L’arme du crime retrouvée dans les archives


Cette barre de fer, qui a servi à commettre un meurtre en 1932, a récemment été retrouvée dans les archives de BAnQ.

C’est au moment d’organiser une exposition sur les condamnés à mort (en lien avec la vieille prison de Trois-Rivières) dans le cadre des Journées de la culture à l’automne 2017 que les employés de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) a fait une découverte étonnante.  Parmi des dossiers non classés, on a eu la surprise de découvrir l’arme du crime utilisée par Alfred Coulombe pour assassiner sa victime en 1932.  Historiquement Logique a publié un résumé de cette affaire en juillet 2015[1].

De plus, cette découverte peu commune est accompagnée des quelques pages de transcriptions de l’enquête préliminaire qui s’est déroulé au cours de l’été 1932 et qui nous permet de ressortir quelques détails supplémentaires.  Rappelons que d’après ce que nous savions déjà de ce meurtre, Marie-Louise Paquin Valcourt, 47 ans, avait été battue à mort par une barre de fer quelconque et pour un mobile inconnu.  Il m’a cependant été possible de trouver dans les archives, comme je le mentionnais brièvement dans l’article de 2015, qu’un autre dossier de vol avait créé un litige entre Marie-Louise Paquin Valcourt et Alfred Coulombe en 1928.  Est-ce que cette affaire de voiture volée pourrait expliquer le meurtre survenu 4 ans plus tard?

Les documents découverts récemment permettent-il d’appuyer ou de réfuter cette hypothèse?

L’enquête préliminaire s’ouvrit le 29 juillet 1932 devant le juge François-Xavier Lacoursière, qui entendra trois témoins.  Le premier fut le Dr Louis Thomas Caron, 65 ans.  Il avait vu le corps sur les lieux même du crime, c’est-à-dire près de la maison d’Édouard Houde à Saint-Léon, dans la région de Louiseville.

  • Vous avez été appelé par qui, vous?, lui demanda le procureur de la Couronne Me Philippe Bigué.
  • C’est le docteur Plante de Louiseville qui m’a appelé.
  • Lorsque vous êtes arrivé sur les lieux, qui y avait-il sur les lieux, près du cadavre?
  • Beaucoup de monde.

C’est aussi le Dr Caron qui avait constaté le décès.

La Couronne appela ensuite Donat Arsenault (ou Arseneault), un jeune cultivateur de 23 ans qui s’était marié en 1927 à une certaine Irène Houde.  Il s’avéra qu’Arsenault connaissait aussi bien l’accusé que la victime.

  • Voulez-vous dire à la Cour ce qui s’est passé en votre présence le 20 juillet courant?, lui demanda Me Philippe Bigué.
  • J’ai vu aller Madame Valcourt à la beurrerie chercher du beurre.
  • C’est Marie-Louise Paquin, ça?
  • Oui, monsieur. Quand elle a descendu, monsieur Coulombe a voulu lui parler.
  • Où passait-elle quand vous l’avez vue?
  • Devant la maison de monsieur Coulombe.
  • Vous demeurez à quelle place, vous?
  • En face de monsieur Coulombe.
  • Vous avez vu passer madame Valcourt dans le chemin?
  • Monsieur Coulombe a voulu lui parler et puis elle refusa de lui parler.
  • Ensuite?
  • Monsieur Coulombe a parti pour la poigner par le bras en voulant toujours lui parler, il a sorti des papiers, et madame Valcourt a pas voulu les voir. Là, elle a crié « au secours ».  Elle a appelé Édouard Houde.

Ici, soulignons seulement que, d’après cette réponse, Arsenault laissait clairement entendre qu’il ne se serait écoulé aucun délai particulier entre l’apparition de Mme Valcourt et l’altercation avec Coulombe.  Or, la suite des transcriptions nous fera bientôt voir qu’il existe une autre version sur ce point.  À noter également la présence de ces mystérieux « papiers ».  Quelle était la nature de ces documents?

  • Où était-elle?
  • En face de chez monsieur Houde.
  • Édouard Houde et vous-même vous demeurez en face de chez Coulombe?
  • Là, elle a appelé au secours, c’est-à-dire elle a appelé Édouard Houde.  Édouard Houde et moi, on a parti pour aller à son secours, et là on a dépris monsieur Coulombe d’après madame Valcourt.
  • De quelle manière il l’avait?
  • Par le bras.
  • Vous lui avez fait lâcher le bras?
  • Là, madame Valcourt s’est sauvée chez monsieur Édouard Houle, la maison en face de chez Coulombe.
  • Elle a traversé le chemin?
  • Oui, elle s’est sauvée en arrière de la maison d’Édouard Houde. Là, Coulombe a parti par derrière [elle], nous sommes partis pour protéger madame Valcourt, moi et mon beau-frère Édouard Houde.  Coulombe nous a dit de ne pas approcher que c’était mieux pour nous autres.
  • Comment a-t-il dit ça?
  • « Vous autres approchez pas, c’est mieux ». On a approché quand même et là on a dépris le bras droit de Coulombe d’après madame Valcourt.
  • Ensuite?
  • Et puis là, il a donné une poussée à mon beau-frère Édouard Houde sur l’épaule. Mon beau-frère a reculé de deux pas en reculant, là il a sorti une barre de fer qu’il avait dans sa ceinture.  Il a fait ça de même (le témoin indique comment Coulombe a sorti sa barre de fer)[2].
  • Qu’est-ce que c’était cette barre de fer-là?
  • Come une lame de ressort de machine.
  • Un bout de ressort de machine?
  • Oui, d’à peu près une douzaine de pouces de long, et là il s’est élancé vers nous autres. Avant, il nous a dit de ne pas approcher, que c’était mieux.  On a reparé le coup, et là il a frappé madame Valcourt.
  • Il l’a frappé où?
  • Sur la tête.
  • Qu’est-ce qui s’en est suivi?
  • Madame Valcourt a tombé à terre et il a continué de frapper de nouveau.
  • Plusieurs fois?
  • Oui.
  • Qu’est-ce qui s’est produit alors?
  • Là, nous avons appelé Bergeron qui était chez Coulombe. Bergeron est venu.  Là, nous avons crié : « au meurtre ».
  • Eugide [?] Bergeron?
  • Oui, on a crié : « au meurtre ». On disait à Coulombe, « qu’est-ce que tu fais là? ».
  • Dans quel état était madame Valcourt?
  • À terre.
  • Était-elle morte ou vivante?
  • Du premier coup, elle a dû mourir, du premier coup, d’après moi, parce que le coup a été donné très fort.
  • Êtes-vous resté là près du cadavre ou supposé cadavre?
  • Après que Coulombe a eu fini de frapper, nous avons téléphoné, moi et Bergeron, au coroner Caron et au prêtre.
  • Avez-vous assisté à l’enquête du coroner?
  • Oui.
  • Avez-vous été voir madame Valcourt? Étiez-vous avec le docteur qui a constaté la mort?
  • Oui, le docteur Plante et le docteur Caron.
  • C’était bien la même personne que vous aviez vu assommée dans le chemin?
  • Oui, monsieur.

Le juge s’adressa directement au témoin pour lui demander de spécifier l’heure du crime.  Arsenault l’estimera aux alentours de 17h00, ajoutant que l’enquête du coroner s’était déroulée le soir même de l’homicide.  Le témoin fut ensuite contre-interrogé par Me Beaulac, l’avocat de l’accusé.

  • Monsieur Arseneault, vous venez de jurer que l’accusé avait tenté de parler à madame Valcourt, la victime, qu’il avait appelé la victime madame Valcourt pour lui parler?
  • Oui.
  • Voulez-vous dire à la Cour à quel endroit précis était l’accusé à ce moment-là?
  • Il était dans sa porte, dans sa maison.
  • Madame Valcourt, elle, était dans le chemin?
  • Justement.
  • À quelle distance environ?
  • À peu près 15 pieds du chemin à la maison.
  • Vous, où étiez-vous?
  • Dans la maison de Édouard Houde.

Malheureusement, Arsenault n’avait rien entendu des paroles échangées entre Coulombe et sa victime.

  • Vous n’avez pas entendu?, répéta Me Beaulac.
  • J’ai entendu quelques mots de même. Monsieur Coulombe a dit à madame Valcourt qu’il avait affaire à lui parler, j’ai entendu rien que ça parce que le châssis était ouvert.
  • Avez-vous pu entendre ce qu’elle a répondu?
  • J’ai rien entendu que ça, qu’elle avait pas d’affaires à lui.
  • Comment se fait-il que vous [n’]avez pas entendu autre chose?
  • On était en dedans de la maison, eux autres étaient plus passés la maison. Madame Valcourt a continué à marcher quand même.

Selon le témoin, il s’était écoulé de 5 à 10 minutes avant qu’il sorte de la maison son beau-frère après avoir entendu Marie-Louise appeler au secours.  Voilà qui laisse un vide de 5 à 10 minutes.  Que se sont dit Coulombe et sa victime pendant toutes ces minutes?

Soulignons qu’au moment d’être interrogé par Me Bigué, Arsenault avait semblé dire qu’il ne s’était écoulé aucun délai entre le moment de l’apparition de Marie-Louise et l’altercation avec Coulombe.  Était-il en train de se contredire?

Pour la durée de l’altercation, Arsenault l’estima au maximum à une minute.

  • Vous n’avez pas pu empêcher ça?, demanda Me Beaulac.
  • Non.
  • Avez-vous fait une tentative quelconque?
  • Oui.
  • Qu’est-ce que vous avez fait?
  • Nous avons démanché monsieur Coulombe d’après madame Valcourt.
  • Avez-vous eu connaissance de dettes qui auraient pu être question de dettes entre l’accusé et la victime?
  • Non.
  • Au moment où vous êtes sorti?
  • Non, j’ai vu des papiers, mais je ne savais pas ce qu’il y avait dessus. J’ai vu les papiers de la maison.
  • Quelle était la raison d’être de ses [ces] papiers-là?
  • Je n’en connais absolument rien.
  • Vous ne savez pas quelle sorte de papiers c’était?
  • Non.
  • Qui avait ces papiers-là en main?
  • Coulombe.
  • Êtes-vous bien, bien certain que ce n’était pas la victime?
  • Certainement que c’était monsieur Coulombe.

La Couronne appela ensuite Édouard Houde, 29 ans, qui corrobora essentiellement ce qu’Arseneault venait de dire.  Cependant, son passage dans la boîte des témoins permit de mettre en lumière quelques détails supplémentaires.  Par exemple, Marie-Louise lui aurait dit, alors qu’il tentait de lui venir en aide : « as-tu vu une chose semblable, il ne veut pas me lâcher ».  Au cours de la bagarre, elle aurait ajouté : « Édouard, fais-moi lâcher ».

Houde admit qu’au moment où Coulombe dégainait sa barre de fer il avait eu lui-même peur d’être blessé, ce qui l’avait convaincu de reculer de quelques pas.

Autre détail, Houde expliqua avoir vu la victime couchée sur son côté droit au moment de quitter les lieux pour aller chercher du secours et qu’à son retour, 5 à 10 minutes plus tard, elle « était couchée en plein sur le dos, bien étendue ».  Elle aurait poussé trois soupirs avant de s’éteindre.

Encore une fois, le contre-interrogatoire fit ressortir un détail intéressant, voir troublant.  Après lui avoir fait admettre qu’il était parvenu à séparer Coulombe et Valcourt sans difficulté, et cela à deux reprises, Me Beaulac lui posa une question toute simple.

  • Dans quel état est-ce que paraissait l’accusé à ce moment-là?
  • Il paraissait en parfait état, à mon point de vue.
  • La victime paraissait-elle énervée, elle?
  • Non.
  • L’accusé non plus?
  • Parce qu’ils se parlaient tous les deux en souriant.
  • À ce moment-là, vous n’avez pas cru qu’il y avait quelque chose de tragique dans cette affaire-là?
  • Du tout.

Peut-on réellement imaginer que Coulombe et sa victime discutaient avec le sourire aux lèvres quelques secondes seulement avant que survienne le meurtre?

Évidemment, Me Beaulac cherchait à éclaircir tous ces détails dans le but évident d’éloigner la possibilité que son client soit reconnu coupable de meurtre avec préméditation, ce qui, à l’époque, conduisait automatiquement vers une condamnation à mort.  Or, puisqu’on sait que Coulombe a finalement été pendu en janvier 1933, il faut en déduire que la Couronne a fini par prouver au jury qu’il y avait eu préméditation.  Malheureusement, les transcriptions du procès demeurent introuvables, du moins pour le moment.  Ce vide archivistique nous empêche de comprendre comment la Couronne est parvenu à prouver la préméditation, et peut-être même de connaître le mobile.

Puisque l’arme du crime vient à peine d’être retrouvée, espérons qu’il en sera de même un jour pour le procès.

 

[1] https://historiquementlogique.com/2015/07/23/laffaire-alfred-coulombe/

[2] Les mots entre les parenthèses apparaissent ainsi dans les transcriptions.

Publicités

La preuve circonstancielle, une mal aimée?


Juge Albert Sévigny (BAnQ, P795,S1,D3552)

La preuve de circonstances, aussi appelée circonstancielle ou indirecte, est une grande incomprise.  Parfois même, cette incompréhension provoque ou engendre des controverses sociales, et peut-être même des mythes.

L’un des meilleurs exemples de ce phénomène reste sans aucun doute la célèbre affaire Coffin.  Rappelons brièvement que Wilbert Coffin, un prospecteur gaspésien, a été pendu au cours des années 1950 pour le triple meurtre de chasseurs américains.  Par la suite, les déblatérations du journaliste Jacques Hébert ont nourris des rumeurs dont l’ampleur força la tenue de l’enquête Brossard au milieu des années 1960.  Or, tout ce qu’a conclu cette commission c’est que le verdict de culpabilité à l’endroit de Coffin était justifié.  De plus, Hébert s’y est ridiculisé en admettant sous serment n’avoir lu qu’un seul témoignage du procès pour écrire son livre incendiaire.  Un livre que l’auteur Me Clément Fortin qualifia plus tard de brûlot.  C’est peu dire!

Et pourtant!  Encore aujourd’hui, il est facile de tomber sur quelqu’un qui croit mordicus en l’innocence de Coffin, comme si l’idée était devenue une mode folklorique.  Mais combien d’entre eux connaissent les détails de la preuve circonstancielle?  Nous prononçons-nous trop souvent à tort et à travers?

Je discutais avec des gens l’été dernier à propos de l’importance de bien se laisser imprégner de toute la preuve présentée lors d’un procès avant de se faire une opinion.  J’ai simplement demandé : « est-ce qu’il vous est déjà arrivé de critiquer un livre sans l’avoir lu?  …Alors pourquoi le ferions-nous pour un procès, alors que les enjeux sont drôlement plus importants? ».

Juger un procès sans y avoir assisté ou sans s’être donné la peine de l’avoir lu, c’est injuste.  Car critiquer un verdict, c’est manquer de respect envers douze personnes de notre société qui ont pris le temps d’écouter et d’analyser une preuve entendue devant eux tout en ignorant tout ce qui a pu être dit en dehors de la salle d’audience.

Dans la cause de J.-Albert Guay, cet homme de 30 ans accusé et condamné pour le premier attentat aérien survenu en Amérique du Nord, la preuve était également circonstancielle.  Et pourtant, personne ne s’est jamais levé pour crier à l’injustice comme dans l’affaire Coffin.  Pourquoi?  Parce que le crime de Guay était impardonnable et que celui de Coffin l’était?

Au moment de livrer ses directives au jury, à la fin du procès de Guay, qui s’est déroulé au palais de justice de Québec en 1950, le juge Albert Sévigny dira ceci à propos de la preuve indirecte :

  • Comment était-il possible de faire une preuve que madame Guay avait été tuée par un moyen employé par son mari pour causer sa mort? Il arrive très souvent que des crimes soient commis sans qu’il soit possible d’avoir une preuve directe du crime, c’est-à-dire d’avoir des témoins qui étaient présents lorsque le crime a été commis ou des témoins qui ont vu l’auteur du crime et ce qu’il a fait pour le commettre.  S’il fallait exiger une preuve directe, s’il fallait avoir des témoins assermentés pour établir qu’ils ont vu commettre le crime et qu’ils ont vu les préparatifs, le travail, l’organisation faite par un accusé, et que le crime commis résulte nécessairement de ce qu’ils ont vu, de ce dont ils ont eu connaissance, s’il fallait, dis-je, de telles conditions pour trouver un accusé coupable, il est certain que bien des criminels ne seraient jamais punis et pourraient continuer leur œuvre.

Deux ans plus tard, au moment de livrer ses directives au jury suite au procès de Marguerite Ruest Pitre, la complice de Guay (elle avait livré la bombe à l’aéroport de l’Ancienne-Lorette) le juge Noël Belleau fournit autre cette explication :

  • La preuve de circonstances est une preuve indirecte, mais vous le savez, dans un crime mûri, dans le crime prémédité longtemps d’avance, l’auteur d’un crime prépare d’avance son crime, choisit son temps, choisit l’occasion propice pour le commettre; choisit aussi le temps où il n’y a pas de témoins qui le voient. Il est évidemment difficile dans ces cas-là de trouver une preuve directe d’un crime, car l’auteur de ce crime a pris les précautions pour se mettre à l’abri, pour ne pas être vu, pour ne pas être surveillé.  Un criminel qui prépare un crime de longue main, il prémédite son crime, il mûri son crime, il pense à toutes ces choses en vue de le commettre et de ne pas être pris.  Il prend toutes les précautions, dans l’espoir de pouvoir échapper à la justice.  Dans 99% des cas, les criminels agissent ainsi dans le but d’essayer à tromper la justice.  C’est pour cette raison que la loi permet que devant les cours de justice on puisse faire une preuve de circonstances.

Plus loin, il expliqua également : « En quoi, messieurs les jurés, consiste la preuve de circonstances?  La preuve de circonstances consiste dans une série de faits nombreux qui doivent se relier ensemble et se rattacher directement et indirectement au crime qui a été commis.  Ces faits nombreux doivent être comme une chaîne dont les faits sont les chaînons, et il faut que ces chaînons soient intimement liés ensemble.  S’il y en a un qui n’est pas prouvé, la chaîne disparaît.  Cette preuve doit être sérieuse, elle doit être prise dans son ensemble et tous les faits dont elle est constituée doivent tendre, si je puis m’exprimer ainsi, à montrer du doigt l’auteur du crime.  Elle se compose ordinairement de faits qui ont précédé et suivi le crime.  Elle se compose aussi des déclarations et des relations des personnes accusées d’avoir commis le crime et de celles des victimes elles-mêmes.  Il existe souvent dans ces faits certains éléments qui tendent à montrer l’intérêt, le motif qu’auraient eu ces personnes accusées d’avoir commis le crime.  Maintenant, je dois vous dire que si même il y a un motif de prouvé, et c’est toujours à vous, messieurs, de le décider, le verdict ne doit pas être basé uniquement sur la preuve de ce motif ou de cet intérêt pour trouver l’accusé coupable.  […] Cette preuve de circonstances, messieurs, doit aussi être examinée par vous dans son ensemble et vous devez en venir à une conclusion seulement après en avoir examiné l’ensemble.  Vous examinerez si les faits qui vous ont été racontés ont été prouvés, et c’est à vous à le dire s’ils sont prouvés ou non, et après cet examen, pour en venir à une conclusion de culpabilité contre l’accusée, vous devez être convaincus hors de tout doute raisonnable, et quand je parle de doute raisonnable, c’est le doute raisonnable dont je parlais tantôt.  Vous devez être convaincus, dis-je, que tous les faits prouvés à votre satisfaction conduisent à la seule conclusion que non seulement l’accusée est coupable mais aussi qu’il ne peut y avoir d’autres hypothèses, d’autres suppositions raisonnables ou contraire.  En d’autres termes, la preuve et toute la preuve doit produire l’impression hors de tout doute raisonnable que tous les faits, non seulement conduisent à une conclusion de culpabilité, mais qu’il n’y a pas d’autres explications possibles.  Et si vous en venez à la conclusion que vous trouvez d’autres explications, non pas plusieurs hypothèses, non pas plusieurs suppositions, mais une seule, il faut qu’elle soit raisonnable, vous devez l’acquitter.  Et si vous êtes aussi convaincus qu’elle n’est pas coupable, c’est suffisant pour l’acquitter, mais il faut, comme je viens de vous le dire, que cette hypothèse en soit une sérieuse et raisonnable.

 

 

En tenant compte du fait que pour condamner un accusé il faut démontrer sa culpabilité hors de tout doute raisonnable, le Traité de droit pénal canadien de Côté-Harper, Rainville et Turgeon se questionne à savoir si devant « une preuve qui est totalement ou principalement circonstancielle, nous devons exiger un degré de persuasion plus élevé »[1].

Pour mieux préciser ce qu’est la preuve circonstancielle, ces mêmes auteurs écrivent qu’elle peut être une bonne preuve « à condition que tous les faits soient considérés chacun par rapport à l’ensemble.  Certains juges estiment même que dans certains cas, la preuve circonstancielle est une preuve meilleure que la preuve directe ».  Les preuves ne doivent donc pas être considérées séparément mais dans un ensemble efficace destiné à reconstituer les faits.  Bref, c’est du cas par cas et c’est ainsi que toutes les causes judiciaires devraient être envisagées.

 

[1] Côté-Harper, Rainville et Turgeon, Traité de droit pénal canadien, 4e édition refondue et augmentée, 1998, p. 231.

L’affaire St-Louis: chapitre 19


cropped-05.jpgSuite à la plaidoirie de son vis-à-vis de la défense, ce fut ensuite autour de Me Maurice Laniel, représentant de la Couronne, de s’adresser aux douze membres du jury :

Monsieur le Président du Tribunal, Messieurs les Jurés, mes chers confrères.  Notre tâche à nous s’achève, et dans quelques instants, après que le Président du Tribunal vous aura adressé à son tour, vos devoirs et obligations commenceront.

Et Messieurs les Jurés, je dois vous rappeler que vous aurez le dernier mot quant aux faits, leur interprétation, leur crédibilité, afin d’arriver à un verdict juste et raisonnable, dont je n’en doute pas du tout, qu’il soit en faveur ou défavorable à l’accusé.

Je crois que c’est une des bonnes choses du système du Jury, c’est que, vous, des citoyens très honorables, ayez à participer à l’administration de la justice afin que tous, la société que vous représentez ici et que, moi, je représente, afin que toute cette société puisse savoir combien il est difficile, des fois, de rendre justice et ainsi, chacun de son côté vous puissiez rendre un témoignage en disant que lorsque nous avons à rendre l’administration … je rends des décisions dans l’administration de la justice il n’est pas toujours facile; ça prend de la volonté, du courage, il faut être sans crainte, sans préjudices, sans reproche et souvent sans mollesse.

Messieurs, les Jurés, vous avez le dernier mot sur l’interprétation des témoignages, et je n’ai pas l’intention de les relater, mais il y a deux témoignages qui nous intéressent, sinon trois, c’est les témoignages de Louis et André Prince ainsi que le témoignage de l’accusé Marcel St-Louis.

Il est vrai, comme dit mon confrère, qu’on peut interpréter cette poursuite par la famille Prince comme une façon de jouer à la police, mais ce n’est pas la seule interprétation qu’on peut y donner.

On peut aussi leur prêter l’intention que tout homme raisonnable a de protéger son bien.  Il est juste et raisonnable, même on en parle dans les Codes Civils et Criminel de la protection des biens.  Et drôle à dire, ça fait même partie des deux Codes.  Il y a la partie qui se réserve quant aux personnes; il y a aussi la partie réservée aux biens.

Alors, cette famille, on peut dire, à leur façon, ont essayé de protéger leurs biens, et ont-ils mal fait?  Ont-ils bien fait?  Je ne crois pas que ça soit là le gros du problème.

Je dois dire, je dois admettre avec mon savant confrère que cette répétition du fait qu’on tirait dans les pneus peut être mal interprétée, surtout s’il est visible, ça me semble un exemple raisonnable, il est visible de voir où les coups ont porté, mais ce n’est pas encore là le problème.  On pourrait dire que, si on a joué à la police, la police n’aurait pas tiré; ce n’est pas là non plus qu’est le problème, parce que les St-Louis [plutôt les Prince], agissant comme ils ont agi, agissaient, avec leur peu d’expérience dans la poursuite d’un homme qui avait … qui s’était approprié quelque chose qui leur appartenait.

Je crois que, et nous soumettons que c’est surtout dans le témoignage de Marcel St-Louis lui-même que vous pouvez commencer à déterminer et à mettre une responsabilité si vous venez à la conclusion qu’il y a responsabilité criminelle de la mort de Marcel [Michel] Prince.

En effet, St-Louis, s’approprie un bien qui ne lui appartient pas.  Dans son témoignage, il n’y réfère pas trop sur ça.  Et il part en auto, à un moment donné il s’aperçoit qu’il est poursuivi, fait un trajet, qui est confirmé un peu par tout le monde à l’exception qu’il ne se rappelle pas être rendu chez Corriveau, passe à côté des St-Louis [sic] une première fois, si on accepte la version de Louis, André, il passe une deuxième fois, et enfin, il est rattrapé de nouveau dans le village de St-Célestin.

On bloque la route, tout le monde s’immobilise, et là commence le drame que vous avez à examiner de très près.  Et contrairement à ce que dit mon confrère le procureur de l’accusé, vous n’avez pas à vous mettre à la place de quiconque, parce que ça serait trop facile.  Vous n’avez pas à juger les autres d’après vous-même.  Vous avez à juger les actes relatés, exposés, d’une part, par le ministère public, et d’autre part, par l’accusé lui-même.

Dans ces deux versions – parce que les versions de Louis et André se ressemblent – il y a des divergences.  C’est évident qu’aucun témoin [ne] peut relater même les faits qu’il a vécus, même deux fois de file, d’une façon exactement semblable.  Alors, il est tout à fait admissible que deux personnes différentes, ayant vécu les mêmes faits, ne puissent pas relater ces faits-là d’une façon exactement semblable.

Alors, j’ai dit que le [je] prends la version de Louis et André, comme une seule version, et la version de Marcel St- Louis, et je vois trois divergences.  Il ne se rappelle pas d’être allé chez Corriveau.  Il dit que, à un moment donné, lorsqu’il a été rattrapé dans le village de St-Célestin, on l’a dépassé, et c’est à ce moment-là qu’il a entendu les sacres et les paroles, au mois de décembre [sic].  Et enfin, une dernière divergence, c’est quand le dernier coup a été tiré, non pas le coup après que le drame ait été réalisé, lorsqu’André Prince a tiré son dernier coup sur l’automobile de St-Louis qui était … qui avait contourné la voiture de Marcel Prince, qui s’en allait éventuellement pour aboutir à Drummondville, je parle du dernier coup avant ou après, selon la version de l’un ou de l’autre, les mots prononcés par l’accusé : « Tire pas!  Tire pas! »

Comme représentant du ministère public, et comme un homme raisonnable, je vous soumets respectueusement que peu importe l’interprétation que vous pourrez donner aux témoignages et aux versions, peu importe les divergences que je vous relate, peu importe cette histoire de tirage dans les pneus, je crois que, ce qui est important, c’est pourquoi l’accusé St-Louis ne s’est-il pas immobilisé, ne s’est-il pas rendu?

Il savait qu’il avait un bien qui ne lui appartenait pas.  Il savait pourquoi on le poursuivait.  Il savait, il l’admet lui-même que c’étaient des enfants.  Il savait qu’il avait une carabine.  Et malheureusement, à mon point de vue, au lieu de s’en servir, il aurait dû l’oublier complètement, la mettre de côté, se rendre.  À aucun moment donné, il ne l’a pas fait, il a tiré deux coups, d’après les versions de Louis et André, lui-même ne le sait pas combien de coups il voulait tirer, mais il admet au moins avoir tiré un coup.

Il a l’expérience de manœuvrer une carabine, vous l’avez vu la manœuvrer devant vous.  Vous savez la fierté du chasseur qui sait comment tirer.  Il y a, parmi vous, probablement des chasseurs qui sont fiers de pouvoir tirer droit.  Malheureusement, pour St-Louis, je crois que, ayant pris une mauvaise décision, il doit subir le sort de cette décision-là, et je vous soumets respectueusement que votre verdict doit être un verdict de culpabilité.

Évidemment, je vous rappelle que, pour atteindre ce verdict, je vous l’ai dit en référant à votre responsabilité, c’est là, messieurs les membres du jury, que vous avez le dernier mot.  Vous avez une décision à prendre, et je crois que le Tribunal, mon confrère pourront vous dire … et mon confrère pourra vous dire et être d’accord avec moi que votre décision est une décision désagréable.  Vous êtes dans une position où vous devez vous demander : « pourquoi moi? ».  Je comprends.

Le président du tribunal, moi-même et mon savant confrère, on peut dire la même chose.  Mais malheureusement, vous l’avez, là, la décision à rendre, et vous devez la prendre, encore une fois, sans peur, sans crainte, sans préjudices, avec courage, avec franchise, et surtout sans mollesse.

Et enfin, vous avez passé trois jours avec nous, vous avez vu agir le Président du Tribunal, et vous pouvez rendre votre verdict sans même penser à la sentence, parce que la sentence est du ressort de ce Tribunal, président par l’honorable Juge que vous avez vu agir pendant trois jours, vous voyez qu’il a de l’expérience, et que la sentence, si votre verdict est un verdict de culpabilité, la sentence, vous n’avez pas à y penser, parce qu’il est entendu que ça sera une sentence juste et raisonnable, tenant compte de tout ce que mon confrère a relaté à propos de l’accusé, sa situation maritale, son enfant, le fait qu’il ne soit pas un criminel de carrière.  Vous pouvez laisser tout ça, et à ce moment-là, votre devoir sera accompli.

Messieurs les membres du Jury, il ne reste qu’à vous remercier de l’attention que vous avez apportée pendant ce procès.  Je n’ai aucun doute de votre honnêteté, et je dois vous dire – et j’en prends plaisir de le noter publiquement – il faut qu’il y ait une autorité.  L’autorité ici, est le Président du Tribunal.  Je n’ai pas à faire son éloge, mais je dois vous dire que vous et moi, ainsi que mon confrère le procureur de l’accusé, ont passé, grâce à la science et à l’amabilité du Président du Tribunal, trois journées agréables.

Je dois ajouter aussi qu’il faut une autorité.  On semble l’oublier de plus en plus aujourd’hui que c’est seulement sous une autorité raisonnablement faite et menée que nous pouvons avoir une quiétude et une paix.

Ma tâche à moi, messieurs les membres du jury, est une tâche relativement facile, je n’ai qu’à exposer une enquête faite par la Sûreté.  Et je dois remercier aussi les paroles de mon confrère, et je n’ai aucun doute de son succès futur, vu la façon qu’il s’est comporté pendant ce procès.  Messieurs les membres du jury, vous avez le dernier mot, et je vous remercier encore une fois.

(à cet instant, le juré Constantin eut une dernière question.  Il demanda plus de détails à propos d’une personne aperçue derrière l’automobile quand St-Louis est descendu de son véhicule.  Selon les notes sténographiques, on relut certains passages des témoignages, mais sans préciser lesquels.  Ensuite, les jurés se retirèrent pour délibérer.)

La semaine prochaine, les directives du juge au jury.