du propriétaire ne correspond pas à ceux de Verret ou Sciacca. Il semble donc nécessaire de poursuivre l’enquête.

Une recherche sommaire via Google, puis un œil jeté dans le livre Histoire du crime organisé à Montréal de 1900 à 1980 (2014), par Pierre de Champlain, nous constatons qu’il existait un Paul Sciacca dans le milieu du crime organisé. En fait, selon la courte page Wikipédia qui lui est consacrée, Sciacca aurait été soupçonné en 1966 d’avoir participé à la tentative d’assassinat contre le fils de Joe Bonanno. Ce Paul Sciacca est décédé en 1986.

 

Article paru dans Le Nouvelliste du 11 novembre 1976 et résumant les faits entourant l’incendie de l’entrepôt Chevrotek. Est-ce que cette entreprise aurait appartenu à un membre de la mafia?

Finalement,  Le Nouvelliste du 11 novembre 1976 nous apporte d’autres réponses. Cette fois, il semble que ce soit le bon incendie. Il s’agissait donc de l’entrepôt Chevrotek situé dans le rang Red Mill à Ste-Marthe-du-Cap. On évaluait les dégâts à 40 000$. Cette entreprise se spécialisait dans « la production d’équipement servant à la construction de maisons. »

L’article ne fournissait pas les noms des propriétaires.

Est-ce le même homme qu’en 1976? Le Paul Sciacca du crime organisé aurait-il « brassé des affaires » dans un coin aussi perdu que le rang Red Mill? La présence de la mafia expliquerait-elle pourquoi l’enquête du coroner Delage a été incapable d’en dire plus? Et, surtout, pourquoi Delage s’est intéressé à un incendie qui, de prime abord, n’a fait aucune victime?

Évidemment, il m’est encore impossible de prouver que le Paul Sciacca de 1976 soit le même qui ait fait carrière dans le crime organisé.

Tout de même, cette petite recherche démontre à quel point un document qui nous paraît d’abord anodin peut nous mener loin dans la vaste aventure des hypothèses.

Louis-Georges Dupont: l’enquête de coroner

L’enquête de coroner sur la mort du policier Dupont, telle qu’on la retrouve encore de nos jours dans les archives de BAnQ.

Il y a 49 ans cet automne se déroulait l’enquête du coroner sur la mort tragique du policier Louis-Georges Dupont. Son corps, transpercé d’un projectile d’arme à feu, a été retrouvé dans sa voiture de service le 10 novembre 1969, à Trois-Rivières. Depuis cette date, on a eu droit à de nombreuses rumeurs, dont la plupart penchaient en faveur de la théorie du complot et de l’assassinat. Soulignons cependant que le verdict officiel, confirmé en 1996 par une commission d’enquête publique, reste le suicide.

Le 2 décembre 1969, c’est d’ailleurs ce verdict qu’établissait le coroner Marcel Chartier d’après les preuves présentées devant lui. Dans un article publié en 2014, Historiquement Logique revenait sur la question de l’aliénation mentale, dont faisait mention Chartier[1].

Depuis plusieurs années, Historiquement Logique redonne la parole aux archives judiciaires. Est-il encore possible d’apprendre des choses sur cette affaire en revisitant simplement les documents légaux?

Tout d’abord, l’enquête originale du coroner Chartier sur cette affaire se trouve toujours dans les contenants préservés dans la voûte de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).

Voyons maintenant de plus près certaines affirmations qui ont fait leur apparition au cours des années et qui, pour la plupart, tendaient à appuyer la version selon laquelle Dupont aurait été assassiné.

Les notes sténographiques : absentes ou jamais produites?

Parmi les questions soulevées, on a mentionné l’absence des transcriptions sténographiques, alors que des témoins se sont exprimés devant le coroner Chartier. Cette absence est-elle étrange ou non?

En fait, quand on effectue une recherche dans la boîte contenant les dossiers du coroner Chartier pour l’année 1969, on constate, par exemple, la présence de 49 pages de notes sténographiques dans une affaire concernant la mort de Mme Wilfrid Moreau. Celle-ci avait été tuée durant un accident de la route survenu à Batiscan le 8 février 1969.

Dans l’enquête concernant la mort de Manon Bordeleau, une fillette de 4 ans décédée alors qu’on l’avait laissé sans surveillance près d’une voie ferrée, on retrouve 36 pages de notes sténographiques. Le verdict du coroner : mort accidentelle.

Comme troisième exemple, Léo Arvisais est décédé lui aussi accidentellement le 5 décembre 1969. Encore aujourd’hui, on retrouve 49 pages de transcriptions à propos de l’enquête menée par le coroner sur les circonstances de son décès.

La question est de savoir s’il est normal ou non que la partie du dossier du coroner Chartier sur la mort de Dupont ne contiennent aucune note sténographique? D’abord, la question demeure, y a-t-il seulement eu un sténographe ce soir-là pour prendre en note les quelques témoignages entendus?

Comment expliquer cette absence de transcriptions? Parce que la mort de Dupont ne soulevait alors aucun soupçon? Que ses collègues se doutaient déjà, en raison de son comportement au cours de la dernière année, que Dupont était dépressif et que le suicide ne surprenait personne?

En effet, il semble plutôt rare qu’on retrouve des transcriptions sténographiques dans des enquêtes qui se sont soldées par des suicides. Il n’y aurait donc pas lieu de s’alarmer.

L’absence de ces notes est difficilement interprétable en faveur d’un quelconque complot puisque d’autres cas, qui n’ont suscité aucune controverse, ne contiennent plus aucune transcription. À titre d’exemple, il suffit de penser à l’incendie de 1966 qui a causé la mort de Mme Robert Alarie et de ses sept enfants[2]. Or, bien que Le Nouvelliste mentionnait à l’époque qu’il y avait bel et bien eu une enquête de coroner avec des témoignages (des photos de Roland Lemire du Le Nouvelliste en témoignent), et cela devant Marcel Chartier, le dossier ne contient aujourd’hui aucune transcription. On peut seulement y lire un verdict.

Comment doit-on interpréter ce constat?

En fait, faut-il interpréter les absences de documents par une hypothèse qui ne peut s’appuyer sur aucune preuve tangible ou argument solide? Évidemment, ce ne serait pas professionnel.

Avant la Loi sur les archives, apparue en 1983, la conservation des documents des organismes publics reste pratiquement impossible à interpréter. S’y risquer, c’est aussi s’y casser les dents. Par conséquent, l’absence des transcriptions dans le dossier Dupont ne prouve strictement rien.

L’absence de numéro de dossier

Chez les défenseurs de la thèse de l’assassinat, on a accusé le coroner Marcel Chartier d’incompétence parce qu’il n’avait pas rempli un espace situé dans le coin supérieur droit de son procès-verbal. Encore une fois, comment interpréter ce vide? Et, surtout, faut-il se risquer à l’interpréter?

Or, il suffit de repasser rapidement les autres enquêtes signées par Chartier contenues dans la boîte préservée à BAnQ pour constater qu’il n’a rempli cet espace que par un numéro séquentiel, de sorte que les documents se suivent dans un ordre croissant, suivant, semble-t-il, un agencement chronologique. De plus, on constate que cette habitude était aussi celle des coroners Cossette et Grégoire.

Pour être encore plus précis, on ignore qui a ajouté ce numéro séquentiel. Il est le résultat d’un crayon couleur qui ne correspond pas avec l’encre utilisé par Chartier pour signer le document. Ce numéro a donc pu être ajouté beaucoup plus tard.

Les délais entre l’incident et le rapport du coroner

La page couverture des transcriptions de l’enquête de coroner menée sur les circonstances entourant le décès d’André Ayotte prouve qu’il y a bien eu deux enquêtes le soir du 2 décembre 1969.

Est-il étrange de constater que l’enquête du coroner Chartier dans l’affaire Dupont ait été entendue le 2 décembre 1969, près d’un mois après la découverte du corps.

Encore une fois, il suffit de consulter d’autres enquêtes de l’époque pour constater la présence régulière d’un délai entre l’incident tragique et la tenue de l’enquête ou le dépôt du rapport. Par exemple, Mme John Asselin, 67 ans, est décédée d’une crise cardiaque le 11 septembre 1969. Or, le document d’enquête de Chartier a été signé le 10 octobre 1969.

Les exemples du genre pullulent.

Enquête sur la mort d’André Ayotte

Un dernier point controversé, celui de la possibilité qu’il y ait eu deux enquêtes de coroner au soir du 2 décembre 1969, l’une à la suite de l’autre. On a même parlé du fait que la personne décédée se nommait André Ayotte.

Lors de la Commission d’enquête publique accordée à la famille Dupont en 1996, le remorqueur Majoric Binette est venu témoigner à l’effet qu’au soir du 2 décembre 1969 il avait témoigné dans deux enquêtes, au point de dire qu’il avait passé « une bonne partie de la veillée » sur place. Or, les fils de Dupont prétendaient, jusque-là, ne jamais avoir vu Binette sur place. Ils niaient également la présence de deux enquêtes tenues le même soir. Bref, ils affirmaient avoir assisté à une seule enquête, celle de leur père.

Ce que les archives nous apprennent, c’est que Binette avait probablement raison. En effet, l’enquête de coroner sur la mort d’André Ayotte existe toujours et elle sommeille dans les boîtes du fonds des enquêtes de coroner préservé à BAnQ. On y retrouve d’ailleurs le témoignage de Binette enregistré en notes sténographiques. De plus, soulignons que les documents contenus dans cette boîte ont été versés à BAnQ en 1983.

Conclusion :

Quoiqu’on en dise, les archives judiciaires permettent de rectifier des faits ou de diminuer l’effet de certaines affirmations, même si celles-ci peuvent être répétées durant plusieurs années. En fait, plutôt que de reprocher au défunt coroner Chartier d’avoir été incompétent, on pourrait même affirmer qu’il présentait des rapports plus raffinés pour son époque. Contrairement à l’un de ses collègues comme le coroner Michel Lupien, qui a rempli sa part de documents à la main, ceux de Chartier sont tous écrit à la machine.

Il est toujours préférable de bien étudier les archives – évidemment lorsqu’elles sont disponibles – avant de se prononcer sur un cas particulier. En effet, ces documents ont encore une valeur légale de preuve.


[1] https://historiquementlogique.com/2014/10/25/laffaire-dupont-la-question-de-lalienation-mentale/

[2] https://historiquementlogique.com/2012/07/20/laffaire-alarie-et-le-coroner-marcel-chartier/

Octobre 70: la comparution des frères Rose (35)

Francis Simard

 

4 janvier 1971

Le premier témoin appelé ce jour-là fut Laval Perron, technicien pour la Sûreté du Québec. Il fut d’abord interrogé par Me Jacques Ducros de la Couronne. Il raconta s’être rendu au 5630 rue Armstrong pour y prélever des empreintes.

  • Pourriez-vous dire à monsieur le coroner les empreintes digitales de qui, après vérification, vous avez pu trouver à 5630 rue Armstrong?, questionna Me Ducros.
  • J’ai pu vérifier et examiner les empreintes de Jacques Rose, Paul Rose, Francis Simard et Bernard Lortie.
  • Est-ce que vous y avez aussi trouvé les empreintes de feu monsieur Pierre Laporte?

Quant à l’examen de la voiture à bord de la laquelle on avait retrouvé le corps de Laporte, Perron y avait trouvé l’empreinte du « majeur droit de Bernard Lortie à l’intérieur sur la vitre de la porte de devant ».  On lui laissera ensuite préciser qu’il s’agissait de la porte de droite.

Le témoin suivant fut Raymond Bellemare, capitaine à la Sûreté du Québec. Le 17 octobre, c’est lui qui avait trouvé le cadavre dans la voiture.

  • Est-ce qu’à cette occasion quelqu’un vous a remis un communiqué de presse?, lui demanda Me Ducros.
  • Oui, une personne qui s’est identifiée comme étant Michel St-Louis du poste CKAC Télémédia Québec m’a remis effectivement un communiqué.

Me Ducros lui présenta le communiqué en question afin de lui permettre de bien l’authentifier. Le document fut déposé en preuve sous la cote P-58.

  • Pourriez-vous lire à monsieur le coroner le texte de ce communiqué?
  • « Face à l’arrogance du gouvernement fédéral et de son valet, Bourassa, face à leur mauvaise foi évidente le FLQ a donc décidé de passer aux actes. Pierre Laporte, ministre du chômage et de l’assimilation, a été exécuté à 18h18 ce soir par la cellule Dieppe Royale 22e. Vous trouverez le corps dans le coffre du Chevrolet vert 9J2420 à la base de St-Hubert. Nous vaincrons. FLQ. Les exploiteurs du peuple du Québec n’ont qu’à bien se tenir ».  … Et, de plus, apparaissait un graphique indiquant où découvrir la voiture en question.
  • Et c’est bien à cet endroit-là que vous avez découvert l’automobile dans laquelle se trouvait le corps de monsieur Laporte?
  • Oui, Votre Seigneurie.

C’est ensuite qu’on appela Francis Simard dans la boîte des témoins.  Dès son apparition, il tenta un coup d’éclat en s’inspirant nettement du discours que Charles De Gaule avait fait à Montréal en juillet 1967, lançant « Vive le FLQ!  Vive le Québec libre! ».  Cette incartade fit aussitôt réagir le coroner Trahan.

  • Une minute s’il vous plaît, lança Trahan. Vous êtes en cour. Si vous voulez, vous allez répondre aux questions qui vont vous être posées, normalement.  Voulez-vous avancer dans la boîte s’il vous plaît?
  • Alors, fit le greffier, mettez la main droite sur l’Évangile…
  • Ah non!, répliqua Simard. D’après ce que je vois, comme l’armée est au Québec je me considère comme prisonnier de guerre. Tout ce que j’ai à donner c’est mon numéro : 42.  Je n’ai pas d’affaire à prêter serment.

Après que Me Ducros lui eut fait dire qu’il avait cinq avocats, dont Robert Lemieux, le greffier demanda à nouveau à Simard de mettre sa main droite sur l’Évangile afin de prêter serment.  Il s’avéra que seul Me Lamarre était présent.

  • Non, non, moi je n’ai pas de serment à faire.
  • Alors, intervint encore le coroner, avant de prendre cette décision-là, est-ce que vous préférez parler à Me Lamarre qui est votre avocat qui est ici présent?
  • Non, non.  Je n’ai pas d’affaire à parler à l’avocat, moi.  La Bible c’est bien que trop sérieux pour moi.  Je ne mettrai jamais la main là-dessus.
  • Peut-être que Me Lamarre pourrait aviser son client de ses droits et de ses obligations, monsieur le coroner, suggéra alors Me Ducros.
  • Ah, mes droits je les connais, répliqua Simard. Puis mes obligations je n’en ai pas. Les seules obligations que j’ai c’est vis-à-vis mes opinions révolutionnaires.
  • Alors, refusez-vous …?, commença le coroner.
  • Puis je les respecte.
  • …monsieur, de …?
  • Ah, je refuse.
  • … de prendre le conseil …?
  • Ah, je n’ai pas besoin de conseils.
  • … que va vous donner votre avocat, Me Lamarre?
  • Bien, je vous dis, la seule chose que je peux prendre c’est mon opinion révolutionnaire. Et, là-dessus, je n’ai pas d’affaire à prêter serment.  Je n’ai rien à dire icitte.  Absolument rien.
  • Alors, là, ce matin vous ne voulez rien dire?
  • Ah, pas rien que ce matin. Je n’ai rien à dire.
  • Très bien, monsieur. Retirez-vous.
  • Vivre le Québec libre! Vive le FLQ!
  • Vous m’impressionnez énormément, lança finalement Me Ducros.
Paul Rose

Le coroner se doutait-il que les complices de Simard agiraient de la même façon?  Quoi qu’il en soit, il se devait tout de même de laisser Me Ducros appeler le prochain témoin, Jacques Rose. En dépit de ce spectacle pathétique, il fallait laisser la chance au coureur.

Contrairement à son camarade, Jacques déposa sa main droite sur la Bible et jura de dire toute la vérité.  Mais lorsque le greffier lui demanda son nom, on eut droit à une autre boutade.

  • Votre nom?
  • En tant que prisonnier de guerre vous savez à quoi vous en tenir, je pense.
  • Voulez-vous donner votre nom, monsieur Rose, s’il vous plaît?, intervint Me Ducros.
  • Alors, quel est votre nom, monsieur Rose?, questionna le coroner.
  • Pardon?
  • Quel est votre nom?
  • Selon la Convention de Genève…
  • Je veux simplement, monsieur, je vous pose une question. Vous êtes un homme intelligent, je vous pose une question, je voudrais purement et simplement savoir votre nom.  Ce n’est pas un discours que je vous demande.  Je vous demande votre nom?
  • Regardez dans la bureaucratie, là, c’est marqué 54. Mon nom, mon pedigree…
  • Je vous demande …?
  • … au complet.
  • Je ne veux pas discuter longtemps avec vous.
  • Ah, moi non plus.
  • Je veux savoir si vous voulez donner votre nom ou pas le donner?

Me Ducros lui demanda ensuite s’il avait un avocat et Rose répliqua : « j’informe la Cour que j’ai fait appel à monsieur, Me Lemieux, l’honorable Me Lemieux, un gars honnête et humain avant tout ».

  • C’est Me Lemieux qui est votre avocat?
  • J’en fais, j’en fais la demande.

Après quelques courtes tergiversations, Me Ducros se montra direct dans une question.

  • Monsieur Rose, est-ce que je peux vous poser une question : qui a tué monsieur Pierre Laporte?
  • Ah, vous êtes un … oui, ça, remarquez que je n’ai pas à répondre.
  • Vous n’avez pas à répondre?
  • Vous refusez de répondre?
  • Je refuse de répondre là-dessus.
  • Alors, intervint encore le coroner Trahan, vous avez l’intention bien solide de ne pas vouloir parler ici aujourd’hui, répondre aux questions qui vont vous être posées?
  • Je demande à la Cour, là, la réouverture de l’enquête Turcot en 65…
  • On y verra après, répliqua Me Ducros.
  • … sur la mort de sept travailleurs du Québec qui ont été tués comme le caporal Dumas, de la même façon, par les gros millionnaires, les gros big shots.
  • Excusez une seconde, fit le coroner. Je ne crois pas que ça soit nécessaire aujourd’hui de faire des déclarations sur l’enquête Turcot.
  • Non, mais les enquêtes réouvertes ça dérange bien du monde.
  • On va finir celle-là, suggéra Me Ducros.
  • Surtout celle-là. Je pense que vous étiez impliqué là-dedans aussi.
  • Juste une seconde, monsieur, fit le coroner. Tout ce que je peux dire ce matin – et je le dis avec fermeté et courage – …
  • Ah, moi aussi, moi aussi.
  • Une seconde, s’il vous plaît, monsieur. La politesse ça existe en tous lieux et toujours.
  • Puis, ça, j’espère …
  • Je vous demande, monsieur, de vous taire!
  • J’espère que la Cour va être polie envers les accusés.
  • Voulez-vous vous taire une seconde!? C’est moi qui parle. Tout à l’heure on vous donnera la chance de parler. Sur l’échangeur Turcot, monsieur, j’invite – ce matin je n’en aurais pas parlé si vous n’en aviez pas parlé – j’invite le journaliste de Québec-Presse qui a écrit le petit article dimanche à venir …
  • Ah, on a déjà écrit là-dessus?
  • … à venir me voir…
  • Ça promet!
  • … à venir me voir puis je vais lui montrer, moi, qu’il était complètement dans l’erreur et qu’il s’adresse également à monsieur Giroux qui était un des chefs de la CSN à ce moment-là et qui a fait une déclaration à l’effet que c’était l’enquête la plus complète qui ne s’était jamais faite dans le Québec.
  • Ah, et de loin, et de loin. Ce n’est pas à cause de votre obscurantisme qu’il y a eu non-lieu sur cette cause.
  • C’est fini, fini, monsieur.
  • Sur cette enquête et probablement celle de Dumas.
  • Sur ce sujet-là, monsieur, c’est fini. Tout ce que je veux savoir de vous : voulez-vous rendre témoignage oui ou non, aujourd’hui?
  • D’après moi, vous faites partie de la crème verte qu’on appelle la pègre, la pègre gouvernementale.
  • Voulez-vous, monsieur, rendre témoignage aujourd’hui?
  • Je ne suis pas impoli, moi.
Jacques Rose

Sur ces réponses incorrigibles et presque incohérentes, le coroner demanda à ce qu’on escorte Jacques Rose hors de la salle.  Et tout comme Simard, celui-ci se laissa aller à son arrogance en lançant : « Vive les Québécois!  Vive les gars de Lapalme!  Vive les travailleurs du Québec! ».  N’en pouvant plus d’entendre ces balivernes, Me Ducros laissa échapper : « faites-moi sortir ça! ».

Le prochain témoin appelé fut Paul Rose. Encore une fois, sa comparution ne fut guère mieux que les autres. Tel un révolutionnaire convaincu et enragé, il déclara dès son entrée : « Le FLQ 70 n’est pas mort.  Vive le FLQ 71, 72 et le FLQ 70! ».  Terriblement patient, le coroner Trahan lui laissa tout de même une chance de présenter un témoignage honnête.  Paul commença par dire que Me Lemieux était son avocat, puis tout bascula à nouveau.

  • Monsieur Rose, commença le coroner avant d’être interrompu.
  • Je m’adresse à la salle, lança le principal suspect.
  • Une seconde, monsieur Rose. J’ai juste une question à vous poser parce que dans la province de Québec il y a encore des règles …
  • Dans le Québec.
  • … des règles à suivre devant les cours de justice. Monsieur Rose, est-ce que vous êtes prêt à rendre témoignage ou à ne pas rendre témoignage ce matin?
  • En 1970 …
  • Je vous pose juste une question.
  • En 1970 …
  • Je vous pose une question, monsieur Rose. Êtes-vous prêt à rendre témoignage ou à ne pas rendre témoignage?
  • …on s’est battu contre l’establishement.
  • Alors, s’il vous plaît, voulez-vous sortir monsieur Rose. Je conclus que vous ne voulez pas rendre témoignage.
  • On a visé juste et on a frappé fort.

On fit alors sortir Paul Rose, qui, à l’image de ses deux présumés complices, n’eut pas le temps d’en rajouter, au grand bonheur des membres de la cour du coroner.

  • Alors, monsieur le coroner, fit Me Ducros, vu la coopération de nos trois derniers témoins je demanderais un ajournement.
  • Tout ce que j’ai à dire à ce moment-ci c’est que j’espère que ce ne sont pas les membres du Barreau qui ont conseillé les témoins d’agir de la façon qu’ils viennent d’agir.
  • Moi aussi, monsieur le coroner, fit Me Ducros.

L’enquête fut donc suspendue avant de reprendre un peu plus tard avec le témoin Jacques Gaboury, détective de la Sûreté du Québec.  Il était l’un des policiers ayant participé aux arrestations de Simard et des frères Rose le 28 décembre chez Michel Viger à Saint-Luc.  Il s’était ensuite chargé de conduire Simard jusqu’au quartier général de la SQ à Montréal alors qu’il était accompagné de l’agent Marcel Vigneault. Michel Viger se trouvait également dans le même véhicule.

  • Par la suite, fit Me Ducros, au cours de la soirée, est-ce que vous avez eu l’occasion d’interroger ou de parler avec Francis Simard?
  • Le 28 au soir j’ai interrogé, en compagnie de l’agent Marcel Vigneault, j’ai interrogé Francis Simard.
  • Et est-ce qu’à ce moment-là celui-ci vous a fait certaines déclarations?
  • Exactement, il m’a fait une déclaration.
  • Est-ce qu’il vous a permis de prendre des notes au sujet de ce qu’il vous racontait?
  • Au sujet de ce qu’il racontait l’agent Marcel Vigneault écrivait au fur et à mesure ce qu’il racontait.

Lorsque Me Ducros lui demanda d’authentifier le document de la déclaration, le coroner demanda au témoin s’il avait d’abord, comme la loi l’exige, mis le suspect en garde. Gaboury acquiesça. Ainsi, il jura lui avoir expliqué qu’il n’était pas obligé de parler. Cette déclaration comportait 6 pages.

  • Bon, reprit Me Ducros. Qu’est-ce que monsieur Simard vous a raconté le 28 décembre 1970 à la suite de son arrestation?

Voici l’intégrale de cette déclaration, telle que lue par le détective Gaboury.

« Au mois d’octobre 70 j’ai fait un voyage au Texas », dit Gaboury en faisant lecture de la déclaration de Francis Simard.  « J’étais accompagné de madame Rose, Jacques et Paul Rose de même que la jeune Marie-Claire. Pour le voyage, nous nous sommes servis du véhicule de madame Rose qui est un compact jaune.  C’est en revenant que nous avons appris l’enlèvement de monsieur James Cross.  Nous l’avons appris par radio aux environs de New York, il était tard dans la soirée du 5 octobre 1970.  Sur le chemin du retour, dans un petit magasin aux États-Unis, nous avons acheté des montures de bois servant à modifier les carabines de modèle M-1.  Les deux montures en question coûtèrent environ 30$ chacun.  De plus, nous avons acheté le grillage supérieur au prix de 1.50$.  L’achat s’est fait à l’insu de madame Rose.  À notre arrivée à Montréal, nous nous sommes rendus à la maison de la rue Armstrong.  Madame Rose, mère de Paul et Jacques, est retournée chez elle. Le lendemain, ici à Montréal, j’ai acheté deux mécanismes de M-1 que j’ai montés par la suite. Enfin, suite à l’enlèvement de monsieur Cross par la cellule Libération, nous, la cellule Chénier qui comprend Jacques et Paul Rose, moi-même et Bernard Lortie comme stand-by avons décidé d’enlever Pierre Laporte, et ce pour surseoir la menace d’exécution qui pesait sur monsieur Cross qui n’était pas responsable du malaise québécois et forcer le gouvernement à négocier en enlevant l’une des têtes dirigeantes du parti Libéral, le tout en accord avec la cellule Libération pour garder Cross en vie.  Au moment de l’enlèvement, et à aucun autre moment, nous n’avons fait usage de drogues, calmants ou boissons pour commettre ces actes. Nous étions pleinement conscients de ce que nous faisions et pourquoi nous le faisions.  Le jour de l’enlèvement nous avons téléphoné et vérifié plusieurs fois chez les Laporte.  Finalement, le sachant dehors, nous nous y sommes rendus et là Jacques et Paul Rose de même que Bernard Lortie et moi-même l’avons enlevé. Jacques conduisait l’auto de marque Chevrolet. Bernard était assis sur la banquette avant avec lui tandis que j’étais à l’arrière avec Paul. Sur les lieux, Paul et Bernard sont descendus pendant que je surveillais avec la carabine M-1 par la vitre arrière.  Paul avait l’autre arme.

Par la suite, nous nous sommes dirigés vers la maison de la rue Armstrong.  Le soir du 10 octobre 1970, je me suis rendu chez Francine, elle travaillait de nuit et j’ai couché là quand même.  Les trois autres sont demeurés avec monsieur Laporte.  Le dimanche, soit le lendemain, je suis retourné à la maison et Paul, Jacques et Ben y étaient.  Vers le milieu de la semaine je suis sorti à nouveau pour livrer un communiqué.  C’était une lettre de Pierre Laporte qui n’est jamais parvenue d’ailleurs.  À ce moment-là Paul était sorti et nous ne pouvions pas revenir, il ne pouvait pas revenir parce qu’il était suivi.  À la maison, il y avait toujours Bernard et Jacques.

Durant l’après-midi du vendredi j’étais à la maison de la rue Armstrong avec Jacques Rose et Bernard quand Laporte a brisé une vitre en lançant un oreiller et il a tenté de sauter par la fenêtre.  Il s’est coupé à un poignet de même qu’à la paume de l’autre main et sur l’abdomen. Aux membres, nous lui avons fait des garrots et à l’abdomen un pansement humide.  Il pleurait et voulait qu’on le conduise à l’hôpital.  Il n’en était pas question et nous l’avons installé sur le divan dans le salon.  Un peu plus tard il semblait bien.  Un peu plus tard Bernard est parti pour ne plus revenir.  Quant à Paul il est revenu le même soir.  Le lendemain, soit le samedi, vers 17h30 ou 18h00, tous les trois, Jacques, Paul et moi-même avons étouffé Pierre Laporte avec la chaîne qu’il portait à son cou depuis sa détention. On est trois responsables.  On savait ce qu’on faisait et, politiquement parlant, nous devions le faire et on l’a fait.  Le même soir, Jacques et Paul se sont dirigés vers Wan-Del Aviation pour le … avec le Chevrolet et le corps de Laporte dans le coffre arrière.  J’ai suivi dans l’auto blanche que nous possédions.

Après avoir abandonné l’auto et le corps nous nous sommes dirigés vers la route 3 puis vers Longueuil en passant par le Chemin du Tremblay.  Près de l’aréna Jacques-Cartier j’ai moi-même jeté les carabines M-1 que j’avais mis dans un sac de toile.  J’ai moi-même, j’ai monté moi-même ces armes et je reconnais mon travail sur les armes que vous avez en votre possession.  Par la suite, nous nous sommes rendus à Longueuil où nous avons abandonné l’auto pour nous rendre à Montréal par autobus.  Là, nous nous sommes rendus chez Francine Bélisle qui ignorait tout de cette affaire, de même que ceux qui habitaient avec elle.  Ne voulant pas impliquer personne par mes déclarations en dehors de la cellule je termine ici.

Simard reconnut avoir parlé sans menace ni promesse, mais il refusa de signer sa déclaration. Les deux armes dont il était question se retrouvaient maintenant devant Me Ducros. Elles avaient été modifiées par Simard et retrouvées à l’endroit qu’il avait indiqué.

Gaboury raconta ensuite que le 29 décembre, au lendemain des arrestations, il avait visité un lieu stratégique en compagnie de Simard.

  • Le 29 décembre 1970, soit le lendemain de cette déclaration, Francis Simard nous a accompagné et dirigés pour une visite de reconnaissance des lieux à partir du moment de l’appel téléphonique qui a été placé d’une boîte sur la rive sud à Saint-Lambert en face du 1430 de la rue Saint-Charles, dont le numéro de téléphone de la boîte est 677-0193.
  • Avec qui étiez-vous à ce moment-là?, demanda le coroner.
  • J’étais accompagné de l’agent Marcel Vigneault.
  • Pourriez-vous relater au coroner tous les endroits, tous les lieux qui vous ont été indiqués à l’occasion de cette visite par … Tout ce qui vous a été indiqué par Francis Simard?
  • De ce restaurant qui se nomme le restaurant Mike qui est sur la rue Saint-Charles, Francis Simard nous a demandé de continuer vers, sur la route 3, sur la rue Saint-Charles en direction ouest, de tourner à gauche sur la rue Tiffin et ensuite à droite sur la rue Robitaille et il nous a fait immobiliser en face de la demeure de monsieur Laporte au 725 de la rue Robitaille. Il nous a dit que c’était en face de la maison à l’endroit même où nous étions immobilisés que monsieur Laporte a été vu et enlevé.  De là, ils sont partis en direction ouest, ils ont tourné à gauche sur la rue Mortlake en direction sud.  Ensuite, ils ont tourné encore à gauche sur la rue Smiley en direction est et ensuite à droite sur la rue Tiffin en direction sud puis, en se dirigeant vers Ville LeMoyne ou Saint-Lambert à ce moment-là, ils ont tourné à gauche sur la rue St-Joseph.  Et là Francis Simard nous dit qu’il a débarqué de l’automobile à l’intersection de Saint-Joseph et boulevard Taschereau en face du restaurant Café Doric à 1350 Taschereau, Longueuil.  De cet endroit Francis Simard a quitté les lieux pour revenir à Montréal en allant prendre un taxi de l’autre côté du boulevard Taschereau.  Par la suite, nous nous sommes rendus, accompagné également de Francis Simard et de monsieur Vigneault, en face du 5630 de la rue Armstrong à Saint-Hubert.  Après la mort de monsieur Laporte, Francis Simard nous indiqua le chemin qu’ils ont parcouru avec le cadavre de monsieur Laporte dans la valise de l’automobile Chevrolet.  Ils sont partis de cet endroit, Jacques et Paul Rose, Jacques Rose conduisait l’automobile Chevrolet, il était accompagné de Paul Rose.  Et Francis Simard était dans une autre automobile en arrière, une petite automobile Acadian blanc.  Ils sont partis sur la rue Armstrong en direction sud, ils ont traversé le chemin de la Savane, ils sont tournés en direction ouest, soit en direction de Saint-Hubert ou de Longueuil, sur le Chemin de la Savane et au coin ils se sont arrêtés.  L’Acadian blanc conduit par Simard s’est arrêté sur la route pendant que la Chevrolet continuait son trajet en entrant sur le terrain de stationnement de Montreal Flying Club.  Et là Francis Simard a attendu Jacques et Paul Rose qui sont revenus à pied.  Paul Rose a pris le volant de l’automobile Acadian blanc et ils ont, ils sont revenus sur le Chemin de la Savanne, ils ont tourné à droite en direction de Boucherville, ensuite rendu … ils ont emprunté, ils ont tourné à gauche en direction nord sur la rue Montarville en direction de Boucherville encore puis ensuite ils ont emprunté le Chemin de Touraine en tournant à leur gauche pour revenir vers Longueuil.  Ils ont passé au côté du ciné-parc de Boucherville, en arrière du ciné-parc cet quand ils arrivent ils arrivent dans Longueuil par le Chemin du Tremblay.  En passant en face de l’aréna, à environ mille pieds de l’intersection du boulevard Jacques-Cartier et du Chemin Du Tremblay, Francis Simard m’indique approximativement l’endroit où il a jeté les deux carabines M-1 et il nous invite à continuer notre route sur ses indication et il arrive dans Longueuil.  Ils tournent à gauche sur la rue Barthelemy puis ils tournent à droite à une autre intersection sur le Chemin Chambly direction nord et là ils tournent à gauche sur la rue LeMoyne en direction ouest, ils tournent à gauche sur Chateauguay, ils tournent à droite sur la rue Perreault, ils tournent à droite sur d’Iberville et stationnent l’automobile sur cette rue en face du 319.  De là, ils se rendent à pied à une intersection coin Joliette et Lemoyne où ils prennent l’autobus pour revenir à Montréal et se rendre à Queen Mary Road.

Le témoin suivant fut Marcel Vigneault, agent de la SQ, qui corrobora entièrement le témoignage de son collègue Gaboury.  Il ajoutera cependant que Simard avait pris le temps de relire sa déclaration après que Vigneault l’eut écrite.

Finalement, on appela Raymond Bellemare, capitaine à la SQ.  Le 30 décembre, celui-ci s’était rendu à la maison du 3630 rue Armstrong vers 16h30 en compagnie du sergent Sainte-Marie.

  • Ce dernier m’informa qu’il avait reçu une information de Paul Rose à l’effet que dans le grenier ou entre le plafond et la toiture on pourrait trouver deux crosses de fusil-mitrailleur M-1. Et l’endroit pour s’y introduire se trouvait un garde-robe ou placard. Il y avait une ouverture d’à peu près deux pieds carrés.  Je me suis glissé entre la couverture et le plafond et en fait j’ai trouvé les deux crosses de M-1.

Ces deux crosses d’arme à feu furent déposées en preuve sous la cote 59. Le témoignage du capitaine Bellemare permit également de comprendre qu’au sujet du trajet, les déclarations de Lortie et Simard concordaient.

À la fin de cette journée du 4 janvier 1971, le coroner Jacques Trahan livra sa conclusion en ces termes :

  • L’enquête qui se termine avait pour but exclusivement la recherche et l’étude des circonstances qui ont entouré la mort du ministre Pierre Laporte, survenu le ou vers le 17 octobre 1970. Nous sommes satisfaits après avoir entendu les médecins-légistes que monsieur Laporte est décédé d’une mort violente et nous sommes d’opinion que messieurs Paul Rose, Jacques Rose, Francis Simard et Bernard Lortie devraient être tenue criminellement responsables de cette mort.  Conformément aux prescriptions de l’article 448 du Code criminel, nous ordonnons donc que ces personnes soient mises sous garde et conduites, sans délai, devant un juge de paix.  … À l’enquête instituée à Montréal, par moi, coroner du district judiciaire plus haut mentionné, au sujet de la mort de Pierre Laporte, 49 ans, en son vivant domicilié à 725 rue Robitaille, Saint-Hubert, district de Montréal, survenu à Saint-Hubert, district de Montréal, le 17 octobre 1970, et après avoir entendu les témoignages, il appert que la mort de la personne précitée est survenue dans les circonstances suivantes :  la victime a été enlevée et séquestrée, et, selon les constatations d’autopsie, le décès doit être attribué à un processus d’asphyxie aigüe par strangulation au lien.  … Le lien était une chaînette scapulaire qui entourait encore le cou de la victime au moment où le corps fut découvert dans la malle d’une voiture automobile, le 17 octobre 1970. Cette enquête établit que la mort est due à un processus d’asphyxie aigüe par strangulation au lien.  Et qu’à mon avis il y [a] eu crime, que les faits qui le constituent sont ceux décrits ci-dessus et que le nom du ou des auteurs présumés sont : Paul Rose, Jacques Rose, Francis Simard et Bernard Lortie.

 

Octobre 70: fin de course pour les fugitifs (34)

Le juge Jacques Trahan dans la cachette ayant abrité les fugitifs Francis Simard, ainsi que les frères Jacques et Paule Rose.

28 décembre 1970

C’est au matin du 28 décembre 1970 que les frères Jacques et Paul Rose, ainsi que Francis Simard, furent arrêtés à Saint-Luc, au 114 du rang Grands Prés. Cette cachette était sous surveillance policière depuis déjà plusieurs jours. Le 6 novembre, les trois fugitifs les plus recherchés au pays avaient échappés aux fouilles grâce à la cachette qu’ils avaient construite dans un placard. Cela n’avait qu’allonger l’attente de leur comparution. Maintenant, ils allaient devoir répondre de leurs actes.

Le propriétaire de la maison de Saint-Luc, Michel Viger, un vendeur d’assurances de Longueuil âgé de 30 ans, a « été forcé de dire où était le repaire après que les agents descendus dans la cave près de la fournaise eurent entendu un toussotement à travers le mur »[1]. Viger aurait déjà été détenu par les policiers en rapport avec la crise sociale.

Le lendemain, 29 décembre, la cour du coroner Jacques Trahan se réunit pour recevoir les journalistes. Trahan remercia les journalistes d’avoir suivi ses dernières recommandations. Il se dit également prêt à reprendre les travaux maintenant. Sur ordre de Me Jacques Ducros, on fit alors entrer Hélène Quesnel et Louise Verreault, toutes deux détenues en lien avec cette enquête.  Me Robert Sacchitelle représentait les intérêts de Louise Verreault. Hélène Quesnel, apparemment accompagnée de sa mère, expliqua avoir demandé les services de Me Mergler mais sans avoir eu de ses nouvelles. Me Ducros se chargea lui-même de le mettre au courant.

  • En attendant que les autres personnes qui doivent comparaître cet après-midi comparaissent, expliqua le coroner, je tiens à inviter les journalistes à se rendre à St-Luc demain après-midi à 14h30 alors que moi-même je me rendrai à cette endroit pour visiter les lieux. La seule chose que je vous demande c’est d’être fidèles au règlement que nous allons établir pour que tout se fasse dans l’ordre. Je suis assuré d’avance de votre coopération et en agissant ainsi nous pourrons travailler dans le bien-être et la paix pour le plus grand bien de la société.

On appela les témoins Robert Dupuis, Claude Larivière et Michel Viger.  Ils étaient tous détenus, eux aussi, en vertu d’un mandat du coroner.  Le juge Trahan les informa qu’ils allaient devoir se présenter aux audiences du 4 janvier 1971.

  • Monsieur le coroner, fit Me Ducros, nous avons trois nouveaux témoins, Paul Rose, Jacques Rose et François Simard. Paul Rose étant dans le box des accusés. … Est-ce que vous avez un avocat, monsieur Rose?
  • Non, j’ai un conseiller, répliqua Paul Rose.

S’ensuivit alors un échange intéressant. Après que le coroner ait demandé à ce que tout le monde ne parle pas en même temps, il s’ensuivit ceci :

  • Un instant s’il vous plaît, fit le coroner. Alors, vous êtes détenu suivant un mandat que j’ai signé…
  • Ah! Oui, par Choquette, répliqua Paul Rose.
  • Non, c’est moi-même qui l’ai signé.
  • Ha! …
  • Alors, lundi matin, vous vous présenterez devant moi pour la continuation de l’enquête dans l’affaire Laporte, de monsieur Laporte et vous pourrez être appelé comme témoin à ce moment-là. Alors, pour aujourd’hui, c’est la fin.
  • Le show est fini, répliqua Paul Rose. C’est ce que vous voulez dire?
  • Si vous voulez être poli, monsieur, on va être poli avec vous.
  • Ah! Oui.
Michel Viger

Lorsqu’on s’adressa ensuite à Francis Simard pour lui demander s’il avait un avocat, celui-ci répliqua qu’il n’en voulait pas. Quant à Jacques Rose, il répondra « non, ce n’est pas nécessaire, je n’en ai pas fait la demande ».

Me Bernard Mergler s’opposa ensuite à la détention de Clément Roy, affirmant qu’il n’avait toujours pas vu de ses yeux le mandat en vertu duquel on le détenait depuis maintenant huit jours. On le référa alors aux archives parce que ce mandat existait bel et bien.

  • Tout ce que je peux dire sur monsieur Roy, lança Me Ducros, c’est que c’est une des personnes qui a permis à trois témoins importants contre lesquels vous avez émis des mandats le 5 novembre d’échapper à la justice pendant une période de plus de huit jours, pour employer un terme …
  • C’est une affirmation un peu gratuite, rétorqua Me Mergler, vu qu’il n’y a pas d’accusation contre lui.
  • J’en ferai la preuve lundi ou mardi.
  • Alors, intervint le coroner, si vous voulez, nous allons remettre à lundi. Lundi, vous pourrez renouveler votre demande et à ce moment-là nous connaîtrons peut-être plus de faits qui pourront nous aider à rendre une décision…
  • Juste et équitable, compléta Me Mergler.
  • Comme toujours, répliqua le coroner. La séance est levée.

[1] Michel Auger, « Un toussotement a forcé Michel Viger à indiquer le repaire du trio Rose-Simard », La Presse, 29 décembre 1970.