La marâtre: les années d’incarcération (2/5)

Victor Cavendish, duc du Devonshire, était Gouverneur Général du Canada au moment où il fallut décider du sort de Marie-Anne Houde. C’est à lui que la marâtre doit la vie, puisque sa sentence de mort a été commuée en emprisonnement à vie 48 heures avant sa pendaison.
Cavendish s’est éteint en 1938, soit deux ans après la marâtre.

Le 17 septembre 1920, moins de deux semaines avant la date prévue pour l’exécution de la marâtre, Robert Bickerdike, grand défenseur de l’abolition de la peine de mort et président de la Canadian Prisoners Welfare Association (ci-après la CPWA), réécrivait au ministre de la Justice, Charles Doherty. La lettre était accompagnée d’une pétition contenant des signatures provenant de toutes les classes de la société. Les signataires étaient d’avis que Marie-Anne Houde n’était peut-être pas saine d’esprit. Décidément, les auteurs de ce commentaire n’avaient pas assisté au procès. Ils auraient sans doute vu à quel point la théorie de la défense ne tenait pas la route.

Cette pétition, qui s’échelonne sur 28 pages, englobe des signataires de Longueuil, de Saint-Lambert, de Montréal, d’Outremont, de Westmount, et même d’Edmonton (Alberta). Pour la majorité, on l’aura deviné, ce sont des canadiens anglophones. Pourquoi les anglophones se sont-ils sentis aussi interpelés par la cause de la marâtre si ce n’est, peut-être, à cause de leur militantisme plus avancé que les Québécois en matière d’abolition de la peine de mort?

Le 22 septembre, Robert Bickerdike réécrivit au ministre Doherty pour lui envoyer une autre partie de la pétition, à croire que les membres de la CPWA s’étaient investis à récolter des signatures tout au long du mois de septembre.  On prit la peine de souligner que le révérend Henderson, principal représentant de l’Église méthodiste au Canada, avait pris la responsabilité de ces pétitions.  Bickerdike soulignait que « dont you think, sir, it would be something awful to hang this woman while she is still nursing those twins? ».

On a vu dans le premier article de cette série à quel point on se servait de l’argument selon lequel Marie-Anne Houde avait deux jeunes bouches à nourrir. Rapidement, cet argument s’est retrouvé dans la bouche de tous ceux et celles qui se prononcerait en faveur de la commutation de peine. La marâtre elle-même finirait par l’englober à son propre discours, comme nous le verrons bientôt.

Le 24 septembre 1920, c’est Madame J. A. Beaubien, une résidente du 51 Claire-Fontaine à Québec, qui s’identifiait elle-même comme « une mère de famille de Québec », qui se permit d’écrire au ministre. Cette lettre dactylographiée, je la reproduis ici dans son intégralité avec ses erreurs :

Dans huit jours Québec aura à enregistrer dans ses annales de 1920, la pendaison d’une femme, une mère de famille, la femme Gagnon.

N’est-ce pas quelque chose qui porte à la répulsion et qui fait passer dans tous les membres de chaque individu ce frisson glacial dont on se désempare difficilement. Cette pauvre misérable meurt déjà à chaque lever du jour, lorsque le soleil lui annonce une journée de moins à vivre par la pensée de la date finale de son existence.

Son crime a été odieux vous allez me dire, en faisant mourir à petit feu la petite martyre que l’on ne pourra jamais oublier.  J’en conviens, et c’est en mémoire de cette enfant que j’admets que toute âme bien née doit vouloir à son ou plutôt ses bourreaux, un châtiment bien mérité, sans pour cela rendre le mal pour le mal en enlevant la vie.

Nous vivons dans une province essentiellement catholique, et du haut des chaires de vérité, l’on entend sans cesse ceux qui nous dirigent développer les paroles de Dieu : « Tu rendras le bien pour le mal; Tu donneras si tu veux être pardonné ». Dieu a dit aussi; « Tu ne tueras point ». Il n’a pas dit : « Tu tueras celui qui aura tué ».

Enfin, dans notre pays comme dans bien d’autres que l’on dit civilisés, la loi veut la peine de mort, alors je m’incline devant elle tout en demeurant réfractaires de conviction. Seulement, il m’est bien permis de crier contre l’injustice apparemment commise, lorsque le compagnon de vie de la condamnée jouit de l’esistence [sic] au pénitencier, et qui, après avoir juré à l’autel de la protéger contre le mal, non seulement pour servir ses intérêts personnels, mais pour la sauvegarder elle-même, n’a pas su crier vengeance en présence de semblables cruautés infligées à son enfant propre, avant même qu’ellesf[1] fussent poussées jusqu’au crime.

On lui laisse la vie à cette brute de haute stature en face d’une femme de taille plutôt dérisoire (on a prétexté crainte pour la sauver) et n’était-ce pas lui qui devait la ramener à la raison et lui faire reconnaître son erreur lorsqu’en revenant de son travail, il trouvait la chair de sa chair couverte de plaies hideuses?

N’était-ce pas lui qui devait compren– sain de santé, n’ignorait pas dans quelle situation était sa femme? N’était-ce pas lui qui devait comprendre que par l’œuvre de Dieu les nerfs de cette femme étaient plus que jamais surrexcités [sic], alors qu’il aurait dû lui enlever sa proie et la placer en lieu sûr à l’abri de toute attaque? Il a cessé de frapper lui-même parce qu’il constatait que l’enfant devait en recevoir assez de sa belle-mère.

Je n’ai pas à refaire le procès du père à qui l’on a donné la liberté de vivre, j’admire plutôt son avocat, digne défenseur, dont l’éloquence aurait dû tout aussi bien toucher les jurés dans le cas de sa cliente; mais, s’il doit y avoir justice faite, que ce soit justice égale, et si le père de la victime a le droit de vivre, qu’il en soit ainsi de la pauvre désiquilibrée [sic].

Pouvons-nous compter bien des familles qui n’ont pas eu à souffrir de la non-responsabilité de la mère en temps importuns, que ce fut causé par l’excès de travail, l’absence de force physique, ou l’abattement complet du moral par la venue trop rapprochée d’un grand nombre d’enfants?

Que de mères sous l’œuvre de la création, ont eu à déplorer par la suite, la souvenance d’impatiences sans nombre parfois poussées à l’excès par plusieurs d’entre elles à l’égard de leur propres enfants.  Elles avaient peine à se reconnaître elles-mêmes tant leur nature était transformée; de même cette pauvre malheureuse a agi sous l’effet d’une dépression mentale.  Heureuses sont les familles pour qui ces moments regrettables n’ont été que passagers, tandis que bien d’autres se sont vues forcées de confier aux asiles ces pauvres mères qui ne devaient plus compter au foyer.

Il n’y a certainement pas de rapprochement à faire avec les monstruosités dont la femme Gagnon s’est rendu coupable, mais si l’on considère combien souventes fois ces humeurs massacrantes se sont faires sentir chez des personnes bien douées au point de vue du sens moral, on peut s’expliquer cette espèce de barbarie chez celle dont l’esprit est demeuré inculte; de son état normal à la folie, il n’y avait qu’un pas à faire, et c’est ainsi que cette femme, avec un sang-froid qui ne se rencontre que chez des dépourvus de toute lucidité d’esprit, a pu voir de ses yeux pendant des mois, les plaies qui résultaient des coups administrés par elle sur cette chair d’enfant qui demandait grâce.

Tout comme son défenseur, je plaide folie momentanée, et au nom de toutes celles qui ont eu à subir plus d’une fois les angoisses de la maternité, j’implore pour l’existence de la condamnée.  À l’exemple de Dieu qui lui pardonne il y a déjà longtemps, qu’on lui laisse ce qu’Il a laissé à l’humanité condamnée à mourir; l’incertitude de l’heure et [du] jour, qui une fois connus, fait de l’attente de la mort, la pire torture morale.

On dit que Québec ne s’est pas montrée favorable à la requête en faveur de la commutation de la peine de mort, à en juger par la feuille qui est restée presque blanche.  Si ceux ou celles chargés de la produire ont brillé partout par leur absence, comme il en a été fait auprès de moi et de mon entourage, il n’y a rien d’étonnant que l’on n’en ait retiré que de l’insuccès.

J’aurais été heureuse ainsi que bien d’autres de signer une requête aussi humanitaire.

J’espère encore, et je crois être l’interprète de la majorité des femmes de Québec en implorant pour celle qui aurait pendant toute sa vie au pénitencier, le remords d’avoir fait d’un de ces anges que Dieu nous envoie, la petite martyre que fût Aurore Gagnon.

Pitié pour ceux à qui elle a donné le jour sous les murs d’une géole.  Que le souffle de vie qu’elle leur a inculqué lui soit transmis et qu’elle vive!

Une mère de famille de Québec.

Extrait du bottin Marcotte pour la Ville de Québec, 1920.

Difficile de rester sans commentaire devant cette lettre d’une autre époque. Tout d’abord, en vérifiant l’annuaire Marcotte de la ville de Québec, on constate que l’auteure de cette missive disait la vérité quant à son identité. Selon l’annuaire, à l’adresse 51 de la Claire-Fontaine, on retrouvait « Beaubien J. A., Lt-Col. 9e Regt. ».  La « mère de famille » était donc une épouse de militaire.

Selon le Guide des sources pour les unités du Corps expéditionnaire canadien, produit par Bibliothèque et Archives Canada (BAC), le Lieutenant-Colonel J. A. Beaubien a commandé le 5e Bataillon de la garnison Canadienne. Ce régiment a été créé en avril 1918 dans le District Militaire 5 avant d’être démantelé le 30 septembre 1919.  Beaubien était certes un militaire de carrière puisqu’on croise son nom en 1904 alors qu’il donnait sa démission avec plusieurs autres comparses pour des raisons que, toutefois, nous ignorons[2].

On aura aussi compris qu’il faut être prudent envers le discours religieux. Il est toujours risqué d’appuyer ses propos en citant la Bible, ce recueil de 72 livres différents qui sont loin d’être des documents de référence en Histoire. Certains de ses arguments prouvent aussi qu’elle n’a pas assisté au procès. D’autre part, son opinion contre la peine de mort reste respectable en comparaison aux autres lettres contenues dans le dossier judiciaire.

C’est aussi le 24 septembre qu’une lettre inusitée fut adressée au ministère de la Justice. Elle portait cet en-tête peu banal: « Professor Wm. H. Maccabee, Occult Investigator of Crime, Missing Persons Located, Mysteries Solved ». La lettre provenait de Brooklyn.  Ce personnage voulait obtenir les détails à propos des naissances des jumeaux pour un besoin astrologique, afin de savoir ce que le futur allait leur réserver.  Il prétendait que ces informations seraient d’une aide précieuse pour des professeurs qui enseignaient les sciences occultes.  Bref!

Le 25 septembre, le Dr R. Fortier informa le ministre qu’il avait examiné les deux enfants de Houde et que le fait de supprimer l’allaitement maternel par un allaitement artificiel « serait de nature à compromettre leur santé parce qu’un allaitement artificiel est toujours préjudiciable à l’enfant avant le sixième mois.  De plus, parce que les soins donnés par la mère valent toujours mieux que ceux donnés par n’importe quelle mercenaire ».

Le 27 septembre, c’est une lettre de la St.Mary’s Rectory de Montréal qui arrivait sur le bureau du ministre Doherty. En anglais, on demandait la clémence sans toutefois minimiser l’horreur du crime commis. R. Y. Overing, recteur de la St.Mary Church, se permettait d’écrire : « j’ai été convaincu depuis que j’ai lu les rapports du procès que la femme n’est pas normale. En ma capacité de membre du clergé je suis venu en contact avec la nature humaine dans des manifestations variées et j’ai vu le bon côté de l’existence ».

De quels « rapports » parlait-il?  Des comptes rendus des journaux? Avait-il lu uniquement les rapports des experts de la défense?

Évidemment, il est facile mais inexacte de déclarer quelqu’un anormal simplement en lisant des articles de presse. Il en va de même en se fiant uniquement sur des rapports préparés pour la défense. Ce n’est là qu’étudier une seule facette du problème. Pour obtenir un point de vu éclairé et surtout honnête, il faut assister au procès et en étudier toutes les subtilités.

Le 27 septembre, à 23h10, un certain Thomas Vien envoya un télégramme au ministre Doherty pour lui demander s’il serait à Ottawa le lendemain afin de lui parler de l’affaire Marie-Anne Houde.

Le 28 septembre, c’est une lettre signée par Mary Hunt Johnson de l’Ontario qui partageait au ministre son opinion selon laquelle la justice devrait plutôt suivre son cours, car ce serait la meilleure façon de prévenir d’autres actes horribles que pourrait commettre la marâtre.

Le 29 septembre, M. F. Gallagher, chef du Services des Pardons, envoya un memo au ministre de la Justice pour lui signaler qu’il se sentait enclin à recommander la commutation de la sentence. Pour en arriver à cette décision, il utilisait le fait qie Marie-Anne Houde avait enfanté en juillet et que ces poupons n’avaient pas encore atteint l’âge de 3 mois. Selon une note manuscrite apparaissant dans la marge, cette première opinion venant d’un officiel fut transmise au Gouverneur Général à 19h00 au soir du 29 septembre. L’urgence commençait à se faire sentir puisque la pendaison de la marâtre était prévue pour le 1er octobre.

Toujours le 29 septembre, Thomas Mulvey, sous-secrétaire d’État, envoya un télégramme au Shérif du district de Québec pour l’informer que « Son Excellence le Gouverneur Général s’est montré en faveur pour commuer en emprisonnement à vie la sentence de mort passée par M. le Juge Pelletier sur Marie-Anne Houde ou Gagnon. » Le tout annonçait qu’il y aurait confirmation par lettre le lendemain. Malheureusement, l’heure de transmission du télégramme, effectuée par la Great North Telegraph Company of Canada, n’est pas indiquée. Mais en sachant que le Gouverneur Général a reçu l’avis de Gallagher à 19h00, on peut imaginer que ce télégramme a été envoyé d’urgence dans les quelques heures qui ont suivis. À tout le moins avant minuit.

Simultanément, Mulvey envoya aussi un télégramme au Juge Pelletier pour l’informer de la commutation de peine. On imagine, en regard de ce qu’il avait exprimé dans une lettre, sa déception. Marie-Anne Houde, reconnue coupable du meurtre d’Aurore Gagnon, évitait donc la pendaison.

Le 30 septembre, Robert Bickerdike envoya une pétition au ministère de la Justice. Bel effort, mais son souhait avait déjà été réalisé la veille au soir. Peu après, le Shérif Cléophas Blouin renvoya un télégramme à Mulvey pour confirmer avoir reçu la décision du Gouverneur. À cette époque, le Gouverneur Général du Canada était Victor Cavendish, duc du Devonshire. Il occuperait cette fonction jusqu’au 19 juillet 1921. C’est donc à lui que Marie-Anne Houde devait la vie.

Télégramme annonçant la décision du Gouverneur Général Cavendish sur la question de la commutation de la peine de Marie-Anne Houde.

Le lendemain, Thomas Mulvey écrivit une confirmation selon laquelle on pouvait annoncer publiquement que la marâtre évitait la corde.

Le 30 septembre, le public pouvait lire la nouvelle à la dernière page de L’Action catholique. On y soulignait que le bourreau Arthur Ellis se trouvait déjà à Québec dans le but de préparer l’exécution. Selon cet article, on apprend que c’est Me Francoeur, dans la soirée du 29 septembre, qui s’était rendu à la prison pour annoncer la nouvelle à sa cliente. Et ainsi « la femme Gagnon éclata en sanglots et au milieu de ses larmes elle disait : « je suis heureuse pour mes enfants ».  Depuis quelques semaines la femme Gagnon réalisait  très bien sa pénible position mais elle ne se plaignit jamais elle-même. L’avenir de ses enfants la préoccupait continuellement et à plusieurs occasions elle dit à ceux qui lui rendaient visite : Si mes enfants sont placés dans des familles privées, je mourrai heureuse ».

Le fait qu’on précise qu’elle ne se plaignait pas est un fait qui allait changer avec les années, comme on le verra dans les lettres qu’elle nous a laissées.

C’est Thomas Vien, membre du bureau légal Francoeur, qui se trouvait à Ottawa pour intercéder en faveur de Houde, qui a appris la bonne nouvelle.  « Questionné ce matin au sujet de cet événement, M. Francoeur dit que ce qui a aidé fortement à obtenir la commutation de sentence c’est le fait que dix sur les douze jurés, qui avaient rendu un verdict de coupable contre la femme Gagnon, ont signé une requête demandant au Gouvernement de changer la sentence ».

On rapportait d’Ottawa que le cabinet des ministres s’était réunis pour en venir à décider qu’il était préférable de commuer la sentence.  L’article prévoyait, avec une exactitude surprenante, que Houde passerait encore quelques mois en prison avant d’être transférée dans un pénitencier fédéral à Kingston et que : « une famille de Québec s’est offerte à adopter les deux enfants et il semble certain que le désir de la femme Gagnon sera accompli ».

Dès qu’il a appris la nouvelle, c’est-à-dire le 30 septembre, le juge Pelletier envoya une petite note à Thomas Mulvey pour lui signaler qu’il avait bien été mis au courant, tout en se permettant, en anglais, le commentaire suivant : « je suppose que la seule chose logique à faire maintenant serait d’amender le statut pour exempter les femmes de la peine capitale ».

On serait tenté d’imaginer le stress éprouvé par Marie-Anne Houde dans l’attente de son exécution. Malheureusement, dans les lettres écrites de sa main conservées dans les archives, elle n’en fait aucune allusion. Ces lettres, que nous verrons de plus près à partir de la semaine prochaine, nous dévoileront une autre partie de sa personnalité.

La marâtre était-elle une manipulatrice meurtrière ou finirait-elle par regretter réellement son geste?


[1] Les mots ou les lettres raturés sont retranscris tel que vu dans le document original.

[2] Cette information est tirée du journal des débats de la Chambre des communes du Canada, 1904, Vol. 38, no. 6, documents de la session 12-16.

Publicités